La Maison-Blanche l’admet : il faudrait peut-être voiler le soleil pour stopper le changement climatique

Vues : 3502

Source : thedailybeast.com – 18 novembre 2022 – Tony Ho Tran – traduction Strategika

https://www.thedailybeast.com/white-house-admits-we-might-need-to-block-the-sun-to-stop-climate-change

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Pour nous soutenir commandez le livre : “Globalisme et dépopulation” édité par Strategika

Nous entrons dans les derniers jours de la COP27, le sommet annuel des Nations unies sur le climat, et l’on peut dire que l’édition de cette année a été pour le moins décevante. Elle a été largement critiquée par les experts et les militants du climat et a fait l’objet de vives critiques pour avoir été sponsorisée par des entreprises comme Coca-Cola, le premier pollueur plastique au monde.

En outre, comme tant d’autres sommets sur le climat dans le passé, peu de mesures ont été prises en termes d’actions et de politiques climatiques concrètes. En fait, on pourrait affirmer que les plus grandes décisions en matière de lutte contre le changement climatique n’ont pas été prises lors de la COP27, mais plutôt lors du sommet du G20 entre les États-Unis et la Chine. Par ailleurs, le gouvernement américain a signalé le mois dernier qu’il envisageait l’une des tactiques de lutte contre le changement climatique les plus controversées et les plus importantes à ce jour.

Le 13 octobre, la Maison-Blanche a annoncé qu’elle finançait un plan de recherche de cinq ans sur l’une des propositions les plus controversées en matière de lutte contre le changement climatique : la géo-ingénierie, ou les technologies et les innovations qui peuvent être utilisées pour modifier artificiellement le climat de la Terre.

Le rapport sera spécifiquement consacré à une forme de géo-ingénierie connue sous le nom de gestion du rayonnement solaire (MRS). Il s’agit d’une technique qui consiste essentiellement à pulvériser de fins aérosols dans l’atmosphère pour réfléchir la lumière du soleil loin de la Terre. L’idée est que, une fois le rayonnement réfléchi, il y aura moins de chaleur et que les températures baisseront.

Les dirigeants du monde entier se réunissent en Égypte à l’occasion de la COP27, un événement largement critiqué par les experts et les militants du climat, qui y voient un étalage hypocrite de signaux de vertu de la part des élites.

Le plan de recherche consistera à modéliser la façon dont la MRS pourrait avoir un impact sur l’atmosphère et à évaluer sa viabilité en tant que technique potentielle utilisée pour “gérer le risque climatique à court terme”. En d’autres termes : Nous voulons savoir si oui ou non nous devrions inclure cette technique dans notre “boîte à outil”.

Bien que cela semble un peu fou, le monde a déjà subit des MRS naturelles après que de grandes éruptions volcaniques aient projeté des quantités massives de gaz et de débris dans l’atmosphère et voilé le soleil. L’éruption du volcan Tambora, en Indonésie, en 1816, a entraîné ce que l’on a appelé “l’année sans été” dans toute l’Europe et l’Amérique du Nord, les températures ayant baissé de 3 degrés Celsius.

Pour situer le contexte, l’accord de Paris sur le climat de 2015 prévoyait de limiter la hausse des températures à 2 degrés Celsius (avec un objectif ambitieux de 1,5 degré Celsius que nous avons complètement raté). Une version contrôlée de la MRS est donc souvent considérée comme une méthode viable pour prévenir les pires catastrophes climatiques. Même les Nations unies ont reconnu le potentiel de cette technologie lors de la COP27, au grand dam de nombreux militants qui s’opposent farouchement à la géo-ingénierie.

“La géo-ingénierie est un signe de désespoir industriel”, a déclaré Panganga Pungowiyi, organisateur du Réseau environnemental autochtone, lors d’un débat au sommet sur le climat.

Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un plan de recherche radical, susceptible de sauver des vies, et dont certains de ses plus anciens et ardents défenseurs estiment qu’il faut se réjouir.

La température mondiale chute généralement après une éruption volcanique de grande ampleur, en raison des débris et des gaz qui réfléchissent la lumière du soleil loin de la Terre.

“J’ai été ravi d’apprendre que le gouvernement américain finance un plan de recherche sur cinq ans”, a déclaré Stephen Salter, professeur émérite à l’université d’Édimbourg et ingénieur maritime, au Daily Beast. “C’est une indication que, enfin, ils prennent le problème au sérieux.

Pendant des décennies, Salter a défendu la géo-ingénierie comme une stratégie viable pour faire face à l’aggravation des problèmes climatiques dans le monde. Il a même inventé plusieurs dispositifs et systèmes capables de s’attaquer à ces problèmes, comme le “puits de Salter”, créé à la suite de l’ouragan Katrina en 2007 et qui, selon lui, pourrait refroidir suffisamment la température des océans pour empêcher la formation de fortes tempêtes.

Salter a également été l’un des premiers chercheurs à proposer les MRS comme moyen de refroidir la Terre. Cependant, ses propositions et idées n’ont pas reçu l’attention qu’il aurait souhaité en raison de ce qu’il décrit comme la “stupidité des décideurs” au sein du gouvernement : En 2005, le gouvernement britannique a rejeté sa proposition d’utiliser les MRS pour prévenir la hausse de la température de la mer.

C’est pourquoi la volonté de la Maison-Blanche d’investir dans la recherche sur la géo-ingénierie solaire est si importante. Le gouvernement américain reconnaît que nous pourrions avoir à nous tourner vers des mesures expérimentales incroyablement drastiques afin d’arrêter la catastrophe climatique : voiler le soleil. Si les États-Unis agissaient ainsi, de nombreux autres pays pourraient suivre.

“J’espère que [le plan de recherche quinquennal] encouragera les gens dans d’autres pays et qu’une partie de l’argent sera consacrée à l’ingénierie et pas seulement à la gouvernance, où la plupart des fonds vont actuellement”, a ajouté M. Salter.

Bien sûr, une telle mesure n’est pas sans risque. Les détracteurs de la géo-ingénierie préviennent qu’elle pourrait avoir des conséquences involontaires qui se répercuteraient sur toute la planète. Si vous pulvérisez des aérosols dans l’atmosphère, ils vont se répandre. Leurs effets se feraient sentir partout, quel que soit l’endroit où vous les avez initialement pulvérisés. Cela pourrait conduire à une série d’événements désastreux.

Les températures pourraient descendre si bas qu’il en résulterait une diminution de la production agricole – ce que l’humanité à déjà connu lors de l’année sans été. Les modifications de l’atmosphère pourraient également intensifier les phénomènes météorologiques tels que les tempêtes. Certaines recherches suggèrent que la géo-ingénierie solaire pourrait même propager des maladies.

Mais M. Salter estime que les risques sont souvent exagérés. Il affirme que les MRS représentent un système entièrement réversible qui peut être arrêté d’un “simple clic de souris”, après quoi “les effets disparaissent à la prochaine averse.” Les MRS seraient juste une technique qui nous aide à gagner du temps pendant que nous essayons de résoudre les problèmes comme la réduction des émissions de carbone.

Le plan de recherche quinquennal de la Maison Blanche porterait également sur les dangers et les risques associés à la géo-ingénierie solaire. Si nous employons une méthode comme celle-ci, ce ne sera pas sans une modélisation approfondie. Nous aurions une bonne approximation de ce qui se passerait si cela se produisait.

Par ailleurs, nous pourrions courir un risque encore plus grand si nous ne faisons rien du tout.

“C’est comme les airbags dans votre voiture”, a déclaré au Daily Beast Andrew Dessler, directeur du Texas Center for Climate Studies à la Texas A&M University. “Vous ne voudriez jamais les utiliser, mais vous êtes heureux de les avoir quand vous en avez besoin”.

M. Dessler estime que, même si nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour limiter la hausse de la température mondiale en réduisant énergiquement les émissions de carbone, il est préférable de disposer de systèmes de géo-ingénierie solaire au cas où nous en aurions besoin à l’avenir. Nous devons commencer à étudier cette approche dès maintenant, afin de savoir à quoi nous pouvonsattendre lorsque nous devrons l’utiliser.

“Vous pouvez imaginer un scénario dans lequel nous serions en 2040. Le changement climatique serait hors de contrôle. Les gens réaliseraient soudain la gravité de la situation”. Il faudrait réagir immédiatement. Dans ce cas, la MRS pourrait être la moins mauvaise des options”.

Certes, “Ce n’est pas la façon dont vous voulez gérer le problème”, a-t-il ajouté. “La bonne façon de gérer le problème est de commencer à réduire nos émissions immédiatement, afin de ne pas nous retrouver dans cette situation. Mais je pense définitivement qu’il est un futur où nous devrons utiliser les MRS.”

Les temps difficiles appellent des mesures drastiques. Que penser alors du fait que le gouvernement américain ai pris cette décision d’investir dans la recherche en matière de géo-ingénierie solaire ?

Lors du récent sommet des Nations unies sur le climat, le secrétaire général Antonio Guterres a annoncé que le monde était sur “l’autoroute de l’enfer climatique”. Non seulement nous n’avons pas atteint le seuil de 1,5 degré Celsius fixé par l’accord de Paris sur le climat, mais nous sommes en passe de dépasser l’objectif de 2 degrés Celsius.

Cela signifie que nous nous retrouvons avec des options limitées. Alors que nous sommes dos au mur, que l’océan monte à nos pieds et que la planète brûle autour de nous, nous n’avons peut-être pas d’autre choix que d’utiliser l’airbag – et de prier pour qu’il nous sauve tous.

Traduction Strategika 

4 pensées sur “La Maison-Blanche l’admet : il faudrait peut-être voiler le soleil pour stopper le changement climatique

  • 5 décembre 2022 à 23 h 11 min
    Permalink

    on dirait bien que le monde de Matrix vient à nous… ou que nous nous dirigions vers de sombres perspectives mêlées de transhumanisme, d’eugenisme et de contrôle massif de population.

    Peut être devrions nous demander aux scénaristes d’anticipation, d’envisager des narratifs plus positifs afin d’inspirer au mieux les groupes de pression

    Répondre
  • 6 décembre 2022 à 9 h 51 min
    Permalink

    Inspirer les groupes de pression?
    Ceux qui ont, pour projet, de nous faire aller vers le monde que vous décrivez au premier paragraphe!

    Quant à l’article, c’est comme pour les instances européennes :
    Si cela ne va pas mieux, c’est qu’il n’y a pas assez d’U.E.! Et donc, dans ce cas, que nos apprentis sorciers n’interviennent pas assez dans un monde qu’ils ont pas assez dégradé jusqu’alors…
    L’extraordinaire montée des eaux (quelques centaines de mètres ces dernières décennies) et les feux de forêts (des millions d’hectares supplémentaires chaque année) sont des constats alarmant… Enfin, j’exagère un brin…

    Répondre
  • 6 décembre 2022 à 22 h 20 min
    Permalink

    On peut aussi pulvériser autre chose en plus du clafoutis….

    Répondre
  • 9 décembre 2022 à 8 h 04 min
    Permalink

    Le réchauffement climatique : une pierre deux coups ou comment financer les projets mondialistes. Explication :
    Rappelons tout d’abord que Le Fonds pour l’environnement mondial (FEM), « validé » par le biais des Nations Unies en 1992, lors de la conférence sur l’environnement et le développement, plus connue sous le nom de « Sommet de Rio », est une organisation financière indépendante gérant le système de financement destiné, soi-disant, à mener des actions pour la préservation de l’environnement, dans le cadre du « développement durable ». Le FEM accorde, entre autres, des subsides au projet lié à la lutte contre les effets du pseudo réchauffement climatique. « Pseudo », en effet, car il est avéré que la température, plus élevée dans les temps anciens, s’abaisse graduellement ; le mensonge du « réchauffement climatique » est destiné, en partie, à faire croire que les « élites » et leurs scientifiques dits « sérieux » peuvent apporter tous les progrès, même ceux du climat.
    Le FEM est en réalité l’un des mécanismes clés dans le cadre du financement de la future monnaie mondiale que les élites bancaires globalistes contrôleront.
    Le coup de génie des banquiers fut donc d’avoir fait passer leur FEM par le biais du système des Nations Unies, lors du « Sommet de Rio », grâce à la cooptation des hauts fonctionnaires ministériels de 179 pays, entérinant ainsi le vol du monde.
    À l’origine, le FEM est issu du 4ème Congrès Mondial des Terres Sauvages (4th World Wilderness Congress) organisé en 1987 par le président de la Banque privée Edmond de Rothschild, le Baron Edmond de Rothschild lui-même, et parrainé par l’« International Wilderness Foundation » dont il était l’un des administrateurs. Quelque 1 500 banquiers et dirigeants parmi les plus puissants du monde ont assisté à ce congrès présidé par l’homme d’affaires, homme politique et multimilliardaire canadien, Maurice Strong (1929-2015), agent de « N. M. Rothschild & Sons à Londres », et Directeur de l’« Earth Council », créé par lui en 1992 au Costa Rica pour coordonner la réalisation des programmes de l’« Agenda 21 », élaborés au sein du « Sommet de Rio » ; un « Earth Council », dont Klaus Schwab, président du World Economic Forum de Davos (« Mr Grand Reset »), est membre-fondateur.
    Maurice Strong, ancien Secrétaire général de la Conférence des Nations unies sur l’environnement, et membres fondateurs du Groupe « d’experts » Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC) créé en 1988, a été visé personnellement par l’enquête sur le scandale du programme « Pétrole contre nourriture » de l’ONU en Irak.
    Pourquoi « Pseudo » réchauffement climatique ?
    On observe dans la nature deux espèces de mouvements : des mouvements « spontanés » et des mouvements « transmis ». Cette seconde cause de mouvement engendre des déplacements qui déterminent la plupart des phénomènes météorologiques en dérangeant la stabilité de l’enveloppe gazeuse de la terre. Nous voyons que c’est cette cause qui détermine la chute des corps à la surface terrestre (la force qui fait tomber les corps vers la terre est produite par une impulsion donnée de haut en bas et non pas par une attraction exercée sur les corps de bas en haut). Mais cette réaction constante de l’Azote vers la terre, qui lui a pris sa place dans l’espace, n’est pas la seule réaction qu’il exerce. Il tend aussi à se dilater dans une autre direction, c’est-à-dire vers les régions célestes de l’infini. De ce côté il est contenu par l’action dynamique des radiations qui le frappent incessamment. Mais les radiations ne sont ni immuables ni éternelles, elles sont, au contraire, dans un état constant de variabilité. Or, chacun des changements qui surviennent dans leur mode d’action se traduit, dans les profondeurs de notre atmosphère, par un changement d’état de la réaction de l’Azote. L’Azote (appelé « Ether » dans l’antiquité, « Akâsha » chez les Hindous ou « Akéréné » dans la Science de l’A-Vesta, le Livre Sacré des anciens Iraniens) est une substance qui n’est pas seulement dans notre atmosphère, mais au-delà, partout, et dans l’univers entier, sous des états de condensation ou de raréfaction qui dépendent du milieu dans lequel elle s’épand. Si la pression des radiations devient moins forte, l’Azote se dilate dans l’atmosphère ; tous les corps qu’il comprimait se dilatent aussi : c’est la chaleur. Si la pression devient plus forte, l’Azote augmente sa réaction vers la terre, il comprime plus fortement les corps qui en occupe la surface : c’est le froid. Si la pression en plus ou en moins est accidentelle, si elle n’intéresse qu’un seul point de l’atmosphère, il en résulte un changement de densité qui, en se propageant aux couches les plus voisines y détermine « un courant ». C’est le vent. Si un seul faisceau de radiation vient à manquer subitement, c’est un vide subit qui est offert au besoin d’expansion de l’Azote et dans lequel il se précipite en tournoyant : c’est une trombe, une tornade, un cyclone. Le mouvement commencé dans les régions élevées de l’atmosphère se propage de haut en bas. Lorsqu’il atteint la surface terrestre, le bouleversement des éléments atmosphériques, qui en résulte, détermine toutes sortes de ravages. Rappelons enfin que la lumière blanche engendrée par la radiation solaire, les lumières colorées engendrées par les radiations stellaires et l’azur céleste produit par l’Ozone, forment un ensemble de couleurs que nous voyons plus ou moins pendant le jour. Mais, dans l’hémisphère nocturne on ne voit plus rien, tout s’efface, toutes les couleurs disparaissent et « le noir » forme le fond de notre horizon. Cette couleur noire, qui couvre tout en l’absence des étincelles qui font la lumière, est celle de l’Azote qui remplit l’espace. Ainsi donc tout ce qui se passe sur la terre à une cause cosmique ; tout dépend de l’action des astres. C’est dans les profondeurs de l’océan céleste qu’il faut aller chercher la cause de la plus légère brise qui souffle autour de nous. La terre y est étrangère. L’esprit de l’homme, perdant de vue l’Univers, s’est confiné dans son petit monde et a voulu y trouver la cause de tout ce qui existe. C’est là une méthode mesquine que la science de l’Univers détruira.
    Suite : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/cosmogonie.html

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *