Situation du Covid-19 (coronavirus) au 5 mai

Remarques liminaires : Aujourd’hui retour sur une question récurrente à laquelle réponse avait été donnée  dans l’un des premiers bulletins de mars 2020.

Les données présentées sont elles justes et donnent-elles une image fiable de la réalité de l’épidémie ? 

La réponse est non. Les données déclarées par chacun des pays concernés sont sous estimés à certains égards et surestimés à d’autres. Elles ne donnent pas une juste image de la réalité. 

Explications: Le nombre de cas confirmés est étroitement lié au nombre de tests effectués. Si ces derniers sont réalisés en nombre insuffisant, de très nombreux porteurs sains ne seront  jamais connus, continueront de propager le virus et ne figureront jamais dans les tableaux de données.

Le nombre de cas déclarés par les pays affectés sont donc très largement sous estimés partout, mais ils le sont davantage dans les pays qui ne testent pas beaucoup ….

Le nombre de décès, quant à lui, peut être largement sous estimés ou surestimés  selon les modalités de comptage: 

Il est sous estimé lorsque le pays déclarant ne prend pas en compte certains d’entre eux. C’est, par exemple, le cas de la France qui ne comptait pas les décès en EHPAD  au mois de mars et qui ne compte toujours pas les décès à domicile (environ 9 000 selon l’estimation du syndicat des médecins généralistes). La France n’est évidemment pas la seule dans ce cas. Le Royaume Uni a fait de même et bien d’autres pays….

Le nombre de décès peut être  également sous estimé lorsque le pays déclarant ne dispose pas d’une organisation administrative permettant une remontée correcte de l’information (pays en développement mais pas que ….)

Le nombre de décès peut être enfin «sous déclaré» par certains pays pour des raisons de politique intérieure ou étrangère …..

En observant les choses sous un autre angle, on peut considérer d’une manière générale que les pertes sont surestimées lorsqu’on attribue au seul Covid-19 des décès dont beaucoup sont liés au mauvaisétat général des patients (grand âge, autres pathologies concomitantes …..). On meurt rarement du seul Covid-19 lorsqu’on est en excellente santé….

TABLEAU DES PRINCIPALES CAUSES DE DECES DANS LE MONDE DU 1er JANVIER AU 30 AVRIL 2020

Nombre de décès estimé: 19,3 millions

Conclusion: La Covid-19 tue peu, très peu…. et elle tue d’autant moins que la plupart des décès qui lui sont attribués sont des décès liés à l’âge et aux autres pathologies pré-existantes chez les patients. Il y a donc une large part d’hystérisation de l’opinion publique, liée à la couverture médiatique très excessive de cette épidémie.

Point de situation du mardi 5 mai 0h00 GMT

Depuis le début de l’épidémie:

  • 212 pays ou territoires ou bateaux (2) ont été affectés par le virus, pour  3 643 271 (+ 244 798 en 72 h)cas déclarés.                                            
  • 252 241 (+ 12 793 en 72 h)  ;   1 194 739 guérisons (+ 114 638 en 72 h) ;
  • 2 196 291 patients  en cours de traitement (+ 117  367 en 72 h), dont 49 639 en état critique (- 1 377 en 72h).  A noter que:

8 pays ou territoires ne seraient toujours pas affectés par l’épidémie à ce jour (Corée du Nord,Turkménistan, Lesotho, Tonga, Salomon, Îles Marshall, Micronésie, Palaos) 

5 pays qui ont été affectés ne le sont plus,par guérison des cas enregistrés. (Saint Barth, Groenland, Anguilla, les Falklands, Surinam). 3 pays qui en étaient sortis sont retombés dans l’épidémie (Yemen, Mauritanie et Sainte Lucie, 1 cas par pays)

62 pays ou territoires ont eu de 1 à 100 cas détectés depuis le début de l’épidémie (31 d’entre eux ne comptent aucun décès, et les 32 autres ne comptent, au total, que 101 décès.)

62 pays ou territoires comptent entre 101 et 1000 cas détectés depuis le début de l’épidémie pour un total de 790 décès

    Sur les 210 paysou territoires ayant été concernés par l’épidémie, 144 ont déclaré de 0 à 50 décès.                

  • 4 096 nouveaux décès du coronavirus déclarés le 4 mai.
  • 22 pays ont déclaré plus de 1 000 décès depuis le début de l’épidémie: dans l’ordre des pertes (USA, Italie, Espagne, France, Royaume Uni, Belgique, Allemagne, Iran, Chine, Pays Bas, Brésil, Turquie, Canada, Suède, Suisse, Mexique, Irlande, Inde, Russie, Pérou, Équateur, Portugal). 
  • Sur les 252 241 décès enregistrés dans le monde depuis le début de l’épidémie, 238 854 l’ont été dans ces 22 pays (94,7 %) et 217 431  (86,2%) dans les pays occidentaux (US, UE, OTAN).
  • 2 980  des 4 096  décès déclarés hier (72,8%) sont « US, UE, OTAN ». C’est ce camp qui paye aujourd’hui et payera demain le prix le plus fort tant sur le plan humain que sur le plan économique (récession + crise économique probable)

Au niveau de la planète, l’épidémie reste vive tant aux USA qu’au Royaume Uni. Elle  s’étend progressivement en Amérique latine et particulièrement au Brésil . Elle reflue ailleurs en Europe

Les bilans devraient encore s’alourdir aux USA et au Royaume Uni et au Brésil. Les caps des 300 000 décès et des 4 millions de cas seront  franchis d’ici le 11 mai.

Les bilans les plus lourds de la journée d’hier restent ceux des USA, du Royaume Uni, du Brésil et de la France. Ces pays ont déclaré hier, à eux quatre: 46% des nouveaux cas,  54,6% des nouveaux décès et 59,7% des cas critiques de la planète.

Un tableau du bilan actuel du nombre de cas et de décès par grande région du monde permet de réaliser celles qui s’en sortent bien, pour l’instant, et celles qui ont souffert et continuent de souffrir. 

L’Asie, à l’exception de la Turquie, de l’Iran, du Japon, de l’Inde et du Pakistan, est quasiment sortie de l’épidémie. Sa part est désormais stable. La part du continent américain (Nord et Sud) et de l’Afrique s’accroît très progressivement. L’analyse du tableau ci dessus montre que les pays en développement, les plus pauvres, s’en tirent mieux que les pays riches qui ont pourtant les moyens de mieux soigner. Avec 24,43% des cas déclarés, les pays en développement n’enregistrent que 14,36% des décès ….                                                                             

Pour relativiser encore et toujours les bilans humains de cette pandémie, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) nous apprend que, chaque année, la grippe saisonnière est responsable de 5 millions de cas « graves » qui entraînent entre 280 000 et 600 000 décès. Le Covid-19 n’a, à ce jour, affecté que 3,64 millions de personnes (testées) dont près de 530 000 cas graves qui se sont traduits par 252 000 décès.   

Situation par pays: 

Les USA ont enregistré hier, à eux seuls, 31% des cas Covid de la planète. Ils ont les pertes les plus élevées (près de 70 000 décès). Le nombre des décès du 4 mai a inexplicablement baissé à   1 126 ??? Le nombre de patients en cours de traitement s’établit à plus de 955 000. Il a fortement augmenté hier (+ 14 000). Celui des cas critiques, en augmentation lui aussi, reste très élevé (supérieur à 16 000). Les USA ne sont pas au bout de leur peine ….

La situation du Royaume Uni reste difficile à évaluer. Le nombre de patients traités  continue d’augmenter rapidement. Il a atteint 161 500. Pour autant, le nombre de décès est étrangement bas. Boris Johnson, grand admirateur de Churchill, pourrait bien mettre en application la célèbre maxime attribuée à ce grand personnage: «Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées»….. Le Royaume Uni devrait  quand même détrôner l’Italie demain  ou après demain pour le bilan le plus lourd des pertes en Europe et prendre la 2ème place mondiale, derrière les USA. 

La situation du Brésil reste préoccupante. Le nombre de nouveaux cas  reste élevé et celui des cas critiques très élevé (second derrière les USA à 8 318). Le nombre de décès devrait augmenter. 

La situation de la France continue de s’améliorer. Le nombre de cas critiques est en baisse. Le taux de mortalité est, à ce jour, de 386 décès par million d’habitants (hors décès à domicile), pour une moyenne mondiale de 32,4 .  Ce bilan en pertes humaines est le 5ème de la planète. 

Alors que l’épidémie s’achemine vers sa fin,  la France s’est «enfin» mise à tester et cherche à rattraper son retard. Avec 16 856 tests par million d’habitants,  la France  a amélioré son classement mondial  pour cette activité cruciale recommandée par l’OMS dès le 17 mars. Elle est passée de la  60ème,  à la 48ème place …. Si elle poursuit son effort,  la France pourrait même atteindre, en fin d’épidémie, le nombre quotidien de tests qu’elle aurait dû réaliser au début, pour espérer ralentir la propagation du virus et sauver un maximum de vies.  A ce jour, son nombre de tests par million d’habitants reste de 3 fois inférieur à celui du Portugal, 2 fois moindre que celui de l’Irlande et légèrement derrière celui du Venezuela pourtant peu affecté par l’épidémie:  «encore trop peu et surtout beaucoup trop tard» pour une grand pays développé…. (décision beaucoup trop tardive du ministère de la santé pour exploiter les capacités existantes des laboratoires vétérinaires).                                                                                                                   

Avec un taux de guérison, à ce jour, de 39% des cas confirmés, au niveau national, la France fait moins bien que l’Espagne qui a en déjà guéri 61%. Elle a beaucoup moins guéri que l’Allemagne qui a déjà renvoyé 80% de ses patients chez eux, que la Suisse qui en a guéri 84%, que l’Autriche qui en a guéri 85,2% …..etc.                                                                                     

Les situations de l’Italie et de l’Espagne s’améliorent , avec une baisse des nouveaux cas et des cas critiques, une hausse sensible des guérisons et des décès qui restent sous la barre des 300/jour. 

La situation de l’Allemagne poursuit son amélioration alors même qu’elle  déconfine: douze fois plus de guérisons que de nouveaux cas hier, baisse sensible du nombre des patients sous traitement  (-  2 000 hier). 

Les situations de la Belgique, de la Suède, de l’Iran, du Canada, de l’Inde, de l’Irlande, du Portugal et de l’Équateur sont stables, celles de la Turquie et de la Suisse s’améliorent, celle de la Russie se détériore. A noter que pour l’Iran et la Turquie le nombre de guérisons est désormais plus important que celui des nouveaux cas. Si les pertes restent très importantes pour un petit pays comme la Belgique et importantes pour l’Irlande, la Suisse et la Suède, elles restent faibles pour l’Iran, la Turquie et le Canada et très faibles pour la Russie. 

La Russie teste toujours beaucoup (200 000 tests hier), d’où un nombre très élevé de nouveaux cas détectés (encore 2ème derrière les USA avec près de 10 600).  Le compteur des cas sérieux ou critiques est bloqué à 2300 depuis plusieurs jours. Avec 126 000 patients sous traitement, la Russie arrive en 3ème position derrière les USA et le Royaume Uni. Le nombre des décès devrait croître dans les jours qui viennent. 

L’épidémie s’étend progressivement en Amérique latine. C’est vrai au Brésil, mais aussi au Mexique, au Panama, en Équateur,  au Pérou etau Chili

Les taux de mortalité par million d’habitants des 22  pays ayant dépassé les 1000 décès, dans le tableau ci dessous, donne une petite idée des zones géographiques les plus touchées et de la qualité de la gestion de l’épidémie par les gouvernances de chacun des états.     

Pour mémoire, le taux de mortalité Covid-19 est de 32,4 décès par million d’h. au niveau mondial.

Le tableau présenté ci après ne comporte que les 70 états ou territoires ayant enregistré plus de 2 000 cas. Il représente plus de 99 % du bilan des pertes humaines déclarées de la pandémie.

Il est suivi du tableau habituel de données concernant l’Europe et l’UE.

Europe (et l’UE) face à l’épidémie 
Rappel : à ce jour, le taux «mondial» de mortalité du Covid-19 est de 32,4 décès par million d’habitants

2 pensées sur “Situation du Covid-19 (coronavirus) au 5 mai

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *