A propos des interventions “pacifiques” des États-Unis – Leonid savin

Vues : 690

Source : geopolitika.ru – 18 janvier 2023 – Leonid Savin

https://www.geopolitika.ru/fr/article/propos-des-interventions-pacifiques-des-etats-unis

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Pour nous soutenir commandez le livre : “Globalisme et dépopulation” édité par Strategika

En novembre 2022, l’Institut des opérations de maintien de la paix et de la stabilité (qui sonne déjà comme un oxymore) a publié le Guide pratique du soutien de la défense à la stabilisation (DSS) : A Guide for Stabilization Practitioners. U.S. Army Peacekeeping and Stability Operations Institute (PKSOI), novembre 2022).

Ce document fait la lumière sur la manière dont le Pentagone interagit avec les autres autorités américaines et sur la manière dont l’armée américaine mène de telles opérations. En général, il fait référence aux opérations menées en dehors des États-Unis, c’est-à-dire dans d’autres pays.

Le manuel stipule que “la responsabilité principale pendant la stabilisation est de soutenir et de renforcer les efforts civils des agences principales du gouvernement des États-Unis conformément aux autorités statutaires disponibles, principalement en assurant la sécurité, en maintenant l’ordre public de base et en répondant aux besoins immédiats de la population”.

Le rôle du DoD (Department of Defence) dans la force de stabilisation est placé dans le contexte gouvernemental plus large des lois, règlements et politiques liés à la stratégie de sécurité nationale, à la stratégie américaine de prévention des conflits et de promotion de la stabilité, à la revue d’assistance à la stabilisation et à la stratégie de défense nationale”.

En d’autres termes, il existe un certain nombre de politiques et de lois qui sous-tendent les actions militaires américaines visant à intervenir dans d’autres nations si elles répondent aux critères définis dans ces doctrines et ces lois.

En général, il est indiqué que :

“1) Les États-Unis et nos partenaires ont besoin d’une approche nouvelle et plus disciplinée pour mener à bien la stabilisation dans les zones touchées par des conflits. Cette approche comprend l’analyse des risques et la concentration de nos efforts sur ce qui est absolument nécessaire pour atteindre la stabilité, plutôt que de poursuivre des programmes disparates en même temps. Une première étape essentielle vers des efforts de stabilisation plus harmonisés consiste à s’entendre sur les principes fondamentaux du concept lui-même. Malgré une expérience internationale significative au cours des dernières décennies, le concept de stabilisation reste mal défini et mal institutionnalisé dans les structures gouvernementales et multilatérales. Ce manque de normalisation de la définition et du processus conduit à des erreurs répétées, à des dépenses inefficaces et à une faible responsabilisation quant aux résultats.

2) Les décideurs politiques veulent être plus sélectifs et plus ciblés sur la façon dont nous nous engageons dans les environnements de stabilisation afin de maximiser la valeur des ressources des contribuables américains et internationaux. L’approche revitalisée de la stabilisation décrite ici peut aider à cibler l’engagement diplomatique dans ces environnements pour faire avancer une stratégie liée aux résultats de la stabilisation, permettre un meilleur séquençage et une meilleure superposition de l’assistance pour soutenir les acteurs légitimes locaux, réaliser des économies et favoriser une meilleure division du travail entre le gouvernement américain et les donateurs et institutions internationales”.

En gardant ces leçons à l’esprit, l’État, l’USAID et le DoD ont élaboré une définition affinée de la stabilisation qui peut guider nos efforts à cet égard. Nous définissons la stabilisation comme un effort politique impliquant un processus civil-militaire intégré pour créer les conditions dans lesquelles les autorités et les systèmes légitimes locaux peuvent gérer pacifiquement les conflits et empêcher une résurgence de la violence. De nature transitoire, la stabilisation peut inclure des efforts pour établir la sécurité civile, donner accès à la résolution des conflits, fournir des services de base ciblés et établir une base pour le retour des personnes déplacées et le développement à plus long terme”.

Les acteurs clés de la politique étrangère des États-Unis – le Pentagone, le Département d’État et l’USAID, connue pour son soutien aux révolutions de couleur dans le monde – sont mentionnés.

Il est dit que “les Etats-Unis sont intéressés par la conduite d’activités de stabilisation dans l’un des pays suivants: Irak, Afghanistan, Syrie et Somalie; et les pays/régions identifiés dans la loi sur l’insécurité mondiale (GFA): Haïti, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, la Libye, le Mozambique, et la région côtière de l’Afrique de l’Ouest composée du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Ghana, de la Guinée et du Togo”.

La moitié de ces pays ont déjà été directement attaqués par les États-Unis et leurs partenaires de l’OTAN. Par conséquent, le gouvernement américain veut prendre certaines mesures pour éliminer les conséquences de sa propre présence.

Prêtons attention aux principes de base de la Stabilization Assistance Review (un document-cadre visant à maximiser l’efficacité des efforts de stabilisation du gouvernement américain publié sur le site Web du département d’État américain en 2018) qui a été mentionnée.

Il note que “le gouvernement américain devrait institutionnaliser un processus par lequel nous identifions les pays/régions touchés par des conflits qui méritent une attention accrue, évaluons les intérêts et les priorités des États-Unis pour faire progresser la stabilisation dans ces pays/élaborons une planification stratégique pour faire face aux défis de la stabilisation”. Les critères clés pour déterminer si, quand et comment poursuivre une mission de stabilisation doivent inclure l’intérêt national américain évalué; l’appropriation par les partenaires nationaux et locaux; les risques, les contraintes et les opportunités dans l’environnement opérationnel; le niveau de risque que nous sommes prêts à assumer; et le niveau de ressources durables que nous sommes prêts à engager.

“… Une stabilisation réussie commence par l’élaboration d’une stratégie politique basée sur les résultats qui décrit nos hypothèses de base et les états finaux réalisables et qui guide toutes les lignes d’effort – l’engagement diplomatique, la défense, l’aide étrangère et l’engagement du secteur privé, le cas échéant – afin d’assurer l’unité de but au sein du gouvernement américain”.

Dans les régions où la stabilisation est la plus prioritaire, l’État, l’USAID et le DoD doivent travailler avec l’ambassade américaine concernée, le bureau régional, les Combatant Commands et d’autres parties prenantes pour développer une stratégie politique pour la mission de stabilisation.

Les éléments clés à aborder dans la stratégie politique comprennent : les objectifs et la capacité du pays partenaire; les intérêts définis du gouvernement américain et les domaines dans lesquels les intérêts peuvent être en concurrence; la cartographie des acteurs clés; les états finaux et les objectifs politiques souhaités; les intérêts et les objectifs des partenaires; les besoins en ressources anticipés; le rôle des différents acteurs du gouvernement américain et des donateurs internationaux; les mécanismes de coordination civilo-militaire; l’évaluation des risques; et les analyses stratégiques pour suivre dans le temps et mesurer les progrès”.

Il est immédiatement frappant de constater que les États-Unis évaluent non pas les intérêts des pays et régions touchés par les conflits, mais les leurs. En même temps, la responsabilité est placée sur les partenaires (vraisemblablement – sur les dirigeants des pays où les opérations de stabilisation seront effectuées). En d’autres termes, les autorités évitent toujours, dans un premier temps, d’assumer la responsabilité des échecs et des conséquences, à l’instar de ce que nous observons en Irak et en Afghanistan. Il est tout à fait naturel que Washington fasse de même à l’égard de l’Ukraine, dans laquelle il déverse actuellement des armes.

Il est significatif que sur la carte des conflits, où plus d’un millier de personnes sont mortes au cours des cinq dernières années à cause des combats, l’Ukraine soit présente, mais qu’elle ne soit pas du tout mentionnée dans le document lui-même. Au lieu de cela, il mentionne régulièrement l’Afghanistan et les divers programmes que les États-Unis y ont mis en œuvre.

La plus récente Stratégie de prévention des conflits et de promotion de la stabilité (publiée en 2020) souligne un changement d’approche globale dans les interventions que les États-Unis entreprennent.

“Plutôt qu’une construction de la nation pilotée de l’extérieur, les États-Unis soutiendront des solutions politiques pilotées localement qui s’alignent sur les intérêts de sécurité nationale des États-Unis. Plutôt que des efforts fragmentés et de grande envergure, les États-Unis cibleront les facteurs politiques à l’origine de la fragilité. Plutôt que de déployer des efforts diffus et illimités, les États-Unis s’engageront de manière sélective en fonction des intérêts nationaux, des progrès politiques du pays hôte et de paramètres définis. Plutôt que de mettre en œuvre un ensemble disparate d’activités, les États-Unis intégreront stratégiquement leur réponse politique, diplomatique et programmatique”.

En effet, les États-Unis avaient l’habitude de pratiquer le soi-disant “nation-building” – leur propre concept, imposé aux autres pays comme la seule recette correcte pour le développement de l’État. L’Afghanistan est un exemple parfait de la justesse et de l’efficacité de ce modèle. Bien sûr, là-bas, la priorité était donnée à toutes ces attitudes libérales-démocratiques qui existent aux États-Unis, sans tenir compte des spécificités culturelles et religieuses du pays cible.

Mais dans la nouvelle approche, là encore, l’intérêt principal est d’assurer la sécurité des Etats-Unis. Les facteurs qui seront retenus comme contribuant à l’instabilité dépendent entièrement des décideurs à Washington. Il ne fait aucun doute qu’au Liban, par exemple, ils incluront le parti politique Hezbollah et leurs alliés parmi ces facteurs. Mais il est peu probable que les forces d’autodéfense kurdes en Syrie, que la Turquie considère comme un groupe terroriste et la Syrie elle-même, du moins, comme une opposition armée, figurent sur cette liste. Car ce sont des forces qui sont utilisées comme des proxies par les États-Unis eux-mêmes.

Examinons les objectifs spécifiés dans cette stratégie. Le premier, intitulé “Prévention”, indique que l’un des objectifs est de “développer et/ou renforcer les systèmes d’alerte précoce et les plans d’action précoce locaux, nationaux et régionaux, soutenus par une diplomatie préventive”.

Rappelons que la diplomatie préventive n’est rien d’autre qu’un ensemble de menaces verbales adressées à un acteur. Bien que le site web de l’ONU donne une formulation plus douce – “actions diplomatiques visant à prévenir les désaccords entre les parties, l’escalade des désaccords existants en conflit, ainsi qu’à limiter la propagation des conflits existants”.

Elle peut être trompeuse, tout comme la doctrine de la “responsabilité de protéger”, qui, à en juger par la pratique et les réactions d’un certain nombre de pays, est l’apanage exclusif de l’Occident. Comme aucun des auteurs de cette doctrine ne s’est précipité pour défendre la population russophone en 2014 après le coup d’État en Ukraine et la répression militaire qui a débuté dans le sud-est de l’Ukraine, la diplomatie préventive sera également dirigée contre les pays et les gouvernements qui ne sont pas des clients et des satellites des États-Unis.

De même, le deuxième objectif, intitulé “Stabilisation”, se lit comme suit : “Aider les acteurs nationaux et locaux, y compris, entre autres, la société civile et les femmes dirigeantes, à négocier et à mettre en œuvre des accords de paix ou des cessez-le-feu durables et inclusifs et les dispositions connexes en matière de justice transitionnelle et de responsabilité”.

La manipulation des ONG et des projets de genre par les États-Unis est connue depuis longtemps. Et les auteurs ne font ici que souligner ces facteurs.

La stratégie mentionne également les outils que sont les sanctions, la pression financière, le renseignement, la surveillance et les communications stratégiques.

D’autres documents sont également mentionnés dans le guide de stabilisation. L’un d’eux est la stratégie américaine sur les femmes, la paix et la sécurité (dernière version publiée en juin 2019).

Elle peut être utilisée comme une justification supplémentaire de l’intervention, car les quatre lignes d’effort peuvent être interprétées comme justifiant les interventions.

  • Rechercher et soutenir la préparation et la participation significative des femmes du monde entier aux processus décisionnels liés aux conflits et aux crises ;
  • Promouvoir la protection des droits fondamentaux des femmes et des filles, l’accès à l’aide humanitaire et la sécurité contre la violence, les abus et l’exploitation dans le monde entier ;
  • Ajuster les programmes internationaux des États-Unis pour améliorer les résultats en matière d’égalité et d’autonomisation des femmes ;
  • Encourager les gouvernements partenaires à adopter des politiques, des plans et des capacités pour améliorer la participation significative des femmes aux processus liés à la paix et à la sécurité et aux institutions décisionnelles.

Enfin, le dernier document clé mentionné est la directive n° 3000.07 du Pentagone sur la guerre irrégulière.

Elle stipule que les activités liées à la guerre irrégulière seront intégrées aux efforts des autres agences du gouvernement américain (USG), des partenaires étrangers en matière de sécurité et de certaines organisations internationales en soutenant :

  • Les politiques, plans et procédures combinés, y compris la formation, l’éducation et les exercices en collaboration qui favorisent l’interopérabilité.
  • Des équipes civilo-militaires intégrées.
  • Les stratégies et opérations d’information visant à neutraliser la propagande de l’adversaire et à promouvoir les intérêts stratégiques des États-Unis.
  • Efforts pour améliorer le partage de l’information, le cas échéant, afin de synchroniser la planification, l’exécution et la transition des activités d’IW et de maintenir la compréhension partagée de l’environnement opérationnel nécessaire pour contrer les défis ou les menaces irrégulières.
  • Intégration des exigences et des capacités collectives dans les efforts de planification unifiée afin d’optimiser le développement et l’emploi des capacités.
  • Fourniture de services gouvernementaux essentiels, restauration des infrastructures d’urgence et secours humanitaire, si nécessaire.

Comme on peut le voir, une fois de plus, les intérêts stratégiques des États-Unis sont mentionnés, mais même les actions des forces d’opérations spéciales, dont la prérogative est la guerre irrégulière, indiquent la nature clairement non pacifique des intentions elles-mêmes, sans parler des actions pratiques possibles.

Traduction par Robert Steuckers

4 pensées sur “A propos des interventions “pacifiques” des États-Unis – Leonid savin

  • 25 janvier 2023 à 12 h 02 min
    Permalink

    Toutes ces “opérations” n’empêchent pas la paupérisation globale du peuple américain…
    Donc, quel est le véritable but des agences “américaines”?
    Ces agences sont-elles véritablement américaines?
    Si non, de quoi/qui sont-elles le nom?
    Ces questions relativement simples… demandent des réponses simples!

    Répondre
  • 25 janvier 2023 à 12 h 09 min
    Permalink

    Et pour en remettre une couche : quand JFK parle, dans un discours, d’une entité en train de prendre le contrôle de l’appareil d’état américain, est-ce un putain de complotiste?
    J’en ai plein le cul des “tournage autour du pot”…

    Répondre
  • Ping :A propos des interventions “pacifiques” des États-Unis – Leonid savin | Boycott

  • 26 janvier 2023 à 20 h 00 min
    Permalink

    Rien n’est plus odieux, ni en réalité : Orwellien, que ces crétins qui “stabilisent” la planète entière avec leur appareil militaire, tout cela “pour la paix” et pour “la sécurité”.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *