Les enjeux de la guerre en Ukraine. Une perspective métaphysique

Vues : 4168

Source : katehon.com – 7 mars 2022 – Iurie Roşca

https://katehon.com/fr/article/les-enjeux-de-la-guerre-en-ukraine-une-perspective-metaphysique

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Faites un don pour soutenir l’analyse stratégique indépendante

Avec le lancement de la vaste opération militaire russe sur le territoire ukrainien, le monde entier est entré dans une phase décisive de son histoire. Et en gardant à l’esprit que l’histoire n’est pas un déroulement mécanique, implacable et fataliste d’événements sans aucune sens, restant ouverte à une infinité d’options et de probabilités, déterminées par la volonté divine, la fin de cette bataille majeure est incertaine.

Toute l’humanité semble saisie par le tourbillon d’éléments d’une force irrésistible, par la puissance aveugle de contradictions insurmontables, dont la libération ne peut avoir d’autre issue que celle d’une lutte à mort entre deux mondes, entre deux visions sur la vie. Cet affrontement planétaire ne semble pas laisser place à une fin où les deux parties s’entendraient sur un compromis. Chacun des belligérants aspire à l’anéantissement définitif de l’ennemi.

Derrière le plan étroit des deux camps belligérants se cachent deux visions antagonistes et diamétralement opposées du monde et de la vie. C’est un choc majeur de civilisations radicalement différentes, qui ne peut s’affirmer que par contraste au modèle opposé. Au cœur de cette bataille irréconciliable se trouvent deux modèles civilisationnels. En fait, deux civilisations qui qui diffèrent de façon frappante.

Voici donc le profil identitaire des ces deux mondes d’un point de vue métaphysique.

• la civilisation tellurocratique versus la civilisation thalassocratique;
• la civilisation de la Terre contre la civilisation de la Mer;
• la civilisation continentale versus la civilisation océanique;
• la civilisation de la clarté céleste versus la civilisation de l’obscurité marine;
• la civilisation stable versus la civilisation versatile;
• la civilisation verticale versus la civilisation horizontale;
• la civilisation de la Tradition versus la civilisation de la Modernité;
• la civilisation de la croix versus la civilisation usuraire;
• la civilisation du salut contre la civilisation de la perdition;
• la civilisation solaire versus la civilisation sélénaire;
• la civilisation de l’amour contre la civilisation de la haine;
• la civilisation du transcendant contre la civilisation de l’immanent;
• la civilisation de l’esprit versus civilisation de la matière;
• la civilisation de la masculinité versus la civilisation du féminisme gynécocratique;
• la civilisation religieuse versus civilisation païenne;
• la civilisation du sacré versus la civilisation du profane;
• la civilisation du mysticisme contre la civilisation du gnosticisme;
• civilisation colombienne versus civilisation reptilienne;
• la civilisation créationniste versus la civilisation évolutionniste;
• la civilisation du christocentrisme versus la civilisation de l’anthropocentrisme;
• la civilisation organique versus civilisation nihiliste;
• civilisation naturelle versus civilisation mécaniciste;
• la civilisation de la foi versus la civilisation du scientisme;
• la civilisation des lentes transformations versus la civilisation des ruptures révolutionnaires;
• la civilisation lumineuse de l’esprit contre la civilisation terne de la matière;
• la civilisation de la vie contre la civilisation de la mort;
• la civilisation du don versus la civilisation de l’argent;
• civilisation contemplative versus civilisation utilitaire;
• la civilisation de l’honneur contre la civilisation de l’intérêt;
• la civilisation de l’esprit de sacrifice versus la civilisation hédoniste;
• la civilisation des héros contre la civilisation des marchands;
• la civilisation des saints contre la civilisation des idoles;
• la civilisation du culte du travail versus la civilisation du profit parasitaire;
• la civilisation rurale versus la civilisation urbaine;
• la civilisation de la modération contre la civilisation de l’abondance;
• la civilisation du naturel versus la civilisation technocratique;
• la civilisation de l’harmonie versus la civilisation du chaos;
• la civilisation du beauté versus la civilisation de l’abominable;
• la civilisation de la famille contre la civilisation de la perversion sexuelle;
• la civilisation de la fidélité versus la civilisation de la promiscuité ;
• la civilisation de la morale contre la civilisation de la dépravation;
• la civilisation de la fertilité contre la civilisation de la stérilité;
• la civilisation du sens versus la civilisation de l’absurde;
• la civilisation de la décence contre la civilisation de l’indécence;
• la civilisation du génie humain versus la civilisation de l’intelligence artificielle;
• civilisation de l’homme contre la civilisation du transhumanisme.

Cette bataille n’est donc pas entre deux pays, mais entre deux manières de vivre et d’interpréter la vie. Et dans ce cas, il n’est pas si important que toutes les personnes qui sont du côté de la Russie soient conscientes de sa mission civilisationnelle. Il ne pouvait en être autrement puisque ce pays doté d’une mission historique majeure a subi deux énormes chocs civilisationnels: l’expérience communiste et l’expériencelibérale. Mais malgré ces traumatismes historiques, les archétypes ancestraux, la dot spirituelle byzantine, les codes culturels continentaux ont été préservés au profondeur de l’inconscient collectif. Au-delà des traumatismes historiques, de l’ankylose et des tics idéologiques obsolètes, se cache la vigueur régénératrice d’une nation qui n’a pas abandonné sa vocation à faire l’histoire et à perdurer dans le temps.

La lutte convulsive de toute l’humanité comme au bord d’une mort inexorable a commencé il y a deux ans, avec le lancement de la phase finale de la conspiration occulte visant la dépopulation de la planète. Rien ne semblait pouvoir renverser le cours des événements. Mais cette guerre pourra-t-elle désormais arrêter le génocide mondial et mettre fin aux tueries de masse par injection, ou ne fera-t-elle qu’accélérer la fin implacable de la civilisation humaine?

Nos prières s’adressent à notre bon Dieu pour permettre la victoire des forces de la lumière et nous donner un peu plus de temps pour vivre. Face à la mort imminente, nous sommes toujours dans une crise de temps pour nous repentir.

Notre espoir est que la tragédie sanglante de la guerre en Ukraine ne précipitera pas la fin du monde, mais seulement la fin de ce monde déchu, qui sera suivie d’un nouveau commencement.

P.S.: Et ceux qui hésitent encore, ne sachant à quel côté de la ligne de front adresser leur sympathie, il serait bon de ne retenir que quelques figures monstrueuses qui sont dans le camp des pacifistes antirusses: le prédateur financier et oligarque sordide George Soros, la super-star satanique Madonna et Marina Abramović, célèbre pour ses improvisations artistiques sinistres avec des rituels sataniques du cannibalisme, des assassinats de bébés, des perversions sexuelles, etc., cette personne démoniaque étant étroitement liée au clan Illuminati Rothschild.

Toute l’armée de mercenaires du monde entier, qui a rejoint il y a deux ans l’arnaque au Covid-19, arborant leurs masques de protection et nous appelant à l’injection, arbore désormais déjà un autre masque, celui des amoureux de la paix et en même temps d’alliés des guerriers de Kiev. Derrière ces masques se cache le rictus hideux des forces mondialistes maléfiques.

Iurie Roşca

Une pensée sur “Les enjeux de la guerre en Ukraine. Une perspective métaphysique

  • 20 mars 2022 à 14 h 17 min
    Permalink

    Je réagi ici a votre titre ainsi que celui d’un article paru sur Egalité Réconciliation: Guerre de religion – Les néocons straussiens cherchent à monter les catholiques contre les orthodoxes. Les deux tribunes se rejoignent et sont tout à fait pertinentes. Aussi je m’interroge…

    L’avènement d’un féminisme fanatique en occident n’explique t-il pas l’émergence d’un fanatisme d’essence divine au moyen orient, en Europe ou en Russie? Tous ces conflits ne préfigurent-ils pas une internationalisation de la guerre des sexes? Si les fanatiques tuent par amour de la vérité, à savoir celle de dieu, les féministes Lgbêtistes fanatiques (on le voit) “tuent” par détestation de dieu, le père…

    Le monde serait-il devenu la cours de récréation du diable? Et si toute chose n’existe que par ses contraires, ne suffirait-il pas d’éliminer l’une pour supprimer l’autre?

    Enfin, n’oublions pas que, par l’indifferenciation, l’idéologie du genre promue par les lobbys féministes et Lgbêtistes en Europe et aux Etats-Unis vise à introduire une contingence, une gratuité. Laquelle exempterait les hommes à se livrer bataille pour acquérir un bien, des terres, une femme (des enfants?).

    Dans la nausée (1972), Sartre écrit “La contingence n’est pas un faux semblant, une apparence qu’on peut dissiper. C’est l’absolu. Autrement dit la gratuité parfaite. Tout est gratuit: Ce jardin, cette ville et moi-même.”. Entendez par gratuité nudité. Enfin “Le jardin” fut le nom qu’Épicure donna â son école. ABCD de l’égalitarisme, bref, je dis ça je dis rien.

    Pour moi, il s’agit avant tout d’une guerre des sexes qui se perpétuent entre un occident féminisé, totalement dévirilisé et aseptisé contre de vrais guerriers venus des fins fonds de l’empire. Il va de soit qu’en face de combattants Tchétchène, d’un judoka et ses missiles hypersonique, l’Europe fait pâle figure avec son porte avion monté sur arc en ciel, ses grandes menaces instillées par ses larves de politiciens véreux.

    À noter que la loi ne peut s’ériger en force que si la force fait loi, or c’est précisément ce qui se dessine sous nos yeux en Ukraine. Comprendre que la loi a été en partie détournée par distorsion et l’entremise du sexe faible. Nombre de postes clés en occident dans la politique, la police, mais aussi l’enseignement et la justice sont occupés par des femmes.

    C’est pourquoi les hommes mangent leurs pain noir depuis plus de 40 ans: divorce, pension, garde des enfants, refus de tout rapport au courage, à la force pervertie par les féministes en violence, image du père. éloignement de ce dernier du domicile, concept de “viol conjugal”, travail des femmes faisant d’elles non plus un sexe mais un consommateur comme les autres…

    Alors, l’égalité, je veux bien. Mais la retraite pour tout le monde à soixante cinq piges quand l’espérance de vie pour les hommes n’excède pas 67 ans et se révèle largement inferieur à celle des femmes, y’a pas comme de l’enculade dans l’air? On nous prendrait pas par hasard pour des pigeons, en plus de nous prendre pour des cons?

    Voilà pourquoi les faibles, et notamment les femmes ont trop peur de voir revenir le droit par la force légitime incarnée dans celle de l’autorité et du patriarcat. Voyez l’autre cruche Van der Leyen censurer RT France et Spoutnik. En attendant ils nous servent les horreurs de la guerre en continue via leurs médias de propagande, des mères qui pleurent leurs enfants etc…

    On pourra me traiter de frustré, misogyne, sexiste, ou les trois en même temps. Perso je n’ai que faire de la morale. Je n’ai que faire de la ruse des faibles. Encore moins de ces pseudo “sciences” autoproclamées que sont la psycho et la socio. Ceux qui jouent à ce jeu sont les mêmes qui lient racisme et immigration.

    Entre parenthèse, si dans son essai sur les femmes, Schopenhauer raillait l’idée qui conférait aux femmes le statut de dame, c’est parce qu’à son seul aspect la femme révélait n’être destinée ni aux grands travaux de l’intelligence, ni aux grands travaux corporels.

    Ainsi le monde se divise en deux catégorie: Il y a ceux qui portent le pistolet, et ceux qui creuse. Mais est apparue depuis peu une nouvelle espèce. Une espèce qui, par un statut autoproclamé (le fait du prince en somme), s’efforce de creuser, mais dans la tête des autres. Je les nomme les four voyeurs d’esprit, ou charlatans si l’on préfère.

    Une technique qui s’apparente aisément à la morale connue de tout temps comme la ruse des faibles contre les forts. A ceci près que la psychologie se forge des certitudes sur la base de postulats reposant davantage sur la croyance.

    Surfant sur la vague jusqu’à pouvoir en faire commerce, cette “science de l’âme” à peine centenaire a fini par s’ériger en religion. Sorte de médecine au rabais en quelque sorte. Sauf que le psychologue n’est pas psychiatre. C’est plus la tentation de s’improviser thérapeute, donc la vanité. D’où ce statut autoproclamé que j’évoquais.

    Il en va de même pour la plupart des postes à responsabilités aujourd’hui accaparés par des femmes. C’est par le seul fait du prince si elles y accèdent. On leur facilite les études en adaptant la pédagogie et l’enseignement, précipitant du coups les garçons en échec scolaire. Ensuite on les place. Il leur suffit juste de se donner la peine de naître.

    D’ailleurs, les statistiques parlent d’elles-mêmes. Plus de filles accèdent à l’enseignement supérieur, la sélection par l’orientation s’opérant chez les garçons beaucoup plus tôt. Du coup les garçons vont plus loin dans les études. Mais ça il ne faut surtout pas le dire, ça laisserait entendre que les garçons seraient plus intelligents que les filles.

    Encore une fois je livre mon impression, au regard d’une réalité perçue en occident depuis bientôt cinquante ans. Quelque chose ici ne tourne pas rond. Quelque chose cloche, depuis l’école mixte notamment. On constatera aussi que la promiscuité des sexes dans une même classe a plutôt tendance à dissiper, voir fragiliser les garçons.

    Et je ne parlerai même pas de la promotion faite par les association féministes et Lgbêtistes dans les établissement scolaire. Aussi je ferai l’impasse sur ces autres benêts qui, pour satisfaire aux caprices de leur compagne ou camarade de classe se sont vus injectés par trois fois de la merde (bientôt 4!) depuis deux ans. Juste pour la paix des ménages, soit par manque de virilité ou manque de couilles.

    Tout ça parce que madame ne concevait pas sa vie sans coca ni resto en terrasse, sans concert ni ciné, sans voyage ni shopping. Autrement dit vivre simplement d’amour et d’eau fraiche en se regardant dans le blanc des yeux. Cela signifiait de facto un retour aux temps immémoriaux.

    Résultat: On ne forme plus un couple. On ne fait que s’actualiser entre individus. L’amour, l’amitié n’existe plus. Il n’existe que des convergences d’intérêts. Une femme a un sexe, et c’est déjà beaucoup disait-on du temps de Marie Curie. Le plafond de verre, c’est cela. A force de ricocher, elle ne perce jamais. A moins qu’on l’aide à percer ce qui est contre nature.

    Désolé mais, où est le gain d’humanité pour nous, les hommes, face à ces harpies? En effet c’est au supplicié qu’il incombe de faire amende honorable, non au justicier de devoir jurer fidélité. Or, depuis 40 ans, nous faisons l’inverse. Tant et si bien que l’orgueil a supplanté l’humilité, et la mauvaise foi l’honnêteté intellectuelle. Comble d’un dualisme chez l’individu poussé â son extrême.

    A présent c’est terminé. Papa Poutine allias Musclor vient de siffler la fin de la recrée. Merci à la Russie pour son opération de police en Ukraine et la protection des civiles. Merci surtout au peuple russe pour sa ténacité, son courage. Franchement, il était temps de remettre de l’ordre dans la pétaudière mondialiste!

    https://www.egaliteetreconciliation.fr/Guerre-de-religion-Les-neocons-straussiens-veulent-monter-les-catholiques-contre-les-orthodoxes-67575.html

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.