Augustin Cochin et le piratage mental des Français depuis 1789

Par Nicolas Bonnal

Né en 1961 à Tunis, Nicolas Bonnal étudie beaucoup, voyage plus encore et commence à publier en 1995 : Mitterrand le grand initié. Il publie ensuite aux belles lettres le Coq hérétique sur l’exception française, la première étude en français sur Tolkien et Internet novelle voie initiatique. Il publie aussi des romans (les territoires protocolaires) et un recueil de contes (les mirages de Huaraz) après une vacance de cinq ans en Amérique du sud. Il revient vivre en Andalousie, puis publie des livres sur le cinéma (le paganisme, Kubrick, Ridley Scott, sans oublier les westerns). Anarchiste réactionnaire,  proche des libertariens américains et des traditionalistes européens, Nicolas Bonnal  se réclame aussi du genre pamphlétaire (un livre sur Céline) et décidément antimoderne. Il a publié des textes sur une dizaine de sites dont France-courtoise.infobvoltaire.frdedefensa.orgfr.sputniknews.com et pravdareport.com. Plusieurs de ses livres ont été traduits (russe, brésilien, ukrainien, espagnol). Son blog : nicolasbonnal.worpress.com

La France n’est plus une patrie. Elle est un hexagone, une république !

Les cathédrales brûlent dans la joie et dans la bonne humeur. Il est vrai qu’il y a longtemps que les chrétiens ont été mentalement remplacés et leur âme piratée. Car le travail de sape idéologique et de programmation politique et sémantique n’a pas attendu les progrès de la technologie. L’homme aime se reprogrammer et se conditionner, et les créatures de La Mettrie et Vaucanson qui ont inspiré la Vendée et les massacres de Nantes sont par là pour nous le rappeler. Surtout quand elles ont une telle descendance et de tels admirateurs et disciples…On va donc parler du maître.

Augustin Cochin a été redécouvert par François Furet dans son magnifique et audacieux livre Penser la révolution française, chef d’œuvre resté sans lendemain. Cochin lui-même s’est opposé à la théorie du complot, mais le sorbonnard Daniel Mornet l’accusa quand même de tous les maux. Ce catholique de tradition aura été un esprit moderne en fait et découvreur, héritier de deux grands esprits juifs antimodernes moins connus que Freud, le sociologue Emile Durkheim et le fantastique politologue russe Moïse Ostrogorski.

Il y a longtemps qu’Augustin Cochin avait exposé sa théorie de la confiscation des pouvoirs dans nos modernes démocraties, républiques ou autres nations unies. Cochin expliquait pourquoi ce sont toujours « eux » qui décident et pas « nous » ; on est en 1793, quand les sociétés de pensée ont décidé de refaire l’Homme, la Femme, la France, l’Humanité, le reste. Le triste programme de tabula rasa et de refonte est toujours le même depuis cette époque, dirigé par une élite implacable, conspiratrice et motivée :

« La société fondée, il est fatal qu’un cercle intérieur se forme qui la dirige à son insu. Où la liberté règne, c’est la machine qui gouverne. Ainsi se forme d’elle-même, au sein de la grande société, une autre plus petite, mais plus active et plus unie, qui n’aura pas de peine à diriger la grande à son insu. Elle se compose des plus ardents, des plus assidus, des mieux au fait de la cuisine des votes. »

Cochin  explique comment la cabale fonctionne, deux siècles après Molière. Il serait à relire celui-là avec ses hypocrites, ses dévots, ses bourgeois gentilshommes, ses malades imaginaires, ses fils de famille efféminés, ses femmes savantes et ses précieuses si ridicules…

« Chaque fois que la société s’assemble, ils se sont assemblés le matin, ont vu leurs amis, arrêté leur plan, donné leur mot d’ordre, excité les tièdes, pesé sur les timides. Comme leur entente date de loin, ils tiennent en main toutes les bonnes cartes. Ils ont maté le bureau, écarté les gêneurs, fixé la date et l’ordre du jour. »

Il y a donc ceux qui combinent et ceux qui dorment, ceux qui conspirent et ceux qui se contentent de vivoter, le grand public inconscient. Hippolyte Taine aussi se montrait biens calmé par la passivité de la plèbe attablée aux cafés lors des massacres de septembre 1792.

Cochin encore sur cette mécanisation de l’homme par la politique, l’automation des hommes qui riment avec la pseudo-autonomie des temps démocratiques :

« Avec le régime nouveau les hommes disparaissent, et s’ouvre en morale même l’ère des forces inconscientes et de la mécanique humaine. Celui-ci (le régime) pousse son chemin de désastre en désastre, produisant une forêt de lois contre-nature dont le succès dans les sociétés et le vote à la Convention sont aussi fatals, que leur exécution dans le pays est absurde ou impossible. »

La force de Cochin est de distinguer la méthode. Tout est dans la méthode. Et à propos de la Révolution :

« Nous voulons dire et nous montrerons que la méthode engendre la doctrine et que la tendance aboutit à un état social déterminé.

Il serait abusif de faire honneur à la perversité individuelle d’actes inouïs, de sentiments dénaturés, quand ils relèvent des causes sociales bien autrement puissantes et profondes. »

Le style fait l’homme.

La révolution Française ne relève pas de la conspiration (les royalistes eux-mêmes ne vont cesser de devenir conspirateurs, et pour le pire, et pour le ridicule même). Elle relève de la mécanisation du social et de l’humain, de l’ingénierie sociale comme on dit aujourd’hui (voyez notre Lucien Cerise et le livre Gouverner par le chaos). C’est beaucoup plus grave et beaucoup plus menaçant pour nous. Le révolutionnaire est et sera en fait le chef d’œuvre de Vaucanson.

Cochin :

« L’histoire de la Défense républicaine fait de la Révolution l’œuvre du peuple ; l’histoire de fait y voit un coup monté, intrigue de quelques ambitieux, thèse aussi fausse que la première. »

Et il explique donc que l’on confond le social et le psychologique (le premier va triompher car le monde devient réifié) :

 « L’erreur provient toujours de la même source : on fait un problème psychologique de ce qui est un problème social : on rapporte à l’action personnelle ce qui est le fait d’une situation, de la force des choses.

Ce n’est point la psychologie du jacobin qui sera le dernier mot de l’énigme révolutionnaire ; ce sera la sociologie du phénomène démocratique. »

Cochin précise ensuite que nos utopistes, que nos idéalistes sont dangereux parce qu’ils ne sont pas utopistes précisément. Et il se réclame bien sûr des Grecs (Cité/Polis/Politique), d’Aristophane, de sa satire des mœurs démocratiques athéniennes :

« C’est la cité des nuées », ne manquent pas de dire les profanes, qui traduisent à contresens le profond et charmant mythe d’Aristophane. Quand on parle de la cité des nuées, on ne pense qu’aux nuées, et pour railler ceux qui prétendent y bâtir une ville. Aristophane, qui vivait en un siècle de «philosophes », et s’y connaissait en libre-pensée, ne l’entend pas ainsi : c’est la cité qu’il voit, bâtie dans les nuées sans doute, entre ciel et terre mais de bons moellons, peuplée de citoyens en chair et en os, affolant les humains, affamant les dieux. La cité des nuées, c’est la thèse d’une pièce, non la boutade d’un pamphlet. Ce n’est pas sur l’utopie qu’insiste le poète grec : c’est sur la réalité, et ses fatales conséquences. »

Et d’ajouter ces maîtres propos :

« Le secret de l’union, la loi du progrès sont dans le fait d’association, avant d’être dans la volonté des associés. Le corps, la société de pensée, prime, domine et explique l’âme, la conviction commune. C’est bien ici la société qui précède et crée l’idée collective ; on est uni pour et non par la vérité. Le « progrès des Lumières » est en son principe un phénomène social qui ne devient moral et intellectuel que par contrecoup.

De là son premier caractère : l’inconscience. »

Cette machine aveugle et cybernétique avant l’heure va vider le monde de sa substance, et ses conséquences seront affreuses. On est déjà face au système de nos contestataires américains.

« Désagréger la matière votante, isoler les individus, pour les rendre inorganiques, ce qui s’appelle liberté – indifférents et homogènes, ce qui s’appelle égalité – leur imposer néanmoins cette mutuelle adhérence qu’on nomme fraternité ; en un mot les réduire à un magma docile et périssable, tel est l’effet du machinisme. »

C’est tout le monde de la démocratie moderne. La transformation de la communauté résistance en troupeau docile ; voyez Bernanos qui rappelle combiens nos ancêtres étaient résistants dans le passé, combien nos troufions, fonctionnaires, militants, casseurs sont soumis aujourd’hui. Le basculement eut lieu en France en 1870. Certains communards le relevèrent très bien.

Ensuite comme pour mieux nous expliquer les disputes politiques, Cochin ajoute :

« La machine préfère les passions négatives, l’envie et la haine. Elle s’accommode des autres, de l’âpreté, de l’ambition, de la cupidité, de l’avarice, tant qu’elles restent impersonnelles : elle défend seulement qu’on prenne pour garder, qu’on détruise pour fonder. L’argent de la machine a le droit de voler et de piller : mais dès qu’il veut conserver à son tour, la machine le rejette : car alors son ambition aurait pour but son avenir, ou pis encore celui des siens. Ce serait une ambition personnelle, d’« intérêt particulier ».

Et voilà pourquoi la machine préfère à toutes les autres les activités malsaines, fiévreuses et stériles, impropres, par nature et par elles-mêmes, à la vie normale. Celles-là seulement ne peuvent être qu’impersonnelles. Un viveur qui dissipe ce qu’il vole : voilà ce qui convient en fait de concussion. »

Et quand la conspiration devient générale comme cela, qu’est-ce qui peut y mettre fin ?

Le résultat le voilà :

« Le « peuple » parle, c’est-à-dire la foule anonyme, pêle-mêle, d’adeptes, de meneurs machinistes et de simples badauds, entourés, dirigés par les gens de la machine. »

La dissociation morale est déjà là :

« Le patriote est soumis à un travail de dissociation morale qui lui fait perdre et de fait et de droit toute autonomie, toute indépendance personnelle et toute chance de la retrouver jamais pour peu que l’entraînement soit complet. La machine ne peut s’accommoder en effet que d’instruments impersonnels et la dissociation morale dont nous avons essayé de donner une idée est la garantie de cette impersonnalité et le moyen pour l’obtenir. »

La conséquence est la création de l’homme minable contemporain, mille fois décrits par cinquante écrivains :

« L’homme impersonnel, l’homme en soi, dont rêvaient les idéologues de 1789, est venu au monde : il se multiplie sous nos yeux, il n’y en aura bientôt plus d’autre ; c’est le rond-de-cuir incolore, juste assez instruit pour être « philosophe », juste assez actif pour être intrigant, bon à tout, parce que partout on peut obéir à un mot d’ordre, toucher un traitement et ne rien faire – fonctionnaire du gouvernement officiel – ou mieux, esclave du gouvernement officieux, de cette immense administration secrète qui a peut-être plus d’agents et noircit plus de paperasses que l’autre. »

Et quant au fait qu’il n’y a jamais rien de démocratique en démocratie (euro, représentation, invasions, censure, impôts, guerres, incendies…) :

« Dans l’ordre politique, c’est le gouvernement du peuple par lui-même, la démocratie directe : serf sous le roi en 89, libre sous la loi en 91, le peuple passe maître en 93 ; et, gouvernant lui-même, supprime les libertés publiques qui n’étaient que des garanties à son usage contre ceux qui gouvernaient : si le droit de vote est suspendu, c’est qu’il règne ; le droit de défense, c’est qu’il juge ; la liberté de la presse, c’est qu’il écrit, la liberté d’opinion, c’est qu’il parle. »

Bibliographie

Augustin Cochin – La libre pensée ; les sociétés de pensée (Archive.org)

Lucien Cerise – Gouverner par le chaos

Ostrogorski – Democracy and the party system in America (Archive.org)

Nicolas Bonnal – Littérature et conspiration (Amazon.fr, Dualpha) ; le coq hérétique, une autopsie de l’exception française  (Les Belles Lettres, 1997)

11 pensées sur “Augustin Cochin et le piratage mental des Français depuis 1789

  • Ping :Le père Valentin croit que le vaccin russe, par la vertu de Poutine, ne sera pas suspect comme le vaccin Gates globaliste, ce sera un vaccin souverainiste, mais on m’a envoyé la photo et le pedigree de celui qui le négocie, et je ne le sens pas,

  • 19 juillet 2020 à 22 h 27 min
    Permalink

    Je ne saurais que plussoyer ! J’ai fait une video sur Radio Franche pour faire connaitre Augustin Cochin à la reinfosphere ;
    https://youtu.be/IxxWVUwE1uk
    Le Sonneur Cognitif !

    Répondre
  • 20 juillet 2020 à 5 h 47 min
    Permalink

    S’appuyant sur les travaux d’Augustin Cochin (link), Igor Chafarévitch analyse dans son lumineux ouvrage “Russophobie” la captation du pouvoir, dans les Etats et les systèmes politiques issus de la Révolution française, par un “petit peuple” tyrannique aux intérêts indépendants du “grand peuple” (majorité) qu’il est censé représenter.
    P.O.C.

    “Les vues examinées dans les deux précédents chapitres se fondent en un système unique. Qui plus est, leur fondement est constitué par tout une philosophie de l’Histoire – une vision particulière du caractère du processus historique. Il s’agit en l’occurence de savoir si l’Histoire est un processus organique, comparable à celui de la croissance d’un organisme vivant qu’on appelle l’évolution biologique, ou si elle est consciemment construite par les hommes comme une sorte de mécanisme. En d’autres termes, la question est de savoir si une société est un organisme ou bien un mécanisme, si elle est morte ou vivante (1).

    Selon le premier point de vue, c’est à la faveur d’une [lente] évolution que la société humaine se seraient constituées des “normes de comportement” (au sens large: des normes technologiques, sociales, culturelles, morales et religieuses). Ces “normes de comportement” ne sont, en règle générale, l’invention consciente de personne, elles sont apparues à la suite d’un processus très complexe dont chaque nouvelle étape se fonde sur toute l’histoire antérieure. L’avenir est le fruit du passé, de l’Histoire, et non de supputations. Pas plus qu’un nouvel organe chez un animal n’apparaît parce que celui-ci a préablement acquis la conviction de son utilité, aucune institution sociale nouvelle n’est créée consciemment, et dans un but précis.

    Le second point de vue consiste à affirmer qu’une société est construite par les hommes d’une façon logique, d’après des critères d’utilité et sur la base de de résolutions prises à l’avance. Là, on est autorisé et bien souvent forcé d’ignorer les traditions historiques, le caractère des peuples, les systèmes de valeurs élaborés au cours des siècles (une parole de Voltaire semble typique à cet égard: “vous voulez avoir de bonnes lois? Brûlez les vôtres et faites-en de nouvelles”)(2). En revanche, un rôle décisif est joué par ceux qui détiennent les connaissances et le savoir-faire requis. Ce sont les véritables créateurs de l’Histoire. C’est à eux qu’appartient la rude tâche d’élaborer des plans pour l’avenir afin d’y plier ensuite l’insaisissable élan de la vie. le peuple n’est plus qu’un matériau entre leurs mains. Tels des charpentiers travaillant le bois ou des ingénieurs coulant le béton armé, ils érigent avec ce matériau [vivant] une construction nouvelle dont le schéma a été préalablement élaboré. Il va de soi qu’une telle vision des choses creuse un véritable gouffre entre le “matériau” et les “créateurs”. Ces derniers ne peuvent considérer le “matériau” comme leur semblable (cela entraverait leur travail): en revanche, ils sont tout à fait enclins à éprouver à son égard de l’antipathie, voire de l’irritation si ce “matériau” refuse de remplir son rôle. Le choix de l’une ou de l’autre de ces conceptions détermine deux morphologies différentes. Celui qui adopte le premier point de vue se considère comme une sorte d’auxiliaire et de collaborateur des puissances qui surpassent de loin ses limitations individuelles. Celui qui se sent attiré par la seconde conception peut être enclin à se prendre pour un créateur indépendant de l’Histoire, un démiurge, un petit dieu et, en fin de compte, un violeur car c’est en suivant une telle voie qu’on aboutit à une société privée de liberté, quelles que soient les vélléités démocratiques d’une telle idéologie.

    (…) Ce phénomène social pourrait sans doute devenir plus intelligible pour nous si nous le remplaçons dans un cadre historique plus vaste. Nous connaissons, en effet, au moins une situation historique où un phénomène semblable a été minutieusement et très clairement décrit – il s’agit de la Grande révolution Française. Parmi les chercheurs qui se sont penchés sur cette période, l’un des plus intéressants, tant par l’originalité de ses idées que par son extraordinaire érudition, est sans conteste l’historien français Augustin Cochin. Dans ses travaux (3), il a accordé une attention toute particulière à une certaine couche sociale et intellectuelle qu’il a appelée le “Petit Peuple”. D’après Cochin, un cercle restreint de personnes formées au sein de sociétés de pensée, d’académies, de loges maçonniques, de clubs et de cellules a joué un rôle décisif dans le déroulement du processus révolutionnaire en France. Ces cercles n’avaient d’autre environnement intellectuel et spirituel que le leur: ce fut un “Petit Peuple” au milieu du “Grand Peuple”, voire même une sorte d'”anti-peuple”, puisque sa vision du monde était diamétralement contraire à celle du “Grand Peuple”. On y forgeait un type d’homme entièrement nouveau, enclin au renversement [des valeurs]: tout ce qui constituait les racines, l'”échine spirituelle” de sa nation devait lui sembler profondément étranger: ainsi, il ne devait faire aucun cas de la foi catholique, du code de l’honneur, de la fidélité au souverain, de sa fierté historique, de l’attachement aux usages et aux privilèges de sa province natale non plus que de son état ou de sa guilde. Les “sociétés” autour desquelles se groupait le “Petit Peuple” se chargeaient de créer à l’intention de leurs membres une sorte d’univers clos à l’intérieur duquel se déroulait leur existence toute artificielle. Par exemple, si dans le monde ordinaire, c’est l’expérience qui constituait le critère ultime en matière de jugement (l’expérience historique), dans leur monde clos, c’était l’opinion générale. N’était réel que ce que les autres membres de la “société” tenaient pour tel, et de même pour ce qu’ils disaient et approuvaient. L’ordre naturel des choses se trouvait ainsi renversé: la doctrine n’était plus une conséquence [de l’expérience], mais sa cause. Le mode de recrutement des ces “sociétés” obéissait à la maxime : “se libérer du poids mort”, c’est-à-dire des gens soumis aux lois du “monde ancien”, i.e. des gens d’honneur, de parole et de foi. C’est pour cette raison que toutes ces “sociétés” connaissaient des épurations périodiques (qui correspondent aux “purges “de notre époque). Ceci dans le but de forger un “Petit Peuple” de plus en plus pur, pour marcher vers la “liberté”, c’est-à-dire une libération de plus en plus grande par rapport aux modes de penser du “Grand Peuple” qui n’étaient en l’occurence que des préjugés tels que le sentiment religieux ou monarchique, saisissables seulement en vertu d’un contact spirituel [avec les réalités que ces mots recouvrent]. Ce processus purificateur se trouve illustré chez Cochin d’un bel exemple, celui du “bon sauvage”, très répandu dans la littérature de l’époque des “Lumières” avec le Prince persan de Montesquieu ou le Gourou de Voltaire, etc. Il s’agit le plus souvent d’un individu possédant tous les accessoires matériels ainsi que toutes les connaissances théoriques offertes par la civilisation, mais totalement privé de la compréhension de l’esprit qui anime tout cela, et c’est pourquoi tout le choque, tout lui paraîtstupide et illogique. D’après Cochin, ce personnage n’a rien d’une fiction, il fait partie de la vie: cependant il n’habite pas les forêts de l’Ohaïo, on le trouve tout simplement au sein des académies philosophiques et des loges maçonniques, il est l’image de l’homme [nouveau] qu’elles voulaient créer, être paradoxal pour qui son environnement naturel équivaut au vide, tout comme ce même milieu représente pour d’autres le monde réel. Il voit tout mais ne comprend rien, et c’est justement la profondeur de cette incompréhension qui fait toute la valeur du personnage. Après avoir entièrement parcouru le cursus éducatif offert à lui, c’est une existence pleine de merveilles qui attend le jeune représentant du “Petit Peuple”: toutes les difficultés de la vie réelle disparaissent pour lui, tout lui semble alors simpleet clair, comme s’il était définitivement libéré des chaînes de la vie. Mais il y a l’envers de la médaille: l’apprenti-sorcierne sait guère vivre en dehors de son milieu d’adoption, dans l’univers du “Grand Peuple” il suffoque tel un poisson hors de l’eau. Ainsi, le “Grand Peuple” devient une menace pour l’existence du “Petit Peuple”: c’est le début d’une lutte: les Lilliputiens tentent d’enchaîner Gulliver. D’après Cochin, cette lutte traversa les années qui précédèrent la révolution ainsi que la période révolutionnaire elle-même. 1789-1794, c’était le quinquennat du pouvoir du “Petit Peuple” sur le “Grand Peuple”. Celui-ci ne reconnaissait de peuple que lui-même et ce sont ses propres droits qu’il a formulés dans les fameuses “Déclarations”. Ce fait explique cet apparent paradoxe, lorsque le “peuple vainqueur” se retrouva en minorité et les “ennemis du peuple” en majorité (cette affirmation revenait sans cesse dans la bouche des révolutionnaires).
    Nous sommes là confrontés à une vsion du monde étonnamment proche de celle qui fait l’objet de notre analyse dans le présent travail. Elle consiste entre autres à ne considérer son histoire nationale que sous l’angle de l’échec, à la tenir tout entière pour une scène de boucherie: voyez toutes ces Henriade et Pucelle d’Orléans… Il s’agit de rompre tout lien avec la tradition historique et cela par n’importe quel moyen: changements de noms des villes, du calendrier, etc. L’idée prévaut que tout ce qui est raisonnable doit être emprunté à l’extérieur, en l’occurence à l’Angleterre: cette conviction inspire, entre autres, les Lettres Philosophiques de Voltaire (qu’on appelle parfois Lettres anglaises). On estime en particulier devoir emprunter à un système politique étranger – le parlementarisme anglais.Nous sommes d’avis que cette façon de voir les choses ne s’applique pas seulement à la Révolution Française mais il est susceptible d’éclairer un ensemble de faits historiques beaucoup plus large. Chaque période de crise dans la vie d’un peuple voit apparaître un “Petit Peuple” porteur d’une idéologie diamétralement opposée à celle de la majorité. Tous les éléments organiques de la structure sociale, les racines spirituelles de la nation, sa tradition politique, ses principes moraux, son mode de vie original, tout cela est rejeté en bloc et traité comme un ramassis d’âneries, de préjugés grotesques et malpropres destinés à être élagués sans compromis.

    N’ayant plus de liens sprirituels avec son peuple d’origine, cette petite “élite” considère celui-ci comme un matériau: le travail sur ce matériau n’est plus qu’une question d’ordre TECHNIQUE sans rapport avec la moindre norme morale, dénuée de toute sympathie (le verbe grec sunpathéo signifie littéralement “souffrir avec” NdT), de toute pitié. Cochin fait observer que cette vision du monde trouve son expression dans le symbole fondamental du mouvement maçonnique (qui a joué un rôle important dans la préparation de la Révolution Française): la construction du Temple, où les individus ne sont que les pierres que l’on assemble mécaniquement en suivant le plan des “architectes”. (chapitre IV: Le petit peuple)

    Igor Chafarévitch

    de l’Académie des Sciences de Russie
    de l’Académie des Sciences et des Arts des USA
    de l’Académie Nationale Américaine des Sciences
    de l’Académie Léopoldine d’Allemagne
    de l’Académie Nationale italienne des Lynx
    de la British Royal Society of London
    Ancien rapporteur au Comité des Droits de l’Homme en URSS
    Lauréat du Prix Lénine
    Lauréat du Prix Heinemann

    La Russophobie. Traduit du russe par Alexandre Volsky et publié sous la direction de Christian Jansen. Editions Chapitre Douze SER (1993)

    (1) C’est à Platon qu’appartient la comparaison du législateur avec un maître d’oeuvre. Il élabore le plan d’un Etat idéal dans la République et les lois. De son côté, Aristote considère l’Etat comme le résultat d’une évolution naturelle comparable à celle de la famille (Cf.: Politique 1252a). Dans Culture de la Renaissance en Italie, J. Burckardt affirme qu’il était courant de penser, à l’époque de la Renaissance, que l’Etat représentait une construction artificielle. La théorie du “contrat social” de Hobbes et de Rousseau est une belle illustration du point de vue “constructiviste”. En revanche, le point de vue qui considère un Etat comme une sorte d'”organisme” vivant a conduit certains à imaginer une “physiologie sociale”, une “anatomie sociale”, voire d’appliquer la théorie de Darwin aux phénomènes sociaux: cf l’ouvrage de Karl Menger: Untersuchungen über die Sozialwissenschaften und der politischen Ökonomie.. Leipzig, 1883. De nos jours, le point de vue “organiciste” est développé dans l’oeuvre de Hayek. De manière générale, ce sont les historiens qui soutiennent la théorie “organique”, tandis que celles des “mécanismes sociaux” appartiennent en propre aux sociologues et aux politiciens (par exemple l’expression d'”ingénierie sociale”).
    (2) Phrase retraduite du russe, l’auteur n’ayant fourni aucune indication quant à sa source. (NdT).

    (3) Les sociétés de pensée et la démocratie, Paris 1921.

    Source: http://pocombelles.over-blog.com/page-3247182.html

    Répondre
  • Ping :Salauderie-système et anesthésie générale (80% des ploucs sont pour le masque, vive Stanley Milgram) : le plan de reconfinement français est déjà prêt. Le PM français est du reste le monsieur déconfinement (avec Bain capital). Dictature tératol

  • Ping :Tu dois devenir moins bête : pour le Joker de Batman (treize massacrés à Denver en 2008 plus l’acteur Ledger mort de frire dans sa chambre), le monde doit brûler. Quand on lui parle d’effondrement économique, Kill Bill rit. Quand Gates (les porte

  • 27 juillet 2020 à 14 h 20 min
    Permalink

    Il a fumé quoi le type ? La ripoublique démocrassique n’est qu’une création FM& Cie, depuis au moins 89, c’est simple et facile à investiguer, bien plus évident que des élucubrations diluantes et si commodément déresponsabilisatantes

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *