Élections allemandes: qui remplacera Mme Merkel et comment les relations entre Berlin et Moscou vont-elles évoluer?

Vues : 390

Source : euro-synergies – 12 septembre 2021 – Daria Platonova

L’Allemagne tiendra des élections législatives le 26 septembre pour élire les membres du vingtième Bundestag. Pour la première fois depuis 2005, Angela Merkel ne sera pas chancelière. Cette décision, probablement justifiée à la fois par la fatigue politique et la baisse de la cote de son parti, l’Union chrétienne-démocrate (CDU), a été prise le 29 octobre 2018. En outre, les sondages d’opinion préliminaires montrent que les élections pourraient entraîner une fragmentation importante du Bundestag, ce qui pourrait conduire à de longues négociations sur la formation de la coalition à hisser au pouvoir (trois à six mois, comme ce fut le cas en 2013 ou 2017) .

Après les élections, les partis allemands négocieront la formation d’un gouvernement et, par conséquent, la nomination d’un chancelier. Le chancelier devra être soutenu par une majorité de tous les membres élus du Bundestag. Si, après trois tentatives, le Bundestag ne parvient pas à nommer un chancelier, le président allemand (une figure presque nominale dans une république parlementaire) a le droit de nommer un candidat qui obtient une pluralité de voix, créant ainsi un gouvernement minoritaire.

Les successeurs possibles de Mme Merkel sont actuellement Armin Laschet (CDU/CSU), Olaf Scholz (SPD) et Annalena Baerbock (Verts).

LES PRINCIPAUX ACTEURS : UNE CARTE DES FORCES POLITIQUES EN ALLEMAGNE

Il y a six acteurs principaux dans ces élections – le Parti social-démocrate, la coalition gouvernementale composée des partis CDU et CSU, les Verts, le Parti démocratique libre (FDP), l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), la Gauche (Die Linke).

– Le Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD) – défend la redistribution des impôts en faveur des moins bien lotis, a une position géopolitiquement européenne, et fait partie d’une coalition gouvernementale avec la CDU/CSU depuis 2013. Le candidat du parti au poste de chancelier est Olaf Scholz. Selon les sondages, le parti bénéficie d’un soutien de 25%. La cote du parti a recommencé à augmenter à la fin du mois de juillet, pour atteindre et dépasser celle de la CDU/CSU le 23 août (le public en a assez du statu quo).

– L’Union chrétienne-démocrate (CDU), le principal parti conservateur, dirige le gouvernement depuis 2005. Ses homologues bavarois sont le parti de l’Union chrétienne-sociale (CSU). Ce parti a une orientation droite-libérale, est officiellement orienté vers le partenariat atlantique, et a traditionnellement suivi une voie vers une Europe unie. Le candidat du parti au poste de chancelier est Armin Lachet. Selon les derniers sondages, le bloc CDU/CSU obtient 19% des voix. Depuis février 2021, la cote de ce bloc a commencé à baisser de manière intensive (à la fin du mois de janvier 2021, elle était de 36 %). En outre, de nombreux Allemands sont mécontents de la manière dont les autorités gèrent les conséquences des inondations désastreuses qui ont touché certaines régions du pays cet été.

– Les Verts sont un parti à vocation mondialiste dont le principal message est la nécessité de protéger la nature et l’environnement sous le contrôle de l’État. Elle promeut aussi activement les droits des minorités sexuelles et des migrants. Depuis 2018, sa coprésidente est Annalena Baerbock (la plus jeune candidate à la chancellerie, elle a 40 ans). Selon les sondages préliminaires, le parti pourrait obtenir 17% des voix. Le parti a atteint le sommet de sa popularité en mai 2021 (lorsque les Verts ont atteint jusqu’à 25%), mais une série de scandales liés au livre d’Annalena Baerbock, accusée de plagiat, ont réduit la popularité du mouvement.

– Le Parti démocratique libre (FDP) est un parti libéral qui prône une diminution générale des impôts, moins de bureaucratie, le maintien des libertés individuelles et les droits de l’homme. Le candidat du parti au poste de chancelier est Christian Lindner. Selon les sondages, leur cote est de 13% des voix.

Alternative für Deutschland (AfD) est un parti eurosceptique de droite avec un programme anti-migration bien développé. Jeune mais gagnant activement en popularité, le parti est désormais représenté dans toutes les circonscriptions d’Allemagne. Les candidats du parti au poste de chancelier sont Alice Weidel et Tino Chruppala. Selon les sondages, ils ont un taux d’approbation de 11 %.

– La gauche (anciens communistes) est un parti qui critique la mondialisation, l’américanisation de l’UE, et qui est favorable à une régulation de l’économie par l’État. Le candidat chancelier du parti est Jeanine Wissler, Dietmar Bartsch. Les derniers sondages indiquent une part de 6 % des voix.

PRÉVISIONS POUR LA RUSSIE

Si Armin Lachet (CDU) ou Scholz (SPD) est élu chancelier, nous pouvons nous attendre à ce que les relations avec la Russie soient fondées sur une approche pragmatique recherchant un bénéfice mutuel, dans l’esprit de Merkel et, éventuellement, dans le climat actuel d’affaiblissement de l’hégémonie américaine en Europe.
 
De tous les candidats à la direction de la CDU, Armin Lachet est le plus favorable à la coopération avec la Russie, comme le montrent ses appels à ne pas diaboliser notre pays, et contrairement à ses rivaux de la CDU, Röttgen et Merz, il est également plus positif au sujet de Nord Stream 2. Cependant, Lachet ne peut pas non plus être qualifié de “pro-russe”, il s’est inquiété, comme Merkel, de “l’empoisonnement de Navalny” et a également soutenu les sanctions occidentales contre la Russie.

M. Scholz, appelé en plaisantant “Scholzomat” en Allemagne pour ses discours mécaniques et technocratiques, est partisan d’une politique réservée et dure à l’égard du Kremlin. Il a critiqué la réunification de la Russie avec la Crimée et la politique de Moscou à l’égard des minorités sexuelles, et a également évoqué à plusieurs reprises le thème de “l’empoisonnement de Navalny” pour faire pression sur le Kremlin. En même temps, le parti social-démocrate lui-même a une évaluation plutôt positive de la coopération avec la Russie: l’ancien chancelier allemand Gerhard Schröder, qui a prôné la formation d’un axe géopolitique continental Paris-Berlin-Moscou, est issu de la SPD.
 
L’arrivée de Baerbock (Verts) au poste de chancelier pourrait, au contraire, conduire à un net refroidissement des relations germano-russes. C’est d’autant plus probable que, selon plusieurs publications allemandes, le parti est financé par des mouvements environnementaux qui font partie d’un réseau lié à l’Open Society de George Soros. C’est elle qui s’est activement opposée à Nord Stream 2 et qui a également demandé à plusieurs reprises de nouvelles sanctions contre la Russie. Il est également possible que Mme Baerbock soit nommée ministre des affaires étrangères dans le nouveau gouvernement, auquel cas elle tentera également de saboter les relations russo-allemandes.
 
Les plus pro-russes sont les représentants des partis de la Gauche (Die Linke) et de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD). Ils plaident activement en faveur d’une alliance avec la Fédération de Russie et l’un de leurs dirigeants, Sarha Wagenknecht, a appelé à plusieurs reprises à une révision de la politique allemande à l’égard de la Russie, ainsi qu’à l’abandon de la “politique unilatérale voulue par les États-Unis”. Entre-temps, le parti lui-même a déclenché une guerre des clans et, à la veille des élections, Sarha Wagenknecht, l’étoile la plus brillante de la gauche allemande, a même fait l’objet d’une tentative d’exclusion du parti pour son livre Die Selbstgerechten, dans lequel elle critiquait le parcours libéral-gauchiste de ses camarades du parti.


 L'”Alternative pour l’Allemagne”, dont les principaux dirigeants sont Alice Weidel et Tino Chrupalla, prône une réinitialisation des relations entre l’Allemagne et la Russie et est extrêmement sceptique à l’égard du mondialisme, déclare que l’Allemagne doit quitter l’UE et revenir à une politique souveraine, reconnaît la nécessité de lever les sanctions contre la Russie car elles frappent également l’économie allemande, et a activement soutenu la construction de Nord Stream 2. Les députés du parti ont déclaré à plusieurs reprises que “l’abandon du gazoduc signerait la fin du pays en tant que puissance industrielle développée”

Les candidats de la Gauche et de l’Alternative pour l’Allemagne n’ont aucune chance réaliste de devenir chancelier lors de ces élections, mais en fonction des résultats, ils pourraient faire partie de la coalition gouvernementale et ainsi influencer la composition du gouvernement.

L’ALLEMAGNE VA-T-ELLE SE COMPLAIRE DANS LA CRISE ?

Le groupe de réflexion bien connu et apprécié, Stratfor, note que les prochaines élections en Allemagne “donneront naissance à un gouvernement modéré qui soutiendra l’adhésion à l’UE et à l’OTAN, cherchera à assainir les finances publiques après la pandémie de COVID-19 et mettra en œuvre des politiques visant à réduire les émissions de carbone au fil du temps”. Selon Stratfor, le rythme d’un tel programme dépendra de la composition idéologique de la prochaine coalition gouvernementale.
 
Toutefois, il convient de noter qu’il existe des contradictions irréconciliables entre les principaux acteurs de la course électorale sur tous les fronts susmentionnés. L’adhésion de l’Allemagne à l’UE est critiquée par l’AfD, on trouve même des critiques modérées de l’UE au sein de la CDU/CSU (en termes d’attitude à l’égard des mesures aggravant la division des marchés financiers dans la zone euro – l’introduction d’une garantie commune des dépôts pour les banques de l’UE), la gauche (Die Linke) est activement opposée à l’OTAN. L’agenda vert, malgré sa présence dans les programmes du SPD et de la CDU/CSU, divise également les partis – car les Verts poussent à une transition énergétique rapide tandis que le SPD et la CDU/CSU considèrent qu’il est plus approprié de maintenir un équilibre entre la transition énergétique et la protection de la compétitivité de l’industrie allemande. L’agenda environnemental a déjà conduit à l’échec des pourparlers de formation d’une coalition entre la CDU/CSU et les Verts après les élections de 2017.
 
Ainsi, aucun consensus de parti ne peut émerger dans la situation politique actuelle, contrairement aux prédictions des think tanks américains, et l’Allemagne risque de plonger dans une crise prolongée assortie d’un long processus de formation d’un nouveau gouvernement. Personne ne peut prédire quelle en sera l’issue à l’heure actuelle. De nombreux analystes allemands estiment que l’Allemagne entre dans une zone de turbulences politiques. La crise évidente de la communauté atlantique après le retrait américain d’Afghanistan, la récession économique dans l’UE, les problèmes sanitaires, juridiques et technologiques exposés à l’ère de la pandémie, tout cela crée une atmosphère très défavorable pour qu’une société allemande calme et équilibrée continue à le rester.

Une pensée sur “Élections allemandes: qui remplacera Mme Merkel et comment les relations entre Berlin et Moscou vont-elles évoluer?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *