Pourquoi tout le monde ne meurt pas au Texas ?

Vues : 1053

Source : reseauinternational.net – 29 mars 2021 https://reseauinternational.net/pourquoi-tout-le-monde-au-texas-ne-meurt-pas/

Je suis assis dans un bar au Texas, entouré de personnes sans masque, je regarde les gens dans la rue qui se promènent comme si la vie était normale, je parle avec des visages sympathiques et amicaux, j’ai l’impression que les choses dans le monde sont plus ou moins normales. Les cas et les décès attribués au Covid sont, comme partout ailleurs, en chute libre.

Si vous ne prêtez attention qu’aux campagnes de peur des médias, vous trouverez cela déroutant. Il y a plus de deux semaines, le gouverneur du Texas a complètement inversé ses politiques de confinement dévastatrices et a abrogé tous ses pouvoirs d’urgence, ainsi que les attaques flagrantes contre les droits et les libertés.

Il y avait quelque chose de très peu texan dans ces confinements. Ma chambre d’hôtel est ornée de photos de cow-boys à cheval brandissant des fusils en l’air, ainsi que d’autres représentations de l’individualisme sauvage affrontant les éléments. C’est une caricature, mais les Texans y adhèrent. Puis un nouveau virus est apparu – comme si cela n’était jamais arrivé auparavant au Texas – et la nouvelle classe Zoom a pris le chemin inverse, non pas de la liberté mais de l’imposition et du contrôle.

Après quasiment un an de fadaises, le 2 mars 2021, le gouverneur a finalement dit que ça suffisait et a tout abrogé. Les villes peuvent toujours se livrer à des méfaits liés au Covid, mais au moins elles ne sont plus couvertes par le bureau du gouverneur.

À ce moment-là, un ami m’a fait remarquer que ce serait le test que nous attendions.

Une abrogation complète des restrictions conduirait à des morts en masse, ont-ils dit. Est-ce le cas ? Les mesures de confinement ont-elles vraiment permis de contrôler le virus ? Nous le saurons bientôt, a-t-il théorisé.

Hors, je savais que le « test » visant à déterminer si et dans quelle mesure les confinements ont un impact sur le virus ou « suppriment les épidémies » (selon les termes d’Anthony Fauci) a été effectué dans le monde entier. Tout examen empirique sérieux a montré que la réponse était négative.

Les États-Unis ont de nombreux exemples d’États ouverts qui ont généralement obtenu de meilleurs résultats dans la gestion de la maladie que les États fermés. La Géorgie a déjà ouvert le 24 avril 2020. Le Dakota du Sud n’a jamais rien fermé. La Caroline du Sud a ouvert en mai. La Floride a mis fin à toutes les restrictions en septembre. Dans chaque cas, la presse a hurlé au massacre à venir qui n’a pas eu lieu. Oui, chaque État ouvert a connu une vague de saisonnalité en hiver, mais les États fermés l’ont fait aussi.

C’était donc le cas au Texas. Grâce à ce fil de discussion sur Twitter et à certaines de mes propres recherches sur Google, nous disposons de belles archives de prédictions sur ce qui se passerait si le Texas était ouvert.

  • Le gouverneur californien Gavin Newsom a déclaré que l’ouverture du Texas était « absolument irréfléchie ».
  • Gregg Popovich, entraîneur en chef des San Antonio Spurs de la NBA, a déclaré que l’ouverture était « ridicule » et « ignorante ».
  • CNN a cité une infirmière des soins intensifs disant « J’ai peur de ce à quoi cela va ressembler ».
  • Vanity Fair a dépassé les bornes avec ce titre : « Les gouverneurs républicains célèbrent la date d’anniversaire du COVID avec un plan audacieux pour tuer 500 000 autres Américains ».
  • Il y a eu l’inévitable Dr Fauci : « Il est tout simplement inexplicable que vous vouliez vous rétracter maintenant ».
  • Robert Francis « Beto » O’Rourke, du Texas, s’est révélé être un véritable pro-confinement : c’est une « grossière erreur », a-t-il dit. « Il est difficile d’échapper à la conclusion que c’est aussi un culte de la mort ». Il a accusé le gouverneur de « sacrifier la vie de nos concitoyens texans … pour des gains politiques ».
  • James Hamblin, médecin et écrivain pour The Atlantic, a déclaré dans un Tweet aimé par 20K personnes : « Mettre fin aux précautions maintenant, c’est comme entrer dans les derniers kilomètres d’un marathon, enlever ses chaussures et manger plusieurs hot dogs ».
  • L’auteur à succès Kurt Eichenwald s’est emporté : « Bon sang. Le Texas compte déjà CINQ variants qui ont été découverts : Grande-Bretagne, Afrique du Sud, Brésil, New York et Californie. Les variantes de NY et CA pourraient affaiblir l’efficacité du vaccin. Et maintenant cet idiot de @GregAbbott_TX rouvre l’État ». Il a en outre qualifié le gouvernement de « meurtrier ».
  • L’épidémiologiste Whitney Robinson a écrit : « Je suis sincèrement triste. Il y a des gens qui vont tomber malades et mourir à cause d’infections évitables qu’ils vont contracter dans les prochaines semaines. C’est démoralisant ».
  • Le commentateur Bill Kristol (je ne savais pas qu’il était pro-confinement) a écrit : « Le gouverneur Abbott va être responsable de plus d’hospitalisations et de décès évitables dus au COVID que tous les immigrants sans papiers qui traversent la frontière du Texas réunis ».
  • Le spécialiste de la santé Bob Wachter a déclaré que la décision d’ouvrir le centre était « impardonnable ».
  • Le gourou des virus, Michael Osterholm, a déclaré sur CNN : « Nous marchons dans la bouche du monstre. Nous le sommes tout simplement ».
  • Joe Biden a dit que la décision du Texas d’ouvrir reflétait « la réflexion néandertalienne ».
  • Le nutritionniste Eric Feigl-Ding a déclaré que la décision lui donne envie de « vomir tellement elle est mauvaise ».
  • Le président du Parti démocrate de l’État a déclaré : « Ce que fait Abbott est extraordinairement dangereux. Cela va tuer des Texans. Les spécialistes des maladies infectieuses de notre pays ont prévenu que nous ne devions pas baisser la garde, même si nous faisons des progrès en matière de vaccination. Abbott s’en moque ».
  • D’autres démocrates de l’État ont déclaré dans une lettre que la décision était « prématurée et nuisible ».
  • Rochelle Walensky, des CDC, n’a pas mâché ses mots : « Veuillez m’entendre clairement : À ce niveau de cas et de propagation des variants, nous risquons de perdre complètement le terrain durement gagné. Je suis vraiment inquiète des informations selon lesquelles de plus en plus d’États reviennent sur les mesures de santé publique exactes que nous avons recommandées pour protéger les gens contre le COVID-19″.

Il y a probablement des centaines d’autres avertissements, prédictions et demandes de ce genre, tous affirmant avec une certitude absolue que le fonctionnement de base de la société et du marché est une idée terrible. Le lobby du confinement était en force. Et pourtant, que voyons-nous maintenant, plus de deux semaines après (et on peut dire que les confinements sont morts le 2 mars, lorsque le gouvernement a annoncé la décision) ?

Voici les données.

Les CDC disposent d’un outil très utile qui permet à quiconque de comparer les États ouverts et fermés. Les résultats sont dévastateurs pour ceux qui pensent que le confinement est le moyen de gérer un virus. Dans ce graphique, nous comparons les États fermés que sont le Massachusetts et la Californie avec les États ouverts que sont la Géorgie, la Floride, le Texas et la Caroline du Sud.

Que pouvons-nous conclure d’une telle visualisation ? Elle suggère que les mesures de confinement n’ont eu aucun effet statistiquement observable sur la trajectoire du virus et les conséquences graves qui en découlent. Les États ouverts ont généralement obtenu de meilleurs résultats, peut-être pas parce qu’ils sont ouverts mais simplement pour des raisons démographiques et saisonnières. Les États fermés semblent n’avoir rien obtenu en termes d’atténuation.

En revanche, les confinements ont détruit des industries, des écoles, des églises, des libertés et des vies, démoralisant la population et privant les gens de droits essentiels. Tout cela au nom de la sécurité face à un virus qui a de toute façon fait son travail.

Pour ce qui est du Texas, les résultats sont pour l’instant là…

Je ne fais aucune prédiction sur l’évolution du virus au Texas. En effet, pendant une année entière, l’AIER a pris soin de ne pas essayer de deviner ce virus, qui a ses propres méthodes, certaines prévisibles et d’autres mystérieuses. L’expérience a, ou devrait avoir, rendu tout le monde humble. Les arrangements politiques semblent ne pas avoir le pouvoir de le contrôler, et encore moins de le supprimer définitivement. La croyance qu’il était possible de contrôler les gens afin de contrôler un virus a produit une calamité sans précédent dans les temps modernes.

Ce qui est frappant dans toutes ces prévisions d’infections et de décès, ce n’est pas seulement qu’elles étaient toutes fausses. C’est l’arrogance et la confiance qui se cachent derrière chacune d’entre elles. Après une année complète et l’observation directe de l’incapacité des « interventions non pharmaceutiques » à gérer l’agent pathogène, les experts sont toujours attachés à leurs chères mesures de confinement, incapables ou non désireux d’examiner les données et d’en tirer des leçons.

Le concept de confinement est né d’un postulat erroné : on pouvait séparer les humains, comme des rats en cage, et donc contrôler, voire éradiquer le virus. Après un an, nous savons sans équivoque que ce n’est pas vrai, ce que les épidémiologistes les meilleurs et les plus sages savaient depuis le début. Les travailleurs essentiels doivent encore travailler ; ils doivent rentrer chez eux pour retrouver leur famille, souvent dans des conditions de vie surpeuplées. Les confinements n’éliminent pas le virus, ils ne font que déplacer le fardeau sur la classe ouvrière.

Maintenant, nous pouvons voir l’échec en noir, blanc et en couleur, apparaissant quotidiennement sur nos écrans grâce aux CDC. Est-ce que cela a ébranlé les commentateurs pro-confinements ? Pas tant que ça. Quel étonnant témoignage de l’obstination de l’opinion de l’élite et de son parti pris contre les libertés fondamentales. Ils pourraient tous faire écho aux mots de Groucho Marx : « Qui allez-vous croire, moi ou vos propres yeux ? »

source : https://www.aier.org

traduit par Aube Digitale

via https://www.aubedigitale.com

Une pensée sur “Pourquoi tout le monde ne meurt pas au Texas ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *