Sortie du livre “Globalisme et dépopulation : biopolitique, vaccination, transhumanisme” de Pierre-Antoine Plaquevent

Sortie du nouveau livre de Pierre-Antoine Plaquevent intitulé : “Globalisme et dépopulation : biopolitique, vaccination, transhumanisme”

Lire la suite

« Lutte pour la survie » : Soros et Davos, face au Stalingrad du mondialisme

«L’invasion [de l’Ukraine] a peut-être été le début de la Troisième Guerre mondiale et notre civilisation peut ne pas y survivre», a déploré Soros,
Pour l’élite davossienne – mais aussi pour les peuples qui subissent son agenda, le réveil risque d’être difficile.

Lire la suite

“L’Europe est un champ de bataille entre deux visions du monde” – Entretien avec Daria Platonova

Je pense qu’il est nécessaire de réaliser que le système de propagande médiatique vise à renforcer l’influence américaine sur le continent européen. D’ailleurs, on en parle souvent en Italie. Il est très important de comprendre qu’aujourd’hui le régime de Kiev est le bastion avancé d’une idéologie mondialiste destructrice avec des idées de xénophobie, de haine radicale et de tyrannie.

Lire la suite

Emmanuel Macron, une comète dans la galaxie Soros ?

Le journaliste d’investigation Pierre-Antoine Plaquevent a consacré un livre au milliardaire américain paru en 2018. Son ouvrage permet d’appréhender les visées  de George Soros, qui, loin de se cantonner à des actions « humanitaires », se concrétisent dans le soutien à des mouvements politiques et sociaux résolument orientés idéologiquement. Cette stratégie s’illustre dans le promotion de l’ouverture des frontières, des droits des minorités sexuelles, de la dépénalisation du cannabis, du supranationalisme, dans l’aide à l’immigration clandestine, etc. Toutes ces orientations sont promues par George Soros grâce des moyens financiers considérables déversés dans d’innombrables associations et O.N.G., plus ou moins proches du pouvoir politique des Etats concernés. C’est là le nœud du problème : George Soros met une partie de sa fortune au service de convictions qu’il veut imposer aux peuples occidentaux.

Lire la suite

Machiavel, toujours…

Il est du plus haut intérêt de constater combien de « journalistes » concluent des événements récents à l’isolement de la Russie. Les faits sont pourtant là, établis par les votes à l’ONU lors de la résolution condamnant la Russie, établis aussi par les déclarations des dirigeants. Si la Chine s’est opposée, l’Inde s’est abstenue, comme la Turquie elle-même, membre de l’OTAN. En Asie, quelques-unes des puissances montantes, comme le Vietnam peu suspect d’allégeance à la Chine, s’est également abstenu. Et le Mexique, comme l’Argentine, comme le Brésil, ont fait savoir leur opposition aux sanctions. Le calcul est vite fait ; ce sont des pays représentant plus des deux tiers de la population mondiale qui ont voté contre la condamnation de la Russie, ou se sont abstenus. Et ce sont des dizaines de pays qui entendent bien continuer à commercer avec la Russie, et le font savoir.

Lire la suite

La Suisse a offert à Klaus Schwab le statut d’Organisation internationale. Une révolution antidémocratique.

Nous sommes donc à la croisée des chemins. Les modèles monétaires, financiers, économiques, fonciers, éducatifs, ou culturels de l’ancien monde sont en voie de liquidation. Les richesses associées ont néanmoins été captées par une oligarchie privée et corporatisée, qui se rend maîtresse de tous les leviers. Pour atteindre le nouveau paradigme, les seigneurs mettent en place une révolution sociétale dans laquelle l’humanité risque de perdre ses dernières libertés et ses droits, avec en particulier le droit à la propriété privée. Ce faisant, elle dépendra du système omniprésent pour assurer sa subsistance. Un revenu universel et une économie de partage seront mis à disposition du terrien contre services rendus à la communauté.

Lire la suite

Guerre économique contre la Russie : première guerre mondiale menée au nom de la culture de l’annulation (« Cancel culture »)

La question de savoir qui va gagner ou perdre ce nouveau type de guerre, dépendra grandement de la Chine. En effet, les Etats-Unis demandent à la Chine de faire pression sur la Russie afin qu’elle échoue à imposer une négociation sur le statut de l’Ukraine qui soit défavorable à la vision atlantiste et mondialiste expansionniste. Pour cette Amérique de la « cancel culture », le rêve est de former un condominium américano-chinois sur le monde pour préserver sa suprématie géopolitique tout en diminuant le poids de la Russie. Elle pourra ensuite un jour supprimer (« cancel ») aussi la Chine selon la même principe qui est appliqué à la Russie au moyen du  concept de  Nouvelle Guerre froide.

Lire la suite

La guerre de libération continentale ou l’émancipation des peuples captifs

Vues d’un point de vue historique et géopolitique correct, les actions de la Russie s’avèrent n’être qu’une réaction à l’offensive continue de l’Occident. Pour la Russie, l’Ukraine est la dernière redoute de défense. Face à cette agression, matérialisée également par le meurtre d’environ 14 000 civils en 8 ans dans la région du Donbass, commis par le régime de Kiev, la Russie n’a nulle part où se retirer. C’est pourquoi l’opération d’aujourd’hui n’est qu’une contre-offensive. En d’autres termes, d’un point de vue russe, ce pays est à nouveau engagé dans une guerre patriotique comme celle de 1812 contre l’invasion de l’armée de Napoléon ou des hordes nazies d’Hitler entre 1941 et 1945. C’est en fait une nouvelle Guerre pour la Défense de la Patrie.

Lire la suite

« Nous ne sommes pas vos esclaves », riposte le dirigeant du Pakistan aux Européens qui lui demandent de condamner la Russie

S’adressant aux envoyés de l’Union européenne, le Premier ministre pakistanais Imran Khan a déclaré que son pays n’était « pas l’esclave » des Européens, faisant référence à la demande de l’Union européenne qu’Islamabad condamne l’opération militaire russe en Ukraine.

Lire la suite