La guerre de l’information des États-Unis et de leurs alliés contre la Russie – Tendances et caractéristiques principales

Le but est d’en faire un «État voyou», à l’instar de l’Irak de Saddam Hussein dans les années 1990 et de ce que les Américains tentent depuis quarante ans, sans grand succès il faut le reconnaître, avec la République islamique d’Iran. Si les stratèges américains atteignaient leur but, la Russie perdrait son prestige et se retrouverait aussi isolée sur la scène internationale que déconsidérée par l’opinion publique mondiale.

Lire la suite

Youssef Hindi à Madrid : Texte de son intervention “Géopolitique et messianisme”

Les grandes stratégies géopolitiques qui ont cours aux époques moderne et contemporaine ont été théorisées et appliquées par des puissances antiques : division ethnique pour faire imploser l’État et régner, contention militaire dans les zones d’influence de l’ennemi, ont été mises en œuvre par Carthage, puissance maritime, contre Rome, tellurocratie, et aujourd’hui par les anglo-américains contre la Russie.

Lire la suite

Pour le président de la Douma, l’Ukraine n’est plus un Etat

Le discours politique intérieur russe concernant l’Ukraine évolue au fur et à mesure de l’implication croissante des pays de l’OTAN dans ce conflit. La mise au service institutionnelle, économique et humaine de l’Ukraine conduit Volodine, le président de la Douma à déclarer la perte de l’étaticité par l’Ukraine. L’Ukraine est occupée par l’OTAN. Le pays est devenu une colonie américaine. Les ordres pour Kiev sont donnés depuis Washington. Les forces armées sont contrôlées par le Pentagone. Le régime de Kiev ne peut pas remplir de manière indépendante ses obligations sociales envers ses citoyens, payer les salaires et les pensions. Le système financier du pays est détruit.

Lire la suite

Myrotvorets, exécutions extrajudiciaires

Rappelons nous enfin la déclaration de Mike Pompéo, alors même qu’il était Secrétaire d’État : « Lorsque j’étais directeur de la CIA, nous avons menti, triché, volé, c’était comme si nous avions reçu des stages de formation pour apprendre à le faire ». Avec des individus du même acabit à la tête des gouvernances occidentales, disposant de l’appui de la finance, des médias et des GAFAM, on observe que la création et la diffusion de narratifs mensongers est devenue la règle. Cela a été vrai pour la gestion de la crise Covid, cela est vrai pour la guerre OTAN-Russie en Ukraine.

Lire la suite

La France et ses meilleurs ennemis en Afrique

La France est contestée de toutes parts sur le continent au point qu’elle n’a plus de marge de manœuvre. Si elle avance à visage découvert c’est un tollé, si elle avance masquée, elle se fait repérer et c’est pire encore. Le rejet de la politique française – car c’est bien de cela dont il s’agit et non pas de sentiment antifrançais, les expatriés n’ont aucun problème sur le continent – a de multiples ressorts et est antérieur à l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron. Cependant, sous ses quinquennats, ce rejet a pris des proportions stratosphériques. La petite musique dans les médias comme sur les réseaux sociaux consiste à accuser Moscou d’être le bras armé de cette contestation. Or, sans être naïf et nier le rôle de la Russie, elle n’est qu’un facteur parmi d’autres qui concourent à ce climat.

Lire la suite

Est-ce que l’éclatement de l’OTAN est possible ?

L’Otan ne permettra pas à Kiev de rejoindre l’Alliance de l’Atlantique Nord avant la fin de l’opération spéciale russe sur son territoire, écrit le New York Times. « Parce que l’Alliance adhère au principe de défense collective, il est extrêmement peu probable qu’elle accepte un pays prenant part aux hostilités dans ses rangs », ont suggéré Andrew Kramer et Dan Bilefsky. L’entrée de l’Otan dans le conflit conduira à une grande guerre, dont les participants seront soudainement 30 États qui ne le veulent pas. Par conséquent, l’aide à Kiev, par ses alliés occidentaux, doit être considérée comme l’action de pays individuels et non de l’ensemble de l’Alliance de l’Atlantique Nord.

Lire la suite

Qui a intérêt à briser les gazoducs de la Russie vers l’Europe?

Quant au sabotage des gazoducs Nord Stream 1 et 2 allant de la Russie à l’Allemagne, c’est le président Biden en personne qui a indiqué qui l’a effectué quand il déclare dans une interview: “Il n’y aura plus de Nord Stream. Nous mettrons fin à ce projet. Je vous promets que nous sommes en mesure de le faire”. Et c’est confirmé par le fait que, le jour même où a été saboté le gazoduc Nord Stream, a été ouvert le gazoduc alternatif, le Baltic Pipe, qui transporte le gaz de la Norvège vers la Pologne et les pays limitrophes à travers le Danemark. La guerre des gazoducs fait partie de la stratégie avec laquelle les USA et l’OTAN veulent briser tout rapport de l’Europe avec la Russie et faire de l’Europe la première ligne de la guerre contre la Russie.

Lire la suite

Guerre sans contact, manipulation du potentiel contestataire, les leçons du Kosovo appliquées à l’Ukraine

Aujourd’hui, alors que la partition de l’Ukraine est raisonnablement le seul mode de résolution possible du conflit, deux forces s’y opposent, d’une part, la frange ultranationaliste, que l’on peut identifier au « potentiel contestataire de la population »  et d’autre part, les Etats-Unis, « principal investisseur de la guerre sans contact » qu’elle mène plusieurs décennies en Ukraine.

Lire la suite

Et si l’objectif russe n’était pas de vaincre l’Ukraine, mais de vaincre l’Occident ? par Dominique Delawarde

Comme tout observateur intéressé par l’opération spéciale en Ukraine, je me suis interrogé à de multiples reprises sur le comportement général de l’Armée Russe, sur sa retenue, sur ses actions ou parfois son inaction, sur la placidité et le calme affichés par la gouvernance russe face à l’hystérie des gouvernances et des médias des pays membres de l’OTAN. J’ai donc cherché de nouvelles clefs pour tenter de comprendre les événements et leur donner du sens. Le texte d’un blogueur russe, m’a interpellé hier parce qu’il correspondait assez bien au cheminement de mes réflexions.

Lire la suite

La stratégie du Kremlin pour provoquer l’effondrement de l’Occident

Que se passerait-il aujourd’hui si nos forces avaient pris Kiev en mars? Que se passerait-il aujourd’hui si nous avions déployé toutes nos forces pour prendre la totalité de l’Ukraine? La Russie se serait agrandie, avec de nouvelles frontières. Et rien d’autre n’aurait changé, les pays occidentaux continueraient leur diktat mondial en distribuant menaces et sanctions! QUI est la victime du sabotage du Nord-Stream2? Les pays d’Europe. La conséquence sera un effondrement économique grandiose dans les mois voire les semaines à venir, et nous l’espérons des révoltes dans ces pays contre les gouvernements en place.

Lire la suite