Pourquoi le Français va réélire Macron à hauteur de 60% – Nicolas Bonnal avec Edouard Drumont

Vues : 4650

Par Nicolas Bonnal

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Faites un don pour soutenir l’analyse stratégique indépendante

On va citer son testament à Edouard Drumont. Notre journaliste-penseur, maître de Bernanos, honni par nos flics de la pensée, ne se fait plus d’illusion sur ses compatriotes petit-bourgeois et laïcards apprivoisés à l’orée des années 1890 ; il observe que l’électorat parisien déjà adore réélire de banals conseillers municipaux ripoux :

« …Les Parisiens ont réélu la plupart des conseillers municipaux convaincus d’avoir trempé dans ces malpropretés. Ils les ont réélus très librement, avec des urnes très surveillées par des représentants de tous les partis, par des gens de comités experts dans toutes les roueries électorales et qu’on ne met pas facilement dedans. »

Et de chercher une explication : l’ataraxie. Mieux même, la prostration.

« Tout vient se briser contre une indifférence absolue, contre une sorte d’ataraxie, d’impassibilité générale, qui n’est point l’ataraxie stoïque dont parle Proudhon, mais plutôt une inertie maladive, une prostration sur laquelle rien n’agit. »

Le cœur ne bouge plus trop :

« Les physiologistes connaissent bien ces phases passagères où le cœur est inexcitable. L’organe où l’humanité puise sa flamme a soudain des moments de repos, d’hébétude, de torpeur après lesquels il reprend son fonctionnement…A l’heure actuelle, malheureusement, ce n’est plus par saccades, c’est toujours que le cœur ne répond plus aux excitants. Et comme ce bourdon, qui rythme nos artères, nos expansions et nos violences, dépend lui-même du cerveau, c’est toujours au cerveau qu’il faut chercher la cause des défaillances et des sommeils. »

Et Drumont de s’interroger :

« Comment s’étonner alors que la lassitude saisisse ces entendements secoués, non plus la saine lassitude du travail, où se puisent des forces nouvelles, mais la dépression atonique où l’on a l’illusion de la vigueur ? »

Le monde moderne est là et son absence de réaction (sauf pour aller se vacciner ou pester contre le fascisme ou la Russie – toujours par conformisme et conditionnement) :

« La Mort gagne le monde par l’insensibilité, par l’anesthésie. Cette anesthésie sociale, que l’on appelle l’ataraxie, envahit les masses, comme sa sœur envahit les êtres. Elle débute d’ici, de là, par plaques qui se rejoignent et couvrent bientôt le corps tout entier. Certaines régions intermédiaires jouissent d’une fausse excitation que l’on retrouve avant tous les désastres. Celui qu’attend la congestion bâtit des projets bienheureux. »

Le temps est à l’optimisme paresseux :

« Nous autres, au bord du gouffre, nous affirmons le Progrès indéfini, une ère joyeuse et libre. Au fond, nous ne croyons même pas à Demain, et nous nous en occupons très peu. »

Nous sommes entourés de frivoles en effet :

« Les frivoles rient jusqu’à la mort ; les esprits moins légers, ceux qui réfléchissent sur les spectacles que la vie déroule devant eux et qui s’irritent de ce qu’elle leur cache, ne peuvent se défendre de la tristesse qui se dégage de tout… Cor sapientium ubi tristitîa… »

On chasse le pessimisme (pas de grand remplacement, pas de gouvernance mondiale, pas de dictature sanitaire, pas de complots…) :

« Les Français modernes n’ont rien de tout cela. Les troublantes théories de Schopenhauer comme les belles désespérances de Tolstoï, vastes et désolées comme des steppes, les laissent parfaitement indifférents. Intellectuellement, c’est trop fort pour eux, trop étendu d’horizon, trop intense de pensée; cela les obligerait à trop de méditation. »

Et on se contente de peu intellectuellement et moralement et spirituellement :

« La conception que les Français contemporains ont de la vie n’a d’analogue dans aucun temps, elle est tout à fait particulière à notre époque. Notons tout d’abord que si la vie moderne s’est compliquée au point de vue des faux besoins et des raffinements du bien-être, elle s’est singulièrement simplifiée au point de vue moral ; comme une espèce de Peau de chagrin, elle se rétrécit tous les jours sous ce rapport. »

Le monde moderne a créé son homme en France, pays de la Révolution (voyez nos textes sur Cochin) et du bourgeois (Taine) :

« Le régime moderne a créé, on peut le dire, un type d’être spécial que Ton serait tenté d’appeler le contribuable; car, en réalité, si on demandait à beaucoup d’hommes de ce temps pourquoi ils sont sur la terre, ils seraient bien embarrassés de répondre et finiraient par vous dire :

— Ma foi, pour faire notre service militaire, pour acquitter nos contributions et pour payer notre terme. »

S’ensuit une belle comparaison animale :

« Les Français sont admirablement dressés à toute cette organisation fiscale; ils sont comme les méharis qui s’agenouillent pour qu’on puisse les charger plus facilement, ou comme les chevaux de renfort d’omnibus qui, leur besogne faite, vont tout seuls rejoindre leur place au bas de la montée et attendent là qu’on les attelle de nouveau… »

Sources :

Drumont, Testament, III, 1, p.171-172 (archive.org).

https://archive.org/details/letestamentduna01drumgoog

https://www.revuemethode.org/m101828.html

14 pensées sur “Pourquoi le Français va réélire Macron à hauteur de 60% – Nicolas Bonnal avec Edouard Drumont

  • Ping :L’écroulement économique européen ARRIVE, alors que crétins, cathos, gauchos et retraités vont revoter Macron. Fin des bagnoles… « Les principaux marchés ont connu des baisses à deux chiffres, à l’image de l’Allemagne (-17,5 %), la F

  • Ping :DU BOURREAU DE VOTE A LA BASE AUTONOME DURABLE : le futur selon Macron est aux sarmates (ça sent toujours plus la roussie) ou à la famine. La plèbe le plébiscite après son débat infiniment nul et que nous n’avons pas suivi. Les cloches peu int

  • Ping :Nous la trouvions molle et nulle ce matin, la Marine française ; maître Di Vizio, André Bercoff ou Florian sont d’accord avec nous. Ce qui est grave ce n’est pas qu’elle soit battue, c’est qu’elle ne se soit pas battue. Di

  • Ping :Interdiction de la douche en Allemagne : les sanctions antirusses deviennent un rituel suicidaire cabalistique (Harari). La guerre sert à établir le Grand Reset de Klaus Schwab en mode sado et turbo. Energie = péché puisque russe. Toute mort énergé

  • Ping :Très facile victoire de Macron : 58%, conforme à nos prédictions eschatologiques (58-60, voyez mon texte sur Drumont et le froncé prostré). Les seuls hommes libres en France sont les noirs des Antilles. Vaccin, guerre et reset : la grande flambée r

  • 25 avril 2022 à 9 h 37 min
    Permalink

    En résumé : les nations voire les civilisations ne disparaissent pas sous les coups de boutoir des “barbares” mais s’écroulent sur elles-mêmes… Et c’est ce qui est en train de se passer!

    Répondre
  • Ping :Pénuries, guerres, passeport digital ; pourquoi ils vont nous manger : « Qu’ont-ils découverts, don Juan ? – Ils ont découverts que nous ne sommes pas seuls, me dit-il aussi clairement qu’il le put. Venu des profondeurs du cosmos, un p

  • Ping :Liliane de Rothschild grand-mère de qui l’on sait : le mystère du Mister (Mr) président éclairé en un éclair par Nicéphore Niepce et les frères Lumière. « Comment peut-on devenir associé-gérant chez Rothschild à 32 ans sans ca

  • 17 août 2022 à 22 h 31 min
    Permalink

    Salam Aleikom, je ne comprends pas comment pouvez vous confondre ou vous le faites exprès, les sanhadja et l’invention » amazigh »par la France coloniale. Je vous suggère de lire cet article de Mohammed Taleb, un fin philosophe et historien spécialiste de la question berbèriste et la civilisation arabe-musulmane. Vous devrez lire absolument ! Fraternellement. Mohammed Taleb
    Salamou ‘alaykoum,
    J’ai le plaisir de vous transmettre ces trois articles qui présentent quelques aspects du franco-berbérisme, mouvement négateur de l’arabité de l’Algérie.

    Fraternellement

    Mohammed Taleb

    Algérianité, Arabité, Berbérisme :

    un mini Dictionnaire pour y voir plus clair

    Cet article de combat est une réponse à la demande précise d’une amie très chère qui souhaitait avoir des précisions compréhensibles, simples, sur le vocabulaire que j’utilise dans mes textes sur le berbérisme. Voici une proposition.

    Berbères :
    Les « berbères » sont d’abord des populations qui utilisent, dans l’espace domestique, familial, villageois, un parler berbère. Il existe un nombre important de ces parlers, du chawi au tergui, du kabyle au chleuh. Il existe de nombreuses différences entre eux, du fait qu’il n’a jamais existé d’unité d’une « nation » ou d’un « peuple » berbère, qui sont des notions modernes. L’arabité n’étant pas un marqueur ethnique, mais un marqueur culturel, cela ne gênait aucunement les habitants des régions berbérophones de se revendiquer de cet héritage culturel général. Plus que cela, ils apportèrent une contribution appréciable (je ne prends que deux exemples : l’Andalousie arabo-musulmane, dont ont peut dire qu’elle fut arabo-berbère ethniquement, et arabo-musulmane culturellement ; et la fondation du Caire en Égypte). N’oublions pas que durant un bon millénaire, les différents parlers berbères utilisaient pour se maintenir la graphie arabe !

    Berbérisme :
    Idéologie né au 19ème siècle dans le sillage de la pénétration coloniale française en Algérie. Il s’agissait, chez les Pères Blancs, les administrateurs civils et militaires des territoires occupés, de fragmenter l’unité du corps social algérien entre deux groupes. Les régions berbérophones et, en particulier, l’une d’entre elle, la Kabylie, vont être l’objet de toute les attentions ! Le projet de ce que les historiens appellent la « politique berbère » de la France était de fabriquer un « bon » berbère, un « bon » kabyle, républicain, laïc, démocrate, civilisé, bourgeois, pro-colonial. Ce « berbère », ce « kabyle » se distingue résolument de l’« arabe », fourbe, féodal, esclavagiste, inapte à la civilité, inculte et barbare. La négation de l’arabité comme identité de civilisation de l’Algérie, en la réduisant à une catégorie ethnique, est le cœur de l’idéologie berbériste.

    Berbérisme-kabyliste :
    C’est le forme la plus apparente du berbérisme, la plus caricaturale, la plus grossière dans son racisme anti-arabe et dans son soutien à l’impérialisme occidental, et à l’État d’Israël. Ce berbérisme-kabyliste, ou souverainiste, est incarnée par le MAK, un groupuscule néofasciste. Le MAK ne nie pas l’arabité de l’Algérie. Au contraire, pour le MAK, l’Algérie est arabe !!!!! Il défend une Kabylie non arabe contre l’Algérie arabe ; A ses yeux, l’Algérie est un Etat colonial et impérialiste arabe qui opprime le « peuple kabyle ». A lui donner trop d’importance, on risque de ne pas voir d’autres dangers qui font obstacles au projet de redressement national, au projet de renaissance civilisationnelle de l’Algérie. Parmi ces dangers figures, paradoxalement, le discours visant à protéger l’Algérie de ces menées séparatistes, et qui vient d’un autre courant berbériste, le berbérisme-algérianiste.
    Berbérisme-algérianiste :
    L’idée-force est de remettre en question la centralité de l’arabité et de langue arabe dans la mémoire, dans le présent et dans le futur de la nation. Au lieu d’être l’âme de l’Algérie, l’arabité est réduite à un groupe ethnique juxtaposé à d’autres groupes ethniques. L’Algérie serait l’addition de ces groupes. On ne le sait pas, mais ce discours ne fait que reprendre l’idéologie orientaliste de la gauche française coloniale, notamment celle des communistes. Le 11 février 1939, dans un discours célèbre, Maurice Thorez, le chef du Parti communiste français, défendait la thèse selon laquelle l’Algérie n’avait pas de réalité propre, n’avait pas de mémoire civilisationnelle arabo-islamique, car elle n’était qu’une « nation en formation dans le creuset de vingt-races » ! Ce berbérisme relativise l’identité civilisationnelle arabe et musulmane sous le prétexte fallacieux de respecter la « diversité du pays » (comme si cette identité civilisationnelle arabo-islamique n’avait pas été respectueuse, depuis 14 siècle, de cette diversité !). C’est pourquoi le MAK joue le rôle de leurre. Sa grossièreté anti-arabe, son pro-impérialisme évident, ses amitiés avec l’entité sioniste sont tellement caricaturaux, qu’il est facile de les dénoncer… y compris par les autres composantes du berbérisme qui peuvent ainsi se refaire une virginité « nationaliste » sur le dos du MAK. Je parle bien évidemment du RCD et du FFS. Ces partis prétendent à la nationalité algérienne, mais ils n’ont jamais réussi à dépasser leur ancrage, leur isolat kabyle. Toutes les élections en témoignent. C’est la raison pour laquelle la défense de l’arabité de l’Algérie me semble être une ligne de clivage et démarcation pour le camp nationaliste-révolutionnaire algérien. Si cette arabité est relativisée – au nom du sentimentale « Nous sommes tous des Algériens » -, alors, il ne s’agit ni plus ni moins que d’un berbérisme. Méfions-nous de ce discours apparemment radical contre le Qatar, les pays du golfe, l’Arabie saoudite, en raison de leur choix géopolitiques pro-occidentaux, et qui masquent en vérité une hostilité principielle à l’arabité et au monde arabe.

    Berbérisme-maghrébiste :
    Cette troisième forme du berbérisme est un « nord-africanisme », souvent composé des trois seuls pays francophones : Algérie, Tunisie, Maroc. Oubliés la Libye, la Mauritanie et le Sahara occidental. Ce berbérisme veut affirmer une différence radicale avec les sociétés et les cultures du Proche-Orient, du Machreq. En Tunisie, dans les années 1960, l’opposition du président Habib Bourguiba au Président Jamal Abd El-Nasser a été une expression de ce « berbérisme » nord-africain. Le projet d’un grand Etat berbère (Tamazgha), des Îles Canaries à l’Égypte), est une expression plus récente de ce délire.

    Arabité :
    C’est le signe de l’appartenance à la Fraternité historique et spirituelle des peuples arabes. Même si l’arabité a été ethnique dans l’Antiquité, elle est devenue, avec l’islam, culture, identité de civilisationnelle. On peut être à la fois kabyle et arabe, ou copte et arabe (en Égypte), ou assyrien et arabe (en Iraq), car ces termes ne sont pas sur le même plan. L’une des croyances imbéciles des berbéristes est la croyance selon laquelle défendre l’arabité de l’Algérie serait une négation de la diversité ethnique. En réalité, l’appartenance de l’Algérie à la Nation arabo-musulmane est la condition pour que soient protégées les cultures locales authentiques.

    Nationalisme arabe:
    Au sein du mouvement révolutionnaire arabe, il existe une fâcheuse tendance à homogénéiser l’espace arabe pour en faire un espace lisse. Cette arabité-là est une arabité abstraite, et la révolution qu’elle envisage ne peut pas mobiliser le corps social. Mon nationalisme arabe envisage la question de l’unité arabe à partir des réalités concrètes, et des histoires réelles des peuples arabes, et de leurs vocations spécifiques. Il est évident que la vocation irakienne pousse ce pays à faire le lien entre l’arabité et l’Asie centrale. Il est évident que la vocation du Yémen pousse ce pays à faire le lien entre l’arabité et l’Océan Indien et la côte orientale de l’Afrique noire. Il est évident que la vocation de l’Algérie pousse ce pays à faire le lien entre l’arabité et la profondeur saharienne et sahélienne. Chaque peuple de la Nation arabe a une contribution spécifique à apporter au processus de construction de l’Idéal national-révolutionnaire arabe.

    Nationalisme algérien d’orientation arabo-musulmane :
    C’est le nationalisme-révolutionnaire fidèle à Novembre, à la révolution algérienne ininterrompue, depuis l’Emir ‘Abd el-Qader jusqu’à nos jours, fidèle aux Constantes nationales : l’islamité, l’arabité et l’unité de l’État. C’est la nationalisme anti-impérialiste, progressiste des président Ben Bella et Boumediene, celui du soutien à la Palestine…

    Nationalisme algérien d’orientation berbériste-algérianiste :
    Ce nationalisme a effectivement participé à la guerre de libération nationale. Il était même une tendance au sein du Parti du Peuple Algérien et du MTLD, de Messali Hadj. Il va se manifester lors de la crise berbériste en 1947-1949. Son projet est celui de l’« Algérie algérienne ». L’Algérie serait la somme arithmétique de divers groupes ethniques… L’Algérie serait, à la fois, d’Orient et d’Occident, ou encore ni d’Orient ni d’Occident. Ce berbérisme est présent aujourd’hui dans le cadre du berbérisme-algérianiste.

    Langue(s) berbère(s) :
    Les linguistes estiment que la langue arabe et les différents parlers berbères font partie de la même famille dite « chamito-sémitique », avec d’autres langues comme le phénicien, l’akkadien ou le copte. La cousinage entre les langues a largement aidé à l’intégration de l’arabité dans les cultures populaires. Le passage des parlers berbères à l’arabe, au Maghreb, n’a jamais été ressenti comme une violence ou une intrusion, car il s’agissait d’un passage dans le même espace de sens.

    Langue(s) arabes :
    Les franco-berbéristes disent qu’il y aurait en Algérie une langue arabe « classique », « littéraire », « religieuse », incompréhensible par le peuple, car importée du « Moyen-Orient Arabe », et une langue arabe populaire, celle des masses algériennes, langue qui traduirait son génie spécifique. Ce mensonge doit être cassé en mille morceaux :
    – La langue arabe dite « populaire » (dialectale) n’est pas la langue du peuple, compris comme entité nationale, porteuse d’un destin, mais la langue des familles et des liens de voisinage ! Elle est la langue maternelle déclinée dans une pluralité de dialectes, au gré des régions.
    – Certes, la langue arabe au sens strict est la langue arabe « classique », « littéraire », « religieuse ». Mais elle est aussi une langue de modernité (arabe standard). C’est la langue de la presse arabe depuis deux siècles, la langue des médias, la langue des livres, la langue de l’administration, la langue de la science, la langue des diplomates et des juristes, la langue des énergies sociales, des militants…

    Kabylie :
    Si le terme vient d’un mot arabe signifiant « tribu « , la Kabylie est d’abord une zone géographique située au Nord de l’Algérie, à l’Est d’Algérie. Avant la colonisation française, sauf exception, la majorité des régions berbérophones d’Algérie, y compris la Kabylie, étaient des régions bilingue. Les différents parlers berbères (intimement liés aux lieux, ce qui fait qu’il n’y a jamais eu de « berbère commun ») étaient utilisés comme langue de communication familiale, domestique et locale, et la langue arabe (beaucoup plus raffinée que maintenant !) comme langue interrégionale, nationale, civilisationnelle et bien sûr religieuse. Avec la « politique berbère » de la France coloniale, le projet était de passer du bilinguisme arabo-berbère à une nouveau bilinguisme, franco-berbère. Heureusement, et sereinement, naturellement, la Kabylie résista pour sauvegarder, contre la France, sa culture arabo-musulmane.

    Dialogue « imaginaire-réel »
    entre un berbériste-algérianiste et un berbériste-algérianiste
    ● Arezki X, fonctionnaire au Ministère de l’Éducation Nationale , Alger :Ydir, tu ne devrais pas être si impatient, si impétueux, si extrémiste dans tes propos mon cher frère. Et surtout ce projet de créer des groupes armées en Kabylie. Tu n’y penses même pas, imagine le chaos que cela va déclencher. Souvient-toi de 1976. Les Héros des SOA et de l’OFB furent arrêtés, emprisonnés et torturés par la police de cet arabiste de Boumediene ! Et dire que sa mère était berbère !
    ▼Ydir Z, chanteur, Tizi Ouzou : de quoi parle-tu Arezki ? Avec ce pouvoir arabo-baathiste qui réprime notre peuple kabyle, la violence est le seul chemin de la libération. Je me souviens d’une conférence du regretté Maatoub Lounès, à Paris, dans les années 1990, où il disait qu’il fallait continuer en Afrique du Nord la Reconquista des Espagnols qui avaient chassé les envahisseurs arabes de leur patrie. Il n’y a pas d’autres solution pour que ces buveurs de pisse de chameau partent de chez nous.

    ● Arezki : mon frère, écoute ce proverbe à propos de la patience. Nous avons le même ennemi, mais nos moyens ne sont pas les mêmes. Nous, nous travaillons dans le pouvoir, contre le pouvoir. Nous sommes dans les ministères, les wilayas, les dairas, les apc, les entreprises, les ambassades et les consulats. En 20 ans, tu ne peux pas savoir à quel point nous avons fait avancer la cause. Toi, tu veux libérer la Kabylie. Et je suis avec toi. Mais moi, je veux mettre leur Algérie au service de notre Kabylie. Et pour y arriver, nous devons changer l’Algérie, en finir avec les croyances arabes et cet attachement à leur langue de bédouins. Nos meilleurs pédagogues le disent : le tamazight comme langue nationale de tradition et de culturel locale et familiale, et le français comme langue de modernité. Nous y arriverons. Mais comprends moi bien : quand je me démarque de toi, publiquement, mon cœur est avec toi, et mes réseaux dans l’Etat aussi.

    ▼Ydir : C’est comme cela que nous honorerons, toi et moi, nos Anciens, malgré les contradictions qu’il y avait entre eux, Abbane Ramdane Mouloud kaouane, Mohand Aarav Bessaoud Mohand Haroun, et tant d’autres.

    Le franco-berbérisme, une pathologie socio-politique
    Je voudrais clarifier, ici, et d’une façon pédagogique et argumentée, quelques positions émises dans divers Pages et divers Groupes Fb, à propos du mouvement berbériste, et de son idéologie, et de son histoire, dans le contexte de l’Algérie et de l’émigration. Ces remarques, au nombre de 4 posent des définitions de base, et apportent des éléments d’information pour se forger une vraie opinion.

    Il ne faut pas confondre « berbérisme » et « berbérité ». Le premier est le nom à la fois d’un courant politique et d’une idéologie, le second renvoie à une origine ethnique et à une mémoire culturelle régionalisée. Comme courant politique et comme idéologie, le berbérisme prend plusieurs formes, au gré des circonstances et des contextes historiques. Le berbérisme peut être un souverainisme de type kabyliste (avec comme expression le MAK). L’idée est de séparer une Kabylie non arabe d’une Algérie arabe. La seconde forme du berbérisme est l’algérianisme (avec comme exemple le RCD et le FFS). L’idée est de séparer l’Algérie du reste de la Nation arabe ? Un certain nationalisme algérien tombe sans le savoir dans cette forme subtile, mais dangereuse, de berbérisme.
    La comparaison de l’arabité et de la berbérité n’a aucun sens, car ils ne sont pas de même nature, mais appartiennent à deux ordres de réalité. La berbérité et l’arabité ne relèvent pas du même espace de sens; Si la berbérité relève d’un ancrage ethnique, l’arabité, elle, n’est plus ethnique depuis 1400 ans. Avec l’émergence de l’islam, au 7ème siècle, l’arabité a subi une mutation radicale : de catégorie ethnique (liée à une mode de vie spécifique), l’arabité est devenue une identité historico-culturelle, une appartenance géocivilisationnelle, et cela indépendamment de l’origine ethnique. Que l’on soit berbères, araméens,coptes, cananéens, assyriens, ou yéménites, tous ces groupes sont entrés, la tête haute, dans la sphère de l’arabité. Celle-ci n’est pas un origine ethnique, ou une géographie limitée à la Péninsule arabique, elle la substance d’une aire de civilisation.
    Le berbérisme est une idéologie qui est souvent d’extrême droite, même si des gauchistes on pu se revendiquer de ce courant. Il faut revenir à Mohand Aârav Bessaoud qui a dirigé durant plusieurs années une organisation néofasciste et racialiste du nom de « Académie Berbere », à partir de 1966. Cette structure, loin d’être une académie, était en fait une organisation de réseaux entre certaines fractions berbéristes (l’OFB notamment), les milieux de l’OAS (autour de Aginter Press) et des SOA (du tristement célèbre Mouloud Kaouane), et plusieurs services occidentaux (comme la PIDE portugaise). On doit à cette synergie des dizaines de morts dans l’émigration algérienne, avec des attentats massacres (comme à Marseille en 1973 contre le consulat d’Algérie)
    Bessaoud disait : « Si les Berbères, mes frères, devaient un jour se souvenir de moi au point de vouloir honorer mon nom, je leur demanderais instamment de lui associer celui de Jacques Bénet, car sans l’aide de ce grand ami des Berbères, mon action en faveur de notre identité n’aurait peut-être pas connu le succès qui est le sien. Ce serait donc faire preuve de justice que de dire : Mohand Aarav-Jacques Bénet comme on dit Erckmann-Chatrian.” ». Jacques Benet, pilier du système impérialiste français, du régime gaulliste, de la Francafrique (à travers la francophonie), fut sinon le créateur du drapeau berbériste, au moins l’inspirateur. Son projet politique anti-algérien était de désarabiser l’Algérier, de casser les liens de solidarité entre l’Algérie et la Palestine notamment… On sait aussi les positions ultra-pro-israéliennes de ce Mr Bessaoud. Il a beau avoir été un ancien de l’ALN, dans une lettre ouverte au Président Boumediene, il dénonçait le “front arabe ” opposé à l’Ennemi colonialiste sioniste, et soutenait “le petit et vaillant peuple d’Israël”.(cf sa Lettre dans l’Observateur du Moyen-Orient et de l’Afrique de 1967);

    Répondre
  • Ping :BFM on aime : le froncé précède vertueusement (la Terreur et la Vertu – dixit Robespierre) son gouvernement de scélérats et exige nument des amendes à trois mille euros pour ceux qui dépassent les dix-neuf degrés (texte et lien) ; vertueusem

  • Ping :Tyrannie et pénurie : la foule reste prostrée (observation de Drumont dès 1885…). Les américains affamés et refroidis pendant que Bedaine et Macron filent du fric au « tiers-monde » pour se priver de toute énergie. Beau déli

  • Ping :Tyrannie et pénurie : la foule reste prostrée (observation de Drumont dès 1885…). Les américains affamés et refroidis pendant que Bedaine et Macron filent du fric au « tiers-monde » pour se priver de toute énergie. Beau déli

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *