La guerre de l’information des États-Unis et de leurs alliés contre la Russie – Tendances et caractéristiques principales

Le but est d’en faire un «État voyou», à l’instar de l’Irak de Saddam Hussein dans les années 1990 et de ce que les Américains tentent depuis quarante ans, sans grand succès il faut le reconnaître, avec la République islamique d’Iran. Si les stratèges américains atteignaient leur but, la Russie perdrait son prestige et se retrouverait aussi isolée sur la scène internationale que déconsidérée par l’opinion publique mondiale.

Lire la suite

Youssef Hindi à Madrid : Texte de son intervention “Géopolitique et messianisme”

Les grandes stratégies géopolitiques qui ont cours aux époques moderne et contemporaine ont été théorisées et appliquées par des puissances antiques : division ethnique pour faire imploser l’État et régner, contention militaire dans les zones d’influence de l’ennemi, ont été mises en œuvre par Carthage, puissance maritime, contre Rome, tellurocratie, et aujourd’hui par les anglo-américains contre la Russie.

Lire la suite

Manifestation et contre-manifestation en Tchéquie à propos des sanctions contre la Russie

« La Tchéquie à la première place ! ». Tel était le principal slogan des organisateurs de la manifestation qui a réuni plusieurs dizaines de milliers de manifestants (selon la police) vendredi place Venceslas à Prague. D’autres manifestations du même type se déroulaient dans plusieurs villes de Tchéquie à l’appel de plusieurs organisations et partis à sensibilité souverainiste. C’était la troisième manifestation de ce type au cours des deux derniers mois.
Les principaux médias ont cependant préféré se concentrer sur la contre-manifestation de dimanche, de taille similaire selon la police (ce que semble peu ou prou confirmer les photos de la manifestation), où plusieurs organisations avaient appelé à venir manifester « contre la peur » que les souverainistes, qualifiés pour l’occasion d’extrême droite et d’extrême gauche, sont censés distiller dans la population avec leur discours.

Lire la suite

La fuite de Ksenia Sobtchak comme symbole de l’effondrement final de l’élite libérale en Russie

Tout ce qu’elle a réussi à faire en fin de compte, c’est de devenir le symbole de la vulgarité et de la médiocrité des Russes occidentalisés, c’est-à-dire des forces de l’élite russe qui ont essayé, sinon de revenir en arrière, vers les « glorieuses années quatre-vingt-dix », du moins d’« arrêter le mouvement », de tenir les hauteurs prises – dans l’économie, l’idéologie, l’éducation, la culture. Ils étaient depuis longtemps voués à la défaite : la Russie leur échappait et inexorablement leur tournait le dos pour suivre son propre chemin. Mais eux, comme toute communauté parasitant l’organisme du peuple, espéraient toujours tenir, s’accrochant au pays si mal aimé d’eux, mais qui les nourrissait.

Lire la suite

Discours du président russe Vladimir Poutine lors du forum du club Valdaï

La Russie ne défie pas les élites de l’Occident – elle défend simplement son droit d’exister et de se développer librement. En même temps, nous ne deviendrons pas nous-mêmes un nouvel hégémon. La Russie ne propose pas de remplacer l’unipolarité par la bipolarité, la tripolarité et ainsi de suite, la domination occidentale par la domination de l’Est, du Nord ou du Sud. Cela conduirait inévitablement à une nouvelle impasse. Je suis convaincu seul le libre développement des pays et des peuples, peut s’opposer à la dictature, que seul l’amour envers l’être humain comme envers le Créateur peut s’opposer à la dégradation des individus, et que seule la complexité épanouie des cultures et des traditions peut s’opposer à l’uniformisation et aux interdits primitifs

Lire la suite

L’offensive hivernale de Poutine

La rapidité avec laquelle Poutine a annexé les quatre régions d’Ukraine suggère que le but réel de cette action va bien au-delà de l’expansion de la frontière occidentale de la Russie. La véritable raison pour laquelle Poutine a fait adopter cette mesure à la hâte était de changer fondamentalement les règles d’engagement. Il va sans dire qu’une opération militaire spéciale n’a rien à voir avec la défense de son propre territoire souverain. En d’autres termes, le véritable objectif du référendum était d’indiquer que « les gants ont été retirés » et que la Russie va répondre aux attaques de l’Ukraine avec une férocité inattendue.

Lire la suite

Avons-nous déjà oublié le viol de la Russie par la CIA dans les années 1990 ?

Lorsque le coup d’État, qui a porté Eltsine au pouvoir avec l’aide de la CIA, a été réalisé, Boris Eltsine disposait d’énormes actifs sous la forme de matières premières de chrome, de nickel, de pétrole, de gaz, de fer et de cuivre. Il s’agissait de milliards immenses dont un président russe alcoolique entouré de voleurs complices et calculateurs pouvait désormais disposer. Sous la houlette de Jeffrey Sachs, professeur à Harvard, que Bill Clinton avait chargé d’appliquer une thérapie de choc pour remettre de l’ordre dans les finances de la Russie, le démembrement des biens russes a commencé. Clinton, comme vous le savez, est entré à la Maison Blanche en 1993. On appelait cela une thérapie de choc et, bien sûr, les citoyens russes ont été extrêmement choqués lorsqu’ils ont réalisé ce qui se passait. En fait, il s’agissait de lancer un massacre de l’économie et de la société russes, un assaut colossal contre une nation indépendante. La Russie était aux prises avec une crise économique profonde, en grande partie causée par les États-Unis et leurs alliés qui avaient forcé le pays à entrer dans cette crise économique.

Lire la suite