Thierry Meyssan et le super-Etat européen – Nicolas Bonnal

 L’Histoire de l’UE est déjà écrite. Ce qui est merveilleux avec ce projet, c’est qu’au fur et à mesure qu’il s’accomplit, on découvre pourquoi Bruxelles a imposé des règles et des faits qui n’avaient aucun sens lorsqu’ils ont été arrêtés, mais en prennent un désormais.

Lire la suite

L’UE veut sa guerre pour verrouiller sa dictature – Nicolas Bonnal

Le virage totalitaire de l’UE est ancien, il colle même à son ADN, et De Gaulle l’avait pressenti au moment de la commission Hallstein. Jusque-là elle a été lente cette Europe pantagruélique et elle découvre comme Tocqueville que le meilleur moyen d’établir sa dictature est la guerre 

Lire la suite

L’Eurovision et le satanisme culturel en occident – Nicolas Bonnal

Il y a deux sortes d’imbéciles aujourd’hui : les hypnotisés qui adorent tout ce qu’on leur donne (guerre, vaccin, misère, satanisme) et les anesthésiés qui ne comprennent rien. N’ayant pas de télé, j’ai dû attendre le texte de Vigilant Citizen pour comprendre à quelle sauce les sorcières du Macbeth mondialiste et luciférien dévoraient les âmes du public des hébétés (mot utilisé déjà Tocqueville Chateaubriand ou Mgr Gaume).

Lire la suite

Le modèle romain de notre empire ploutocratique – Nicolas Bonnal

La ploutocratie totalitaire induit une gouvernance impériale-globale sur les masses. C’est pourquoi actuellement les élites et leurs journalistes choisissent l’empire ; il en était de même dans l’Antiquité, comme l’explique l’historien Fustel De Coulanges dans son infinie Cité antique, livre le plus indispensable au monde.

Lire la suite

Todd et Freud au chevet des occidentaux – Nicolas Bonnal

C’est pareil pour tout : invasion migratoire, abolition des sexes, nazisme sanitaire, dette immonde, catastrophe ou sabotage écolo-politique : l’occident veut nier toute réalité. Il est gnostique au sens bouffonnant du terme. Maintenant que nous sommes libérés, en masse, des croyances métaphysiques, fondatrices et dérivées, communistes, socialistes ou nationalistes, nous vivons l’expérience du vide». Et c’est ainsi que nous sommes devenus «une multitude de nains mimétiques qui n’osent pas penser par eux-mêmes – mais se révèlent aussi capables d’intolérance que les croyants de l’Antiquité

Lire la suite

Maxime du Camp et l’éternel ridicule français en 1870 – Nicolas Bonnal

Nous sommes saturés de rhétorique; nous avons des façades de croyance, d’opinion, de dévouement; derrière il n’y a rien. Tout est faux, tout est théâtral, nous sommes des Latins; chez nous, comme pour le baron, tout est « pour paraître ». C’est la fin du monde. Il y a une phrase des Mémoires d’outre-tombe qui m’obsède et sonne en moi comme un glas funèbre :

« Il ne serait pas étonnant qu’un peuple âgé de quatorze siècles, qui a terminé cette longue carrière par une explosion de miracles, fût arrivé à son terme. »

Lire la suite

Entre désespoir et décadence : Pierre Drieu La Rochelle et la démission française – Nicolas Bonnal

Le journal de Drieu publié courageusement par Gallimard avait fait scandale il y a trente ans lors de sa parution. C’est Jean Parvulesco qui me l’avait alors recommandé. Je l’ai relu récemment avec un intense intérêt tant les préoccupations de Drieu recoupent les nôtres : sensation de décadence terminale, désespoir (au sens strict) historique, incapacité de trouver des sauveurs (Hitler ? Staline ? Les chinois ?), et sinistre impression causée par la torpeur française – la même que ressent alors Bernanos, un de rares écrivains qu’estime alors Drieu

Lire la suite

Coomaraswamy et l’éternel péril occidental

Parmi les forces qui font obstacle à une synthèse culturelle ou, pour mieux dire, à une entente commune indispensable en vue d’une coopération, les plus grandes sont celles de l’ignorance et du parti pris. L’ignorance et le parti pris sont à la base de la naïve présomption d’une «mission civilisatrice».

Lire la suite

Céline et la malédiction du pacifisme – Nicolas Bonnal

On l’a vu avec Trump : les pacifistes sont toujours considérés comme des nazis. Celui qui veut l’humanité cuite au nucléaire (péril chinois, russe, arabo-iranien, nord-coréen, etc.) est le héros humanitaire et démocrate et nobélisable. Mais on ne la refera pas leur république. Elle aime s’envoyer en l’air sur les champs de bataille – et ce depuis le début.

Lire la suite