Le moment décisif

Vues : 2803

Source : regischamagne.fr – 24 janvier 2023 – Régis Chamagne

https://www.regischamagne.fr/le-moment-decisif/

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Pour nous soutenir commandez le livre : “Globalisme et dépopulation” édité par Strategika

La rupture du front à Soledar marque un tournant décisif dans la guerre qui se joue entre « l’Occident collectif » et le reste du monde emmené par la Russie pour l’occasion. Une question se pose : l’Occident collectif va-t-il franchir un palier dans son engagement en soutien à l’Ukraine ou bien accepter une porte de sortie ? Une question subsidiaire en découle : la co-belligérance sera-elle déclarée ou non ?

Sur le plan opérationnel, la rupture du front à Soledar marque un tournant considérable dans les opérations militaires. En effet, après des mois de guerre d’attrition méthodique, la percée tactique à Soledar place la Russie en position d’engager l’offensive décisive. À cet égard, la nomination du chef d’État-major de l’armée russe, le général Gerasimov, à la tête de l’opération et celle du général Sourovikine à la tête des opérations aériennes, alors que les réserves russes sont désormais prêtes au combat, laisse présager un changement d’ampleur de la stratégie militaire russe, et potentiellement, une victoire rapide de la Russie sur le terrain… bien avant que les chars lourds promis n’arrivent sur le front (et tant mieux pour eux).

Pour les États-Unis suivis de leurs toutous, il s’agissait jusqu’à présent d’alimenter le chaudron le plus longtemps possible en vue, pensaient-ils, d’essouffler la Russie, sans toutefois être déclarés co-belligérants. La bêtise de cette tactique a fait s’épuiser les ressources militaires des pays de l’OTAN sous les coups de l’artillerie et de l’aviation russe par un effet boomerang, de la même façon que les sanctions économiques contre la Russie se sont retournées contre leurs auteurs. De surcroît, compte tenu que l’armée ukrainienne a subie des pertes monstrueuses depuis le début, il faudrait de la chair à canon fraîche venue d’ailleurs, en l’occurrence des pays de l’OTAN. La Pologne semble montrer la voie.

Sur le plan géopolitique, les États-Unis ont enfin admis, par la voix de hauts responsables militaires et politiques, que cette guerre était existentielle pour eux, et de fait elle l’est puisqu’il s’agit de la dernière scène du dernier acte du changement de paradigme géopolitique débuté il y a quinze ans. L’effondrement des États-Unis en tant que super puissance mondiale s’accélère. Nous assistons à un mouvement de fond en vue de la dédollarisation de l’économie mondiale et au développement rapide des échanges économiques entre les pays du reste du monde (en dehors de l’Occident collectif). Les pays d’Afrique, d’Amérique latine, du Moyen-Orient et d’Asie ont choisi leur camp. Mais au-delà des réalités de la situation, c’est peut-être l’aspect psychologique de ce changement de paradigme qui est le plus important. En effet, le sentiment de supériorité des dirigeants américains est fondé sur le mythe de l’exceptionnalisme américain qui fait qu’ils se sentent légitimes à donner des ordres au reste de la planète et à punir les pays qui refusent d’obéir. Baignés dans ce sentiment de supériorité qui aujourd’hui relève du fantasme plus que de la réalité de la situation, les neocons psychopathes qui sont aux commandes de l’Occident collectif jouent avec le feu (nucléaire). Il n’est même pas certain qu’ils aient bien évalué la puissance militaire russe.

Pour la Russie, il s’agit d’atteindre les objectifs géopolitiques de cette opération en évitant une escalade qui mènerait à une confrontation nucléaire. On marche sur des œufs. En fin stratège, Vladimir Poutine sait qu’il ne faut jamais acculer son adversaire mais toujours lui laisser une porte de sortie « honorable », tout en dessinant des lignes rouges pour le dissuader d’en faire trop (par exemple livrer des chars lourds à l’Ukraine, ce qui, sur le plan opérationnel ne changerait pas grand-chose, mais qui pourrait être considéré comme un acte de co-belligérance et permettrait à la Russie de frapper directement des cibles en territoire américain).

Voilà à peu près où nous en sommes actuellement. Cette partie qui se joue en ce moment est le point clé du changement de paradigme géopolitique. La Russie va vraisemblablement lancer son offensive décisive bientôt. Quelle sera la réaction des psychopathes ?

Pour ma part, j’imagine trois scénarios :

  • Les psychopathes pourraient être ramenés les pieds sur terre, ou au minimum neutralisés, par des généraux de haut rang du Pentagone qui ont une vision suffisamment claire de la situation. J’estime que la probabilité de ce scénario est assez faible, mais on ne sait jamais.
  • Des révolutions de palais ou des révolutions populaires pourraient avoir lieu dans les pays de l’Occident collectif et renverser les psychopathes, tant la situation économique de nos pays se dégrade à grande vitesse. Il m’est difficile d’évaluer la probabilité de ce scénario.
  • Les psychopathes pourraient être ramenés les pieds sur terre par effet de sidération, comme pétrifiés. Si la Russie décrète que la ligne rouge a été franchie, elle pourrait envoyer par le fond les plus prestigieux des porte-avions américains à l’aide d’une bordée de missiles hypersoniques. En effet, les porte-avions américains constituent l’emblème absolu de la puissance militaire américaine. Des films tels que le Nimitz ou Top Gun l’illustrent très bien. Ce scénario me semble plus probable que les deux premiers.

Je n’envisage pas le scénario d’une montée aux extrêmes nucléaire, mais…

Qui vivra verra. Espérons que nous verrons.

Régis Chamagne

2 pensées sur “Le moment décisif

  • 25 janvier 2023 à 19 h 08 min
    Permalink

    Lors de l’interview de Piotr Tolstoï, vice-président de la Douma, sur BFM TV ; Un homme remarquable face à 7 pseudo journalistes mais authentiques crétins qui ont énoncés un certain nombre d’inepties qui indique clairement qu’ils n’ont pas compris que la Russie depuis le début, n’avait pas l’intention d’agir avec l’Ukraine, comme les américains ont traité l’ex-Yougoslavie avec des tapis de bombes, compte tenu de leur histoire avec ce pays, d’où le terme “Opération spéciale” et du faible effectif qui avait été engagé jusque-là;
    En revanche, si un cobelligérant venait à être désigné, il en sera tout autre et cela sera d’autant plus facile, que nos stratèges en chambre, n’ont déjà plus de munitions.
    J’ai cru comprendre que les atlantistes veulent envoyer une centaine de chars, lorsque les Russie en a environ 10 000.
    Je pense que l’Ours ne c’est pas encore mis en colère et qu’il ne reculera pas, car il défend son territoire.

    Répondre
  • Ping :Arme atomique, nucléaire…de quoi parle-t-on? — Der Friedensstifter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *