GPA (Gestation pour autrui) et trafic humain en Ukraine. Le scandale Biotexcom

Vues : 4637

Source : breizh-info.com – 11 mars 2022

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Faites un don pour soutenir l’analyse stratégique indépendante

Alors que l’Ukraine est sous les bombes, une agence de GPA (Gestation pour autrui) ose profiter des circonstances pour diffuser une vidéo « publicitaire » : elle consiste à vanter son efficacité à déplacer des dizaines de nouveaux-nés et, littéralement, à les stocker dans un sous-sol.

La Manif pour tous alerte sur ce qui ressemble bel et bien à un scandale : « Cette vidéo atteste hélas de l’ampleur de ce trafic humain international. Elle témoigne de la chosification des enfants, emmenés loin de leur mère dès les instants de leur naissance pour être livrés à des inconnus.

Dans l’urgence de toucher le prix de ces enfants, ces trafiquants ne réalisent même plus la monstruosité de ce qu’il diffuse ! Sur les plateaux TVs, les commanditaires sont reçus avec empathie quand des femmes, exploitées comme mères porteuses parce que très pauvres, dont aucun ne questionne les conditions de (sur)vie, sont retenus à Kiev, sous les bombardements, pour assurer la livraison du bébé commandé et attendu. BIOTEXCOM, agence de GPA ukrainienne réalise une campagne publicitaire scandaleuse attestant de l’ampleur de ce trafic international de bébés. L’aliénation de la femme, le trafic humain de la GPA est inacceptable. La promotion de cette pratique indigne doit être empêchée et interdite. Il est temps de dire STOP. Il est temps de sauver ces femmes exploitées et d’exiger l’abolition universelle de la GPA ! »

Une pétition a été lancée sur www.ukrainiennesendanger.com

Illustrations  : DR

Une pensée sur “GPA (Gestation pour autrui) et trafic humain en Ukraine. Le scandale Biotexcom

  • 16 mars 2022 à 1 h 09 min
    Permalink

    S’il est contingent d’avoir des enfants, les adopter relève presque du hasard. Sauf cas exceptionnel, il ne pourra alors s’agir que d’une adoption de confort.

    Tant et si bien qu’ils ne se construiront qu’un être contiguë, produit d’une contingence elle-même associée à une autre, celle-là même ayant conduit les adoptant à vouloir adopter.

    D’un statut d’abandonné, voici que l’enfant se retrouve donné. Arraché au déterminisme de sa propre contingence il devient résultat d’une autre tout a fait déterminée à faire de lui sa propre extension.

    Il pourra certes bricoler, mais jamais ne pourra travailler.

    Ainsi se profile le dessein prédestiné d’un genre qui, par la ruse, s’efforce de dessiner les contours d’un être fantasmé, chiméré, le prive délibérément d’identité puisqu’à jamais privé d’histoire et de son propre passé.

    L’occident fabrique des monstres. Il ne faudra pas s’étonner si un jour ses monstres lui échappe…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *