Etats-Unis. Un raid de la police fédérale contre des fermiers Amish…accusés de ne pas passer par les circuits traditionnels de distribution

Vues : 2263

Source : breizh-info.com – 25 août 2022

https://www.breizh-info.com/2022/08/25/207108/etats-unis-un-raid-de-la-police-federale-contre-des-fermiers-amish-accuses-de-ne-pas-passer-par-les-circuits-traditionnels-de-distribution/

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Pour nous soutenir commandez le livre : “Globalisme et dépopulation” édité par Strategika

Aux Etats-Unis également, l’Etat fédéral cherche à contrôler toujours plus sa population. Récemment, la ferme biologique de M. Miller à Bird-in-Hand, en Pennsylvanie, a été perquisitionnée par des agents fédéraux armés. Ils ont exigé que la ferme, tenue par des membres de la communauté Amish, cesse ses activités et les autorités ont décidé de paralyser économiquement l’entreprise en lui infligeant plus de 300 000 dollars d’amendes.

Le gouvernement indique que la ferme ne respecterait pas les exigences réglementaires fédérales en matière d’alimentation. Pourtant, comme l’indique le responsable de la ferme, tous les animaux de la ferme ont une alimentation entièrement biologique et ne mangent que des plantes sauvages, des fleurs et des insectes dans leurs pâturages.

Une petite ferme Amish contre le gouvernement fédéral

La ferme, située dans un village amish isolé de Bird-in-Hand, en Pennsylvanie, existe depuis près de 30 ans. Elle fonctionne selon des pratiques agricoles vieilles de plusieurs siècles. Sa ferme n’utilise pas d’électricité, pas de tracteurs, pas de diesel, pas d’essence, et produit des rendements exceptionnels entièrement naturels que les gens sont prêts à payer le prix fort pour acheter.

Cependant, un juge fédéral a statué que malgré son marché fermé réservé à ses membres, il doit avoir des inspecteurs de l’USDA pour ses processus d’abattage de bœuf et de bovins. Miller ne veut pas utiliser les antibiotiques pharmaceutiques réglementés et obligatoires, ni les autres processus réglementaires exigés par l’USDA.  Le patron de la ferme avait attiré l’attention des autorités fédérales pour la première fois en 2016, lorsque la Food and Drug Administration a déclaré avoir identifié la Listeria dans des échantillons du lait cru de Miller ; l’agence a constaté que la Listeria était génétiquement similaire à la bactérie trouvée chez deux personnes qui ont développé une listériose – dont l’une est décédée – après avoir consommé du lait cru.

Les avocats du gouvernement affirment que Miller fait preuve d’une « volonté singulière et historique de bafouer les lois fédérales d’application générale sur la sécurité alimentaire adoptées démocratiquement« . Plus précisément, il s’est opposé au droit de regard des services d’inspection et de sécurité alimentaire de l’USDA, qui doivent s’assurer que la viande et la volaille vendues dans le commerce sont sûres, saines et correctement étiquetées et emballées.

M. Miller avait auparavant accepté de faire appel à un abattoir inspecté par le gouvernement fédéral pour traiter sa viande, mais il a cessé de le faire parce qu’il s’opposait à l’utilisation d’acide citrique antimicrobien. Miller affirme que les réglementations et les inspections rendent les aliments moins sûrs, et non plus sûrs.

Michael Yoder, journaliste et client de longue date de la ferme d’Amos Miller et a suivi de près l’affaire pour un journal local. « Je pense qu’ils veulent utiliser Amos comme un exemple », a déclaré Yoder.

Il explique que le gouvernement veut s’assurer que d’autres agriculteurs ne tentent pas de reproduire ce que la ferme de Miller a réussi à faire.

‘We farmers need to stand together’: Feds take aim at Pennsylvania organic farmer

« Miller vend sa viande et ses produits laitiers directement au consommateur, sans que le gouvernement ne joue le rôle d’intermédiaire. Le gouvernement n’a pas autant de contrôle sur ce type d’opération », explique Yoder « Amos Miller m’a expliqué que parce que sa ferme n’utilise pas d’engrais chimiques, d’herbicides ou de semences brevetées, qui sont principalement fabriqués par des géants de l’industrie ayant des liens étroits avec le gouvernement, ces derniers utilisent le pouvoir du gouvernement pour le faire fermer ».

« Les entreprises américaines prennent le pouvoir et placent des gens au sein de notre gouvernement… Elles ont le gouvernement de leur côté et font en sorte qu’il soit plus difficile pour les agriculteurs d’être des agriculteurs », a déclaré Amos Miller.

M. Miller fait valoir que parce qu’il vend à ce qu’il appelle un « club alimentaire privé » et non au marché libre, certaines règles et réglementations du gouvernement fédéral ne s’appliquent pas à lui. Les clients achètent de la viande et des produits laitiers de sa ferme explicitement parce que sa nourriture n’est pas traitée et fabriquée dans des installations industrielles géantes, mais qu’elle est cultivée, nourrie et traitée ici même, sur la terre.

« Certains viennent de Floride, de Californie, de Caroline du Nord, en fait de tout le pays parce qu’ils recherchent des aliments à forte densité nutritionnelle comme la viande crue et le lait de bufflonne cru… et ils nous font confiance parce que nous gardons nos animaux dans les pâturages et qu’ils peuvent voir la couleur de la graisse du bœuf et la couleur distincte du lait… cette couleur provient de la densité nutritionnelle des animaux qui se nourrissent d’herbe« , a expliqué Miller à Rebel News.

M. Miller, qui prépare les aliments comme Dieu l’a voulu selon lui, fournit tout, du bœuf et du fromage nourris à l’herbe au lait cru et aux œufs biologiques, à un club alimentaire privé comptant près de 4 000 membres. Il risque désormais, en plus de l’amende colossale, une peine de prison potentielle pour avoir simplement exercé sa liberté religieuse de cultiver des aliments conformément à ses croyances.

Amos, bien qu’il ait été perquisitionné par des marshals américains armés et qu’il risque des centaines de milliers de dollars d’amendes, a expliqué que les agriculteurs doivent rester forts. « Nous, les agriculteurs, devons rester unis et forts, et nous ne pouvons pas nous contenter de suivre les règles et règlements du gouvernement« , a-t-il ajouté.

Une pétition a été lancée pour soutenir la ferme et la solidarité entre Amish mais aussi entre fermiers alternatifs s’organise.

Crédit photo : DR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *