PRESENTATION DE LA “MULTIPOLARITE AU XXIème SIECLE” ET DE “L’EUROPE, LA MULTIPOLARITE ET LE SYSTEME INTERNATIONAL – Irnerio Seminatore

Ce qui se prépare aujourd’hui et qui est conforme à la théorie des grands cycles et à la situation du monde actuel, demeure le duel du siècle entre les Etats-Unis et la Chine. Mais “quid” alors de la Russie et avec autant d’inquiétude de l’Europe ? Les interrogations proposent à l’action les grandes options de demain, mais ne donnent que l’image approximative du possible et jamais la solution accomplie. Celle-ci appartient à l’imprévu, qui est l’enfant naturel du risque et l’appétit le plus cruel de l’aventure humaine.

Lire la suite

Le moment décisif

La rupture du front à Soledar marque un tournant décisif dans la guerre qui se joue entre « l’Occident collectif » et le reste du monde emmené par la Russie pour l’occasion. Une question se pose : l’Occident collectif va-t-il franchir un palier dans son engagement en soutien à l’Ukraine ou bien accepter une porte de sortie ? Une question subsidiaire en découle : la co-belligérance sera-elle déclarée ou non ?

Lire la suite

L’Occident a tendu un piège perfide aux Russes, mais il a fait chou blanc

Selon Mme Merkel, les accords de Minsk ont été un succès à un égard, car “l’Ukraine a profité de ce temps pour devenir plus forte, comme nous le voyons aujourd’hui. L’Ukraine de cette époque n’est pas l’Ukraine d’aujourd’hui. Poutine aurait pu facilement gagner à ce moment-là. Et je doute fort que les pays de l’OTAN auraient pu faire autant à l’époque qu’ils le font aujourd’hui pour aider Kiev”, a fait valoir Mme Merkel. Pour Moscou, la formule est claire : on ne peut faire confiance à l’Occident et il faut lui présenter des faits accomplis. Il n’y a rien d’autre à faire.

Lire la suite

L’ingérence atlantiste en Ukraine doit cesser pour permettre à l’Europe de définir un nouveau pacte de stabilité – Nicolas Mirkovic

Pour sortir de ce capharnaüm géopolitique, l’Europe n’a pas d’autre choix que de négocier une paix très rapidement entre les belligérants. Comme Bruxelles semble encore plus américaine que les Américains eux-mêmes il en revient aux nations européennes de prendre leur courage à deux mains et d’entamer des négociations sérieuses avec Washington, Moscou et Kiev. La France devrait prendre la tête de cette coalition .

Lire la suite

« Pire que le Covid » : l’Europe dernier bastion pour la dictature de Davos, de l’OTAN et de von der Leyen

Pour accomplir son «  Great Reset », à défaut du monde, Davos pourrait travailler à consolider son bastion Europe. Et Klaus Schwab ne manque pas d’alliés pour mener à bien cette réorientation.

Lire la suite

LE KREMLIN DÉCLARE : « NOUS SOMMES CONFRONTÉS À L’ENSEMBLE DE L’OTAN EN UKRAINE »

Les événements en Ukraine ne sont pas un affrontement entre Moscou et Kiev.
C’est une confrontation militaire de l’OTAN, en premier lieu des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne, avec la Russie. Craignant un engagement direct, les instructeurs de l’OTAN poussent les Ukrainiens vers une mort certaine 

Lire la suite

Maximilian Krah (AfD) : “L’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN amène la guerre chez nous”

Avec Trump, nous n’aurions pas de guerre en Ukraine, nous aurions nettement moins de sanctions commerciales. Notre balance du commerce extérieur serait donc encore positive, le prix de l’énergie plus bas et donc l’inflation inférieure à cinq pour cent. Donc la paix et la prospérité au lieu de la guerre et de la désindustrialisation. Ce serait mieux ? Sans aucun doute ! Biden est une catastrophe pour l’Allemagne. Car quelle que soit l’issue de cette guerre provoquée en Ukraine, le perdant est déjà désigné : l’Allemagne.

Lire la suite