Why Do Brits Hate Russians?

Britain is the world leader in anti-Russian politics. The Brits hate Putin and zealously encourage the Ukies to fight their Russian cousins to the last drop of blood. The Russians and the Ukies were ready to sign a deal in February 2022, until British PM Johnson arrived in Kiev to convince the Ukies to drop it. And so they did. Ever since then, the Brits have been the leading force pushing the Ukies to fight, and convincing NATO members to help them fight. The Brits are leading the global anti-Russian campaign. These are the facts. However, the explanation of these facts evaded me until now.

Lire la suite

Orson Welles et sa fonction US très spéciale – Nicolas Bonnal

Je ne veux pas déboulonner une idole, mais simplement rappeler des faits. Je sais que je pourrais choquer, mais comme je ne lis jamais les commentaires… De toute manière je considère que l’individu génial, baroque, était plus intéressant par sa culture, ses facéties, son côté gauchiste caviar et Pantagruel d’opérette que le cinéaste

Lire la suite

Le Bürgenstock peut réussir… Mais sans Zelenski (ni Cassis)

l’Occident est aujourd’hui dans une impasse. Il n’a toujours pas de stratégie de sortie de crise en Ukraine et n’a rien à proposer en dehors d’un soutien aveugle et inconditionnel au régime de Zelenski. Il ne sait pas quoi, comment ni avec qui négocier puisqu’il boycotte Poutine. Il se contente donc de suivre les élites les plus bellicistes d’Europe de l’Est, des pays baltes, de Pologne et de Washington, tout en n’étant pas d’accord sur ce que la paix devrait et pourrait être. Il n’y a pratiquement aucune chance pour que cela change avant les élections de novembre aux Etats-Unis

Lire la suite

Les ministres de l’OTAN examinent la mise en œuvre d’un fonds de 100 milliards d’euros pour l’Ukraine

Les ministres des Affaires étrangères de l’OTAN devraient discuter en détail d’un programme de soutien à l’Ukraine lors de leur réunion à Prague vendredi (31 mai), avant le sommet de l’alliance qui se tiendra en juillet à Washington.

Lire la suite

L’“énigme” transatlantique

Contrairement à l’Europe, qui est passée à la modernité à partir d’une riche histoire prémoderne, l’Amérique est née directement dans la modernité, incarnant une société purement conceptuelle basée sur l’individualisme. Ce fondement individualiste a donné naissance à une culture hautement libérale, dans laquelle l’individu évolue comme un Dasein isolé. L’anthropologie et les sciences sociales modernes, qui assimilent « l’humanité » à l’individu, sont restées figées sur ce concept. La fixation de l’Amérique sur l’individu a conduit à un mode d’existence superficiel, dépourvu de la profondeur de l’être historique qui caractérise les sociétés européennes.

Lire la suite

Avant tout, personne n’est en concurrence avec les États-Unis

Les élites américaines sont, en matière de sécurité, obsédées par la menace que représentent la Chine et la Russie pour la primauté mondiale des États-Unis. Il s’agit d’une grave erreur de calcul stratégique. Le réseau mondial étasunien d’alliés puissants et de bases (alors que la Chine et la Russie n’en ont pratiquement pas), leur puissance maritime inégalée et la possession de la seule monnaie véritablement mondiale signifient qu’aucun autre pays ne peut défier Washington sur la scène mondiale en tant que leader.

Lire la suite