Le Pacte Covidien

Vues : 1362

Source : thefreedomsproject.com – 13 mai 2021 – Paul Collits https://www.thefreedomsproject.com/item/646-the-covid-pact

Trad. Strategika

Traduction et adaptation française strategika.fr. Soutenez notre travail de réinformation.

Paul Collits est un auteur et chercheur indépendant qui vit à Lismore, en Nouvelle-Galles du Sud. Ses écrits récents sur l’idéologie, le conservatisme, la politique, la religion, la culture, l’éducation et la corruption de la police ont été publiés dans des revues telles que Quadrant, News Weekly et The Spectator Australia.

Les droits individuels, tels que nous les concevons traditionnellement, existent avant l’État et sont séparés de lui. Plus maintenant, à l’ère du Covid et du confinement. Tout ce que nous n’acceptions pas auparavant de la part du gouvernement a été abandonné. C’est un marché faustien.

Pour ceux d’entre nous qui ne sont pas entièrement convaincus de la moralité ou de la sagesse de la stratégie de tyrannie imposée au cours de l’année écoulée, l’une des énigmes persistantes de la folie du Covid est de savoir comment tout cela a pu se produire.

Plusieurs questions attendent le verdict réfléchi de l’histoire:

Comment les Chinois ont-ils réussi à détruire l’économie et le mode de vie occidentaux ?

Pourquoi les gouvernements occidentaux ont-ils rejeté quarante ans de consensus scientifique médical, par exemple en ce qui concerne les masques et les fermetures ?

Pourquoi les gens ont-ils accepté de renoncer à leurs libertés pas si sacrées ?

Et réélire des gouvernements tyranniques ?

Pourquoi avons-nous si facilement accepté de porter des masques, de renoncer à la messe, de renoncer aux pubs, de donner des informations personnelles à l’État, de dénoncer nos voisins pour leur “mauvais” comportement, d’abandonner les câlins à nos proches ?

Pourquoi avons-nous adopté des mini-tyrans comme Daniel Andrews (premier ministre de l’Etat de Victoria en Australie), qui a lâché ses chiens d’attaque de la police militaire corrompue de VicPol (police de l’Etat du Victoria) sur des citoyens innocents ?

Pourquoi l’Occident a-t-il abandonné la dissidence ?

Que s’est-il passé pour que des citoyens autrefois informés et déterminés jettent simplement leurs mains en l’air et disent : “Très bien, nous cédons” ? Ou pire, à croire, apparemment sincèrement, que nos gouvernements sont motivés par la compassion et le bon sens.

L’année dernière, de nombreuses négociations faustiennes ont été à l’origine de cette folie. Les politiciens et les électeurs ont chacun conclu un pacte avec le diable. Et les uns avec les autres. Et il y a eu une suspension du sens critique dans toute la société.

Un pacte essentiel, non déclaré, a pris le pas sur tous les autres. Il s’agit du pacte entre des politiciens vénaux et égoïstes et des citoyens dociles et intéressés. La caractéristique commune de chacune des parties à ce pacte diabolique a été la volonté de chacun de prétendre que des choses qui ne sont pas réelles sont réelles. L’État prétend “protéger” ses citoyens. Les parieurs prétendent que tout cela est authentique, et que si nous jouons tous notre rôle, tout ira bien.

L’État signe les chèques. Nous encaissons. Certains ont effectivement adhéré au récit de la peur, de manière inconditionnelle. D’autres trouvent simplement le moyen de gagner de l’argent. Il suffit de voir le comportement égoïste, voire corrompu dans certains cas, des entreprises qui aspirent l’argent du JobKeeper, la mise en veilleuse volontaire des droits individuels par les bénéficiaires nantis des largesses de l’État, le totalitarisme de clientélisme des premiers ministres pathétiques qui cherchent à attirer l’attention et des petits bureaucrates associés qui s’accrochent à leur cour, la chasse aux opportunités d’accéder à une place au soleil par ceux qui n’en avaient pas la possibilité auparavant.

Tout cela n’est qu’un jeu. Et chaque parti y gagne quelque chose. Le triomphe du théâtre, de l’optique et de la gestion sur les principes. Du marchandage sur les droits. Quel endroit cynique le monde est devenu.

Les trois grands pères de la science politique moderne, Hobbes, Locke et Rousseau, ont élaboré une théorie du contrat social, dans laquelle les droits des individus qu’ils ont identifiés sont antérieurs à l’État. Cette théorie doit être actualisée à l’ère du Covid. Nous, les citoyens, effrayés, acceptons d’abandonner à l’État, qui tue les virus, des droits autrefois précieux et bien ancrés sur notre domaine privé. Nous vivons maintenant dans un monde dans lequel nos droits inaliénables – donnés par Dieu ? – sont remplacés par un ensemble codifié de droits admissibles transmis par les gouvernements. Des droits codifiés qui sont fortement contingents et susceptibles d’être modifiés à tout moment. Un régime, comme dans le cas des vaccins obligatoires qui permettent à certaines personnes d’avoir accès à certaines activités, dans lequel les libertés peuvent être “échangées” contre d’autres libertés. En outre, tout cela est basé sur une fiction – que le gouvernement peut arrêter les virus – mais cela ne semble pas avoir d’importance. Tant que nous obtenons notre part.

Cette capitulation face à une prise de pouvoir de l’État représente une toute nouvelle phase de l’histoire humaine. Les Russes ont abandonné en 1917. Les Chinois ont docilement capitulé devant le meurtrier Mao. Les Allemands ont donné à Hitler le pouvoir démocratique, puis ont tout perdu. Aujourd’hui, les Occidentaux ont décidé, tout aussi docilement, de permettre à leurs dirigeants élus de réécrire les règles du gouvernement démocratique. Il s’agit d’un processus de négociation, certes sans consentement formel. Les résultats des élections suggèrent manifestement une consommation de l’accord implicite. C’est, pour reprendre une expression très galvaudée de l’année dernière, “sans précédent”.

La question persistante et sans réponse des quelques sceptiques (apparemment) épris de liberté est, bien sûr, la suivante : comment en sommes-nous arrivés là ?

L’État s’est développé inexorablement au cours du siècle dernier. Avec, en corollaire, l’émergence de la classe managériale d’experts qui souhaitent diriger le monde et estiment avoir le droit de le faire, sur la base de leurs opinions éclairées et de leurs connaissances techniques. Regardez ces nazis de la technologie. La dérive de leur mission. Le processus d’amollissement a poussé les parieurs à acquiescer face au contrôle gouvernemental croissant de nos vies.

Le meilleur compte rendu de ce processus reste La Route du servage de Hayek, écrit par le grand économiste autrichien et philosophe de la liberté dans l’ombre de la Seconde Guerre mondiale et de l’empire soviétique naissant. L’image qui illustre le mieux la thèse de Hayek est celle de la grenouille qui bout lentement. La tyrannie qui a le plus de chances de réussir est celle qui promet des résultats utopiques sur terre, dans notre intérêt et avec des intentions et des méthodes bienveillantes. Donnez-nous un peu plus de pouvoir, et nous nous occuperons de vous. Du berceau à la tombe. Faites confiance à l’État.

L’exemple le plus récent de cette approche est la campagne de peur sur le changement climatique. Cette campagne de mensonges a convaincu une grande partie de l’Occident – gouvernements, bureaucraties, entreprises, croyants innocents, compagnons de route, idiots utiles – que nous étions confrontés à une catastrophe. Les récits médiatiques peuvent être incontournables pour le citoyen peu informé. Cela fut une répétition générale parfaite pour préparer la panique de Covid. Convaincre les gens qu’il y a une menace, et que nous avons la réponse.

Et nous sommes tombés dans le panneau.

Le seul philosophe politique que je n’ai pas mentionné plus tôt est Machiavel. Il a expliqué comment faire. Et ses disciples modernes de la Branche Covidienne ont bien appris. Adam et Eve sont tombés pour l’appel du serpent à leur “raison”. Ils ont ensuite perdu leur place au Paradis. Il y a une leçon à tirer de l’histoire de la Genèse.

Qu’a fait Faust en réalité ? Voici une définition :

Négociation faustienne, pacte par lequel une personne échange quelque chose d’une importance morale ou spirituelle suprême, comme les valeurs personnelles ou l’âme, contre un avantage mondain ou matériel, comme la connaissance, le pouvoir ou la richesse. Le terme fait référence à la légende de Faust (ou Faustus, ou Docteur Faust), un personnage du folklore et de la littérature allemands, qui accepte de livrer son âme à un esprit maléfique (dans certains traitements, Méphistophélès, ou Méphisto, un représentant de Satan) en échange de connaissances inaccessibles à l’humanité et de pouvoirs magiques qui lui donnent accès à tous les plaisirs du monde. Un marché faustien est conclu avec un pouvoir que le négociateur reconnaît comme mauvais ou amoral. Les compromis faustiens sont par nature tragiques ou voués à l’échec pour la personne qui les conclut, car ce qui est cédé a finalement beaucoup plus de valeur que ce qui est obtenu, que le négociateur en soit conscient ou non.

Cela résume assez bien l’année dernière. Ça correspond à l’affaire Covid, n’est-ce pas ? Ce n’est pas joli.

Paul Collits

Trad. Strategika

Traduction et adaptation française strategika.fr. Soutenez notre travail de réinformation.

2 pensées sur “Le Pacte Covidien

  • 29 mai 2021 à 2 h 42 min
    Permalink

    Dans un article publié en 2020 au début de la psycho-pandémie, l’écrivain russo-israélien-suédois (converti à l’orthodoxie) Israël Adam Shamir, descendant d’une longue lignée de rabbins et d’intellectuels juifs, a expliqué que le nom COVID, lu en hébreu, donc de droite à gauche, donne Dikoud, c’est-à-dire “esprit maléfique”.
    https://www.unz.com/author/israel-shamir/

    Répondre
  • 29 mai 2021 à 3 h 46 min
    Permalink

    (…) “The Democrat Party is the face of Moloch, the Canaanite god whom Milton called the “horrid King besmear’d with blood / Of human sacrifice.” It is a cult of criminality and death. On every political issue, Democrats take the side of chaos and destruction, crime and disorder. They hype the threat of white supremacism while whitewashing Islamic terrorism. They are actively engaged in erasing our history and undermining our rights. They support open borders over national security; sanctuary cities for criminal aliens and the abolishment of ICE over law-abiding citizens and legal immigration; infanticide over the sacredness of human life; the dismantling of Western civilization over its preservation.
    This is not simply wrong – this is evil.” (…)
    https://russian-faith.com/culture/leftism-not-just-wrong-but-evil-n2568b

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *