10 experts médicaux de premier plan critiquent la panique autour du coronavirus

Vues : 11540

Voici dix voix d’experts, éclipsées ou ignorées par le discours dominant, qui offrent leur point de vue sur l’épidémie de coronavirus. Cet article fait suite à : Douze experts s’interrogent sur la panique autour du coronavirus publié en exclusivité sur Strategika le 30 mars dernier.

Source : 10 MORE Experts Criticising the Coronavirus Panic traduit par Réseau International

Le Dr. Sunetra Gupta fait partie d’une équipe de recherche basée à Oxford qui construit un modèle épidémiologique pour l’épidémie de coronavirus. Leur publication n’a pas encore fait l’objet d’un examen de leurs pairs, mais le résumé est disponible en ligne.

Le Dr Gupta est professeur d’épidémiologie théorique à l’Université d’Oxford et s’intéresse aux agents de maladies infectieuses responsables du paludisme, du VIH, de la grippe et de la méningite bactérienne. Elle a reçu le prix Sahitya Akademi, la médaille scientifique de la Zoological Society of London et le prix Rosalind Franklin de la Royal Society pour ses recherches scientifiques.

Ce qu’elle dit :

« Il est important de noter que les résultats que nous présentons ici suggèrent que les épidémies en cours au Royaume-Uni et en Italie ont commencé au moins un mois avant le premier décès signalé et ont déjà conduit à l’accumulation de niveaux significatifs d’immunité de groupe dans les deux pays. Il existe une relation inverse entre la proportion actuellement immunisée et la fraction de la population vulnérable aux maladies graves.

– Les principes fondamentaux de la propagation de l’épidémie soulignent le besoin immédiat d’enquêtes sérologiques à grande échelle pour évaluer le stade de l’épidémie de SRAS-CoV-2, 24 mars 2020.

La recherche présente une vision très différente de l’épidémie par rapport à la modélisation de l’Imperial College de Londres […]

« Je suis surprise qu’il y ait eu une telle acceptation sans réserve du modèle de l’Impérial College », a déclaré le Dr Gupta. […]

Les résultats d’Oxford signifieraient que le pays avait déjà acquis une immunité substantielle grâce à la propagation non reconnue du Covid-19 sur plus de deux mois.

Bien que certains experts aient jeté le doute sur la force et la durée de la réponse immunitaire humaine au virus, le Professeur Gupta a déclaré que les preuves émergentes lui permettaient d’être confiante dans le fait que l’humanité développerait une immunité collective contre le Covid19 ».

– « Le coronavirus pourrait avoir infecté la moitié de la population », Financial Times, 24 mars 2020

*

Le Dr Karin Mölling est une virologiste allemande dont les recherches ont porté sur les rétrovirus, en particulier le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Elle a été professeur titulaire et Directrice de l’Institut de Virologie Médicale de l’Université de Zurich de 1993 jusqu’à sa retraite en 2008 et a reçu de nombreuses distinctions et récompenses pour son travail.

Ce qu’elle dit :

« On vous dit maintenant chaque matin combien il y a de décès dus au SRAS-Corona 2. Mais on ne vous dit pas combien de personnes sont déjà infectées par la grippe cet hiver et combien de décès elle a causés.

Cet hiver, la grippe n’est pas grave, mais environ 80 000 personnes sont infectées. Nous n’en sommes pas du tout à ces chiffres. Quelque chose de similaire s’est produit il y a deux ans. Cela n’est pas replacé dans le bon contexte. […]

Chaque semaine, une personne [sic] meurt à Berlin de germes multirésistants. Cela représente 35 000 décès par an en Allemagne. On n’en parle pas du tout. Je pense que nous avons connu des situations comme celle-ci à plusieurs reprises et que les mesures prises sont maintenant exagérées.

Je suis d’avis qu’il ne faut peut-être pas tant s’opposer à ce que les jeunes fassent la fête ensemble et s’infectent mutuellement. Nous devons construire une immunité d’une manière ou d’une autre. Comment cela peut-il être possible sans contacts ? Les plus jeunes gèrent beaucoup mieux l’infection. Mais nous devons protéger les personnes âgées, et les protéger d’une manière qui puisse être examinée minutieusement ; est-il raisonnable de faire ce que nous faisons maintenant, à savoir étendre l’épidémie d’une manière qui paralyse presque toute l’économie mondiale ? […]

L’Institut Robert Koch fournit les chiffres. Puis vous êtes assis là en tant qu’auditeur ou spectateur : 20 morts encore, quelle horreur ! Savez-vous quand je commencerais à paniquer ? S’il y en a 20 000. On se rapproche alors de ce qui s’est passé dans le plus grand calme il y a deux ans.

L’épidémie de grippe de 2018, avec 25 000 morts, n’a jamais déconcerté la presse. Les cliniques ont dû faire face à 60 000 patients supplémentaires, ce qui n’a pas non plus posé de problème dans les cliniques ! […]

C’est la principale crainte : la maladie est présentée comme une maladie terrible. La maladie en soi est comme la grippe dans un hiver normal. Elle est même plus faible au cours de la première semaine ».

– Interview sur Anti-Empire.com, 23 mars 2020

*

Le Dr Anders Tegnell est un médecin et un fonctionnaire suédois qui est Épidémiologiste à l’Agence Suédoise de la Santé Publique depuis 2013. Le Dr Tegnell a obtenu son diplôme de médecine en 1985, avec une spécialisation en maladies infectieuses. Il a ensuite obtenu un doctorat en Sciences Médicales à l’Université de Linköping en 2003.

Ce qu’il dit :

« Toutes les mesures que nous prenons doivent être réalisables sur une période plus longue. Sinon, la population perdra l’acceptation de l’ensemble de la stratégie concernant le coronavirus.

Les personnes âgées ou les personnes ayant déjà eu des problèmes de santé doivent être isolées autant que possible. Donc pas de visites aux enfants ou petits-enfants, pas de déplacements en transports publics, si possible pas de shopping. C’est la règle numéro un. L’autre c’est : Toute personne présentant des symptômes doit rester à la maison immédiatement, même en cas de toux légère.

« Si vous suivez ces deux règles, vous n’avez pas besoin de mesures supplémentaires, dont l’effet n’est de toute façon que très marginal ».

– « Le monde reste immobile… sauf pour la Suède », Zeit.de, 24 mars 2020

*

Le Dr Pablo Goldschmidt est un virologue franco-argentin spécialisé dans les maladies tropicales, et professeur de pharmacologie moléculaire à l’Université Pierre et Marie Curie à Paris. Il est diplômé de la Faculté de Pharmacie et de Biochimie de l’Université de Buenos Aires et de la Faculté de Médecine du Centre Hospitalier de la Pitié-Salpêtrière, à Paris.

Il réside actuellement en France, où il a travaillé pendant près de 40 ans comme chercheur dans des laboratoires cliniques développant des technologies de diagnostic.

Ce qu’il dit :

« Les opinions mal fondées exprimées par les experts internationaux, reprises par les médias et les réseaux sociaux, répètent la panique inutile que nous avons connue jusqu’à présent. Le coronavirus identifié en Chine en 2019 a causé rien de plus qu’un gros rhume ou une grippe, sans différence jusqu’à présent avec le rhume ou la grippe tels que nous les connaissons », déclare-t-il. […]

Les affections virales respiratoires sont nombreuses et sont causées par plusieurs familles et espèces virales, parmi lesquelles le virus respiratoire syncytial (surtout chez les nourrissons), la grippe (influenza), les métapneumovirus humains, les adénovirus, les rhinovirus et divers coronavirus, déjà décrits il y a des années. Il est frappant de constater qu’au début de cette année, des alertes sanitaires mondiales ont été déclenchées à la suite d’infections par un coronavirus détecté en Chine, le Covid-19, sachant que chaque année, 3 millions de nouveau-nés meurent dans le monde de pneumonie et 50 000 adultes aux États-Unis pour la même cause, sans que des alertes ne soient lancées. […]

Notre planète est victime d’un nouveau phénomène sociologique, le harcèlement scientifique et médiatique, déclenché par des experts uniquement sur la base des résultats d’analyses de diagnostic moléculaire en laboratoire. Les communiqués de la Chine et de Genève ont été repris, sans être confrontés d’un point de vue critique et, surtout, sans souligner que les coronavirus ont toujours infecté l’homme et ont toujours provoqué des diarrhées et ce que l’on appelle un rhume banal ou un simple rhume. Des prévisions absurdes ont été extrapolées, comme en 2009 avec le virus de la grippe H1N1. […]

Rien ne prouve que le coronavirus 2019 est plus mortel que les adénovirus respiratoires, les virus de la grippe, les coronavirus des années précédentes ou les rhinovirus responsables du rhume ».

Interview sur Clarin.com, 9 mars 2020

*

Les Docteurs Eran Bendavid et Jay Bhattacharya sont professeurs de Médecine et de Santé Publique à l’Université de Stanford.

Ce qu’ils disent :

« Les projections du nombre de décès pourraient être trop élevées […] Le véritable taux de mortalité est la proportion de personnes infectées qui meurent, et non les décès dus aux cas positifs identifiés.

Ce dernier taux est trompeur en raison du biais de sélection dans les tests. Le biais est incertain car les données disponibles sont limitées. Mais il pourrait faire la différence entre une épidémie qui tue 20 000 personnes et une autre qui en tue deux millions. […]

Une quarantaine universelle peut ne pas valoir les coûts qu’elle impose à l’économie, à la communauté et à la santé mentale et physique des individus. Nous devrions prendre des mesures immédiates pour évaluer la base empirique des confinements actuels ».

– « Est-ce que le coronavirus est aussi mortel qu’on le dit ? », Wall Street Journal, 24 mars 2020

*

Le Dr Tom Jefferson est un épidémiologiste britannique, basé à Rome. Il travaille pour la Cochrane Collaboration, où il est auteur et rédacteur du groupe sur les infections respiratoires aiguës, ainsi que dans quatre autres groupes Cochrane. Il est également conseiller auprès de l’Agence Nationale Italienne pour les Services de Santé Régionaux.

Ce qu’il dit :

« Je ne peux donc pas répondre à mes doutes tenaces, il ne semble rien y avoir de spécial dans cette épidémie particulière de maladie grippale.

Il y a cependant deux conséquences de cette situation qui me dérangent.

La première est le manque de crédibilité institutionnelle tel que perçu par mes amis. Il s’agit de pompiers, de policiers et même d’un médecin généraliste – pas le genre de personnes que l’on voudrait aliéner en cas d’urgence. Un propriétaire de restaurant m’a dit qu’il ne se présenterait jamais aux autorités sanitaires car cela signifierait au moins deux semaines de fermeture et son entreprise serait au bord du gouffre.

Deuxièmement, une fois que les projecteurs auront été braqués sur le sujet, y aura-t-il un effort international sérieux et concentré pour comprendre les causes et les origines des maladies de type grippal et le cycle de vie de ses agents ?

Le passé me dit que non, et nous reviendrons à faire de la grippe un fléau universel sous le toit de la maison de l’intérêt commercial. Notez la différence : La grippe (causée par les virus A et B, pour lesquels nous avons homologué des vaccins et des médicaments), et non les maladies de type grippal contre lesquelles nous devrions nous laver les mains toute l’année, et pas seulement maintenant.

En attendant, je ne peux toujours pas répondre à la question de Mario : qu’est-ce qui est différent cette fois-ci ? »

– « Covid 19-beaucoup de questions, aucune réponse claire », British Medical Journal, 2 mars 2020

*

Le Dr Michael Levitt est professeur de Biochimie à l’Université de Stanford. Il est membre de la Royal Society (FRS), membre de l’Académie Nationale des Sciences et a reçu le prix Nobel de Chimie en 2013 pour le développement de modèles multi-échelles pour les systèmes chimiques complexes.

En février de cette année, il a correctement modélisé la fin de l’épidémie en Chine, prédisant environ 80 000 cas et 3250 décès.

Ce qu’il dit :

« Je ne crois pas aux chiffres en Israël, non pas parce qu’ils sont inventés, mais parce que la définition d’un cas en Israël ne cesse de changer et qu’il est difficile d’évaluer les chiffres de cette façon…

Il y a beaucoup de panique injustifiée en Israël. Je ne crois pas aux chiffres ici, tout est politique, pas mathématique. Je serai surpris si le nombre de morts en Israël dépasse dix, et même cinq maintenant avec les restrictions. […]

Pour mettre les choses en proportion, le nombre de décès dus aux coronavirus en Italie représente 10% du nombre de décès dus à la grippe dans le pays entre 2016 et 2017.

Même en Chine, il est difficile de se pencher sur le nombre de patients car la définition du terme « patient » varie, donc je me penche sur le nombre de décès. En Israël, il n’y en a pas, c’est pourquoi la maladie ne figure même pas sur la carte mondiale ».

– « Prix Nobel : surpris qu’Israël ait plus de 10 morts causées par le coronavirus », Jerusalem Post, 20 mars 2020

Levitt a analysé les données de 78 pays qui signalent plus de 50 nouveaux cas de Covid-19 chaque jour et constate des « signes de reprise » dans beaucoup d’entre eux. Il ne se concentre pas sur le nombre total de cas dans un pays, mais sur le nombre de nouveaux cas identifiés chaque jour – et, surtout, sur l’évolution de ce nombre d’un jour à l’autre.

« Les chiffres font peur aux gens, mais il y a des signes évidents de ralentissement de la croissance ».

« Ce dont nous avons besoin, c’est de contrôler la panique », a-t-il déclaré. Dans le grand schéma, « nous allons nous en sortir ».

– « Pourquoi ce prix Nobel prédit une guérison plus rapide du coronavirus : « Nous allons nous en sortir », Los Angeles Times, 22 mars 2020

*

Le Réseau Allemand pour la Médecine Fondée sur des Preuves est une association de scientifiques, de chercheurs et de professionnels médicaux allemands.

Le réseau a été fondé en 2000 pour diffuser et développer les concepts et les méthodes de la médecine fondée sur des preuves et orientée vers le patient dans la pratique, l’enseignement et la recherche, et compte aujourd’hui environ 1000 membres.

Ce qu’ils disent :

« Dans la majorité des cas, le COVID-19 prend la forme d’un léger rhume ou est même sans symptômes. Par conséquent, il est très peu probable que tous les cas d’infection soient enregistrés, contrairement aux décès qui sont presque entièrement enregistrés. Cela conduit à une surestimation du taux de létalité.

Selon une étude portant sur 565 Japonais évacués de Wuhan, qui ont tous été testés (indépendamment des symptômes), seulement 9,2% des personnes infectées ont été détectées grâce au contrôle des symptômes du COVID-19 actuellement utilisé. Cela signifie que le nombre de personnes infectées est probablement environ 10 fois plus élevé que le nombre de cas enregistrés. Le taux de létalité ne représenterait alors qu’un dixième environ de celui qui est actuellement mesuré. D’autres supposent un nombre encore plus élevé de cas non déclarés, ce qui réduirait encore le taux de létalité.

La disponibilité généralisée des tests de dépistage du SRAS-CoV-2 est limitée. Aux États-Unis, par exemple, un centre de dépistage adéquat financé par l’État pour tous les cas suspects n’est disponible que depuis le 11 mars 2020.

À mesure que la maladie se propage, il devient de plus en plus difficile d’identifier une source d’infection suspecte. Par conséquent, les rhumes courants chez les personnes qui ont eu, sans le savoir, un contact avec un patient atteint du Covid-19 ne sont pas nécessairement associés au Covid-19 et les personnes touchées ne vont pas du tout chez le médecin.

Une surestimation du taux de létalité se produit également lorsqu’une personne décédée est reconnue comme ayant été infectée par le CoV-2 du SRAS, mais que ce n’est pas la cause du décès. […]

Le taux de létalité de 0,2% actuellement mesuré pour l’Allemagne est inférieur à celui de la grippe calculé par le Robert Koch-Institute (RKI) de 0,5% en 2017/18 et de 0,4% en 2018/19, mais supérieur au chiffre largement accepté de 0,1% pour lequel il n’existe aucune preuve fiable. […]

Au-delà des conclusions (plutôt discutables) tirées de l’exemple historique, il y a peu de preuves que les Interventions Non-Pharmaceutiques (INP) pour le Covid-19 conduisent réellement à une réduction de la mortalité globale. Une étude Cochrane de 2011 n’a trouvé aucune preuve solide de l’efficacité des contrôles aux frontières ou de la distanciation sociale. […]

Une étude systématique réalisée à partir de 2015 a révélé des preuves modérées que les fermetures d’écoles retardent la propagation d’une épidémie de grippe, mais à un coût élevé. L’isolement à la maison ralentit la propagation de la grippe, mais entraîne une augmentation de l’infection des membres de la famille. On peut se demander si ces résultats peuvent être transférés de la grippe au Covid-19.

On ne sait absolument pas combien de temps les INP doivent être maintenus et quels effets pourraient être obtenus en fonction de leur durée et de leur intensité. Le nombre de décès pourrait n’être reporté qu’à une date ultérieure, sans que le nombre total ne change. […]

De nombreuses questions restent sans réponse. D’une part, les médias nous confrontent quotidiennement à des rapports alarmants faisant état d’un nombre exponentiellement croissant de malades et de morts dans le monde. D’autre part, la couverture médiatique ne tient nullement compte de nos critères requis pour une communication des risques fondée sur des preuves.

Les médias communiquent actuellement des données brutes, par exemple, il y a eu « X » personnes infectées et « Y » décès à ce jour. Toutefois, cette présentation ne fait pas la distinction entre les diagnostics et les infections ».

– « Covid19 : Où sont les preuves ? », déclaration sur leur site web, 20 mars 2020

*

Le Dr Richard Schabas est l’ancien médecin hygiéniste en chef de l’Ontario , médecin-chef du département de santé publique de Hastings-Prince Edward et chef du personnel du York Central Hospital.

Ce qu’il dit :

« Il y a plus de cas que de cas déclarés. Cela s’explique par le fait que de nombreux cas ne présentent aucun symptôme et que la capacité de dépistage est limitée. Environ 100 000 cas ont été signalés à ce jour, mais si l’on extrapole à partir du nombre de décès signalés et d’un taux de létalité présumé de 0,5%, le nombre réel est probablement plus proche de deux millions – la grande majorité étant des cas bénins ou asymptomatiques.

De même, le taux réel de nouveaux cas est probablement d’au moins 10 000 par jour. Si ces chiffres vous semblent élevés, n’oubliez pas que le monde est très vaste. D’un point de vue global, ces chiffres sont très faibles.

Deuxièmement, l’épidémie du Hubei – de loin la plus importante et une sorte de pire des scénarios – semble se terminer. Quelle a été l’ampleur de l’épidémie ? Eh bien, le nombre de décès était comparable à celui d’une saison grippale moyenne. Ce n’est pas rien, mais ce n’est pas catastrophique non plus, et il est peu probable que cela submerge un système de santé compétent. Même pas presque. […]

Je ne prêche pas la complaisance. Cette maladie ne va pas disparaître de sitôt ; il faut s’attendre à ce que le nombre de cas augmente et à ce que les foyers locaux se multiplient. Et le Covid-19 a encore le potentiel de devenir un problème de santé mondial majeur, avec une charge globale comparable à celle de la grippe. Nous devons être vigilants dans notre surveillance. […]

Mais nous devons également être raisonnables. La quarantaine appartient au Moyen Âge. Gardez vos masques pour le braquage des banques. Restez calme et allez de l’avant. Ne rendons pas nos tentatives de guérison pires que la maladie ».

– « Strictement par les chiffres, le coronavirus ne peut pas être considéré comme une crise mondiale grave », Globe and Mail, 11 mars 2020

6 pensées sur “10 experts médicaux de premier plan critiquent la panique autour du coronavirus

  • 8 avril 2020 à 19 h 34 min
    Permalink

    Après l’échec de la crise climatique, c’est maintenant quitte ou double pour les mondialistes, avec cette crise du coronavirus chinois massivement exagérée par les médias, les médecins et les politiques corrompus.

    Répondre
    • 25 avril 2020 à 8 h 52 min
      Permalink

      Bien résumé.
      Bon pour le ‘quitte ou double’ je suis un peu moins d’accord : ‘double’ oui, mais ces cons ne voudront jamais abandonner.
      Pour preuve ce matin j’ai entendu que ” Le renouveau c’est Bruno ” (Lemaire) voulait sauver Air France mais à condition qu’elle devienne la compagnie aérienne la plus propre.

      Répondre
  • 10 avril 2020 à 3 h 28 min
    Permalink

    Nous doutons fort que tous les Scientifiques qui se sont exprimés plus haut puissent répondre à ces questions : 1/ Pourquoi les SIONISTES -ILLUMINATI avaient-ils affichés, en huit (8) langues , leurs DIX (10) COMMANDEMENTS, le 23/03/1980, sur les Georgia Guides-Stones de Géorgie aux USA ?
    2/ En 2019, en France, pourquoi la seule Usine capable de fabriquer la Chloroquine, FAMAR-LYON, fut-Elle mise en “Liquidation Judiciaire” ??
    3/ En France, le 23/01/2020 dernier, la Chloroquine, efficace pour soigner et guérir le SRAS-CoV Asiatique de 2002/2003, celui de 2015, et actuellement le SRAS-nCoV2 (CoVid-19), a été classé “SUBSTANCE VÉNÉNEUSE” Officiellement, par LE MINISTÈRE DE LA SANTÉ, sous la supervision de Mme Agnès BUZYN ! Sachant que cette chloroquine, consommée par plus de 2 MILLIARDS de patients à Travers le monde entier, bénéficie d’une AMM depuis plus de 70 ans, soulageant des centaines de millions de patients du Paludisme, de la Dengue, de la Malaria, du Chikungunya, de la sclérose en plaques, du Lupus Érythémateux, du Lupus Systemique, des Lucites, etc… ??
    4/ Pourquoi SRAS-nCoV2, est-il un OGM à manipulation faite par le Brevet Exclusif Chinois Brevet EP No 1694829-B1, utilisant la Bio-Technologie Enzymatique par laquelle des sites de son génome se virent adjoints deux gènes analogues à celui du virus VIH ????
    5/ Nous craignons que l’examen de ces seules quatre (4) QUESTIONS, n’ouvre, en l’esprit de ces chers Savants, plus de POINTS D’INTERROGATIONS que de lumières ! Aussi arrêtons-nous d’en rajouter !
    6/ Cependant, ces questions constituent des pièces majeures d’un PUZZLE GÉANT auquel il est absolument souhaitable d’accorder les plus judicieuses intelligences.
    7/ Stop.

    Répondre
  • Ping :Un rappel, le virus nous rappelle notre effondrement occidental. Général Delawarde : Sur les 210 pays ou territoires concernés par l’épidémie, 106 ont déclaré de 0 à 5 décès….. 13 pays ont déclaré plus de 1 000 décès depuis le début de

  • Ping :Géopolitique du Coronavirus XI – Entretien avec Youssef Hindi - Strategika

  • Ping :« Coronavirus : accélérateur historique » - Entretien avec Youssef Hindi - Strategika

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *