Le scandale des pots-de-vin de Big Pharma éclate en Australie, entraînant la chute de six fonctionnaires corrompus et du Premier ministre de Nouvelle-Galles-du-sud (Australie) Berejiklian.

Vues : 45183

Source : naturalnews.com – 6 octobre 2021 – Ethan Huff https://www.naturalnews.com/2021-10-06-big-pharma-scandal-australia-berejiklian-covid-scam.html

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Faites un don pour soutenir l’analyse stratégique indépendante

Plus d’une demi-douzaine de membres du personnel du Premier ministre australien de Nouvelle-Galles du Sud, Gladys Berejiklian, ont démissionné, honteux d’avoir été impliqués dans un vaste système de corruption lié au coronavirus de Wuhan (Covid-19).

Mme Berejiklian et ses camarades auraient reçu des dizaines de millions de dollars de la part de Big Pharma en échange de la promotion de mesures de confinement et maintenant de “vaccins”, détruisant ainsi d’innombrables vies et entreprises.

Selon un ancien membre du Parlement australien, Pfizer et AstraZeneca ont tous deux payé des lobbyistes pour imposer des vaccins à la population, assurant ainsi un flux constant de profits mal acquis.

Juste avant de s’évincer, Mme Berejiklian a été vue sur un écran géant à la Qudos Bank Arena de Sydney en train de dire aux enfants qui étaient rassemblés dans le cadre d’une campagne de vaccination de masse qu’il était nécessaire de se faire vacciner contre le virus chinois pour rester “en sécurité” et “en bonne santé”.

Clive Palmer, chef du Parti de l’Australie unie, affirme qu’on a promis à Mme Berejiklian qu’elle ne serait pas inculpée dans le cadre d’une enquête sur la corruption si elle imposait un mandat de vaccination. Elle aurait accepté cette offre, et a depuis démissionné de son poste.

Il y a fort à parier que ce n’est que la partie émergée de l’iceberg, et que d’autres inculpations et démissions sont à venir, tant en Australie qu’à l’étranger. Peut-être que toutes ces révélations mettront bientôt un terme aux mandats de vaccination.

L’ensemble de la cabale covidiste doit être démantelée en toute hâte.

Mme Berejiklian affirme qu’elle a pris une “décision difficile” en démissionnant, juste après qu’un groupe de surveillance de la corruption a annoncé qu’il enquêtait sur sa “mauvaise conduite présumée”.

Son vice-premier ministre John Barilaro a également démissionné, invoquant la pression constante des médias et une affaire de diffamation en cours contre le YouTubeur Jordan Shanks, qui, selon Barilaro, est une “grande raison” pour laquelle il a officiellement quitté la politique.

Shanks, quant à lui, affirme que Barilaro ment et l’accuse faussement d’être un “raciste”. Barilaro a également qualifié Shanks d’escroc jusqu’au bout des ongles, alimenté par des spaghettis”.

Avec le départ de ces deux Covidistes, la Nouvelle-Galles du Sud (NSW) serait dans un état de “désarroi et de chaos politique”. Beaucoup se demandent ce qui va se passer désormais, et dans combien de temps l’État de Nouvelle-Galles-du-sud pourra atteindre la “liberté post-covidienne”.

Outre Berejiklian et Barilaro, la Nouvelle-Galles du Sud a perdu un ministre de premier plan et trois députés de la Coalition. On s’attend également à ce qu’un nouveau trésorier soit nécessaire pour remplacer le trésorier actuel.

Parfois, le désarroi et le chaos politiques sont nécessaires pour déloger les serpents, et on ne peut qu’espérer que la même chose se produise aux États-Unis. En ce moment, les Américains doivent faire face à un régime illégitime qui n’a pas été légalement élu, mais qui tente d’imposer au pays la même tyrannie que celle qui a été imposée en Nouvelle-Galles-du-sud.

Nous espérons que cette vague de démissions initié en Australie se répandra dans le monde entier, dans tous les pays balayés par la tyrannie du virus Fauci. Nous, le peuple, devons faire pression pour que tous les criminels covidistes démissionnent ou soient renvoyés – sans exception.

“Quand cette histoire de virus a commencé et que j’ai commencé à entendre des choses sur “big pharma”, j’étais sceptique”, a admis un commentateur de Creative Destruction Media à propos de ce qu’il ressentait au tout début de cette affaire.

“Mais maintenant, je suis convaincu que tout cela n’est qu’une arnaque de plusieurs milliards de dollars. Maintenant, nous obtenons enfin des preuves et des informations de l’intérieur du système de corruption et c’est TRÈS grave en effet.”

Une pensée sur “Le scandale des pots-de-vin de Big Pharma éclate en Australie, entraînant la chute de six fonctionnaires corrompus et du Premier ministre de Nouvelle-Galles-du-sud (Australie) Berejiklian.

  • 14 octobre 2021 à 7 h 57 min
    Permalink

    J’ai VRAIMENT hâte que la corruption au CACAnada et au Québec soit dévoilé au publique, car ici, AUCUN médias, AUCUN journaliste n’en parle, environ 70% de la population croit le gouvernement et la télé. En ce moment il y a environ 15 000 personnes travaillant dans le système de santé qui perdront leur emploi le 15 novembre, car le gouvernement a rendu la vaccination obligatoire sous peine de perdre leur emploi !!!! S.V.P. si vous avez de l’information qui lierait les dirigeants de pays, les compagnies de vaccins, ou des preuves de corruption, j’aimerais bien les voir, Merci.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *