18 raisons pour lesquelles je ne me ferai pas injecter le vaccin anti-covid

Vues : 4004

Source : reseauinternational.net – 6 septembre 2021 https://reseauinternational.net/18-raisons-pour-lesquelles-je-ne-me-ferai-pas-injecter-le-vaccin-anti-covid/

Ce texte date d’Avril 2021 mais reste aujourd’hui d’une actualité brûlante. Il m’a été adressé par un membre de ma famille proche, citoyen US

Tous les renseignements que je reçois aujourd’hui, notamment des USA, du Royaume Uni et surtout d’Israël, où la contamination et le nombre de décès chez les double-vaccinés explosent, viennent renforcer la thèse de l’auteur vaccino-prudent ~ Dominique Delawarde

Quelques amis m’ont demandé mon avis sur le(s) vaccin(s) anti-covid, j’ai donc pensé qu’il était temps d’écrire un article sur le sujet.

Tous mes amis n’avaient pas entendu la plupart des détails que j’ai partagés, alors j’ai pensé que vous pourriez apprécier d’entendre une partie de ce que je leur ai dit.

Sachant à quel point ce sujet est controversé, une partie de moi préférerait écrire sur autre chose, mais j’ai l’impression que la discussion/les nouvelles sont tellement unilatérales que je dois m’exprimer.

Comme je m’efforce toujours de le faire, je promets de faire de mon mieux pour être raisonnable et non hystérique.

Je ne suis pas ici pour me battre avec qui que ce soit, mais simplement pour vous faire part de ce que j’ai lu, de mes questions persistantes et vous expliquer pourquoi je n’arrive pas à donner un sens à ces vaccins anti-covid.

Trois règles de base pour la discussion

Si vous souhaitez discuter de ce sujet avec moi, excellent.

Voici les règles…

Je suis plus qu’heureux de correspondre avec vous si…

  1. Vous êtes respectueux et me traitez de la manière dont vous voudriez être traité.
  2. Vous posez des questions sincères et réfléchies sur ce qui a du sens pour vous.
  3. Vous présentez vos arguments en utilisant une logique solide et ne vous cachez pas derrière des liens ou le mot « science ». En d’autres termes, présentez un argument solide et équilibré (les liens sont les bienvenus), mais ne vous contentez pas de poster un lien et de dire « lisez la science ». C’est de la paresse intellectuelle.

Si vous répondez et que vous enfreignez l’une de ces règles, vos commentaires seront ignorés/supprimés.

Ceci étant dit, laissez-moi vous dire ceci…

Je ne sais pas tout, mais jusqu’à présent, personne n’a été capable de répondre aux objections ci-dessous.

Voici donc les raisons pour lesquelles je renonce au vaccin contre le Covid.

#1 : Les fabricants de vaccins sont à l’abri de toute responsabilité

La seule industrie au monde qui n’est pas responsable des blessures ou des décès résultant de ses produits est celle des fabricants de vaccins.

Établi en 1986 par le National Childhood Vaccine Injury Act, et renforcé par le PREP Act, les fabricants de vaccins ne peuvent pas être poursuivis, même s’il est démontré qu’ils ont été négligents.

Les fabricants de vaccins anti-covid sont autorisés à créer un produit unique, sans aucun test sur des sous-populations (c’est-à-dire des personnes présentant des problèmes de santé spécifiques), et pourtant ils ne sont pas disposés à accepter la moindre responsabilité pour les événements indésirables ou les décès causés par leurs produits.

Si une entreprise n’est pas disposée à garantir l’innocuité de son produit, surtout s’il s’agit d’un produit qu’elle a mis sur le marché à la hâte et sur lequel elle n’a pas effectué d’essais sur les animaux, je ne suis pas prêt à prendre le risque d’acheter son produit.

Pas de responsabilité. Pas de confiance.

Voici pourquoi…

#2 : Le passé mouvementé des fabricants de vaccins

Les quatre grandes entreprises qui fabriquent ces vaccins anti-covid sont/ont soit :

  1. N’ont jamais mis de vaccin sur le marché avant le Covid (Moderna et Johnson & Johnson).
  2. Sont des criminels en série (Pfizer et Astra Zeneca).
  3. Les deux (Johnson & Johnson).

Moderna a essayé de « Moderniser notre ARN » (d’où le nom de la société) pendant des années, mais n’a jamais réussi à mettre AUCUN produit sur le marché – quel bonheur pour eux d’obtenir une importante injection de fonds du gouvernement pour continuer d’essayer.

En fait, tous les grands fabricants de vaccins (à l’exception de Moderna) ont versé des dizaines de milliards de dollars en dommages et intérêts pour d’autres produits qu’ils ont mis sur le marché alors qu’ils savaient que ces produits pouvaient causer des blessures et des décès – voir Vioxx, Bextra, Celebrex, Thalidomide et les opioïdes, pour ne citer que quelques exemples.

Si les compagnies pharmaceutiques choisissent délibérément de mettre sur le marché des produits nocifs, alors qu’elles peuvent être poursuivies, pourquoi ferions-nous confiance à un produit pour lequel elles n’ont AUCUNE responsabilité ?

Au cas où cela n’aurait pas été compris, permettez-moi de répéter… 3 des 4 fabricants de vaccins contre le Covid ont été poursuivis pour des produits qu’ils ont mis sur le marché alors qu’ils savaient que des blessures et des décès en résulteraient.

Johnson & Johnson a perdu des procès importants en 1995, 1996, 2001, 2010, 2011, 2016, 2019 (pour ce que cela vaut, le vaccin de J&J contient également des tissus provenant de cellules de fœtus avortés, peut-être un sujet pour une autre discussion).

• Pfizer a l’honneur d’avoir payé le plus gros montant de l’histoire en matière de criminalité. Ils ont perdu tellement de procès qu’il est difficile de les compter. Vous pouvez consulter leur casier judiciaire ici. C’est peut-être pour cette raison qu’ils exigent que les pays où ils n’ont pas de protection en matière de responsabilité mettent en place des garanties pour couvrir les procès liés aux vaccins.

• AstraZeneca a également perdu tellement de procès qu’il est difficile de les compter. En voici un. En voici un autre… vous voyez le genre. Et au cas où vous l’auriez manqué, la société a vu son vaccin contre le Covid suspendu dans au moins 18 pays en raison de problèmes de caillots sanguins, et elle a complètement bâclé sa réunion avec la FDA avec des chiffres de son étude qui ne correspondaient pas.

• Oh, et apparemment J&J (dont le vaccin est approuvé pour une « utilisation d’urgence » aux États-Unis) et Astrazenca (dont le vaccin n’est pas approuvé pour une « utilisation d’urgence » aux États-Unis), ont fait une petite confusion dans leurs ingrédients… dans 15 millions de doses. Oups.

Permettez-moi de réitérer ce point :

Compte tenu de l’exonération de responsabilité et du passé douteux de ces entreprises, pourquoi devrions-nous supposer que tous leurs vaccins sont sûrs et fabriqués dans les règles de l’art ?

Dans quel autre domaine ferions-nous confiance à quelqu’un qui a ce genre de réputation ?

Pour moi, cela a autant de sens que d’attendre d’un amant sans remords, abusif et infidèle qu’il devienne une personne différente parce qu’un juge a dit qu’au fond, c’est une bonne personne.

Non. Je ne leur fais pas confiance.

Pas de responsabilité. Pas de confiance.

Voici une autre raison pour laquelle je ne leur fais pas confiance.

#3 : L’histoire peu glorieuse des tentatives de fabrication de vaccins contre le coronavirus

Dans le passé, de nombreuses tentatives de fabrication de vaccins viraux se sont soldées par un échec total, ce qui explique pourquoi nous n’avons pas eu de vaccin contre le coronavirus en 2020.

Dans les années 1960, des scientifiques ont tenté de fabriquer un vaccin contre le VRS (virus respiratoire syncytial) pour les nourrissons.

Dans cette étude, ils ont évité les essais sur les animaux car ils n’étaient pas nécessaires à l’époque.

En fin de compte, les nourrissons vaccinés ont été beaucoup plus malades que les nourrissons non vaccinés lorsqu’ils ont été exposés au virus dans la nature. 80% des nourrissons vaccinés ont dû être hospitalisés, et deux d’entre eux sont morts.

Après 2000, les scientifiques ont fait de nombreuses tentatives pour créer des vaccins contre le coronavirus.

Au cours des 20 dernières années, toutes se sont soldées par un échec car les animaux participant aux essais cliniques sont tombés très malades et beaucoup sont morts, tout comme les enfants dans les années 1960.

Vous pouvez lire un résumé de cette histoire/science ici.

Ou si vous voulez lire les études individuelles, vous pouvez consulter ces liens :

  • En 2004, une tentative de vaccin a provoqué une hépatite chez les furets.
  • En 2005, des souris et des civettes sont devenues malades et plus sensibles aux coronavirus après avoir été vaccinées.
  • En 2012, les furets sont tombés malades et sont morts. Et dans cette étude, les souris et les furets ont développé une maladie pulmonaire.
  • En 2016, cette étude produit également une maladie pulmonaire chez les souris.

Le schéma typique des études mentionnées ci-dessus est que les enfants et les animaux ont produit de belles réponses en anticorps après avoir été vaccinés.

Les fabricants pensaient avoir touché le jackpot.

Le problème est apparu lorsque les enfants et les animaux ont été exposés à la version sauvage du virus.

Dans ce cas, un phénomène inexpliqué appelé « Facilitation de l’infection par des Anticorps » (ADE), également connu sous le nom de « Vaccine Enhanced Disease » (VED), s’est produit : le système immunitaire a produit une « tempête de cytokines » (c’est-à-dire qu’il a attaqué l’organisme de manière excessive), et les enfants/animaux sont morts.

Voici le problème qui persiste…

Les fabricants de vaccins n’ont aucune donnée suggérant que leurs vaccins précipités ont surmonté ce problème.

En d’autres termes, aucune tentative de fabrication d’un vaccin contre le coronavirus n’a jamais été couronnée de succès, et la technologie de thérapie génique que sont les « vaccins » à ARNm n’a jamais été mise sur le marché en toute sécurité, mais comme ils ont reçu des milliards de dollars de financement public, je suis sûr qu’ils ont trouvé une solution.

Sauf qu’ils ne savent pas s’ils l’ont fait…

#4 : Les « données manquantes » soumises à la FDA par les fabricants de vaccins

Lorsque les fabricants de vaccins ont soumis leurs documents à la FDA pour l’autorisation d’utilisation d’urgence (Remarque : une autorisation d’utilisation d’urgence n’est pas la même chose qu’une approbation complète de la FDA), parmi les nombreuses « lacunes dans les données » qu’ils ont signalées, il y a le fait qu’ils n’ont rien dans leurs essais qui suggère qu’ils ont surmonté ce problème ennuyeux de la maladie renforcée par les vaccins.

Ils ne savent tout simplement pas – c’est-à-dire qu’ils n’ont aucune idée si les vaccins qu’ils ont fabriqués produiront également la même tempête de cytokines (et les mêmes décès) que les tentatives précédentes de tels produits.

Comme le souligne Joseph Mercola :

« Les tentatives précédentes de développer un médicament à base d’ARNm en utilisant des nanoparticules lipidiques ont échoué et ont dû être abandonnées parce que lorsque la dose était trop faible, le médicament n’avait aucun effet, et lorsque la dose était trop élevée, le médicament devenait trop toxique. Une question évidente se pose : qu’est-ce qui a changé pour que cette technologie soit désormais suffisamment sûre pour être utilisée en masse ? »

Si cela n’est pas assez alarmant, voici d’autres lacunes dans les données – c’est-à-dire qu’il n’y a pas de données suggérant la sécurité ou l’efficacité concernant :

  • toute personne âgée de moins de 18 ans ou de plus de 55 ans
  • les femmes enceintes ou allaitantes
  • les maladies auto-immunes
  • les personnes immunodéprimées.
  • Aucune donnée sur la transmission du Covid
  • Pas de données sur la prévention de la mortalité due au Covid
  • Aucune donnée sur la durée de la protection contre le Covid.

Difficile à croire, n’est-ce pas ?

Si vous pensez que j’invente tout cela, ou si vous voulez voir les documents réels envoyés à la FDA par Pfizer et Moderna pour leur autorisation d’utilisation en urgence, vous pouvez consulter respectivement ceci et ceci. Les données manquantes se trouvent à partir de la page 46 et 48 respectivement.

Pour l’instant, tournons nos regards vers les données brutes que les fabricants de vaccins ont utilisées pour soumettre leur autorisation d’utilisation en urgence.

#5 : Pas d’accès aux données brutes des essais

Vous aimeriez voir les données brutes à l’origine des allégations d’efficacité de 90 et 95% dont on parle dans les médias ?

Moi aussi…

Mais ils ne nous laissent pas voir ces données.

Comme le souligne le BMJ, quelque chose dans les allégations d’efficacité de Pfizer et Moderna sent vraiment bizarre.

Il y a eu « 3 410 cas totaux de Covid-19 suspectés mais non confirmés dans la population globale de l’étude, 1 594 sont survenus dans le groupe vacciné contre 1 816 dans le groupe placebo ».

Attendez… quoi ?

Ont-ils échoué à faire de la science dans leur étude scientifique en ne vérifiant pas une variable majeure ?

Ne pouvaient-ils pas tester ces cas « suspects mais non confirmés » pour savoir s’ils avaient le Covid ?

Apparemment non.

Pourquoi ne pas tester les 3 410 participants par souci d’exactitude ?

On peut seulement supposer qu’ils n’ont pas fait de tests parce que cela aurait faussé leurs affirmations « 90-95% d’efficacité ».

Où est la FDA ?

Ne serait-il pas prudent que la FDA attende (exige) des fabricants de vaccins qu’ils testent les personnes présentant des « symptômes de type Covid » et qu’ils publient leurs données brutes afin que des tiers puissent examiner comment les fabricants ont justifié ces chiffres ?

Je veux dire que ce n’est que chaque citoyen du monde que l’on essaye de convaincre de prendre ces produits expérimentaux…

Pourquoi la FDA ne l’a pas exigé ? N’est-ce pas l’objectif principal de la FDA de toute façon ?

Bonne question.

Les renards gardant le poulailler ?

On dirait bien.

Pas de responsabilité. Pas de confiance.

#6 : Pas de tests de sécurité à long terme

Il est évident qu’avec les produits qui ne sont sur le marché que depuis quelques mois, nous ne disposons d’aucune donnée de sécurité à long terme.

En d’autres termes, nous n’avons aucune idée de l’effet de ce produit sur l’organisme dans quelques mois ou années – pour TOUTE population.

Compte tenu de tous les risques susmentionnés (risques que présentent TOUS les produits pharmaceutiques), ne serait-il pas prudent d’attendre pour voir si les pires scénarios ont effectivement été évités ?

Ne serait-il pas logique de vouloir combler ces « lacunes » avant d’essayer de donner ce produit à chaque homme, femme et enfant de la planète ?

Eh bien… ce serait logique, mais pour avoir ces données, ils doivent le tester sur des personnes, ce qui m’amène au point suivant…

#7 : Pas de consentement éclairé

Ce que la plupart des personnes qui se font vacciner ne savent pas, c’est que, comme ces produits sont encore en phase d’essai clinique, toute personne qui se fait vacciner fait désormais partie de l’essai clinique.

Ils font partie de l’expérience.

Ceux (comme moi) qui ne le prennent pas font partie du groupe témoin.

Le temps nous dira comment cette expérience se déroule.

Mais, me direz-vous, si les vaccins sont nocifs, ne le verrait-on pas partout dans les médias ?

La FDA n’interviendrait-elle pas pour interrompre la distribution ?

Eh bien, si le système de déclaration des événements indésirables fonctionnait, les choses seraient peut-être différentes.

#8 : Sous-déclaration des effets indésirables et des décès

Selon une étude réalisée par Harvard (à la demande de notre propre gouvernement), moins de 1% de toutes les réactions indésirables aux vaccins sont effectivement soumises au National Vaccine Adverse Events Reports System (VAERS) – lire la page 6 du lien ci-dessus.

Bien que les problèmes du VAERS n’aient pas été réglés (comme vous pouvez le lire dans cette lettre aux CDC), au moment où nous écrivons ces lignes, le VAERS fait état de plus de 2 200 décès dus aux vaccins anti-covid actuels, ainsi que de près de 60 000 réactions indésirables.

« Les données du VAERS publiées aujourd’hui font état de 50 861 rapports d’effets indésirables suite aux vaccins anti-covid, dont 2 249 décès et 7 726 blessures graves entre le 14 décembre 2020 et le 26 mars 2021 ».

Et ces chiffres n’incluent pas (ce qui est actuellement) 578 cas de paralysie de Bell.

Si ces chiffres ne représentent encore que 1% du total des effets indésirables (ou 0,8 à 2% de ce que cette étude publiée récemment dans le JAMA a trouvé), vous pouvez faire le calcul, mais cela équivaut à environ 110 000 à 220 000 décès dus aux vaccins à ce jour, et à un nombre ridicule d’effets indésirables.

Je parie que vous n’avez pas vu ça aux infos.

Ce nombre de décès serait actuellement encore inférieur aux 424 000 décès dus à des erreurs médicales qui se produisent chaque année (dont vous n’entendez probablement pas parler non plus), mais nous n’en sommes pas encore à six mois du déploiement de ces vaccins.

Si vous souhaitez approfondir les problèmes liés au système de notification VAERS, vous pouvez consulter ce document ou ce qui suit.

Mais il y a aussi mon prochain point, qui pourrait faire croire que ces vaccins contre le Covid sont inutiles…

#9 : Les vaccins n’empêchent pas la transmission ou l’infection

Attendez, quoi ?

Ces vaccins ne sont-ils pas censés être ce que nous attendons pour « revenir à la normale » ?

Non.

Pourquoi croyez-vous que nous recevons tous ces messages contradictoires sur la nécessité de pratiquer la distanciation sociale et de porter des masques APRÈS avoir reçu un vaccin ?

La raison est que ces vaccins n’ont jamais été conçus pour arrêter la transmission OU l’infection.

Si vous ne me croyez pas, je vous renvoie aux documents soumis à la FDA dont j’ai donné le lien ci-dessus.

Le principal objectif (ce que les vaccins sont censés accomplir) est de réduire vos symptômes.

Ça ressemble à tous les autres médicaments sur le marché, non ?

C’est ça… la réduction des symptômes est le grand bénéfice que nous attendions.

Est-ce que ça semble complètement inutile à quelqu’un d’autre que moi ?

  1. Le vaccin ne peut pas nous empêcher de propager le virus.
  2. Il ne peut pas empêcher le virus de nous infecter une fois que nous l’avons.
  3. Se faire vacciner, c’est accepter tous les risques de ces produits expérimentaux et le mieux qu’on puisse faire, c’est de diminuer les symptômes ?

Il y a beaucoup d’autres choses que je peux faire pour réduire mes symptômes sans prendre ce qui semble être un produit très risqué.

Passons maintenant à la question logique suivante :

Si nous sommes préoccupés par les propagateurs asymptomatiques, le vaccin ne rendrait-il pas plus probable la propagation asymptomatique ?

S’il réduit effectivement les symptômes, toute personne qui le reçoit pourrait ne même pas savoir qu’elle est malade et donc être plus susceptible de propager le virus, non ?

Pour ce que ça vaut, j’ai entendu beaucoup de gens dire que les effets secondaires du vaccin (surtout la deuxième dose) sont pires que d’attraper le Covid.

Je n’arrive pas non plus à comprendre ce que cela signifie.

Prendre le risque.

Ne pas être protégé.

Subir les effets secondaires du vaccin.

Continuer à porter son masque et à s’éloigner socialement…

Et continuer d’être capable de propager le virus.

Quoi ?

C’est encore pire.

#10 : Des gens attrapent le Covid alors qu’ils sont complètement vaccinés

Tu parles d’une déception.

Tu es vacciné et tu attrapes quand même le covid.

En réalité, ce phénomène se produit probablement partout, mais ce sont ces cas qui font l’actualité actuellement.

Compte tenu des raisons ci-dessus (et de ce qui suit), cela ne vous surprend peut-être pas, mais c’est dommage si vous pensiez que le vaccin était un bouclier pour vous protéger.

Ce n’est pas le cas.

Cela n’a jamais été le but.

Si 66% des professionnels de la santé de Los Angeles vont retarder ou ignorer le vaccin… peut-être qu’ils ne sont pas non plus enthousiasmés par la science hâtive.

Peut-être qu’ils regardent la façon louche dont les décès et les cas sont rapportés…

#11 : Le taux de décès global dû au Covid

Selon les propres chiffres du CDC, le covid a un taux de survie de 99,74%.

Pourquoi prendrais-je un risque avec un produit qui n’arrête pas l’infection ou la transmission, pour m’aider à surmonter un rhume qui a 0,26% de chance de me tuer – en fait, dans ma tranche d’âge, il a environ 0,1% de chance de me tuer (et 0,01% de chance de tuer mes enfants), mais ne coupons pas les cheveux en quatre ici.

Avec un taux (taux de mortalité) aussi bas, nous serons en confinement chaque année… c’est-à-dire pour toujours.

Mais attendez, qu’en est-il des 500 000 morts et plus, c’est alarmant non ?

Je suis content que vous demandiez.

#12 : Les chiffres gonflés des morts du Covid

Il y a quelque chose de très étrange dans cette affaire.

Jamais dans l’histoire des certificats de décès, notre propre gouvernement n’a changé la façon dont les décès sont déclarés.

Pourquoi, maintenant, déclarons-nous toutes les personnes qui meurent avec le Covid dans le corps, comme étant mortes du Covid, plutôt que des comorbidités qui ont réellement pris leur vie ?

Jusqu’à l’apparition du Covid, tous les coronavirus (rhumes courants) n’étaient jamais répertoriés comme la principale cause de décès lorsqu’une personne mourait d’une maladie cardiaque, d’un cancer, d’un diabète, d’une maladie auto-immune ou de toute autre comorbidité majeure.

La maladie était indiquée comme la cause du décès, et un facteur de confusion comme la grippe ou la pneumonie était indiqué sur une ligne distincte.

Pour gonfler encore plus les chiffres, l’OMS et le CDC ont modifié leurs directives de telle sorte que les personnes suspectées ou probables (mais jamais confirmées) d’être mortes du Covid sont également incluses dans le nombre de décès.

Sérieusement ?

Si nous faisons cela, ne devrions-nous pas revenir en arrière et modifier les chiffres de toutes les saisons de rhume et de grippe passées afin de pouvoir comparer des pommes avec des pommes en ce qui concerne les taux de mortalité ?

Selon les propres chiffres des CDC (voir la section « Comorbidités et autres conditions »), seuls 6% des décès attribués au Covid sont des cas où le Covid semble être le seul problème en cause.

En d’autres termes, réduisez de 94% le nombre de décès que vous voyez aux informations et vous obtenez ce qui est probablement le nombre réel de décès dus au seul Covid.

Même si l’ancien directeur du CDC a raison et que le Covid-19 était un virus amélioré en laboratoire (voir la raison n°14 ci-dessous), un taux de mortalité de 0,26% reste conforme au taux de mortalité virale qui fait le tour de la planète chaque année.

Ensuite, il y a ce type, Fauci.

J’aimerais vraiment lui faire confiance, mais outre le fait qu’il n’a pas traité un seul patient atteint de Covid… vous devriez probablement savoir…

#13 : Fauci et six autres personnes du NIAID possèdent des brevets sur le vaccin Moderna

Grâce à la loi Bayh-Dole, les fonctionnaires sont autorisés à déposer des brevets sur toute recherche qu’ils effectuent avec l’argent des contribuables.

Tony Fauci possède plus de 1 000 brevets (voir cette vidéo pour plus de détails), notamment des brevets utilisés pour le vaccin Moderna… dont il a approuvé le financement par le gouvernement.

En fait, le NIH (dont le NIAID fait partie) revendique la propriété conjointe du vaccin Moderna.

Quelqu’un d’autre voit-il cela comme un conflit d’intérêt MAJEUR, voire criminel ?

Je dis criminel parce qu’il y a aussi un problème qui me rend encore plus méfiant envers Fauci, le NIAID et les NIH en général.

#14 : Fauci est sur la sellette pour des recherches illégales sur les gains de fonction

Qu’est-ce que la recherche sur les « gains de fonction » ?

Les scientifiques tentent de faire en sorte que les virus acquièrent des fonctions, c’est-à-dire qu’ils deviennent plus transmissibles et plus mortels.

Ça semble au moins un peu contraire à l’éthique, non ?

Comment cela pourrait-il être utile ?

Notre gouvernement a accepté et a interdit cette pratique.

Alors qu’a fait le NIAID dirigé par Fauci ?

Il a pivoté et externalisé la recherche sur les gains de fonction (dans les coronavirus, rien de moins) en Chine, à hauteur d’une subvention de 600 000 dollars.

Vous pouvez voir plus de détails, notamment l’importante chronologie de ces événements dans ce reportage fantastiquement bien documenté.

M. Fauci, vous avez des explications à fournir… et j’espère que les caméras enregistreront le moment où vous devrez défendre vos actions. Pour l’instant, tournons notre attention vers le virus…

#15 : Le virus continue de muter

Non seulement le virus (comme tous les virus) continue de muter, mais selon le concepteur de vaccins de renommée mondiale Geert Vanden Bossche (que vous rencontrerez ci-dessous si vous ne le connaissez pas), il mute environ toutes les 10 heures.

Comment diable allons-nous continuer à créer des vaccins pour suivre ce niveau de mutation ?

Nous ne le ferons pas.

Cela expliquerait-il aussi pourquoi des personnes totalement vaccinées continuent d’attraper le Covid ?

Pourquoi, alors que l’immunité naturelle n’a jamais failli à l’humanité, ne lui faisons-nous soudainement plus confiance ?

Pourquoi, si je pose des questions comme celles qui précèdent, ou si je publie des liens comme ceux que vous trouvez ci-dessus, mes pensées seront-elles supprimées de toutes les grandes plateformes de médias sociaux ?

Cela m’amène au prochain problème troublant que j’ai avec ces vaccins.

#16 : La censure… et l’absence totale de débat scientifique

Je ne peux pas m’empêcher d’être sarcastique ici, alors soyez indulgent.

Comment avez-vous apprécié tous ces débats robustes, télévisés à l’échelle nationale et mondiale, organisés par des responsables de la santé publique et diffusés simultanément sur toutes les grandes chaînes d’information ?

N’était-ce pas formidable d’entendre les meilleurs esprits en médecine, virologie, épidémiologie, économie et vaccinologie du monde entier débattre vigoureusement et respectueusement de sujets comme.. :

  • Les confinements.
  • Le port de masques
  • La distanciation sociale
  • Les essais d’efficacité et de sécurité des vaccins
  • Comment dépister la susceptibilité aux lésions vaccinales ?
  • Thérapeutique (c’est-à-dire les options de traitement non vaccinales).

N’était-ce pas formidable de voir des responsables de la santé publique (qui n’ont jamais traité personne avec le Covid) voir leur « science » remise en question ?

N’était-ce pas formidable de voir le panel de la FDA interroger publiquement les fabricants de vaccins à une heure de grande écoute, alors qu’ils étaient sur la sellette pour répondre à des questions difficiles sur des produits dont ils ne sont pas responsables ?

Oh, attendez… vous n’avez pas vu ces débats ?

Non, vous ne les avez pas vus… parce qu’ils n’ont jamais eu lieu.

Ce qui s’est passé à la place, c’est une censure maladroite de tous les récits, sauf un.

Ironiquement, Mark Zuckerberg peut remettre en question la sécurité des vaccins, mais pas moi ?

Hypocrite ?

Quand le premier amendement est-il devenu une suggestion ?

C’est le PREMIER amendement Mark, celui que nos fondateurs pensaient être le plus important.

Avec tant de choses en jeu, pourquoi ne nous donne-t-on qu’un seul récit ? Ne devrait-on pas entendre plusieurs points de vue et en débattre de manière professionnelle ?

QU’EST-IL ARRIVÉ À LA SCIENCE ?

Qu’est-il arrivé à la méthode scientifique qui consiste à toujours remettre en question nos hypothèses ?

Qu’est-il arrivé au débat animé dans ce pays, ou du moins dans la société occidentale ?

Pourquoi quiconque n’est pas d’accord avec l’OMS ou le CDC a-t-il été si lourdement censuré ?

La science de la santé publique est-elle devenue une religion, ou la science est-elle censée être un débat ?

Si quelqu’un dit « la science est établie », je sais que j’ai affaire à quelqu’un qui a l’esprit fermé.

Par définition, la science (en particulier la science biologique) n’est jamais établie.

Si c’était le cas, ce serait un dogme, pas une science.

OK, avant que je ne m’énerve trop, laissez-moi dire ceci…

JE VEUX ÊTRE UN BON CITOYEN

Je le veux vraiment.

Si le confinement fonctionne, je veux faire ma part et rester chez moi.

Si les masques fonctionnent, je veux les porter.

Si la distanciation sociale est efficace, je veux m’y conformer.

Mais s’il est prouvé qu’elle ne l’est pas (les masques par exemple), je veux aussi entendre cette preuve.

Si des scientifiques de renom ont des opinions différentes, je veux savoir ce qu’ils pensent.

Je veux avoir la possibilité d’entendre leurs arguments et de me faire ma propre opinion.

Je ne pense pas être la personne la plus intelligente du monde, mais je pense pouvoir réfléchir.

Je suis peut-être bizarre, mais si quelqu’un est censuré, alors je veux VRAIMENT entendre ce qu’il pense.

Pas vous ?

À tous mes amis qui n’ont pas de problème avec la censure, aurez-vous la même opinion lorsque ce que vous pensez sera censuré ?

La censure n’est-elle pas la technique des dictateurs, des tyrans et des personnes avides de pouvoir ?

N’est-elle pas le signe que ceux qui censurent savent que c’est le seul moyen de gagner ?

Et si un homme qui a passé toute sa vie à développer des vaccins était prêt à mettre toute sa réputation en jeu et à demander à tous les dirigeants mondiaux d’arrêter immédiatement les vaccins contre le Covid en raison de problèmes scientifiques ?

Et s’il plaidait pour un débat scientifique ouvert sur une scène mondiale ?

Voudriez-vous entendre ce qu’il a à dire ?

Voudriez-vous voir le débat qu’il demande ?

#17 : Le plus grand vaccinologue du monde tire la sonnette d’alarme…

Voici ce qui pourrait être la plus grande raison pour laquelle ce vaccin contre le Covid n’a pas de sens pour moi.

Lorsque quelqu’un qui est très pro-vaccins, qui a passé toute sa carrière professionnelle à superviser le développement de vaccins, crie du haut des montagnes que nous avons un problème majeur, je pense que cet homme doit être entendu.

Au cas où vous l’auriez manqué, et au cas où vous auriez envie de le regarder, voici Geert Vanden Bossche, qui explique :

1. Pourquoi le vaccin contre le Covid peut exercer une telle pression sur le virus que nous accélérons sa capacité à muter et à devenir plus mortel.

2. Pourquoi les vaccins covidés peuvent créer des virus résistants aux vaccins (comme les bactéries résistantes aux antibiotiques).

3. Pourquoi, en raison de problèmes antérieurs liés au renforcement dépendant des anticorps, nous pourrions être confrontés à de nombreux décès dans les prochains mois/années.

Si vous voulez voir/lire un deuxième entretien, plus long, avec Vanden Bossche, où on lui a posé des questions difficiles, vous pouvez consulter ce document.

Si la moitié de ce qu’il dit se réalise, ces vaccins pourraient être la pire invention de tous les temps.

Si vous n’aimez pas sa science, discutez-en avec lui.

Je ne suis que le messager.

Mais je peux aussi parler du Covid personnellement.

#18 : J’ai déjà eu le Covid

Je n’ai pas apprécié.

C’était un méchant rhume pendant deux jours :

  • Des douleurs incessantes aux fesses et au bas du dos.
  • Très faible énergie.
  • Faible fièvre.

C’était bizarre de ne pas pouvoir sentir quoi que ce soit pendant deux jours.

Une semaine plus tard, le café n’avait toujours pas le même goût.

Mais j’ai survécu.

Maintenant, il semble (comme cela a toujours été le cas) que j’ai une belle immunité naturelle, à vie

… et non pas quelque chose qui risque de s’estomper en quelques mois si je me fais vacciner.

Dans mon corps, et dans mon foyer, le Covid est terminé.

En fait, maintenant que je l’ai eu, il y a des preuves que le vaccin contre le Covid pourrait être plus dangereux pour moi.

Ce n’est pas un risque que je suis prêt à prendre.

En résumé

Ce qui précède ne sont que mes raisons de ne pas vouloir le vaccin.

Peut-être mes raisons ont-elles du sens pour vous, peut-être n’en ont-elles pas.

Quelles que soient celles qui ont un sens pour vous, j’espère que nous pourrons rester amis.

Pour ma part, je pense que nous avons beaucoup plus en commun que ce qui nous sépare.

  • Nous voulons tous vivre dans un monde de liberté.
  • Nous voulons tous faire notre part pour aider les autres et vivre bien.
  • Nous voulons tous avoir le droit d’exprimer nos opinions sans craindre d’être censurés ou vicieusement attaqués.
  • Nous méritons tous d’avoir accès aux faits afin de pouvoir prendre des décisions éclairées.

Que vous soyez d’accord ou non avec moi, je ne vous traiterai pas différemment.

Vous êtes un être humain tout aussi digne d’amour et de respect que n’importe qui d’autre.

Pour cela, je vous salue, et je vous souhaite vraiment le meilleur.

J’espère que vous avez trouvé cela utile.

Si oui, n’hésitez pas à le partager.

Si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à me faire part (gentiment) de ce qui n’a pas eu de sens pour vous et je serais heureux d’entendre vos réflexions également.

Restez curieux et restez humble.

Jusqu’à la prochaine fois,

Christian

_________

PS : Si vous pensez que j’ai bien étudié ce sujet, pensez à la réflexion que je ferais pour vous aider dans votre santé. Aider les gens avec leur santé est ce que je fais toute la journée, tous les jours.

PPS : La santé ne peut pas être injectée, mais elle peut être gagnée.

5 pensées sur “18 raisons pour lesquelles je ne me ferai pas injecter le vaccin anti-covid

  • 13 septembre 2021 à 0 h 22 min
    Permalink

    La vaccination et les ondes électromagnétiques , unification des humains sur la même fréquence au même instant, ce qui deviendra un état de conscience permanent.

    Répondre
  • 13 septembre 2021 à 4 h 34 min
    Permalink

    Bonjour, merci beaucoup pour avoir organisé votre article en raisons pour choisir de n’être pas vacciné. L’ article de venden bosshe, soumis au WHO, expliquant le processus de mutation vers un variant de plus en plus agressif dans son efficacité à s’adherer à nos récepteurs, paraît clairement un message pour l’abolition des campagnes de vaccination actuelles. Cependant, face au péril d’une épidémie super costaude qui s’achemine à «grands pas» (de variant en variant) vers une hécatombe, il préconise une nouvelle forme de vaccination pour tous! (basée sur la réaction des cellules NK qui font partie du système immunitaire de spectre large, comme l’innée, sauf qu’elles possèderaient, elles, une mémoire pour reconnaître les envahisseurs ( merci David Vincent pour le tip du petit doigt raide). Bref, ça me laisse penseur… récupération? manipulation? Meme si ça peut nourrir ma parano, ça maintient en tous cas le suspense. Cela dit, je reste fidèle à mon choix pour une d’immunité naturelle, stimulée au besoin par des herbes, une exposition graduelle aux stress positif ( nager en eaux de plus en plus froide par exemple) et réduire au mieux les sources anxiogènes en continu (stress négatif). Et puis faut bien mourir un jour. Merci pour votre travail d’info, je suis tenté de traduire vos 18 raisons en anglais sur une petite liste de poche, histoire de me donner un peu de contenance et rafraîchir ma propre raison. J’espère aussi me faire un pense-bête qui récapitule l’analyse de Valérie Bugault… Tâche ambitieuse qui a l’avantage de cerner mes incompréhensions, plutôt que rester dans le vague, dans l’impression d’avoir compris sans pouvoir cependant l’exprimer clairement à d’autres.
    Et puis, comme dernière petite note en poche, le conseil de frank lopvet : accepter radicalement qui je suis, la vie que je me crée, et les réfections miroir que sont les autres. Vivre « tel quel » dans un paradis, plutôt que comme un saint en enfer. Merci.

    Répondre
    • 19 septembre 2021 à 18 h 53 min
      Permalink

      Bonjour Éric,
      Merci pour votre analyse de la lecture de l’article sur les 18 raisons.
      Concernant l’analyse de Valérie Bugault avez vous fait ce travail de synthèse car je l’ai trouvé aussi tellement bien écrit que je me suis fait la même réflexion que vous.
      Merci d’avance de me le transmettre si tel était le cas.
      Pascal

      Répondre
  • 13 septembre 2021 à 6 h 09 min
    Permalink

    Bravo Patrick, BRAVO. MERCI BEAUCOUP POUR CES INFOS TRÈS PRÉCIEUSES. JE SUIS ENTIÈREMENT D’ACCORD AVEC VOUS.

    Répondre
  • 15 septembre 2021 à 20 h 51 min
    Permalink

    Bonjour,

    Je vous remercie pour cette argumentation de qualité et sourcée, j’ai appris beaucoup de choses. Je me permets simplement de commenter le passage sur la teneur en cellules embryonnaires humaines dans les vaccins; le lien est inaccessible et je crois qu’il faut corriger cette phrase car les cellules embryonnaires (type HEK pour human embryonic kidney par exemple) peuvent être utilisées en biologie moléculaire dans le but d’obtenir une grande quantité de virus, ce sont en quelque sorte des petites usines. Il me semble que c’est le cas pour la production des adénovirus recombinants (vecteurs de l’ADN du Coronavirus) à la base de certains de ces ‘vaccins’. Pour avoir suivi des protocoles avec ce type de cellules au cours de mes études je pense que les virus qu’elles ont produits, ou tout autre composé d’intérêt, devraient être purifiés pour être séparés des débris cellulaires avant d’être utilisés. Les ‘vaccins’ font intervenir des cellules embryonnaires dans leur processus de production mais ne contiennent (à priori) pas de cellules embryonnaires.
    Merci encore pour votre article!

    Cordialement
    JB

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *