Les États-Unis s’orientent vers le Pacifique et contre la Chine: l’Europe demeure dans l’obscurité – Enric Ravello Barber

Vues : 814

Source : euro-synergies – 21 septembre 2021 – Enric Ravello Barber

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Faites un don pour soutenir l’analyse stratégique indépendante

Les États-Unis renforcent leur puissance dans le Pacifique en créant une alliance militaire anti-chinoise avec le Royaume-Uni et l’Australie. La tension dans la zone Pacifique entre les deux grandes puissances mondiales (la Chine et les États-Unis) a gagné en intensité ces dernières semaines, avec un regain de tension sur une question qui oppose Washington à Pékin depuis des décennies : la souveraineté de l’île de Taïwan, que la Chine revendique comme son propre territoire et sur laquelle Pékin a fixé une date limite pour son incorporation complète, 2049, année du centenaire de la proclamation de la République populaire de Chine.

Il ne s’agit pas d’une décision majeure de l’actuel président Joe Biden, mais simplement de la poursuite d’une politique déjà annoncée par Obama : le centre géostratégique du monde se déplace vers le Pacifique et les États-Unis s’installent sur la nouvelle grande scène de la politique mondiale. Selon Barack Obama lui-même, 60% de la flotte de guerre américaine devait être située dans l’océan Pacifique.

L’alliance militaire AUKUS (Australie + Royaume-Uni + États-Unis) correspond parfaitement à la recherche par les États-Unis d’alliés dans la région pour contrebalancer la puissance chinoise. Logiquement, ses premiers et plus fidèles alliés seront recherchés dans le monde anglo-saxon (1). L’Australie a dû choisir entre son premier allié commercial (la Chine) et son premier allié militaire (les États-Unis), avec lesquels elle entretient des liens culturels et ethniques déterminants, liens qu’elle partage avec la “mère patrie” britannique commune.

Cette alliance dans le Pacifique comprend déjà – suivant la même logique de recherche d’alliés – le Canada et la Nouvelle-Zélande (les “Five Eyes”), qui sont susceptibles de rejoindre l’alliance militaire dans un avenir proche.  Dans la stratégie américaine, cela représente une nouvelle étape clairement définie dans sa stratégie: l’abandon de l’Europe occidentale. Les scénarios ont changé et l’Atlantique est désormais un océan secondaire.

La France, qui est désormais la seule voix de l’Europe dans la politique internationale, a réagi contre la décision de l’Australie pour deux raisons précises: 1) la rupture du contrat d’achat de sous-marins nucléaires signé entre Paris et Canberra, qui les achètera désormais aux Etats-Unis, et 2) sa non-inclusion dans la stratégie militaire du Pacifique qui laisse ses possessions du Pacifique sans le parapluie militaire du Pentagone (2). Mais Paris sait que la raison profonde est la suivante: la France, comme toute l’Europe, est en train de devenir un acteur secondaire ou tertiaire dans la géopolitique militaire mondiale et que l’OTAN n’aura bientôt plus aucun sens, ne protégera plus l’Europe, et que l’UE doit maintenant commencer à construire une armée européenne. Les déclarations du ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, sont claires pour qui veut les comprendre (3). Le véritable problème n’est pas que les États-Unis ne soient plus un “allié fiable”. Les États-Unis n’ont jamais été un allié, mais la puissance dominante qui a soumis l’UE à un contrôle colonial. Aujourd’hui, les scénarios changent et l’Europe ne constitue plus un intérêt majeur pour Washington, qui, comme le font tous les pays forts, se désengage simplement, se débarrasse d’un fardeau qui ne lui est plus utile.

La Chine, puissance montante, a menacé de qualifier cette alliance d'”irresponsable” (4). Pékin ne réagira pas immédiatement; sur le plan militaire elle sait qu’elle n’est pas encore en mesure de le faire, et, diplomatiquement, elle vient d’enregistrer ses deux derniers triomphes: l’accord avec les Talibans en Afghanistan et la récente incorporation de l’Iran dans l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS), triomphes qui lui donnent un grand avantage stratégique dans son premier objectif géopolitique actuel: la construction de la nouvelle route de la soie sous son contrôle.

A l’exception de la voix de Paris, l’UE, pathétique alliance de faiblesses délétères, montre son impuissance dialectique en déclarant, en pleurnichant abondamment, que “Nous n’avons pas été informés”. Ce que je me demande personnellement, c’est si les dirigeants de l’UE seront capables de percevoir les changements stratégiques que l’Europe sera obligée de faire dans le très court terme, et qui passent inévitablement par un rapprochement avec la Russie.

Notes:

(1) https://www.elconfidencial.com/mundo/2021-09-15/eeuu-influencia-china-respuesta-alianza-uk-australia_3290279/

(2) https://www.abc.es/internacional/abci-francia-denuncia-pacto-eeuu-australia-y-reino-unido-punala-espalda-202109161151_noticia.html

(3) https://www.elmundo.es/internacional/2021/09/18/61464634fdddffe8248b45bb.html

(4) https://www.ansa.it/sito/notizie/mondo/2021/09/16/cina-irresponsabile-accordo-usa-australia-su-sottomarini_4406874f-76c8-4fa0-9121-a8ef006df627.html

https://www.enricravellobarber.eu/2021/09/estados-unidos-se-desplaza-al-escenario.html#.YUjJjX06-Ul

Illustration : dmitryshulgin.com

Une pensée sur “Les États-Unis s’orientent vers le Pacifique et contre la Chine: l’Europe demeure dans l’obscurité – Enric Ravello Barber

  • 23 septembre 2021 à 17 h 54 min
    Permalink

    Avec la vaccination massive de l’Europe, la France est actuellement vaccinée à 50 %, l’Amérique profonde n’a plus à se soucier des pays européens qui ont été vaincus sans une salve de fusil, elle attend patiemment les résultats, pour occuper les pays dépeuplés. Elle se tourne donc vers la Chine et la Russie qui sont les véritables menaces pour sa domination mondiale.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *