Un refroidissement en marche sur l’Atlantique Nord

Vues : 2882

Source : 19 octobre 2022 – Brigitte Van Vliet-Lanoë & J. Van Vliet

https://www.climato-realistes.fr/changements-meteorologiques-et-changement-climatique-1-2/

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Pour nous soutenir commandez le livre : “Globalisme et dépopulation” édité par Strategika

Le Dr Brigitte Van Vliet-Lanoë est Directeur de recherche émérite au CNRS,
et J. Van Vliet , Master en Sciences et Master et Engineering, directeur retraité.

Article initialement publié sur le site Science climat et énergie.

Introduction

Nous pouvons comparer la Terre à une habitation avec un chauffage central, dont la chaudière serait chauffée par notre étoile, le Soleil. Les radiateurs-accumulateurs sont constitués par l’océan avec, le cas échéant, une évaporation intense responsable d’une augmentation de la teneur en vapeur d’eau de l’atmosphère et des précipitations intenses. Cependant, la maison ne sera bien chauffée que s’il y a une pompe de circulation : c’est la circulation thermohaline des océans (THC), ou « thermal conveyor belt ». 

Selon Eirıksson et al., 2006, une interaction évidente existe entre les processus atmosphériques et la THC, comme en atteste la grande variabilité de la température de l’océan au Moyen-âge et pendant le Petit Age glaciaire (PAG). Cela a été aussi le cas pour les températures à la surface de la mer d’Islande et sur la marge ibérique, plus élevées pendant la période chaude romaine que pendant la période chaude médiévale. Cependant, bien qu’un certain nombre de données indiquent un réchauffement des eaux côtières et du plateau continental au cours des 200 dernières années, le XXe siècle ne semble pas inhabituel par rapport aux deux derniers millénaires. Les périodes climatiquement instables et plus fraîches sont associées à de très fortes tempêtes (Lamb & Frydendahl 1991; van Vliet-Lanoë et al. 2014; Goslin et al., 2018), comme le rappelle l’épisode de l’Invincible Armada espagnole qui a perdu en 1588 trois fois plus de navires face aux tempêtes que face à la marine anglaise. 

Au cours du dernier millénaire, des changements notables ont été enregistrés des températures chaudes à la surface de la mer (SST) associées une THC active entre 700 et 1000 AD, une phase de transition beaucoup plus froide associée à des tempêtes monstrueuses entre 890 et 1060 AD (Van Vliet-Lanoë et a.l, 2014)  et un ralentissement  de la THC entre 1000 et 1300 AD, remplacée pendant le PAG, par des SST plus froides jusqu’à 1900 AD, puis suivi d’une légère ré-accélération très brève de la THC, des eaux de surface étant légèrement plus chaudes au milieu du XXe siècle (Fig. 1).

Les phases de fonte épidermiques du Groenland et l’éjection de la banquise ancienne du bassin arctique dans les années 1990-2000 ont considérablement modifié le climat continental européen en ralentissant la THC dans l’Atlantique Nord. L’eau douce de fonte a réduit la salinité de l’Atlantique Nord rendant l’eau de surface moins dense (et moins lourde), de sorte qu’elle ne peut pas couler correctement dans les profondeurs. Comme le courant océanique profond ne coule pas aussi vite qu’en surface, il cause un « embouteillage », ce qui ralentit tout le courant. 

La THC se ralentit en fait rapidement depuis la déglaciation du PAG (Minimum de Dalton ;1800-1815) avec une réduction de plus en plus rapide les dernières décennies (Thompson et al., 2010; Rahmstorf et al., 2015; Caesaer et al., 2021 ; Fig. 1), accentuée possiblement par d’autres effets liés directement ou indirectement aux forces de marée du système solaire. 

Néanmoins le décalage entre le réchauffement atmosphérique, l’apport d’eau douce de fonte et le réchauffement de la masse océanique est de l’ordre de 300 ans, donc le milieu du XIX s, confortant les anomalies de température. Cette évolution est parallèle avec l’évolution des SST au Nord de l’Islande et sur la marge Ibérique (Eiriksson et al. 2006). Cependant ces courants ne se sont jamais arrêtés, même au plus froid de la dernière glaciation, amenant une exacerbation du contraste entre les centres de pressions de l’Atlantique et une extension de l’aridité sur l’Ouest Européen et sur l’ouest de l’Afrique.

Figure 1 : Indice de l’intensité de la circulation de retournement Atlantique (AMOC), calculé à partir de la température dans l’Atlantique subpolaire par rapport à la température moyenne de l’hémisphère Nord (courbes rouge et bleue). La courbe verte montre les données coralliennes de Sherwood et ses collègues. Source : Rahmstorf et al., 2015 .

En ce qui concerne le « chauffage central », pendant la fin du XXe siècle, nous avons subi, depuis les années 1960, 3 cycles particulièrement intenses d’activité solaire (cycles 19 et 21 et 22), ce qui s’est exprimé avec un décalage d’une trentaine d’années, par la période chaude du « Global Warming » qui s’est terminée au début du XXIe siècle (Van Vliet, J., 2020). Une série de cycles solaires plus faibles a démarré en 2008 (cycles de Schwabe 24, 25 et 26/modèle) amenant potentiellement un refroidissement de l’Arctique, une forte instabilité du Jet Stream, avec une remontée estivale des dépressions cycloniques jusqu’au Spitzberg ou en Alaska (Shishmareff), disloquant la banquise au printemps.

L’intensité du réchauffement liés aux cycles solaires intenses augmente avec la latitude et est particulièrement puissant en Arctique (+4°C) et corrélée pro parte avec la fonte estivale de la banquise. Cette anomalie anthropogène aux yeux de l’IPCC, est en fait surtout corrélée avec 1° l’obliquité du rayonnement solaire estival à hautes latitudes, et 2° son absence en hiver du fait de la position de la Terre par rapport au plan de l’écliptique et de sa variation saisonnière (précession orbitale) (Berger, 1979). Il apparaît donc que la configuration actuelle proche du maximum de précession qui a eu lieu il y a 1 000 ans, correspond à une configuration propice à l’installation d’un climat plus froid. Cette installation est légèrement contrebalancée par :1° la diminution de l’obliquité, le dernier maximum ayant eu lieu il y a 10 000 ans (Berger et Loutre, 1991), et 2° la diminution de l’excentricité depuis 12 000 ans. Ainsi, les conditions orbitales tendent actuellement vers des conditions propices à une entrée en début glaciaire.  

Le contexte météorologique

La météorologie, en Europe occidentale, est très largement influencée par la localisation et la puissance des deux centres d’actions que sont la « dépression d’Islande » et « l’ anticyclone des Açores ». Les caractéristiques de pression habituelles relevées dans l’Atlantique Nord sont une grande région de haute pression (High ou H) centrée sur les îles des Açores autours de 30°N, et de basse pression (Low ou L) centrée sur l’Islande la dépression subpolaire ou islandaise. L’intensité et l’extension spatiale de ces pôles de pression ont une très forte influence sur les conditions météorologiques et climatiques hivernales en Europe et en Amérique du Nord, et peuvent s’étendre plus loin en Asie du Nord si les phases sont prolongées. L’oscillation nord-atlantique ou NAO enregistre ces changements relatifs de pression entre les deux régions encadrant l’Atlantique Nord. 

 La NAO positive est comme dans les années 1997-2000 associée à un H et un L peu contrastés, le H des Açores est réduit en extension sur l’Atlantique. Elle est généralement associée à une période chaude, pluvieuse et assez calme d’un point de vue météorologique mais, pouvant en Europe évoluer en précipitations intenses de neige et de pluie comme pendant les hivers 1999-2000. Les dépressions classiques se forment à l’aplomb de masses d’eaux chaudes, évoluant en « ouragans ». Elles se forment généralement dans le Golfe de Guinée, celui du Mexique ou à l’aplomb du courant chaud du Gulf Stream, en contexte tempéré (NAO+). Mais leur fréquence est en train de baisser depuis 1880-1900 (Chand et al., 2022) après une petite augmentation entre 1975 et 2003. 

 En bascule vers une NAO négative, cet anticyclone s’étend jusqu’à la côte européenne et fusionne avec la haute pression saharienne, bloquant le passage vers l’Est des dépressions et donc amenant une sécheresse en Europe et le bassin méditerranéen (Cresswell-Clay et al., 2022). Ce passage vers une NAO négative est contrôlé par un changement dans l’intensité et d’emplacement du jet stream polaire sur l’hémisphère Nord. Les hautes pressions sont souvent associées à des tourbillons circulaires du jet stream qui bloquent les dépressions cycloniques, par exemple sur les Iles britanniques (Fig. 2) permettant la circulation des langues de hautes pression correspondant aux anticyclones mobiles polaires (AMP : voir 2/2).

Les jets stream sont des vents d’altitude très rapides localisés en couloirs vers 10 km de hauteur dans la très haute troposphère. Ils ondulent faiblement en latitude en cas de NAO+, mais en NAO- oscillent de 32-36°N jusqu’au Spitzberg, pour atteindre au maximum la convergence intertropicale des vents (ITCZ), située entre 16.5 °N (interglaciaire, Cap Vert) et 5°N (glaciaire, Cap Palmas), c’est-à-dire au Sud de la limite des oscillations du jet polaire.  Les 3 phénomènes importants sont l’ITCZune zone des agglutinations anticycloniques affaiblis à 40°N, descendant exceptionnellement jusqu’à l’ITCZ, et un jetstream polaire ondulant de 80 à 32 °N mais pouvant aller exceptionnellement jusqu’à 30°N proche du contact avec le jet tropical. Il est associé en hiver à partir de 66-75°N au vortex stratosphérique sur l’Océan Arctique.

Figure 2 : boucle du jet stream polaire bloquant une basse pression (L) entre 2 Anticyclones mobiles polaires ( AMP ; un sur la mer d’Islande et un sur la Scandinavie ). 3 septembre 2022 ( Netweather.tv). NAO négative. L’air chaud des canicules est aspiré (flèche rouges) du Sahara vers le Nord par les vents du SE tournant autours de la dépression . Ce flux du Sud peut être bloqué par un dédoublement du jet polaire sur le bassin méditerranéen.

De la météorologie au climat et au paléoclimat. 

Depuis les années 1960, nombre de chercheurs ont mis en évidence un contrôle important de l’activité solaire (irradiance solaire) sur les conditions météorologiques à moyens et courts termes, surtout en utilisant les taches solaires comme traceurs de cette activité, mais également sur les paléoclimats à travers les phases de réchauffement de type Dansgaard- Oeschger (DO), mesuré au travers de différents proxies directs comme le 14C ou le 10Be ou, indirects comme la température de surface de l’océan (SST) ou encore le niveau de précipitation. Ce contrôle s’arrêterait selon l’IPCC 2007 avec l’industrialisation du XXIème siècle et sa production de CO2.

Cela a déjà de par le passé entraîné une migration vers le sud de la zone de subsidence vers les grands fonds des eaux froides et sursallées, la NADW (North Atlantic Deep Water), de la THC, avec une diminution temporaire du transport thermique superficiel via le Gulf Stream.  Par conséquent toute la zone nord-est de l’Atlantique, de l’Europe tempérée jusqu’au Groenland se rafraichit avec une ré-extension de la banquise. Néanmoins, la THC ne s’arrêtera pas à cause des forces de Coriolis et de la pérennité des vents qui l’entretiennent (Ezat et al., 2014), elle se confinera par contre en surface dans une bande latitudinale plus étroite et une circulation persistera sous la couche d’eau dessalée, comme aujourd’hui en Arctique.

Même si le forçage orbital de l’hémisphère Sud ne se traduit que 3000 ans plus tard sur les températures de l’Arctique, l’activité solaire, elle donne la prévalence à l’Atlantique nord, exutoire principal du bassin arctique: les autres oscillations (AMO, NAO, El Niño, PDO ou Pacific Decadal Oscillation, etc) en découlent avec un décalage temporel de plus en plus important vers le Sud et vers le bassin nord pacifique.  

Cet apport énergétique à la surface de la Terre est en outre perturbé par les grosses éruptions volcaniques et ses émissions de cendres et d’aérosols sulfuriques (SO2), qui réduisent à la manière d’un filtre solaire, le rayonnement incident au sol. Cela fut il y a quelques années le cas du Pinatubo en 1991, qui a entraîné un refroidissement temporaire mondial de 1°C, ou du volcan Toba il y 73 000 BP, qui a déclenché la formation des grands inlandsis de l’hémisphère Nord (Svendsen et coll., 1999).

L’évolution météorologique est une image à très court terme du système climatique : elle n’a de valeur que si on l’intègre dans un contexte au minimum décennal. Madame Soleil (F) et Monsieur Météo (B) ne peuvent pas prédire l’évolution du climat. Encore moins les médias.

Les variations de l’activité solaire (TSI) et ses phénomènes amplificateurs

Les valeurs des variations de l’irradiance au cours des cycles solaires sont très faibles, trop limitées pour expliquer à elles seules la variation de température observées ces dernières décennies. Le cycle à 11 ans de l’activité solaire présente quelques irrégularités en durée avec des cycles allant de min 9 à max 14 ans. Lorsque le cycle est court (environ 10 ans), le nombre de taches magnétiques solaires est élevé et l’irradiance peut augmenter de 0,23 %. Il fait chaud. Lorsqu’il est long, c’est l’inverse. La variation d’irradiance mesurée pour le cycle 22 (de durée 9,9 ans) est de 0,07 %. Le maximum d’irradiance récent correspond à la canicule de 2001 (cycle 23, durée 12,3 ans). Celles de 2003 et 2018 correspondent par contre à l’apport énergétique puissant et polaire du vent particulaire émis par le soleil, sous contrôle du champ magnétique terrestre (Van Vliet, 2019). Pendant le « refroidissement » de 1970 (1945-1975), les cycles étaient un peu plus longs et les taches sont passées par un bref minimum lors du cycle 20. Le dernier cycle 24, d’une durée de 12 ans a montré une réduction notoire du nombre de taches, et il a également été marqué par des hivers rigoureux en milieu continental comme ceux des périodes de minima solaire : l’activité solaire vient de passer par un minima. Le cycle 25 semble également se révéler comme un cycle faible, mais ceci ne pourra pas être confirmé avant 2025.

Figure 3 : TSI reconstituée pour les derniers 400 ans et une évolution jusqu’ en 2300 AD modélisée par le laboratoire Simon Laplace, membre de l’IPCC (Lurton et al. 2000), montrant une évolution pulsée de l’insolation avec des petits minimas tous les 60 ans. 

Les variations très faibles de la TSI sont d’abord accentuées par une accumulation thermique dans les 700 m supérieurs de l’océan intertropical (augmentation de 5% des UV solaires irradiés), ce qui a induit un accroissement des des températures de surface de l’océan SST en 1997-1998  et en 2017-2019, ce qui perturbe pour quelques années les températures mondiales, accompagnée par une perturbation thermique positive des eaux de surface du Pacifique (El Niño) ou de l’Atlantique, avec une perturbation moindre à hauteur de la zone de l’ITCZ. Ce phénomène est associé pour notre région avec une NAO instable, mais plutôt positive.  Dans ce cas la banquise régresse.

Un second facteur d’accentuation du réchauffement est induit par la vapeur d’eau, le gaz à effet de serre le plus puissant. Ce réchauffement induit dans l’atmosphère un dégazage secondaire du CO2 par l’océan (SCE), des précipitations plus élevées et l’arrivée par convection de vapeur d’eau dans les 500 km inférieurs de la stratosphère, là où son effet de serre pourra s’exprimer pleinement. Ceci explique l’augmentation de la fréquence et l’intensité des évènements El Nino entre 1975-2021, associés aux trois cycles solaires correspondants (19-20-22). Deux évènements majeurs sont marqués en 1992-1993 et surtout 1997-1998. Ces évènements ont eu des répercussions sur l’ensemble de la planète: le réchauffement « global » s’est fait sentir avec le premier super-Nino de 1992-1993 avec une augmentation synchrone et brutale de la température à Brest mais également au Spitzberg. Le maximum de fonte du pergélisol en Alaska est atteint en 1996. Le second super-Nino a été le plus important et le responsable des inondations de 1999-2000 en Europe (Van Vliet-Lanoë, 2021).

Un troisième mécanisme intervient: le vent solaire. Ce dernier est contrôlé par l’activité solaire ainsi que par le champ magnétique terrestre. Sa diminution refroidit globalement la température de surface polaire (durée du jour au pôle et albédo), et donc les masses d’air polaires (Van Vliet, 2019). Cet apport de protons interagit donc directement avec le jet-stream polaire en parallèle avec l’extension de la banquise (Solenheim et al. 2021) et donc sur la génération de la NAO. L’oscillation multidécadale atlantique ou AMO (cycle de 60 ans) est en antiphase avec celle de NAO et redevient négative, tout comme la Pacific Decadal Oscillation (Fig.4).

Figure 4 : Index AMO jusqu’en 2022 (Meier et al. 2022 : rapport IPCC  Baltique)  et évolution récente de la PDO https://www.worldclimateservice.com/2021/09/01/pacific-decadal-oscillation/

Un quatrième mécanisme est actif au niveau de la couche d’ozone au sommet de la tropopause. Les UVC solaires (0,28 -0,1 µm) sont interceptés en haute altitude par cette couche qui se détruit surtout sous l’impact avec protons solaires véhiculés par le vent, de manière nettement plus efficaces que les seuls UV solaires. Les protons (H+) incidents amènent dans la basse stratosphère la génération de vapeur eau en se combinant à l’ozone dissociée. Pour un tel évènement (juillet 2000), un chercheur a calculé une augmentation de près de 2% de la teneur en vapeur d’eau de la basse stratosphère (Krivolutsky et al., 2005). Cet apport de protons en période de fort vent solaire induit d’abord un bilan énergétique positif en zones polaires, mais augmentent également la nébulosité et la turbulence donc une accumulation thermique en régions intertropicales. Des vents solaires faibles favorisent le développement d’une haute pression atmosphérique froide sur l’océan Arctique : les futurs Anticyclones mobiles polaires ou AMP (voir partie 2/2).  
Ces mécanismes amplificateurs de l’influence solaire (TSI) s’additionnent donc plus efficacement que la seule TSI. A ces facteurs d’amplification se surajoutent des effets rétroactifs, cette fois de nature essentiellement anthropiques (érosion des sols, aridification, urbanisation, GES dont surtout la vapeur d’eau produite par la combustion des hydrocarbures et les arrosages). Mais surtout le rôle de l’océan est primordial, en tant que stockage d’énergie, comme l’a souligné J.C. Duplessy (1996) . Il est responsable de la cyclicité à 1500 ans qui domine l’Holocène depuis 6000 BP et d’une part très importante du CO2  atmosphérique dégazé à partir de son réchauffement solaire.

Figure 5 : Extension latitudinale de la banquise de la mer de Barents (Solhenheim et al. 2021) enregistrant les minimas solaires.

Et le système solaire là-dedans ? 

Une théorie tidale du système solaire comme contrôle sur le climat a été développée par Keeling & Whorf, 2000; avec synthèse dans Hung, 2007) donne pour origine de ces cycles les « marées solaires » provoquées par les planètes du Système solaire, principalement Vénus, Terre, Mercure, Mars, Jupiter et Saturne. 

 Hung (2007) a mis en évidence une relation entre la position des planètes « génératrices de marées solaires », Mercure, Vénus, Terre et Jupiter, et 25 tempêtes solaires parmi les 38 plus importantes de l’histoire. Il a mis en évidence un cycle de 11 ans décrit par le groupe Vénus-Terre-Jupiter correspondant à celui des taches solaires. Solhenheim et al (2021) ont montré que la périodicité de 179 ans, caractéristique des forçages planétaires, correspond étonnamment bien (Fig. 5) à l’extension de la banquise de la mer de Barents (BIE) sous influence du vent solaire et son impact sur la magnétosphère terrestre (cycles à 11 ans). 

Apport de la Géologie 

Toute période climatique de réchauffement est associée au niveau mondial à un niveau marin élevé, des précipitations élevées et une production végétale importante, celle qui a nourrit les brontosaures, il y a > 60 Ma, malgré une PCO2 de 1000 ppm !! C’est ce que nous racontent les archives géologiques.

Par contre, un refroidissement climatique est associé – à une baisse des précipitations très marquée comme cette année 2022, à une baisse de la PCO2, du fait de satrès forte solubilité dans les eaux froides (Larryn et al., 2003), – à une aridité et, in fine – à une augmentation de la force et de la fréquence des vents (instabilité atmosphérique). Cette année, outre la sécheresse et les vagues de chaleurs en alternances avec l’arrivée d’air polaire, viennent se surajouter une fonte très limitée du Groenland, un retrait estival de la banquise dans l’HN, se rapprochant  de la médiane des années 1981-2010 (NSDIC), et une réduction de la couverture végétale augmentant l’albédo (aridité  et feux), comme en début de stades glaciaires précoces. Le passé géologique enregistré au sein des différentes archives nous montre que les feux sont comme les tempêtes, les crues brutales ou les vagues de chaleur associés à des périodes d’instabilité météorologiques, lesquelles sont contrôlées pro parte par la qualité de l’insolation à haute latitude et l’apport des vents solaires et des apports thermiques véhiculés par la THC. Les périodes de tempêtes récurrentes sont le plus souvent associées à la fin des 5 derniers interglaciaires (Van Vliet-Lanoë et al., 2022), à un océan intertropical encore chaud, à une baisse globale de l’insolation sous contrôle orbital pour l’Holocène et enfin, à une NAO le plus souvent négative (Van Vliet-Lanoë et al. 2014).

Les grandes calottes glaciaires sont apparues surtout dans l’hémisphère sud il y a 48 Ma. Avec le développement de glaciers sur l’hémisphère nord, ce contraste évident entre le Miocène et le Pliocène moyen a induit un positionnement nord des cellules tropicales de Hadley (aridité) comme sur le bassin méditerranéen pendant la crise messinienne (7.2-5.8 Ma ), associée à un assèchement à la fois tectonique et « glaciaire » de la Méditerranée . Avec le développement d’importantes calottes glaciaires principalement à partir de 33 Ma au Groenland, en Islande, en Amérique du Nord et en Scandinavie, cette dissymétrie a été progressivement réduite (Van Vliet-Lanoë, 2017). L’aridité globale pendant le Dernier Glaciaire est maximale vers 25-21 ka BP, tel qu’extrait de la teneur élevée en poussière des carottes de glace (De Angelis et al., 1997). Cette aridité maximale est également documentée à cette époque dans les loess européennes et est à mettre en relation avec l’étendue maximale atteinte par le pergélisol. Après 23 ka BP, les précipitations augmentent en Europe (Frechen et al., 2001) comme le démontre également une modélisation pré-GIEC (Joussaume, 1983), mais elle a été interrompue par de brefs épisodes de froid et de sécheresse de 20 à 17 ka enregistrés par le dépôt de loesses post-LGM notamment en Pologne.  

Les évènements Dansgaard–Oeschger ou les sautes d’humeur cycliques de l’océan

La plupart des perturbations climatiques séculaires et multiséculaires en période glaciaire commencent par un réchauffement brutal (c. 50-100 ans), correspondent à un réchauffement de 7 à 15 °C / 20 °C. Ce réchauffement est suivi par un plateau d’une vingtaine d’années pour les plus courts (minimums solaires). Ce cycle se termine par une phase associée et prolongée de forte instabilité climatique suivie par un refroidissement progressif (Dansgaard et al. 1993). Il en est de même pour les évènements millénaires de type Dansgaard-Oeschger (DO, période glaciaire) ou de Bond, qui ont marqué le début de l’Holocène. Ces événements sont plus intenses et plus visibles en période glaciaire, étant donné le volume de glace à fondre (inlandsis et banquise, mais ils ont tous les mêmes caractéristiques. Le refroidissement lent et final des interstades Dansgaard-Oeschger (DO) freine la convection de la circulation océanique profonde, la NADW avec une cyclicité de 1500 ans ou ses multiples allant jusqu’à 7200 ans. L’Antarctique est toujours le premier à se refroidir par rapport à l’Arctique, notamment pour raison orbitale, d’isolement maritime et d’albedo avec un décalage de 3000 ans par rapport à l’hémisphère Nord. Contrairement aux affirmations de Ganopolski et al., 2018, la teneur atmosphérique en CO2 et en méthane biogène augmente pour la même raison 300 ans après la fin orbitale de la glaciation (17 ka) dans l’HS.  La baisse cénozoïque du COatmosphérique est essentiellement contrôlée, surtout depuis 33 Ma, par son stockage dans un océan global profond  refroidi  de plus de 5°C, mis en évidence par le stockage d’hydrates de gaz entre 1200 et 1500 m de profondeur

Conclusion 

Dans cette première partie, le développement des calottes glaciaires est clairement lié à la source d’humidité pour favoriser le stockage de glace et au refroidissement lié à une réduction de l’insolation.  Ces dernières années, l’océan était encore chaud et permettait une pluviosité soutenue de rang interglaciaire. Mais avec une insolation en baisse très sensible à haute latitude pour raison orbitale, une activité solaire en berne et la THC qui se ralentit de manière très inquiétante, tous ces phénomènes signent la fin du DO « Global Warming ».  Depuis 2021 et surtout avril 2022, une instabilité atmosphérique s’est installée, annonçant comme dans le cas des DO, une descente lente vers des conditions de type glaciaire. L’installation de hautes pressions sur l’Europe, également observables, sur la côte ouest des USA et celle d’une aridité avec steppisation et tempêtes de poussière signent une désolidarisation de la météorologie européenne de la masse océanique Atlantique (THC en berne) et une continentalisation identique à celle observée en début glaciaire (stade froid MIS 5d :113-104 ka). L’AMO comme la PDO deviennent négatives.


BIBLIOGRAPHIE COMMUNE AUX DEUX PARTIES (1/2) ET (2/2)

Berger, A. Spectrum of climatic variations and their causal mechanisms. Geophysical Surveys 3, 351–402 (1979). https://doi.org/10.1007/BF01449756

Berger A.& Loutre M.F.1991 Insolation values for the climate of the last 10 million years Quaternary Science Reviews 10(4):297-317 DOI: 10.1016/0277-3791(91)90033-Q

Byrne, M.P., Pendergrass, A.G., Rapp, A.D. et al. (2018). Response of the Intertropical Convergence Zone to Climate Change: Location, Width, and Strength. Curr. Clim. Change Rep 4, 355–370 https://doi.org/10.1007/s40641-018-0110-5

Caesar L., G. D. McCarthy, D. J. R. Thornalley et N. Cahill, 2021 Current Atlantic Meridional Overturning Circulation weakest in last millennium. Nature Geoscience, 14, 118–120, DOI 10.1038/s41561-021-00699-z

Chand S.S, Walsh K.J., Camargo S.J et al.,2022, Declining tropical cyclone frequency under global warming  Nature climate change https://www.nature.com/articles/s41558-022-01388-4.pdf

Coillat J. 2022. Climat / Mortelles canicules. Hérodotte Publié ou mis à jour le : 2022-08-25 17:46:21https://www.herodote.net/Mortelles_canicules-synthese-2294.php.

Connolly R., Soon W.,  Connolly M.,  et al.2021.How much has the Sun influenced Northern Hemisphere temperature trends? An ongoing debate. Res. Astron & Astrophys.2021 Vol. 21 No. 6, 131(68pp) doi: 10.1088/1674-4527/21/6/131

Cresswell-Clay, N., Ummenhofer, C.C., Thatcher, D.L. et al. (2022) Twentieth-century Azores High expansion unprecedented in the past 1,200 years. Nat. Geosci. 15, 548–553. 

Dansgaard, W., Johnsen, S. J., Clausen, H. B., Dahl-Jensen, D., Gundestrup, N. S., Hammer, C. U., Hvidberg, C. S., Steffensen, J. P., Sveinbjörnsdottir, A. E., Jouzel, J., Bond, G. (1993) Evidence for general instability of past climate from a 250-kyr ice-core record. Nature, 364 (6434). 218-220 doi:10.1038/364218a0

De Angelis, M., et al. (1992), Source of continental dust over Antarctica during the last climatic cycle, J. Atmos. Chem.,14, 233–244.

Duplessy J.C. (1996) : Quand l’Océan se fâche, Histoire Naturelle du Climat, Odile Jacob  

Eiríksson J., Bartels-Jónsdóttir, H. B. , Cage, A. G. , et al. 2006 Variability of the North Atlantic Current during the last 2000 years based on shelf bottom water and sea surface temperatures along an open ocean/shallow marine transect in western Europe. The Holocene 16,7  . 1017 &029

Ezat MM.  Rasmussen T.L.  Groeneveld G., 2014. Persistent intermediate water warming during cold stadials in the southeastern Nordic seas during the past 65 k.y. ,  2014; 42 (.8. 663–666 doi:10.1130/G35579.1 

Ganopolski, A., Winkelmann, R. & Schellnhuber, H. Critical insolation–CO2 relation for diagnosing past and future glacial inception. Nature 529, 200–203 (2016). https://doi.org/10.1038/nature16494

Goslin, J., Fruergaard, M., Sander, L., et al., 2018. Holocene centennial to millennial shifts in North-Atlantic storminess and ocean dynamics. Scientific Reports 8, 12778. 

Holton J.R., Hakim G.J., Dynamic Meteorology, Academic Press, 2013 

Huck V. 2017.  https://www.prevision-meteo.ch/almanach/1300-1399

Hung CC (2007) Apparent relations between solar activity and solar tides caused by the planets [archive] NASA Report, TM-214817, 2007 

Joussaume  S.1989 Simulations du climat du dernier maximum glaciaire à l’aide d’un modèle de circulation générale de l’atmosphère incluant une modélisation du cycle des isotopes de l’eau et des poussières d’origine désertique   Thèse : Terre, océan, espace : Paris 6 : 1989

Keeling C. D. and Whorf T. P. 2000. The 1,800-year oceanic tidal cycle: A possible cause of rapid climate change .PNAS 97 (8) 3814-3819

Krivolutsky, A., Kuminov, A., and Vyushkova, T., 2005 Ionization of the Atmosphere Caused by Solar Protons and Its Influence on Ozonosphere of the Earth during 1994–2003, J. Atmos. Sol.–Terr. Phys., 67 ( 1⎯2), 105–117.

Lamb HH, Frydendahl K (1991) Historic storms of the North Sea, British Isles and Northwest Europe. Cambridge University Press, Cambridge 

Larryn W. Diamond∗, Nikolay N. Akinfiev (2003) Solubility of CO 2 in water from −1.5 to 100 °C and from 0.1 to 100 MPa: evaluation of literature data and thermodynamic modelling. Fluid Phase Equilibria 208) 265–290

Lashkari H.  , Mohammad Z. Keikhosrav    G.  2017 Annual Fluctuations and Displacements of Inter Tropical Convergence Zone (ITCZ) within the Range of Atlantic Ocean-India     Open Journal of Ecology 07(01):12-33     DOI: 10.4236/oje.2017.71002

Lee, S.H., Williams, P.D. & Frame, T.H.A. Increased shear in the North Atlantic upper-level jet stream over the past four decades. Nature 572, 639–642 (2019). https://doi.org/10.1038/s41586-019-1465-z

Leroux, M., Aubert, L. ,Comby, J. , Mollica, V. , Passerat de La Chapelle, P. Reynaud, R. 1992  Déficit pluviométrique hivernal sur la France : autopsie des agglutinations anticycloniques des hivers de 1988 à 1992″, Science et Changements Climatiques, Sécheresse, 3, ( 2) 103-113. Libbey Eurotext.

Leroux,1993 « The Mobile Polar High: a new concept explaining the actual mechanisms of the meridional air-mass and energy exchanges, and the global propagation of palaeoclimatic changes », Global and Planetary Changes, 7, Elsevier Science Publ., 69-93.  

Lu, Q.-B. 2009 Correlation between Cosmic Rays and Ozone Depletion 2009, Phys. Rev. Lett. 102, 118501  

Lurton, T., Balkanski, Y., Bastrikov, V., Bekki, Set al. (2020). Implementation of the CMIP6 forcing data in the IPSL-CM6A-LR model. Journal of Advances in Modelling Earth Systems, 12, e2019MS001940. 

Lynch-Stieglitz J., Adkins J.F., Curry W.B., Dokken T et al. 2007.  Atlantic meridional overturning circulation during the last glacial maximum Science, 316   pp. 66-69

Marusek JA (2010) A Chronological Listing of Early Weather Events, 580 pp. Available at: http://www.breadandbutterscience. com/Weather.pdf.

Meier, H.E M., Kniebusch, M., Dieterich, C.,., et al. 2022.Climate change in the Baltic Sea region: a summary, Earth Syst. Dynam., 13, 457–593, https://doi.org/10.5194/esd-13-457-2022, 

Rahmstorf, S., Box, J. E., Feulner, G., Mann, M. E., Robinson, A., Rutherford, S., & Schaffernicht, E. J. (2015). Exceptional twentieth-century slowdown in Atlantic Ocean overturning circulation. Nature Climate Change, 5(5), 475– 480. 

Rossby CG. 1939 Relation between variation in the intensity of the zonal circulation of the atmosphere and the displacements of the semipermanent centers of action. J Marine Res; 2: 38-50.

Ruddiman, W.F (2003).. The Anthropogenic Greenhouse Era Began Thousands of Years Ago. Climatic Change 61, 261–293 https://doi.org/10.1023/B:CLIM.0000004577.17928.fa

Schneider, T., Bischoff, T. & Haug, G. 2014 Migrations and dynamics of the intertropical convergence zone. Nature 513, 45–53 (). https://doi.org/10.1038/nature13636

Solheim, J.-E.,Falk-Petersen, S., Humlum, O. and Mörner, N.-A. (2021) Changes in Barents Sea Ice Edge Positions in the Last 442 Years. Part 2: Sun, Moon and Planets. International Journal of Astronomy and Astrophysics, 11, 279-341. 

Steinhilber, F., Beer J.,  Fröhlich C.. (2009), Interplanetary magnetic field during the past 9,300 years inferred from cosmogenic radionuclides, J. Geophys. Res, doi:10.1029/2009GL040142,

Svendsen, J-I et al. (1999): Maximum extent of the Eurasian ice sheets in the Barents and Kara Sea region during the Weichselian. Boreas, 28(1), 234-242, https://doi.org/10.1111/j.1502-3885.1999.tb00217.x

Thompson, D.W. J.,Wallace, J. M., Kennedy, J. J. & Jones, P. D. (2010) « An abrupt drop in Northern Hemisphere sea surface temperature around 1970 », Nature, 467, 444-447.

Van Vliet-Lanoë B. 1986 : Le pédocomplexe du Dernier Interglaciaire (de 125000 à 75000 BP). Variations de faciès et signification paléoclimatique, du sud de la Pologne à l’ouest de la Bretagne. Bull. A.F.E.Q.,1-2, 139-150.

Van Vliet-Lanoë B., 2007. The autocyclic nature of glaciations. Bull. SGF,  178, 4, 257-272

Van Vliet-Lanoë B., 2020 

Van Vliet-Lanoë B., Penaud A., Henaff A.  et al. 2014.  Middle to late Holocene storminess in Brittany (NW France). Part II: The Chronology of Events and Climate Forcing. The Holocene 24: 434-453.

Van Vliet J., 2019 SCE, Recent global heat waves are correlated to an exceptional solar cycle 24 | Science, climat et énergie (science-climat-energie.be)

Van Vliet J., 2020 SCE, Le 20ème siècle a été anormalement chaud mais le 21ème siècle revient à la normale (1/2) | Science, climat et énergie (science-climat-energie.be)

Van Vliet J. & Van Vliet-Lanoe B. 2021 SCE. Températures extrêmes et foehn – Démonter le mythe des ‘dômes de chaleur’ | Science, climat et énergie (science-climat-energie.be)

Zharkova VV, Shepherd SJ, Popova E, et al. 2015 Heartbeat of the sun from principal component analysis and prediction of solar activity on a millennium timescale. Sci Rep. 2015; 5:15689. Disponible sur : https://www.nature.com/articles/srep15689 et en français,  sur  https://www.climato-realistes.fr/un-grand-minimum-solaire-attendu-pour-la-periode-2020-2053-conduira-a-un-refroidissement-terrestre/

2 pensées sur “Un refroidissement en marche sur l’Atlantique Nord

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *