“Pourquoi je ne me ferai pas vacciner”

Vues : 1511

Source: francesoir.fr – 21 décembre 2020 – Robin Cisneros

Tribune : Vais-je me faire vacciner avec un vaccin à ARNm (Pfizer), ou à vecteur adénoviral (AstraZeneca)? 
Spoiler : sans être un antivax de tout poil, la réponse est catégorique : non.

On lit partout que l’incorporation d’un ARNm viral dans le génome de l’hôte, en dehors du cadre bien spécifique d’un rétrovirus (type VIH), est impossible, et que dire le contraire c’est propager une fake news, voire révèle les penchants complotistes de celui qui tient de tels propos.

Cependant, une abondante bibliographie scientifique et technique révèle qu’il ne s’agit pas d’une fake news.

Le processus d’incorporation d’un ARN étranger au patrimoine génétique d’un hôte nécessite ce que l’on appelle la rétro-transcription (transcription d’un ARN en ADN, ce qui est le processus inverse de ce qui se fait en principe). On partait du principe que seul les rétrovirus étaient capable d’une telle prouesse car ce sont les seuls organismes à posséder une enzyme appelée “retro-transcriptase”.

Depuis un certain nombre d’années, on sait que jusqu’à 10% de notre patrimoine génétique est d’origine virale. Cependant, démonstration a récemment été faite qu’une bonne partie de ces 10% ne provient pas de rétrovirus [1]. Ceci pose donc nécessairement la question d’une activité de rétro-transcription naturelle, au sein des cellules de l’hôte, en absence de rétro-transcriptase.

Depuis maintenant au moins 40 ans [2], l’activité de rétro-transcription dans les cellules humaines est connue et démontrée. En effet, sous certaines configuration, l’ADN polymerase, responsable de la réplication de l’ADN, semble pouvoir transformer de l’ARN en ADN, adoptant ainsi le rôle d’une rétro-transcriptase. Ce sujet n’a d’ailleurs jamais cessé de passionner les scientifiques, et l’une des dernières publications à ce propos permet (pour les initiés) de bien comprendre les mécanismes mis en oeuvre dans cette activité de retro-transcription de l’ADN polymérase [3].

Ceci nous montre bien que le risque d’une rétro-transcription de l’ARNm vaccinal, vectorisé, n’est pas totalement impossible, contrairement à ce que l’on peut lire.

Étant donné qu’aucune étude n’a été réalisée sur l’incorporation des brins d’ARNm qui seront injectés par ces vaccins-géniques dans le génome des hôtes, et que les éventuelles conséquences à moyen et long terme sont encore moins connues et seront d’autant plus difficiles à étudier qu’il est considéré comme fake news qu’une rétro-transcription de l’ARNm vaccinal soit possible, le principe de précaution me semble de mise. Principe de précaution [4] d’ailleurs basé sur le “Vorsorgenprinzip” du philosophe Allemand Hans Jonas, qui l’énonce comme un impératif catégorique formulé de quatre manières :

  • « Agis de façon que les effets de ton action soient compatibles avec la permanence d’une vie authentiquement humaine sur terre » ;
  • « Agis de façon que les effets de ton action ne soient pas destructeurs pour la possibilité future d’une telle vie » ;
  • « Ne compromets pas les conditions pour la survie indéfinie de l’humanité sur terre » ;
  • « Inclus dans ton choix l’intégrité future de l’homme comme objet secondaire de ton vouloir »

Certes, je digresse vers une question beaucoup plus philosophique, relative aux questions d’éthique, qui n’est cependant pas non plus dénuée d’intérêt. La question du choix des commentateurs et de la présence d’une voix quasi unanime s’élevant en faveur de cette technique de vaccination pose également question alors que débat il doit y avoir.

Mais en tout état de cause, je refuserais de me faire vacciner, par quel que vaccin-génique que ce soit, à vecteur Adénoviral ou à ARNm par exemple, et il serait bon que l’ensemble des études relatives au risque d’incorporation du matériel génétique apporté par de telles thérapeutiques soient étudiés, ainsi que les risques à court, moyen et long termes que cette incorporation peut faire porter à la population, de manière irréversible, y compris pour notre descendance.

Bibliographie :

[1] https://www.jle.com/en/revues/vir/e-docs/virus_et_genes_viraux_endogenes_evolution_et_impact_307413/article.phtml

[2] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/87260/

[3] https://www.jbc.org/content/294/15/6073

[4] https://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_pr%C3%A9caution#cite_ref-13
 

Robin Cisneros est docteur en génie des procédés, ingénieur conseil en innovation.

Une pensée sur ““Pourquoi je ne me ferai pas vacciner”

  • 15 mars 2022 à 23 h 31 min
    Permalink

    Dr Alexandra HENRION CAUDE « Sur VigiAccess 3,3 Millions effets indésirables du vaccin en UNE SEULE année, 10 fois plus que tous les effets indésirables du vaccin contre la grippe cumulés sur 50 ans. Plus de la moitié des morts en 30 ans sont du aux vaccins contre la Covid 19 »

    Dr Stéphane GAYET “On sait très bien [qu’avec les vaccins] il y a des milliers de morts. Il y a des effets secondaires très graves : des paralysies des membres inférieurs, des AVC…de très graves effets secondaires…c’est grave, du jamais vu, je suis plus qu’outré, c’est scandaleux !”

    Dr Ryan COLE : “Ces vaccins n’empêchent pas de contracter la maladie, n’empêchent pas la transmission de la maladie, n’empêche la maladie de se déclarer, et n’empêche pas la mort. En réalité le taux de mortalité est plus élevé chez les vaccinés toutes causes confondues”

    Dr Julien DEVILLEGER, cardiologue: « Sur les infarctus survenus 1 semaine après la vaccination, je sais qu’il y a eu des gens jeunes, plusieurs cas de myocardites, des embolies pulmonaires… La Consigne avait été donnée de ne pas faire de déclaration pharmacovigilance quand il y avait des problèmes suite au vaccin »

    Dr Benoît OCHS “D-dimères élevés. Le sang était tellement coagulé. De la confiture. Les médecins des laboratoires sont au courant : c’est encore le vaccin ! Ils ne peuvent rien dire. Les hôpitaux cachent tout ! D-dimères élevées, CRP élevées : 210 de CRP !”

    Dr Roger HODKINSON« Ces vaccins ne fonctionnent pas… Ils sont expérimentaux, n’ont pas été testés et tuent ! On nous a menti depuis le début ! »

    Pr Michael YEADON ex-directeur scientifique chez Pfizer : les jeunes ont 50 fois plus de risques de mourir du vaccin que du covid !
    « J’ai été dans l’industrie toute ma carrière et je suis pro vaccin, mais je suis pro sécurité. Les jeunes ne sont pas sensibles au Covid-19. S’ils contractent le virus, ils ne présentent généralement aucun symptôme, et ils s’en sortent très facilement. Ils ne sont donc pas en danger. C’est une chose folle, alors, de les vacciner avec quelque chose qui a, en fait, 50 fois plus de risques de les tuer que le virus lui-même. »

    Pr Jean-Michel CLAVERIE “le vaccin est une escroquerie et la 3e dose ne sert à rien”

    Pr Michaël Peyromaure – “La vaccination des enfants est une hérésie”

    Bernard La SCOLA, professeur de microbiologie « La vaccination des enfants ce n’est plus de la science, c’est du fanatisme ! »

    Dr Gérald KIERZEK: Le port du masque dès 6 ans est une mesure honteuse, inutile, culpabilisante et délétère avec la bénédiction de « médecins » et autre conseil « scientifique » à hochets.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.