Sur Israël, les prémonitions au vitriol de Raymond Aron

Raymond Aron est à la mode. Le penseur libéral, l’universitaire doublé d’un éditorialiste influent par ses éditoriaux dans Le Figaro puis dans L’Express, des années 1950 à 1980, a été convoqué à l’occasion du quarantième anniversaire de sa disparition par des médias de droite à la recherche des références intellectuelles qui leur manquent dans la production actuelle : « un maître pour comprendre les défis d’aujourd’hui », « un horizon intellectuel », « un libéral atypique ».

Lire la suite

À Jérusalem, la « Conférence pour la Victoire d’Israël » menace Londres et Washington – Thierry Meyssan

La « Conférence pour la victoire d’Israël – les colonies apportent la sécurité : retourner dans la bande de Gaza et le nord de la Samarie » n’était pas une simple réunion de suprémacistes juifs. Un rabbin, condamné en Israël à la prison à perpétuité pour ses crimes, s’y est exprimé au nom des successeurs du groupe Stern qui assassina les dirigeants britanniques de la Palestine mandataire. C’était une déclaration de guerre contre les Anglo-Saxons. En participant à cet événement, le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, menaçait Washington et Londres. Le président Joe Biden a immédiatement interdit toute collecte de fonds et transfert d’argent vers ces extrémistes. C’est la première fois que les États-Unis prennent des sanctions contre des Israéliens.

Lire la suite

13-15 février 1945 : Dresde, un crime de guerre des Alliés

À partir du 13 février 1945 et pendant trois jours, les Anglo-Américains perpètrent le crime des crimes, à Dresde. La capitale de Saxe est une ville ouverte : elle n’abrite ni usine, ni militaire et ne présente aucun intérêt stratégique. Au contraire, des centaines de milliers d’Allemands, fuyant les crimes de l’Armée rouge, se sont réfugiés dans la ville ; de nombreux blessés sont soignés dans les 25 hôpitaux de la ville. C’est un véritable choix terroriste qui a décidé les gouvernements criminels alliés à attaquer la ville.

Lire la suite

HEGEMON EP1 : Défaite ukrainienne, extension de l’OTAN et souveraineté culturelle

Suivez le premier épisode de notre émission mensuelle d’analyse géopolitique HEGEMON, commune entre ODC et Rachid Achachi, et Russie Politics et Karine Bechet-Golovko, ici : extension de l’OTAN, discours sur la défaite de l’Ukraine et que signifierait une victoire de la Russie, le «front intérieur» en Russie et la souveraineté culturelle.

Lire la suite

La destruction de la presseSystème

Chiffres impressionnants, ceux de la diffusion et de la vision de l’interview Carlson-Poutine. • On flirte autour des 200 millions. • La presseSystème enrage absolument de ce triomphe qui marque sa descente aux enfers : elle se trouve entre jalousie et hystérie. • C’est une immense bataille qui se livre et une affreuse défaite qui se dessine : sans la presseSystème, le château de cartes faussaires s’écroule. • Que faire mais que faire ? • Suggestion pleine de simplicité et d’humilité : regarder s’écrouler le château de cartes et regarder Tucker Carlson.

Lire la suite

L’EXERCICE « STEADFAST DEFENDER » 24 DE L’OTAN.  

L’ exercice militaire de l’OTAN, d’ampleur exceptionnelle et qualifié de « dissuasif », se déroule du mois de février au mois de mai 2024 dans l’aire des pays baltes et de la Pologne. Il est conçu pour  l’hypothèse d’un  scénario du pire, une invasion russe. Il a pour but, selon les planificateurs occidentaux, d’adresser un message fort à la Russie, soupçonnée de préparer un plan de conquête  de l’Europe centrale et du Nord, jugé inacceptable par les pays européens, l’Otan et les Etats-Unis et vise à l’en dissuader.

Lire la suite

Pourquoi Medvedev est libre de la jouer «Born to Be Wild»

Le monde doit être reconnaissant au vice-président du Conseil de sécurité russe, Dimitri Medvedev. Paraphrasant cette série de publicités emblématiques de l’époque de la guerre froide sur une bière qui rafraîchit les parties que les autres bières ne peuvent atteindre, Medvedev rafraîchit ces parties – sensibles – que le Kremlin et le ministère des affaires étrangères, pour des raisons diplomatiques, ne peuvent pas atteindre.

Lire la suite

Les États-Unis et l’Europe sont bien décidés à déclencher la troisième guerre mondiale

Les États-Unis et l’Europe – les Britanniques en particulier – échappent à tout contrôle et bafouent le droit international en menant des frappes militaires au Yémen, en Syrie et en Irak. L’Occident prétend qu’il s’agit d’un acte d’autodéfense, mais au lieu de tuer ou d’arrêter des individus spécifiques responsables d’attaques, ils se livrent à une punition collective. Je pense que nous arrivons à un point où la colère contre l’Occident va exploser et où les États-Unis et l’Europe vont goûter à leur propre médecine. Tout cela aurait pu être évité, mais les États-Unis et la Grande-Bretagne ont convaincu leurs citoyens que des attaques contre des pays étrangers sans le soutien des Nations unies étaient tout à fait appropriées. Ce n’est pas le cas. Ces actions ébranlent le soutien international à l' »ordre international fondé sur des règles » proclamé par les États-Unis.

Traduit avec DeepL.com (version gratuite)

Lire la suite