Situation du Covid-19 (Coronavirus) au 31 mars

L’Afrique est un continent dont nombre d’ habitants consomment régulièrement, et depuis des décennies, la chloroquine et ses dérivés pour combattre le paludisme, notamment dans les zones humides. Ça semble leur avoir plutôt réussi jusqu’à présent, hier contre le paludisme, et peut être aujourd’hui contre le coronavirus.

Lire la suite

Soros, Erdogan et les armes d’immigration massive contre l’Europe et la Russie.

Dans une tribune intitulé « L’Europe doit se tenir aux côtés de la Turquie au sujet des crimes de guerre de Poutine en Syrie », George Soros expose les raisons pour lesquelles, selon lui, l’Union européenne devrait soutenir les

Lire la suite

MOSCOU – CANOSSA le 5 mars 2020

Poutine a reçu Erdogan à Moscou le 5 mars dernier pour lui faire signer un accord qui est un pas décisif vers le dénouement de la crise syrienne. Il ne l’a pas fait attendre trois jours tête nue et pieds nus dans la cour du Kremlin comme le pape Grégoire VII l’a fait en janvier 1077 dans la cour de son château de Canossa pour l’empereur d’Allemagne Henri IV. Mais il a montré au Grand Turc, et par la même occasion au reste du monde, qui était le plus fort et le plus habile.

Lire la suite

Erdogan face à son destin

Depuis le début de la guerre contre la Syrie en 2011, Recep Tayyip Erdogan, en tant que Premier ministre (2003-2014) et Président de la République de Turquie (depuis 2014) a engagé son pays, aux côtés, entre autres, des États-Unis, de l’Arabie saoudite et d’Israël, dans une guerre, par l’intermédiaire de groupes terroristes qu’il soutient, abrite et arme. En tant que membre de l’OTAN, la Turquie a offert son plein soutien à la coalition occidentale, sous l’autorité des États-Unis, dans la tentative de démembrement du Levant, conformément à l’application du plan israélien Oded Yinon[i]. La déstabilisation de la Syrie est, du point de vue de l’expansionniste Erdogan, une opportunité de se tailler une part du territoire du pays du Cham.

Lire la suite