La guerre froide avec la Chine va désagréger le ciment de l’Amérique

Vues : 726

Source : lesakerfrancophone.fr – 27 septembre 2021 – Alastair Crooke

https://lesakerfrancophone.fr/la-guerre-froide-avec-la-chine-va-desagreger-le-ciment-de-lamerique

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Faites un don pour soutenir l’analyse stratégique indépendante

Alastair Crooke est un ancien diplomate britannique, fondateur et directeur de Conflicts Forum, basé à Beyrouth.


L’Amérique, qui a délocalisé une grande partie de ses capacités de production en Chine pour en tirer un profit à court terme, peut-elle se permettre le découplage ?

Washington ne sait pas trop quoi faire après la fin chaotique de la guerre « éternelle » de l’Amérique. Certains à Washington regrettent amèrement d’être sortis d’Afghanistan et plaident pour un retour immédiat ; d’autres veulent simplement passer à autre chose – à la « guerre froide » avec la Chine, bien sûr. Les cris suscités par la débandade initiale de l’Establishment et l’expression de sa douleur face à la débâcle du retrait de Kaboul indiquent toutefois à quel point l’accent presque obsessionnel mis sur l’obstruction de la Chine apparaît néanmoins comme une retraite humiliante pour les faucons américains, habitués à des interventions plus globales et illimitées.

Il s’agit bien d’une retraite. « Rome » relègue ses « provinces éloignées » à leur propre sort, et même son cercle restreint de loyalistes est rétrogradé à une indifférence « bénigne ». Il s’agit d’un rapprochement vers le « centre », on se serre les coudes pour mieux rassembler les forces en vue d’une attaque contre la Chine.

Il y a les régions complaisantes que les Américains ont occupées après la Seconde Guerre mondiale (le Japon et l’Allemagne psychologiquement effrayés), et puis il y a l’empire mondial américain, qui existe chimériquement partout où la puissance commerciale et culturelle des États-Unis s’étend, et en pratique dans son patchwork d’États clients et d’installations militaires. Ce troisième empire est considéré par de nombreux Américains comme sa réalisation la plus remarquable – un triomphe de la « Ville Lumière ».

La scène finale de l’ère post-11 septembre à l’aéroport de Kaboul, digne du dénouement du goûter chez le Chapelier fou, a cependant clairement rappelé la fin de l’Empire romain. Oui, l’échec en Afghanistan a peut-être eu lieu loin de Rome, mais quelque chose de plus profond plane aujourd’hui dans l’air : un changement d’époque.

Et les défaites sur des frontières lointaines peuvent avoir des conséquences profondes – plus près du noyau impérial – car le sentiment d’un déclin impérial accéléré se répercute sur les débats nationaux, creusant des fossés idéologiques déjà béants.

Un consensus national bien ancré peut changer très lentement, puis, sous la bonne pression, d’un seul coup. Et de bien des manières subtiles et parfois chaotiques, ce déclencheur de changement est venu de Trump. Ni colombe ni systématicien, il a néanmoins rendu le réalisme et l’anti-interventionnisme à nouveau quasi respectables.

Elbridge Colby, qui était dans le Pentagone de Trump pour aider à concevoir sa stratégie de défense nationale, a publié un nouveau livre, « La stratégie du déni : La défense américaine à l’ère des conflits entre grandes puissances » qui plaide en faveur d’une politique étrangère qui laisse clairement et résolument derrière elle l’ère post-11 septembre. Le cercle extérieur de la « périphérie » se réduit à une gestion de la nécro-technologie par-delà l’horizon, et les « provinces proches de l’empire », comme l’Europe, sont considérées comme des « attractions » par rapport à l’événement principal, la Chine. Se concentrer sur l’Iran ou la Corée du Nord, dit-il, est tout simplement malavisé.

Il s’agit d’un « livre réaliste, centré sur la tentative de la Chine de s’imposer en Asie comme la menace la plus importante du XXIe siècle », écrit Ross Douthat dans le NY Times. « Tous les autres défis sont secondaires : seule la Chine menace profondément les intérêts américains, par une consolidation du pouvoir économique en Asie qui met en péril notre prospérité et par une défaite militaire qui pourrait faire voler en éclats notre système d’alliance. Par conséquent, la politique américaine devrait être organisée de manière à refuser à Pékin une hégémonie régionale et à dissuader tout aventurisme militaire – avant tout, par un engagement plus fort à défendre l’île de Taïwan ».

La « stratégie du déni » présente une version particulièrement peu sentimentale d’un consensus de Washington qui se consolide rapidement. Le discours de Biden justifiant le retrait d’Afghanistan par la fin de l’édification de la nation et la concentration sur la lutte contre le terrorisme – bien que plus modéré – dit la même chose que Colby.

Les contradictions implicites de la guerre contre le terrorisme et de l’occidentalisation coercitive de l’ère du 11 septembre ne sont peut-être devenues que trop évidentes aujourd’hui, avec le recul du 20e anniversaire, mais d’autres contradictions du pivot « Endiguer la Chine » sont potentiellement tout aussi fatales à son succès, tout comme les hypothèses erronées qui sous-tendaient le zeitgeist de l’ère post-11 septembre.

Sa contradiction la plus fondamentale est que, loin de fournir le baume autour duquel les Américains peuvent se rassembler et s’unifier, le pivot vers la Chine est susceptible de ne faire que désagréger le ciment d’une « nation » hétérogène qui se replie de plus en plus sur elle-même.

Premièrement, selon le « nouveau consensus », la meilleure façon pour l’Amérique d’affaiblir la Chine est de faire en sorte que ce soit « le monde contre la Chine » – en la confrontant à une large coalition transnationale, fondée sur la lutte de valeurs entre la démocratie et l’autoritarisme. Oui, mais cela répète l’erreur qui sous-tendait la politique du 11 septembre – à savoir supposer que le reste du monde admire toujours la démocratie libérale américaine et aspire à l’imiter. Regardez ce qui s’est passé en Afghanistan. Le monde a changé – la déférence envers les valeurs occidentales per se s’est évaporée.

Il fut un temps où les « pro-européens » étaient eux aussi persuadés que le monde serait presque inévitablement refait à l’image de l’Occident, qui n’avait de cesse que d’étendre ses règles et d’exporter son modèle. Depuis lors, même les Européens ont perdu confiance dans leur vision du monde et sont devenus psychotiquement plus défensifs (imaginant des « menaces » imminentes de partout et de tout le monde). Et à mesure que le modèle européen s’est vidé de sa substance, devenant moins crédible, l’Europe s’est également adonnée au mercantilisme brut. La logique de la situation européenne est claire. Elle a besoin de la Chine, plus que la Chine n’a besoin de l’Europe.

Il serait donc très exagéré pour Washington d’imaginer que « le reste du monde » pourrait se ranger du côté de ses valeurs démocratiques contre « l’autoritarisme » de la Chine. Pour rappel, la démocratie américaine a été ternie aux yeux du monde à la lumière de l’élection de 2020. Et quelque 70 à 80 millions d’Américains partagent également ce point de vue. Nous l’avons vu tous les soirs sur nos écrans.

Deuxièmement, cela suppose que le système économique capitaliste et « corporatif » de l’Amérique soit un atout considérable dans la guerre froide contre la Chine. Eh bien, ce n’est pas le cas. La Chine a ses problèmes économiques, certes, mais contrairement à la plupart des États occidentaux, elle tente de s’éloigner du néolibéralisme brut et des liquidités sans fin – comme si, munis d’un marteau, tous leurs problèmes étaient devenus des clous. La Chine se détourne délibérément des distorsions de ce modèle, de la hausse vertigineuse du coût du logement et de la vie, des énormes inégalités et des dommages sociaux collatéraux. Ce serait une erreur de sous-estimer « l’attraction » de cette vision différente (même pour les Européens). La Chine est, elle-même, un pôle civilisationnel.

Troisièmement, il y a une contradiction fondamentale dans le fait de se concentrer comme un laser sur l’objectif d’« entraver la Chine », alors que celui-ci n’est mené à bien qu’au prix de l’alimentation du sentiment des Américains d’un déclin impérial accéléré qui se traduit par des tensions internes.

C’est l’argument de Pat Buchanan dans un article intitulé « Who and What Is Tearing the U.S. Apart ? » Il répond :

Après le 11 septembre, Bush a envahi l’Afghanistan et l’Irak. Le président Barack Obama a attaqué la Libye et nous a plongés dans les guerres civiles syrienne et yéménite. Ainsi, en 20 ans, nous avons été responsables de la mort de centaines de milliers de personnes et avons chassé des centaines de milliers d’autres de leurs maisons et de leurs pays. Les Américains sont-ils vraiment aussi inconscients ? … Beaucoup de ces peuples veulent que nous quittions leurs pays pour la même raison que les Américains des 18e et 19e siècles voulaient que les Français, les Britanniques et les Espagnols quittent notre pays et notre hémisphère.

Contrairement aux générations précédentes, nos divisions du 21e siècle sont beaucoup plus larges – pas seulement économiques et politiques, mais sociales, morales, culturelles et raciales. L’avortement, le mariage homosexuel et les droits des transsexuels nous divisent. Le socialisme et le capitalisme nous divisent. La discrimination positive, Black Lives Matter, la criminalité urbaine, la violence armée et la théorie critique des races nous divisent. Les allégations de privilège blanc et de suprématie blanche, et les demandes pour que l’égalité des chances cède la place à l’équité des récompenses, nous divisent. Dans la pandémie de COVID-19, le port de masques et les obligations vaccinales nous divisent.

« Le débat sur l’identité nationale américaine est sept fois maudit », écrit Darel Paul, professeur de sciences politiques au Williams College :

Les États-Unis constituent-ils même une « nation » ? Dans le sens d’une ascendance commune (la racine de « nation » est le latin nasci, naître) – clairement non. La crainte généralisée d’un tel sens ethnique donné à l’identité américaine suscite une hostilité considérable à l’idée même de nationalisme. La plupart des élites américaines préfèrent des mots comme « patriotisme »… Le problème de cette conception du patriotisme est qu’il s’agit d’un ciment faible. L’histoire récente des États-Unis en offre de nombreuses preuves. Plutôt que des objets d’accord – la liberté, l’égalité, les droits individuels et l’auto-détermination des peuples sont au contraire [aujourd’hui] des objets de discorde.

Nous en arrivons ici au véritable ciment de l’Amérique : depuis la fondation du pays dans les feux de la guerre, les États-Unis ont été un empire républicain expansionniste incorporant toujours de nouvelles terres, de nouveaux peuples, de nouveaux biens, de nouvelles ressources, de nouvelles idées. Cet « empire de la liberté », comme l’appelait Thomas Jefferson, ne connaissait pas de limites … L’expansion militaire, commerciale et culturelle continue depuis Jamestown et Plymouth a cultivé l’agitation, la vigueur, l’optimisme, la confiance en soi et l’amour de la gloire pour lesquels les Américains sont connus depuis longtemps. Le ciment de l’Amérique a donc toujours été ce que Niccolò Machiavelli appelait la virtù au service d’une « richesse commune en expansion ». Une telle république est toujours en tumulte, mais un tumulte qui, s’il est bien ordonné, trouve sa gloire….

Le mouvement vers l’avant devient ainsi l’élément vital d’une telle entité politique. Sans elle, le but des liens civiques d’unité est inévitablement remis en question. Une Amérique qui n’est pas un glorieux empire républicain en mouvement n’est pas une Amérique, point final. Cette partie du mythe américain, Lincoln ne l’a pas évoquée à Gettysburg.

Depuis les années 1960, la gloire de l’empire américain de la liberté s’est ternie. Depuis le milieu des années 2010, elle fait l’objet d’une attaque interne soutenue. Les échecs de l’objectif national au Vietnam, en Irak et en Afghanistan sont amplifiés par l’échec de la mondialisation à générer une richesse commune pour le commonwealth. Si les Américains ne sont pas unis par une grandeur républicaine expansionniste, à quoi servent alors toutes ces races, croyances et cultures hétéroclites ? Si la croyance en ce que l’auto-détermination des peuples pouvait disparaître de la planète sans l’aide américaine était plausible en 1863 ou 1941, elle est difficile à vendre en 2021.

Cette lutte contre la Chine a-t-elle un sens ? L’Amérique, dont le système économique et financier est aujourd’hui très précaire, peut-elle se permettre d’acculer la Chine à une situation économique défavorable ? L’Amérique, qui a délocalisé une grande partie de sa capacité de production en Chine, pour un profit à court terme, peut-elle se permettre de découpler ? Les chefs d’entreprise américains partagent-ils vraiment l’opinion selon laquelle la consolidation (inévitable) du pouvoir économique en Asie met en péril la prospérité américaine, et que cette consolidation ferait voler en éclats l’ordre impérial basé sur le dollar ? C’est possible. Ils le craignent.

Alastair Crooke

Source Strategic Culture

Traduit par Zineb, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *