USA : les démocrates accepteraient-ils de perdre les élections ? Le “Transition Integrity Project” démontre que non.

par Byron York / source : washingtonexaminer.com
Traduction et adaptation : Pierre-Antoine Plaquevent pour strategika.fr

Les démocrates accepteront-ils de perdre les élections ? Un nouveau rapport affirme que non.

Depuis des semaines, des reportages et des commentaires ont été faits sur la question de savoir si le président Trump “acceptera” ou non les résultats de l’élection de novembre prochain. Le président a commencé le 19 juillet lorsqu’on lui a demandé, sur Fox News Sunday, “Pouvez-vous donner une réponse directe à la question de savoir si vous allez accepter l’élection ?

“Je dois voir”, a répondu M. Trump. “Je dois voir. Non, je ne vais pas me contenter de dire oui. Je ne vais pas dire non, et je ne l’ai pas fait non plus la dernière fois.”

La réponse a déclenché une longue série de gros titres : “Trump refuse de dire s’il acceptera les élections de novembre.” “Trump ne s’engage pas à accepter le résultat s’il perd l’élection.” “Trump n’est pas prêt à s’engager à accepter les résultats des élections s’il perd.” Le président a continué à remuer la marmite depuis lors, notamment avec un tweet demandant si, en raison de problèmes potentiels avec le vote par correspondance, l’élection du 3 novembre devrait être reportée.

Il y a donc beaucoup de discussions sur Trump et les résultats de l’élection. Mais il y a une autre question, tout aussi pressante : Les démocrates accepteront-ils les résultats de l’élection si Joe Biden perd ? Un nouveau rapport suggère que la réponse pourrait être non.

Le rapport provient d’un groupe secret appelé “Transition Integrity Project“. Organisation bipartite et anti-Trump, le TIP a été créé l’année dernière par Rosa Brooks, professeur de droit à Georgetown (NDT : elle fût une consultante régulière auprès de l’Open Society Institute et de Human Rights Watch.), et Nils Gilman, historien et penseur, “par crainte que l’administration Trump ne cherche à manipuler, ignorer, saper ou perturber l’élection présidentielle de 2020 et le processus de transition”.

En juin dernier, le TIP a organisé une réunion de 100 “anciens hauts fonctionnaires du gouvernement, hauts responsables de campagnes politiques, journalistes et professionnels de la communication de renommée nationale, leaders de mouvements sociaux et experts en politique, sécurité nationale, réforme démocratique, loi électorale et médias”. Le projet a initialement gardé secret le nom des 100 personnes, mais une quarantaine d’entre elles ont maintenant accepté d’être publiquement identifiées. (Les autres restent anonymes.) Parmi les noms connus du public figurent certaines des voix les plus ardemment anti-Trump dans les médias et la politique. Norm Eisen, qui a servi de conseiller extérieur pour la commission judiciaire de la Chambre des représentants lors de la mise en accusation, fait partie du groupe, tout comme John Podesta, l’ancien président de campagne d’Hillary Clinton qui a joué des rôles clés dans les maisons blanches d’Obama et de Bill Clinton, et l’ancienne présidente du Comité national démocrate, Donna Brazile. Il y a aussi l’ancienne gouverneure du Michigan Jennifer Granholm, que l’on voit maintenant dénoncer le président sur le câble, et un autre ancien gouverneur dont le nom reste secret. Pour rendre le groupe bipartite, il y a plusieurs membres de Never Trump Republican et d’anciens républicains : Reed Galen, un des principaux organisateurs du projet Lincoln anti-Trump, Bill Kristol, Max Boot, David Frum, et d’autres.

L’objectif de la réunion de juin était d’élaborer des scénarios de jeu de guerre pour les élections de 2020 et leurs suites immédiates. Que se passerait-il en réalité si les résultats étaient contestés ou s’ils n’étaient pas connus pendant des semaines après le jour du scrutin ? Soixante-sept personnes ont pris une part active aux jeux, tandis que les autres ont observé l’action et donné leur avis. Les résultats sont décrits dans un rapport de 22 pages, “Preventing a Disrupted Presidential Election and Transition“, publié lundi.

Les membres du TIP se sont répartis en plusieurs groupes. Il y avait un groupe de campagne Trump et un groupe de campagne Biden. Un groupe de fonctionnaires républicains et un groupe de fonctionnaires démocrates. Un groupe de fonctionnaires de carrière du gouvernement. Un groupe de médias. Enfin, il y avait un groupe représentant le public (joué dans la simulation par les sondeurs).

Ils ont travaillé sur quatre scénarios électoraux.

L’un d’entre eux impliquait que Biden remporte une nette victoire à la fois au vote populaire et au Collège électoral. Dans ce scénario, Trump a d’abord allégué une fraude électorale, mais a passé la majeure partie de la transition à préparer son retour à l’entreprise privée et à gracier les membres de sa famille. La version courte de la simulation est que Trump a perdu et a quitté son poste. Biden a été inauguré le 20 janvier 2021.

Un autre scénario postule une victoire étroite de Biden, dans lequel la marge de vote populaire du démocrate est inférieure à 1 point de pourcentage, ce qui lui donne 278 voix électorales gagnantes. Dans ce cas, Trump n’a pas reconnu sa défaite et s’est plutôt engagé dans une “vaste campagne de désinformation coordonnée, principalement axée sur la légitimité des bulletins de vote par correspondance”. L’équipe de campagne de Biden a organisé des manifestations de rue massives dans tout le pays, des manifestations qui comprenaient “des escarmouches violentes et du vandalisme”. La victoire électorale de Biden a été certifiée, mais “Trump a refusé de quitter la Maison Blanche”. Il a passé ses derniers jours à brûler des preuves incriminantes et à planifier la création d’un nouveau réseau, TRUMP TV – deux activités qui laissaient penser qu’il prévoyait de renoncer à la présidence. Le 20 janvier 2021, les services secrets ont escorté Trump hors de la Maison Blanche. Cette partie du rapport est mal écrite et il n’est pas tout à fait clair si les services secrets ont réellement dû escorter Trump hors de la Maison Blanche ou s’ils l’ont simplement menacé de le faire. En tout cas, Trump est parti. Le rapport décrit la transition comme “difficile et combative, mais finalement réussie”. En fin de compte, Trump a perdu et a quitté son poste. Biden a été inauguré le 20 janvier 2021.

Les participants au projet ont imaginé un troisième scénario bizarre dans lequel les résultats des élections sont connus dans le Michigan, en Floride et en Caroline du Nord. La Floride est allée à Trump, et la Caroline du Nord à Biden, laissant le Michigan comme l’État qui déciderait de la présidence. Mais à ce moment-là, dans le Michigan, “un individu malhonnête détruit un grand nombre de bulletins de vote censés avoir soutenu Biden”. On ne sait pas si cela a été décisif, mais en tout état de cause, cela permet à Trump de remporter une courte victoire au Collège électoral. (Le rapport du projet ne dit pas qui a remporté le vote populaire national dans ce scénario). Ensuite, le gouverneur démocrate du Michigan “a utilisé cette anomalie comme justification pour envoyer à DC un groupe d’électeurs séparé et pro-Biden”. À ce moment-là, “aucune des deux équipes de campagne n’est prête à accepter le résultat, et appelle alors ses partisans à descendre dans la rue pour faire pencher la balance”. Aucun des deux camps n’a prévalu. A la fin du match, les deux camps n’étant pas parvenus à s’entendre sur la légitimité du résultat, il n’y a pas eu de président clair le 20 janvier 2021. Le rapport n’a pas spéculé sur ce qui se passe ensuite après cela.

Le scénario final était le seul qui prévoyait une victoire nette. Biden, comme Hillary Clinton avant lui, a remporté le vote populaire (dans ce cas, la marge a été décisive de 52 % à 47 %). Mais Trump a remporté la victoire du Collège électoral avec 286 votes électoraux. En d’autres termes, Trump a été le vainqueur incontestable de la présidence. Biden a concédé sa défaite le soir de l’élection, mais retire ensuite sa position alors que la colère des démocrates grandit à propos d’une autre élection où le vainqueur a perdu le vote populaire mais a remporté le Collège électoral. La campagne de Biden a poussé les gouverneurs démocrates du Michigan et du Wisconsin à ne pas tenir compte de la victoire de Trump, à passer outre leur législature d’État et à envoyer les électeurs de Biden à Washington. Les démocrates de la Chambre ont refusé de reconnaître la victoire de Trump au Collège électoral. La campagne de M. Biden a également débouché sur ce qui semble être une demande de concessions en échange de la reconnaissance de la victoire de M. Trump : Trump pourrait entrer en fonction si le Collège électoral était éliminé, Washington et Porto Rico recevraient le statut d’État et la Californie serait divisée en cinq États pour créer davantage de sénateurs démocrates. Sinon, la Californie, l’Oregon et l’État de Washington feraient sécession de l’union. Finalement, l’impasse “reste non résolue” et le jour de l’investiture “arrive sans un seul président élu”. Le scénario s’est terminé par : “Il n’était pas clair ce que les militaires feraient dans cette situation.”

Voilà donc les quatre scénarios. Dans un seul cas, un candidat a remporté une victoire nette et le candidat adverse a refusé d’accepter le résultat. Et le perdant qui a refusé d’accepter le résultat était Biden – et non Trump. C’est précisément le contraire de la spéculation sur les résultats de Trump – pas d’acceptation – qui a dominé les médias ces dernières semaines. Même si Trump a clairement remporté la présidence dans ce scénario, “le jeu s’est terminé par une crise constitutionnelle, avec des menaces de sécession, et la possibilité soit d’un déclin vers l’autoritarisme, soit d’un ensemble de règles démocratiques radicalement remaniées qui garantissent que la volonté populaire prévaudra”.

Le rapport donne quelques raisons pour lesquelles les démocrates seraient prêts à défier la structure constitutionnelle des élections présidentielles américaines pour mettre Biden à la Maison Blanche. Le jeu de scénarios “a révélé que pour de nombreux démocrates et les principales circonscriptions démocrates, cette élection représente une crise existentielle, la dernière chance d’arrêter un déclin rapide et potentiellement irréversible des États-Unis vers l’autoritarisme et le nativisme débridé”, indique le rapport. “Certains participants aux exercices ont observé que si l’ancien vice-président Biden gagne le vote populaire mais perd le Collège électoral, il y aura une pression politique de la base du Parti démocrate et des organisations de base indépendantes pour empêcher un second mandat de Trump”. Empêcher un second mandat de Trump, c’est-à-dire même en cas de victoire claire et légitime de Trump.

Lorsqu’une partie croit que les enjeux sont si importants qu’ils sont existentiels – une dernière chance de mettre fin à l’autoritarisme et au nativisme débridé – alors pratiquement tous les moyens sont justifiés pour empêcher l’autre partie de gagner. L’une des leçons de la simulation du Transition Integrity Project est qu’aujourd’hui, à moins de 100 jours de l’élection, certains des opposants les plus passionnés au président croient que les démocrates pourraient volontairement mettre la Constitution de côté dans leur désir de mettre fin à la présidence Trump.

Une pensée sur “USA : les démocrates accepteraient-ils de perdre les élections ? Le “Transition Integrity Project” démontre que non.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *