Restaurants ouverts, pas de masque obligatoire, que se passe-t-il réellement en Suède ?

Vues : 1315

Source : Breizh-info – 25 janvier 2021 https://www.breizh-info.com/2021/01/25/157869/restaurants-ouverts-pas-de-masque-obligatoire-que-se-passe-t-il-reellement-en-suede/

Le journal Nexus a contacté l’un de ses journalistes, Olivier Kauffer, vivant à Stockholm (Suède) depuis plusieurs mois. Dans cette vidéo, il nous montre images à l’appui comment vivent les Suédois et quelle est la véritable situation sanitaire dans le pays. Les masques ne sont pas obligatoires et les restaurants sont toujours ouverts. Contrairement à la désinformation des médias français qui circule depuis plusieurs semaines, la situation sanitaire n’est pas catastrophique.

La Suède n’a pas confiné le pays, et n’est pas en passe de le faire. Les restaurants sont ouverts et la majorité des Suédois ne porte pas le masque qui n’est pas obligatoire dans les lieux publics. Pour rappel, le jour de ce reportage, la situation sanitaire en Suède et en France était quasiment similaire en termes de mortalité et de proportion de morts sur la population générale (légèrement plus importante pour la France), alors que la France a drastiquement confiné le territoire, imposé le masque obligatoire et fermé les restaurants.

Voici les chiffres officiels au 22 janvier 2021 : Suède : nombre de morts du Covid-19 : 10 921, pour 10 230 000 d’habitants soit une mortalité de 0,106 %. France : nombre de morts du Covid-19 : 71 998 pour 66 990 000 d’habitants soit une mortalité de 0,107 %.

Reportage du 16 janvier 2021

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 pensées sur “Restaurants ouverts, pas de masque obligatoire, que se passe-t-il réellement en Suède ?

  • 25 janvier 2021 à 16 h 11 min
    Permalink

    La France, Eternelle et Universelle, mais malmenée et violentée par des nuisibles dont le projet, fatalement, est en voie d’effondrement. Explication :
    Le véritable pouvoir aujourd’hui n’est pas à rechercher dans l’apparence des arcanes politiques, il se cache derrière l’anonymat des capitaux et dans les paradis fiscaux. Le véritable pouvoir auxquelles sont soumises les populations, maintenues dans la naïveté et l’inconscience, est économique : il appartient aux principaux détenteurs de capitaux de la planète ; lesquels ont tant et si bien œuvrés depuis des centaines d’années qu’ils sont devenus propriétaires directs et/ou indirects de la majeure partie des actifs tangibles de ce monde. Depuis le XVIIIème siècle, les principaux banquiers sont étroitement interconnectés entre eux et ont des intérêts communs et liés. Les activités de ces banquiers sont structurellement internationales, leurs intérêts pouvant être qualifiés d’apatrides, ou plus exactement de supranationaux, en ce sens qu’ils n’ont aucun rapport avec un quelconque « intérêt national » au sens culturel et géographique du terme « national ».
    Aussi, la France, comme les USA et ses alliés, n’est plus depuis le début du XXème siècle, au minimum, gouvernés par ce qu’on appelle un phénomène politique qui représente l’intérêt commun, mais par un cartel d’entreprises dirigé par les principales banques globales d’investissement qui ont leur quartier général, depuis Oliver Cromwell, à la City de Londres. En réalité, les Etats occidentaux n’existent plus car ils ont été privatisés lorsque le contrôle de leurs monnaies est tombé dans les mains des banquiers privés, ce qui explique, en Europe, l’apparition des institutions européennes, qui ne sont que la formalisation politique (traités de Maastricht et Lisbonne) de cette capture des règles d’organisation des peuples par des intérêts privés.
    Ainsi, le contrôle de la monnaie par cette oligarchie, et son système de la dette, conjuguée au principe de l’entreprise anonyme, sont les armes du servage d’aujourd’hui au même titre que l’épée et la lance étaient celles du servage d’hier.
    En réalité, et dans l’objectif de hâter sa prochaine disparition volontaire, les autorités politiques en charge de la France, et cela est si évident aujourd’hui avec Macron, cet ancien grouillot des « finances » devenu banquier d’affaires chez Rothschild & Cie, relaient avec zèle, voire même anticipent, l’agenda mondialiste, c’est-à-dire de ses maîtres, consistant à appauvrir matériellement, physiquement et moralement la plus grande masse des gens peuplant la planète au profit de quelques usurpateurs, véritables escrocs économiques qui ont, aujourd’hui, pris l’ascendant sur les pouvoirs politiques des États.
    La politique généreusement appliquée sur le territoire français est 100% « globaliste » ; elle fait, à ce titre, fort peu de cas des petites gens et des petites et moyennes entreprises pour, au contraire, laisser la part du lion aux multinationales et à leurs propriétaires anonymes.
    En conclusion, la France qui n’a aucune politique, et encore moins de politique socialiste, dans le sens « social » du terme, est en revanche l’un des principaux fers de lance de l’agenda globaliste, lequel prospère sur le développement de la misère humaine.
    La condition de la Femme en Suède, semblant bien moins noyautée par un pseudo féminisme de « Loge » malgré les tentatives incessantes depuis le XVIIIème siècle, explique peut-être aussi, et au-delà des comparaisons démographiques, que ses élites soient, actuellement, bien moins idiotes et corrompues qu’en France.
    Le principe maternel, dit Bachofen, c’est la communauté sans restriction ni limite autre que celle de la Nature. De ce principe découle celui de la fraternité générale, de l’égalité, de la liberté. C’est le fondement des Etats gynécocratiques : l’absence de querelles, de discordes, l’aversion profonde de tout ce qui peut entraver la liberté, telles sont les caractéristiques de ces communautés.
    BLOG : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *