COVID-19 : un responsable de l’OMS condamne le confinement

Vues : 1234

Source / traduction : strategika.fr

L’envoyé spécial de l’Organisation Mondiale de la Santé pour le COVID-19 a exhorté les dirigeants du monde entier à cesser d’utiliser le confinement comme principale méthode de contrôle contre la propagation du coronavirus.

“Nous, à l’Organisation mondiale de la santé, ne préconisons pas le confinement comme principal moyen de contrôle de ce virus”, a déclaré David Nabarro dans une interview diffusée le 8 octobre au quotidien The Spectator. “La seule fois où nous pensons qu’un lockdown est justifié, c’est pour vous permettre de gagner du temps pour vous réorganiser, vous regrouper, rééquilibrer vos ressources, protéger vos travailleurs de la santé qui sont épuisés, mais dans l’ensemble, nous préférons ne pas le faire”.

M. Nabarro a souligné les dommages collatéraux qu’entraînent les lockdown dans le monde entier, en particulier parmi les populations les plus pauvres.

“Il suffit de voir ce qui est arrivé à l’industrie du tourisme, par exemple dans les Caraïbes ou dans le Pacifique, parce que les gens ne prennent pas leurs vacances. Regardez ce qui est arrivé aux petits exploitants agricoles dans le monde entier parce que leurs marchés ont été endommagés. Regardez ce qu’il advient des niveaux de pauvreté. Il semble que nous pourrions bien voir la pauvreté mondiale doubler d’ici l’année prochaine. Il semble que nous pourrions bien avoir au moins un doublement de la malnutrition infantile parce que les enfants ne reçoivent pas de repas à l’école et que leurs parents, dans les familles pauvres, ne peuvent pas se le permettre”, a déclaré M. Nabarro.

“Il s’agit en fait d’une terrible et épouvantable catastrophe mondiale”, a-t-il déclaré. “Et nous lançons donc un appel à tous les dirigeants du monde : Cessez d’utiliser le confinement comme votre principale méthode de contrôle, développez de meilleurs systèmes pour le faire, travaillez ensemble et apprenez les uns des autres, mais rappelez-vous que les verrouillages ont une seule conséquence que vous ne devez jamais rabaisser, et qui est de rendre les pauvres beaucoup plus pauvres.

Voir son intervention ici :

Nabarro n’est pas le seul scientifique à s’opposer aux blocages. Un certain nombre de scientifiques et de praticiens de la médecine ou de la santé publique ont signé la Déclaration de Great Barrington, qui stipule que “les politiques actuelles de confinement produisent des effets dévastateurs sur la santé publique à court et à long terme”.

Parmi les signataires figurent “Le Dr Martin Kulldorff, professeur de médecine à l’université de Harvard, biostatisticien et épidémiologiste spécialisé dans la détection et la surveillance des épidémies de maladies infectieuses et dans l’évaluation de la sécurité des vaccins ; le Dr Sunetra Gupta, professeur à l’université d’Oxford, épidémiologiste spécialisé dans l’immunologie, le développement de vaccins et la modélisation mathématique des maladies infectieuses ; et le Dr Jay Bhattacharya, professeur à la faculté de médecine de l’université de Stanford, médecin, épidémiologiste, économiste de la santé et expert en politique de santé publique, spécialisé dans les maladies infectieuses et les populations vulnérables”.

Selon sa déclaration, “l’approche la plus compatissante qui équilibre les risques et les avantages de l’immunité collective est de permettre à ceux qui courent un risque minimal de mourir de vivre normalement, afin de renforcer l’immunité au virus par une infection naturelle, tout en protégeant mieux ceux qui courent le plus grand risque”.

À quelques exceptions près, les dirigeants mondiaux ont suivi l’exemple du régime communiste chinois en réagissant à l’apparition du virus, en imposant un verrouillage sans précédent. La Suède, qui n’a pas imposé de mesures de confinement, a connu un pourcentage de décès inférieur à celui de certaines régions et nations qui ont imposé des restrictions.

Aux États-Unis, le président Donald Trump a délégué les décisions relatives aux mesures de confinement aux gouverneurs des différents États. En fin de compte, tous les États, sauf une poignée, ont adopté des mesures restrictives.

Une pensée sur “COVID-19 : un responsable de l’OMS condamne le confinement

  • 14 octobre 2020 à 20 h 17 min
    Permalink

    “À quelques exceptions près, les dirigeants mondiaux ont suivi l’exemple du régime communiste chinois en réagissant à l’apparition du virus, en imposant un verrouillage sans précédent. La Suède, qui n’a pas imposé de mesures de confinement, a connu un pourcentage de décès inférieur à celui de certaines régions et nations qui ont imposé des restrictions.”

    L’opération Coronavirus est donc une victoire pour les mondialistes.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *