Fin du capitalisme et crise systémique planétaire – Daniel Estulin

La classe moyenne va mourir. Les gens sortiront et seront criblés de balles. Toutes les mesures martiales et de type couvre-feu actuellement testées sont des méthodes pour affiner le plan de sécurité du fer qui viendra dans six mois ou un an au plus. Les forces de sécurité nationales font une répétition générale de ce qui est à venir.

Lire la suite

Situation du Covid-19 (coronavirus) au 30 mai

La polémique concernant le manque de sérieux de l’étude publiée dans le Lancet a pris de l’ampleur dans le monde entier. A la seule exception de la France, les nombreux pays qui utilisaient l’hydroxichloroquine ou ses dérivés dans leur traitement et qui, soit dit en passant, ont obtenu des taux de mortalité très inférieurs au notre, continueront à le faire car ils estiment que l’étude «anti-chloroquine» publiée par le Lancet ne tient pas la route. De très nombreux scientifiques ou infectiologues du monde entier se sont exprimés sur ce sujet pour dénoncer le manque de sérieux de cette étude.

Lire la suite

Situation du Covid-19 (coronavirus) au 27 mai

Les lobbies pharmaceutiques : Très actifs en coulisse, ils sont très discrets voire transparents dans les médias, mais on les sent omniprésents dans toutes les manœuvres tordues qui leurs permettent de faire de l’argent sans le moindre souci de la santé des patients. A ceux qui douteraient de ces manœuvres tordues, je recommande de visionner le film de 2005 : «The constant Gardener» ou le film documentaire de 2016: «La fille de Brest» (sur l’affaire du médiator). Ces lobbies utilisent toute la gamme des moyens (pressions, intimidations, corruptions des politiques et des professionnels de santé, falsifications, moyens financiers illimités) pour arriver à leurs fins: promouvoir et imposer leurs nouveaux médicaments toujours plus chers en détruisant la concurrence et les gêneurs par tous les moyens.

Lire la suite

Norvège : “le confinement n’était pas nécessaire contre le coronavirus”

La Norvège est en train de dresser un tableau de ce qui s’est passé avant le confinement et sa dernière découverte est assez significative. Elle utilise les données observées – chiffres des hôpitaux, nombre d’infections, etc. – pour dresser un tableau de ce qui s’est passé en mars. À l’époque, personne ne savait vraiment comment les choses allaient évoluer. On craignait que le virus ne se répande et que chaque personne en infecte à son tour deux ou trois autres – on affirmait aussi que seul le confinement pouvait ramener ce taux de croissance exponentiel (appelé nombre R) à un niveau sûr de 1. C’est l’hypothèse avancée dans divers graphiques par l’Imperial College de Londres pour la Grande-Bretagne, la Norvège et plusieurs pays européens (NDT : voir aussi : « Coronavirus : accélérateur historique »).

Lire la suite