Les amusantes références maçonniques de la tribune des militaires

Vues : 921

Source : lecourrierdesstrateges.fr- 1O mai 2021 – Eric Verhaeghe https://lecourrierdesstrateges.fr/2021/05/10/les-amusantes-references-maconniques-de-la-tribune-des-militaires/

La tribune des militaires fait couler beaucoup d’encre. Assez curieusement, peu de lecteurs ou de commentateurs ont relevé une dimension un peu inattendue de ce texte rédigé par des militaires d’active : ses références maçonniques. Discrètes, mais bien présentes, elles signalent que la fronde ne vient pas forcément des officiers les plus conservateurs, mais qu’elle procède visiblement, pour une part substantielle en tout cas, de cadres ayant d’autres références philosophiques que l’extrême-droite traditionnelle. Ce qui n’est pas forcément une très bonne nouvelle pour le gouvernement, car l’assise de la contestation est probablement plus large que le pouvoir exécutif ne veut bien le dire.

La tribune des militaires (la deuxième, que nous avons republiée ce matin) enfonce un clou déjà bien planté la semaine précédente. Selon les informations mises en avant par Valeurs Actuelles, elle a reçu un million de visites sur le site du magazine en moins de 12 heures, ce qui est colossal et devrait alerter singulièrement le pouvoir sur le rejet viscéral dont l’affirmation musulmane dans les banlieues fait l’objet en France. 

Pour l’instant, les sbires du pouvoir exécutif dénonce un texte « d’extrême droite » avec la facilité déconcertante de ceux qui gèrent toute divergence d’opinion par le bannissement. Mais cette accusation est-elle vraiment fondée ? Quelques indices troublants sur ce texte soulèvent de sérieuses questions sur la « limitation » de son origine à la seule extrême droite. 

Les références maçonniques de la tribune des militaires

Les observateurs auront tous remarqué cette ouverture étrange du texte publié hier, qui s’adresse aux élus « en leurs grades et qualités ». La formule n’est pas neutre. Elle est celle employée dans les loges maçonniques aux débuts des travaux collectifs. 

Cette circonstance, cette griffe, cette particularité, est forcément interprétée par tous les initiés comme un signal « symbolique » envoyé quant à l’origine même du texte. Cette tentation de l’interprétation symbolique est renforcée par l’allusion immédiate au 7è couplet de la Marseillaise comme argument principal du texte. 

Doit-on rappeler ici le caractère infiniment maçonnique de notre hymne national, et la proximité de son compositeur avec les loges militaires ? On l’a oublié aujourd’hui, mais l’armée révolutionnaire, puis impériale, fut une pépinière maçonnique, et Rouget de l’Isle lui-même était un initié. Les adeptes de la maçonnerie savent que le chiffre 7 revêt un caractère symbolique spécial (celui de la lumière et de la justice), qui donne le sentiment que cette fameuse tribune est aussi un texte à clé qui envoie un message aux initiés. 

Une mauvaise affaire pour le gouvernement

Si l’on admet l’hypothèse que la porosité entre la maçonnerie et les milieux catholiques traditionnels est faible, alors on en déduira assez naturellement que ce texte ne doit pas émaner (en tout cas pas uniquement) de « l’extrême droite », comme le disent un certain nombre de proches du gouvernement. Il contient en tout cas des indices de son assise plus large.

Dans la pratique, ce texte exprime plutôt, dans ses racines profondes, la vision historique du creuset français qui procède par assimilation culturelle, telle que l’armée a pu l’incarner et la mettre en pratique. Nous comprenons tous aujourd’hui que, pour ce noyau militaire attaché à une vision laïque de la France telle qu’elle existait déjà dans la Grande Armée de Bonaparte, une ligne rouge est atteinte. Celle d’un renoncement à l’affirmation française par les élites (convaincues que l’Etat nation est obsolète et que l’avenir est à une dilution de la France dans un grand tout européen). 

Mauvaise nouvelle pour le gouvernement donc : la contestation de l’armée ne vient pas d’une frange extrémiste. Elle est en réalité plus profonde, plus fédératrice, et probablement majoritaire dans la troupe, quoiqu’en disent les chiens de garde soudoyés pour réduire le phénomène à une manifestation de l’extrême-droite proche de Marine Le Pen. 

L’erreur d’un bannissement compulsif

Pour l’instant, le gouvernement s’est contenté de stigmatiser le texte, avec ce réflexe propre à la caste de gérer toute critique ou toute divergence d’opinion par le bannissement. Ceux qui nous critiquent sont forcément des populistes complotistes d’extrême droite. Les esprits bornés qui tombent dans ce panneau n’ont pas mesuré que, ce faisant, ils contribuaient à cimenter une opposition grandissante à leur règne, et ils sciaient progressivement la branche sur laquelle ils sont assis. 

Mais c’est tant mieux. Ce que nous ne supportons plus, c’est cette façon de mettre en quarantaine tous ceux qui contestent les délires de la caste.

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 pensées sur “Les amusantes références maçonniques de la tribune des militaires

  • 11 mai 2021 à 20 h 38 min
    Permalink

    C’est absolument ridicule! On croirait lire du Ploncard d’Assac!
    La maçonnerie fait assez de dégats sans qu’on la colle paértout et à toutes les sauces!
    Quant à la formule « en leurs grades et qualités » elle n’est pas l’apanage de la maçonnerie (si tant est qu’elle existe dans les rituels!)
    Un diplomate africain (peut être maçon d’ailleurs, mais là n’est pas la question) l’évoque très clairement!
    Cette expression est une “aberration protocolaire” selon l’Ambassadeur Mélégué Traoré
    https://lefaso.net/spip.php?article86114

    Répondre
  • 12 mai 2021 à 18 h 48 min
    Permalink

    Un peu d’histoire :
    La Franc-Maçonnerie est d’origine hébraïque (les Mystères de Jérusalem), tous les mots de passe sont des vocables hébreux, ses légendes sont tirées de l’histoire du peuple d’Israël.
    Cependant, Joseph de Maistre, dans « Mémoire au duc de Brunswick » (1782), précise ceci : « Tout annonce que la Franc-Maçonnerie vulgaire est une branche détachée et peut-être corrompue d’une tige ancienne et respectable ».
    « C’est bien ainsi qu’il faut envisager la question, précise René Guénon : on a trop souvent le tort de ne penser qu’à la Maçonnerie moderne, sans réfléchir que celle-ci est simplement le produit d’une déviation. Les premiers responsables de cette déviation, à ce qu’il semble, ce sont les pasteurs protestants, Anderson et Desaguliers, qui rédigèrent les Constitutions de la Grande Loge d’Angleterre, publiées en 1723, et qui firent disparaître tous les anciens documents sur lesquels ils purent mettre la main, pour qu’on ne s’aperçût pas des innovations qu’ils introduisaient, et aussi parce que ces documents contenaient des formules qu’ils estimaient fort gênante. Ce travail de déformation, les protestants l’avaient préparé en mettant à profit les quinze années qui s’écoulèrent entre la mort de Christophe Wren, dernier Grand-Maître de la Maçonnerie ancienne (1702), et la fondation de la nouvelle Grande Loge d’Angleterre (1717). (…) Cependant, ils laissèrent subsister le symbolisme, sans se douter que celui-ci, pour quiconque le comprenait, témoignait contre eux aussi éloquemment que les textes écrits, qu’ils n’étaient d’ailleurs pas parvenus à détruire tous. Voilà, très brièvement résumé, ce que devraient savoir tous ceux qui veulent combattre efficacement les tendances de la Maçonnerie actuelle, bien qu’il y a eu ultérieurement une autre déviation dans les pays latins, celle-ci dans un sens antireligieux, mais c’est sur la « protestantisation » de la Maçonnerie anglo-saxonne qu’il convient d’insister en premier lieu. » La « civilisation » moderne étant le résultat direct de la mentalité des peuples anglo-saxons, RG ajoute : « Surtout, nous ne saurions trop mettre en garde contre toutes les contrefaçons anglo-saxonnes, allemandes ou slaves, qui ne représentent que des idées tout occidentales et modernes, masquées sous des vocables orientaux détournés de leur sens. »
    Et Robert Ambelain d’ajouter : « Ce nouveau rite allait lancer la FM sur une nouvelle voie… qui tendrait à saper certaines valeurs qui font la dignité de l’homme, par l’athéisme, le matérialisme, le laxisme menant à l’amoralisme désagrégateur. » (La Franc-Maçonnerie oubliée)
    NB : René Guénon nous rappelait dans « La Métaphysique orientale » que « La « civilisation » moderne étant le résultat direct de la mentalité des peuples anglo-saxons, nous ne saurions trop mettre en garde contre toutes les contrefaçons qui ne représentent que des idées tout occidentales et modernes, masquées sous des vocables orientaux détournés de leur sens. »
    Après la suppression brutale de l’échiquier mondial de l’Ordre du temple, l’élimination de Jehanne d’Arc qui souhaitait bouter les anglais hors de France, et les révolutions de couleurs du XVIIIème siècle, la civilisation « moderne » allait effectivement tomber sous le « joug » anglo-saxon et sa finance interlope et supranationale, et nous faire aboutir à l’abomination de la désolation économique, sociale et surtout morale actuelle.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *