L’Europe et l’Ukraine : du syndrome de Stockholm au complexe de l’autruche

Désormais, c’est la Finlande et la Suède qui expriment ardemment leur volonté de rejoindre l’Otan… pour se protéger de la Russie naturellement ! Un raisonnement sidérant d’aveuglement voire de mauvaise foi, puisque c’est précisément l’avancée géographique ininterrompue de l’OTAN vers les frontières russes au cours de 5 phases d’élargissement, et les encouragements et soutien militaire actifs donnés à l’Ukraine comme à la Géorgie pour rejoindre l’Alliance qui ont, depuis plus de 20 ans, nourri le complexe obsidional russe et finalement conduit le président Poutine à lancer son intervention armée en Ukraine. Nous n’avons encore qu’entrevu les conséquences dramatiques non pour Washington mais pour nous, Européens, de cette folie stratégique.

Lire la suite

Au sujet des pertes de l’armée russe en Ukraine

Comment l’armée russe, qui perd un bataillon par jour (ce qui signifie qu’elle a 3 à 4 fois plus de blessés) et qui domine complètement l’espace, le ciel, la mer et le sol (le truc multi-domaine, vous savez) avec une VSU déjà détruite de facto en tant que force organisée, a-t-elle pu accomplir tout cela ? Humm, quelque chose ne colle pas dans la comptabilité de l’OTAN. A ce jour, les Russes devraient être désintégrés. 15 000 morts et environ 50 000 blessés.

Lire la suite

L’Otan se prépare par un exercice secret en cas de guerre nucléaire

Alors que les grands média européens passent sous silence cet exercice nucléaire, l’Otan est en train de préparer ses armées à l’utilisation de bombes atomiques malgré les accords passés qui interdisent l’augmentation de l’emploi des armes nucléaires.

Lire la suite

AUKUS , une alliance anglo-saxonne dans l’Indo-Pacifique pour conserver l’hégémonie mondiale contre la Chine, la Russie et la France

L’émergence de cette configuration était donc en grande partie prévisible. L’erreur de la diplomatie française (depuis le départ du général de Gaulle) a été de persister à croire qu’un rang privilégié pouvait lui être accordé en se coulant dans les priorités géopolitiques anglo-saxonnes (en s’inscrivant dans la doctrine indopacifique /élargissements OTAN) tout en préservant une marge de manœuvre tactique (en obtenant des contrats d’armements par exemple).

Lire la suite

La nouvelle approche stratégique américaine. La boucle est bouclée

Loin du déclin, les États-Unis préparent au contraire leurs offensives contre leurs nouveaux adversaires, au premier rang desquels la Chine. Leur méthode ? Ne plus sacrifier des hommes et des budgets dans des guerres sans fin, ne plus tenter d’instaurer à l’étranger une démocratie libérale sur la base de valeurs étrangères dont le résultat est à chaque fois (Irak, Afghanistan) implacable.

Lire la suite

France : le refus de la puissance

Nous sommes ainsi le second empire maritime au monde derrière les États-Unis. Qui le sait ? Ou qui souhaite le clamer ? À ce titre la France appartient davantage au Pacifique qu’à l’Europe. À l’heure où le centre de gravité de la planète bascule vers l’Asie, il me semble bon de le dire !

Lire la suite

Gouvernance globale et guerre civile mondiale – Pierre-Antoine Plaquevent

Au vu de la tension croissante entre USA et Chine/Russie, la toile bruisse de rumeurs de guerre et beaucoup se posent légitimement la question de savoir si une guerre mondiale ouverte pourrait suivre la séquence du Covid commencée fin 2019. Tenter de répondre à cette question nécessite d’aborder cette problématique complexe sous trois aspects principaux : politique, géopolitique et stratégique. Trois niveaux d’analyse qui peuvent permettre de sonder quelles sont les ruptures en cours susceptibles ou non d’entraîner une fracturation de l’ordre mondial et ainsi conduire à une guerre ouverte entre les faces occidentale et orientale de la gouvernance mondiale.

Lire la suite

Société ouverte vs Chine : le choc des globalismes (première partie) – Pierre-Antoine Plaquevent

Birmanie ; routes de la soie et de l’opium ; guerre hors limites ; géopolitique ; géosophie.
La Chine, qui poursuit des objectifs de contrôle cyberpolitique et biopolitique total de sa population, ne représente pas réellement une alternative de société face à la version occidentale du globalisme politique. Mais la politique d’intégration économique de l’Eurasie et de l’Afrique poursuivie par la Chine au travers du réseau BRI (Belt and Road Initiative) constitue une forme de globalisme économique alternatif qui vient toujours plus se confronter avec les puissances dominantes mais déclinantes de l’ordre mondial.

Lire la suite