Guerre régionale ou guerre générale ?

Vues : 1581

Source : 2 mai 2022 – Irnerio Seminatore

https://www.nlto.fr/Guerre-regionale-ou-guerre-generale_a3614.html

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Faites un don pour soutenir l’analyse stratégique indépendante

Irnerio Seminatore est Président-Fondateur de l’Institut Européen des Relations Internationales de Bruxelles. Professeur des Université, Essayiste, Docteur en droit et Docteur en sociologie.
Il est l’auteur de “La multipolarité au XXIème siècle” (VA Éditions)

« Si l’un des deux belligérants est décidé à s’engager sur la voie des grandes décisions par les armes, ses chances de succès sont considérables, pour peu qu’il soit certain que l’autre ne désire pas s’y engager » (C.Clausewitz). Cette proposition s’applique parfaitement à la Russie et à l’Ukraine. Les deux belligérants y étaient engagés depuis longtemps et leur dialogue, diplomatique et militaire, était soutenu, en sous mains, par des co-belligérants occultes, américains, britanniques, allemands, français, polonais, baltes et autres, qui armaient et entrainaient les ukrainiens de Zelenski.

Clausewitz et ses enseignements

« Si l’un des deux belligérants est décidé à s’engager sur la voie des grandes décisions par les armes, ses chances de succès sont considérables, pour peu qu’il soit certain que l’autre ne désire pas s’y engager » (C.Clausewitz). Cette proposition s’applique parfaitement à la Russie et à l’Ukraine. Les deux belligérants y étaient engagés depuis longtemps et leur dialogue, diplomatique et militaire, était soutenu, en sous mains, par des co-belligérants occultes, américains, britanniques, allemands, français, polonais, baltes et autres, qui armaient et entrainaient les ukrainiens de Zelenski. Ainsi le réveil européen pour la guerre n’a été qu’une « fake news ». « La bulle » de la grande hypocrisie occidentale, qu’on avait ignorée. La primauté de la politique n’est point une proposition théorique. L’Occident et la Russie étaient déjà en guerre, mais ils ne le savaient pas encore officiellement, ou ils feignaient plutôt de l’ignorer. Sinistre Illusion ! Les européens de l’Ouest ont mis dans les armoires de leurs chimères du passé, amnésiaques, les livres trompeurs de Kant, Alain, Russel et autres munichois et humanistes. Par ailleurs les institutions européennes, en antennes éminentes du cartel international de la morphine historique, dont la Commission s’est voulu l’outil « géopolitique », sont passées à la livraison d’armements pour prolonger le carnage des peuples. Les plus lucides n’ont pas découvert aujourd’hui la guerre ou sa barbarie, mais le visage et la perversion d’eux-mêmes, sous le masque d’un agitateur de théâtre.  C’était la violence des Yanquees, le cynisme d’Albion, la logique déraisonnable et non rationnelle des français et l’échine paralysée des Allemands. Tous croupis, au fond d’eux-mêmes, par la peur et par le manque de lucidité et de courage. Paix et Guerre, une intimité antique ! Révisons ensemble la dialectique de l’antagonisme historique et considérons les issues possibles de chaque type de paix et de chaque type de guerre. Une lecture qui sera conduite à la lumière de la politique étrangère, comportant l’unité du verbe diplomatique et de l’action militaire, unité qui, au sein de l’alliance atlantique, exclut la solidarité totale de tous les alliés. Or, puisque la subordination de la guerre à la politique dépend d’un ensemble d’intérêts, de facteurs et de circonstances, laquelle des politiques pratiquées les européens suivront-ils, en calquant le chemin de Zelenski, de la Commission européenne et de l’Alliance Atlantique ? Pour quels enjeux et jusqu’où ? Clausewitz nous en rappelle les issues possibles : « Si la politique est grandiose et puissante, la guerre le sera aussi et pourra même atteindre les sommets, où elle prend sa forme absolue ». Or l’inégalité des buts de guerre et l’inégalité de force et de résolution, subordonnera la montée aux extrêmes de la guerre à la réaction de l’autre et cela suite au principe de polarité.  

La Macht-Welt-Politik et ses revers

Si nous assumons le principe que le « type de paix » souhaitée détermine en large partie le « type de guerre » à mener, dans le but de parvenir à une « paix de satisfaction », une classification ternaire des paix (d’équilibre, d’hégémonie ou d’empire), nous indique que la violence des conflits est imputable à la géométrie des rapports de force. C’est la grandeur des enjeux qui accroît la détermination politique et l’ardeur des combats. Dans le cas du conflit ukrainien l’enjeu pour les deux parties c’est le passage d’une configuration du système international à un autre (bipolaire à multipolaire). Cela signifie pour l’Ukraine sa disparition en tant qu’Etat de la scène interétatique et son passage d’une zone impériale, (atlantique) à une autre (russe). Pour la Russie l’enjeu existentiel, serait, en cas d’échec, un déclassement de puissance à long terme et un tremblement géopolitique inacceptable, interne et extérieur, qui serait tectonique et fatal pour l’Europe, la Russie et l’Eurasie. Par son étendue il concernerait une turbulence élargie à l’ensemble des relations systémiques, multipolaires, intercontinentales et inter-étatiques. Dans la perception de la Russie et des autres acteurs de la communauté internationale le glissement inévitable de la guerre vers un conflit d’ampleur, amènerait à la restauration d’une zone impériale, qui rivaliserait avec la puissance hégémonique déclinante. Dans cette hypothèse une guerre de grande ampleur serait inévitable car elle mettrait en cause le pivot dominant du système (les Etats-Unis), les poussant prématurément à agir.

La signification historique et systémique de la crise Ukrainienne

Entrer dans la crise ukrainienne ou s’y laisser entraîner revêt une signification plus générale et plus abstraite. En effet il s’agit d’une « crise d’équilibres » régionale qui déplace le centre de gravité du système, la fameuse « Balance of Power vers l’Est et montre la vanité de la résistance d’une zone de jonction géopolitique (l’Ukraine de Zelenski), rendant évidente l’incapacité des Etats européens de l’Ouest à influer sur les autres et tous ensemble sur la Russie. Celle-ci, contrairement à l’Ouest du continent, doit son existence et sa sécurité à elle-même, tandis que les Etats européens, derrière l’encadrement de l’alliance atlantique doivent leur existence et leur sécurité à un acteur extérieur au continent, l’Amérique. C’est l’Amérique qui choisit son ennemi principal, son théâtre décisif et le centre de gravité de son empire futur, ailleurs (Asie- Pacifique), que dans une zone d’influence disputée. Gagner ici (théâtre régional européen), c’est perdre dans l’Indopacifique (théâtre systémique), au profit de la puissance chinoise. Or la « Paix d’équilibre » qui conviendrait à l’Europe, dictée par “the anxiety with regard to the balance of power is apparent…” (David Hume) et se situe entre la puissance extérieure dominante (Etats-Unis) et la puissance extérieure révisionniste (Fédération de Russie) Selon David Hume et selon lz “common sens and obvious reasoning”, jamais un Etat (en l’espèce la Russie? ou la Novorossyia? ou un nouvel Empire?), ne doit posséder des forces telles que les Etats voisins soient incapables de défendre leurs droits et leurs libertés contre lui (argument invoqué par la Pologne, les pays baltes, la Finlande et la Suède). Cet argument est à l’image du cas de l’empire romain, qui fut capable de soumettre l’un après l’autre ses adversaires et ses ennemis, avant qu’ils fussent en mesure de préserver les alliances qui auraient dû préserver leur indépendance. Cependant, puisque dans les relations internationales la réussite des grandes épreuves est fondée sur la légitimité, bien qu’ hétérogène et sur les rapports de force, bien que variables, il est à supposer que l’unité des Etats européens de l’Ouest se réalisera davantage par la coordination des pays qui disposent d’un vrai noyau de force (France et Allemagne) et qui, par la perte de légitimité de l’Union, fera de celle-ci une expérience marginale, non prioritaire et non décisive du processus de rapprochement des Etats du continent. En réalité l’hétérogénéité du principe de légitimité de l’Union (cas de la Pologne et de la Hongrie) est à la base de sa fissuration politique et l’asymétrie de son « noyau dur », est à la base de sa différente conception de la souveraineté et de sa géopolitique mondiale, dont la crise ukrainienne est l’une des manifestations.

David Hume, Morton Kaplan et la théorie de l’équilibre

Que la politique de l’équilibre continental ou son statu-quo antérieur au conflit, plus favorable au camp de l’alliance atlantique, serve à préserver le système et justifie les puissances insulaires (Grand Bretagne et Etats-Unis), dans leur rôle de pourvoyeuses d’armements, est apparu immédiatement, comme l’un des objectifs de la coalition des puissances globalistes et de leur intervention indirecte, limitée et tardive. De ce point de vue il faut empêcher à tout prix l’unification des terres slaves par la Russie, -ont elles pensé- après l’élimination historique de l’Allemagne avec la deuxième Guerre Mondiale, comme acteur principal du continent et porteur de la possibilité d’une soudure de la terre centrale (le Heartland) en fonction anti-hégémonique. La Russie sait pertinemment qu’elle est tenue pour un État perturbateur, soupçonné de vouloir reconstituer un ensemble politique impérial et dominateur dans son pourtour d’États indépendants. Dans de pareilles conditions, après l’effondrement de l’Union soviétique elle s’attend à être tenue comme une menace pour l’hégémonie et, par les Etats-Unis, comme la réémergence d’un rival. Or, si en fonction du « système européen » du XIXème David Hume avait défini la formule la plus simple de l’équilibre, analysant en particulier la rivalité de la France et de l’Allemagne, la politique de « l’équilibre multipolaire » du XXIème, définie de façon générale comme “Balance of Power” a été formulée dans les années cinquante par Morton Kaplan, qui repère six règles abstraites, auxquelles doivent s’attendre les unités politiques si un État aspire à l’Hégémonie en perturbateur du système, suscitant l’hostilité de tous les Etats conservateurs. C’est exactement ce qui arrive à la Russie aujourd’hui, qui a pris l’initiative des hostilités, dans l’acharnement des sanctions économiques et financières et dans la tentative d’isolement international et d’affaiblissement politique et militaire, dont témoigne l’envoi d’armements lourds à l’Ukraine de Zelenski.

« Paix d’équilibre » ou « paix d’empire » ? Changement « du » système, ou changement « dans » le système ?

« Entre la “paix d’équilibre” et la “paix d’empire”, s’intercale “la paix d’hégémonie” » dit R.Aron, mais, il ajoute, « l’hégémonie est une modalité précaire de l’équilibre », assurée par une volonté marquée d’indépendance, car les amitiés et les inimitiés sont historiquement temporaires. La « paix d’équilibre » de l’Europe du XIXème avait un caractère conjoncturel et se limitait à la « prépondérance » de l’Allemagne de Bismarck, que la Grande Bretagne empêchera de se transformer en hégémonie continentale. Aujourd’hui, en cas de victoire de la Russie poutinienne, les occidentaux pourront-ils l’empêcher de devenir une puissance hégémonique à l’échelle multipolaire et globale (Russie, Chine, Inde, Iran, tiers non engagés), de puissance prépondérante qu’elle était à l’échelle continentale (Europe orientale et sud orientale) ?
  Cette perspective historique est rendue plausible par le fait que le modèle « parfait » de guerre, selon la typologie classique, est la « guerre inter-étatique » ou nationale, qui met aux prises des unités politiques de même nature et de même zone de civilisation, dans le but de préserver l’existence du pays, tandis que les « guerres impériales » visent l’élimination d’un belligérant et la constitution d’une unité politique supérieure, composée de plusieurs unités hétérogènes. La guerre qui caractérise l’issue entreprise par la Russie, serait pour ses adversaires le début d’une entreprise sans fin, une confrontation imparfaite et hétérogène qui met aux prises des relations inter-étatiques, trans-nationales et sociétales, qu’il faut stopper au plus vite et par tous les moyens. Il s’agirait d’un type de conflit qui ne peut donner lieu à une « paix de satisfaction », mais à des conflits prolongés, à des armistices précaires et belliqueux, asymétriques, terroristes et hybrides, dus à la coexistence d’intérêts contradictoires, dépourvus d’une perspective commune. Bien que né de la revendication d’un principe de légitimité, le principe de souveraineté étatique, revendiqué par l’Ukraine, cet amalgame d’intérêts attisera des rivalités perpétuellement renaissantes surtout en Europe et conduirait à une paix belliqueuse et, plus probablement, à un guerre civile permanente. Dans le cas de la crise ukrainienne, dirigée de l’extérieur par les Etats-Unis et en subordre, par les européens, le but de guerre et l’issue finale, changeront-ils « le » système international ou bien produiront-ils une modification des rapports de force “dans” le système ? On pourrait opiner avec Joe Biden que la « bonne » hypothèse est dans la première réponse et donc dans l’option d’une guerre limitée et dans la préservation de l’hégémonie américaine  et avec Vladimir Poutine dans la deuxième, autrement dit dans le double désir de sécurité et de gloire (ou de prestige), car changeraient alors les deux éléments qui commandent à tout système international, le rapport de force, qui deviendrait plus favorable aux puissances de la terre (Russie, Chine, Inde, Iran, non-Alignés) et le principe de légitimité (oligarchique, autocratique ou despotique), renversant le cours de l’histoire, qui est allée jusqu’ici de l’Occident vers l’Orient.

« Si l'un des deux belligérants est décidé à s'engager sur la voie des grandes décisions par les armes, ses chances de succès sont considérables, pour peu qu'il soit certain que l'autre ne désire pas s'y engager » (C.Clausewitz). Cette proposition s'applique parfaitement à la Russie et à l'Ukraine. Les deux belligérants y étaient engagés depuis longtemps et leur dialogue, diplomatique et militaire, était soutenu, en sous mains, par des co-belligérants occultes, américains, britanniques, allemands, français, polonais, baltes et autres, qui armaient et entrainaient les ukrainiens de Zelenski.

2 pensées sur “Guerre régionale ou guerre générale ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.