Après la fin de la guerre de l’OTAN

Vues : 2631

Source :lesakerfrancophone.fr – 17 mai 2022 – Batiushka

https://lesakerfrancophone.fr/apres-la-fin-de-la-guerre-de-lotan

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Faites un don pour soutenir l’analyse stratégique indépendante

Ne vous y trompez pas : La guerre tragique qui se déroule actuellement sur les champs de bataille ukrainiens n’est pas entre la Fédération de Russie et l’Ukraine, mais entre la Fédération de Russie et l’OTAN contrôlée par les États-Unis. Cette dernière, également appelée « l’Occident collectif », promeut une idéologie agressive de violence organisée, une doctrine politiquement, économiquement et militairement renforcée, connue par euphémisme sous le nom de « globalisme ». Cela signifie l’hégémonie du monde occidental, qui s’appelle avec arrogance « la communauté internationale », sur l’ensemble de la planète. L’OTAN est en train de perdre cette guerre, qui utilise les Ukrainiens formés par l’OTAN comme chair à canon par procuration, dans trois sphères, politique, économique et militaire.

Tout d’abord, sur le plan politique, l’Occident a enfin compris qu’il ne peut pas procéder à un changement de régime à Moscou. Son rêve de remplacer le très populaire président Poutine par un larbin de la CIA, Navalny, ne se réalisera pas. Quant au président fantoche de l’Occident à Kiev, il n’est qu’une créature de Washington et de ses oligarques. Acteur professionnel, il est incapable de parler en son nom propre, mais est le porte-parole de l’OTAN qu’il aime tant.

Deuxièmement, sur le plan économique, l’Occident se heurte à une sérieuse résistance aux 6 000 sanctions qu’il a imposées à la Russie et aux Russes. Ces sanctions se sont retournées contre eux. En Occident, nous pouvons en témoigner chaque fois que nous achetons du carburant ou de la nourriture. La combinaison d’une inflation élevée (10 % +) et de prix de l’énergie encore plus élevés, causés presque uniquement par ces sanctions anti-russes illégales, menace l’effondrement des économies occidentales, bien plus que celles de la Russie ou de la Chine. En raison de cet effet inverse des sanctions contre la Russie, le rouble est à son plus haut niveau depuis trois ans, s’établissant à environ 64 pour un dollar américain et en augmentation, bien qu’immédiatement après les sanctions, il soit brièvement descendu à 150 pour un dollar.

Après avoir vigoureusement nié qu’ils le feraient, la plupart des pays européens (au moins 17 pour le moment), y compris l’Allemagne et l’Italie, ont déjà accepté d’ouvrir des comptes auprès de Gazprombank, comme la Russie le leur a conseillé, et de payer le pétrole et le gaz en roubles. Et ce nombre augmente chaque semaine. Les problèmes seront encore plus grands avec les pénuries alimentaires, car la chaîne alimentaire mondiale est hautement intégrée et la production agricole de la Russie et de l’Ukraine (désormais contrôlée par la Russie) représente au moins 40 % de la production mondiale de céréales. Il y a quelques jours à peine, il a été annoncé que la Russie prévoyait une production céréalière record cette année (130 millions de tonnes). Elle peut encore exiger un paiement en roubles pour tout cela également.

Les sanctions contre la Russie ont divisé l’Europe et menacent de diviser l’OTAN. Le président Erdogan de Turquie, membre de l’OTAN, a annoncé qu’il opposerait son veto à l’entrée de la Finlande et de la Suède dans l’OTAN. Dans le même temps, la Russie a annoncé qu’elle couperait l’approvisionnement en gaz naturel de la Finlande. Les dirigeants suédois reconsidèrent leur entrée dans l’OTAN.

Troisièmement, sur le plan militaire, il est clair que l’Ukraine, avec un nombre considérable de désertions et de redditions, n’a aucune chance de gagner la guerre contre la Russie. La plupart de ses équipements militaires ont déjà été anéantis et les équipements occidentaux récemment livrés et souvent vétustes ne feront guère de différence, s’ils ne sont pas détruits par les missiles russes dès qu’ils atteignent l’Ukraine. Le conflit pourrait maintenant être terminé en quelques semaines, plutôt qu’en quelques mois. Le « secrétaire à la défense » américain (= ministre de l’offensive), Lloyd Austin, a désespérément appelé le ministre russe de la défense, Sergey Shoigu, pour le supplier d’accepter un cessez-le-feu. Accepteriez-vous un cessez-le-feu alors qu’en moins de trois mois et avec seulement 10 % de vos forces militaires, vous avez déjà occupé une zone plus grande que l’Angleterre à l’intérieur de l’Ukraine, une zone qui produit 75 % du PIB ukrainien ?

La panique du désastre financier en Occident a commencé à s’installer. En conséquence, le président français Macron a dit au président Zelensky (c’est-à-dire à Washington) de renoncer à une partie de la souveraineté de l’Ukraine et d’entamer enfin des négociations sérieuses avec la Russie. Macron essaie également de libérer les mercenaires français d’Azovstal à Mariupol, mais le problème est bien plus important que cela, car l’Europe entière est confrontée à un effondrement économique. Et le Premier ministre italien, Mario Draghi, a demandé au président Biden de contacter le président Poutine et de « donner une chance à la paix ». Notez que Mario Draghi est un ancien président de la Banque centrale européenne et une marionnette de Goldman Sachs – tout comme Macron est une marionnette de Rothschild.

Il y a toujours eu des empires et des invasions à travers l’histoire. Cependant, ils ont toujours été locaux et n’ont pas été justifiés comme la seule idéologie mondiale possible, un « Nouvel Ordre Mondial », à imposer par la violence sur toute la planète. Une fois la guerre de l’OTAN terminée, perdue par « l’Occident collectif », le centralisme de l’OTAN, l’idéologie d’un « monde unipolaire », contrôlé depuis Washington, doit prendre fin. Mais le centralisme doit aussi prendre fin partout ailleurs, comme cela a été le cas pour la période soviétique de Moscou 1.

Mais le nationalisme doit aussi prendre fin. Rappelons ici que le mot « nazisme » vient des mots allemands « national-socialisme ». (Le nationalisme implique la haine des autres, alors que le patriotisme signifie la capacité non seulement d’aimer son propre pays, mais aussi d’aimer les pays des autres, et non de haïr leurs pays). Et l’Ukraine a une histoire de nazisme, qui remonte à plus de quatre-vingts ans. De plus, les principaux soldats de Kiev d’aujourd’hui sont des nationalistes nazis et représentent le tribalisme si typique de l’Europe occidentale, responsable au vingtième siècle de deux guerres gigantesques qui se sont propagées dans le monde entier. Les cris nazis ukrainiens de « Gloire à l’Ukraine » et leur slogan « L’Ukraine au-dessus de tout » sont des slogans du nazisme.

Passons à un monde multipolaire et multicentrique, où l’unité est dans la diversité et la diversité dans l’unité. Si nous ne nous dirigeons pas vers cela, nous serons probablement perdus. Car un monde multipolaire, multicivilisationnel et multiculturel, un monde déjà peuplé de sept milliards d’êtres humains, est le seul monde civilisé, la seule véritable communauté internationale.

Illustration : https://journal-neo.org/2014/07/31/west-isolating-itself-with-sanctions-against-russia/

Une pensée sur “Après la fin de la guerre de l’OTAN

  • 26 mai 2022 à 20 h 46 min
    Permalink

    Magnifique article qui résume tout et qui insiste sur la différence entre patriotisme naturel et nationalisme guerrier.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.