La gouvernance mondiale du Partenariat Public-Privé Global (GPPP) et le Great Reset

Vues : 2643

Source : empereurnu.com – 6 octobre 2021 – Ian Davis

https://www.empereurnu.com/post/qui-la-gouvernance-mondiale-du-partenariat-public-priv%C3%A9-global-gppp-et-le-great-reset

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Faites un don pour soutenir l’analyse stratégique indépendante

Le Partenariat Public-Privé Global (GPPP : Global Public-Private Partnership) est un réseau mondial de « stakeholder capitalists » (acteurs économiques privés importants qui prennent part au bien public) et leurs partenaires. Ce collectif de « stakeholders » avec leurs partenaires comprend donc des sociétés multinationales (incluant des banques centrales), des fondations philanthropiques (c’est à dire des philanthropes multimilliardaires), des think-tank politiques, des gouvernements (et leurs agences), des organisations non-gouvernementales, la crème des institutions scientifiques, des institutions caritatives internationales, des syndicats ainsi que des penseurs influents.

Le GPPP contrôle la finance globale et l’économie mondiale. Il guide les politiques mondiales, nationales et locales (à travers la gouvernance globale), et ensuite promeut ces politiques grâce aux médias mainstream (MSM) qui sont aussi des partenaires au sein des GPPP.

Ces mêmes agendas politiques sont souvent élaborés en amont par des think-tank partenaires avant d’être adoptés par les gouvernements, lesquels sont aussi des partenaires des GPPP. Un gouvernement national, c’est l’outil qui transforme la gouvernance globale du GPPP en politique réelle, en législation et en loi particulière.

Si l’on suit notre modèle actuel de souveraineté nationale — la souveraineté nationale de type westphalienne — le gouvernement d’une nation donnée ne peut pas imposer une législation ni même une loi particulière dans un autre. Cependant, à travers la gouvernanceglobale, le GPPP crée des initiatives politiques au niveau global qui ensuite descendent en cascade sur les peuples de chaque nation. De manière typique, c’est ce qui se passe lorsque les gouvernements nationaux, via les relais intermédiaires qui redistribuent ces politiques, tels que le FMI ou l’IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change), mettent en œuvre ces politiques recommandées.

La trajectoire de ces stratégies politiques est mise en place sur le plan international par la définition autorisée des problèmes et des solutions prescrites. Une fois que le GPPP a imposé un consensus international sur une question, le cadre de la stratégie politique qui en découlera est prêt. Les partenaires des « stakeholders » du GPPP collaborent pour s’assurer que les politiques souhaitées en amont sont bel et bien développées, instaurées puis imposées sur le terrain. C’est ce fameux « système basé sur les règles internationales ».

De cette manière le GPPP contrôle un grand nombre de nations d’un coup sans avoir à recourir à aucune législation. Avec en outre l’avantage de rendre toute contestation des décisions prises par les partenaires majoritaires (« senior partners ») du GPPP (il s’agit d’une hiérarchie autoritaire) extrêmement difficile.

Cette hiérarchie peut se décrire ainsi (d’après netdna-ssl.com) :

· Les « Policy Makers » se tiennent au sommet, avec d’abord les investisseurs institutionnels (BlackRock, Vanguard…), les géants de l’InfoTech et les banques centrales (coordonnées par la BRI), et ce sont eux les décideurs qui initient véritablement les politiques.

· Les organismes représentatifs globaux, tels que le Forum Économique Mondial (WEF), le Council on Foreign Relations, Open Society Foundations, la Commission Trilatérale ou Chatham House, formulent ces politiques.

· Les relais de ces politiques, tels que les autres multinationales (Big Pharma, les banques d’investissement internationales, le Hi Tech, les Télécoms, les technologies financières, les quatre géants de l’audit, les géants du progiciel de gestion…), le FMI, la Banque Mondiale, les fondations, l’IPPC, l’OMS et les grandes ONG, redistribuent ces initiatives politiques auprès des gouvernements et des divers autorités en particulier scientifiques.

· Les exécuteurs de ces politiques, et en premier lieu les instances gouvernementales avec leurs services et le « hard power » dont elles ont encore le quasi-monopole, mais aussi les diverses autorités nationales scientifiques, sont chargées de justifier ces politiques.

· Les propagandistes de ces politiques élaborent, à partir des sciences du comportement, les instruments de l’ingénierie sociale correspondante que les médias officiels relaient ensuite.

· Les sujets de ces politiques ne sont autres que nous-mêmes, qui finançons avec nos impôts et la dette publique le GPPP afin de permettre à celui-ci de nous exploiter — mais nous devenons de moins indispensable dans la mesure où les GPPP cherchent à s’emparer des « communs » de la planète entière.

Habituellement, on mentionne le GPPP dans le contexte de la santé publique. C’est en particulier le cas dans un certain nombre de documents des Nations Unies tels que ceux émanant de ses agences comme l’OMS (WHO). Ainsi, dans leur document de 2005 Connecting For Health, l’OMS, en relevant ce que les Objectifs du Millénaire pour le Développement (Millennium Development Goals) signifiaient pour la santé publique globale, dévoilait le GPPP naissant :

Ces changements se sont produits dans un monde dont les attentes vis-à-vis du rôle des gouvernements ont dû être revues : le secteur public ne dispose ni des ressources financières ni des ressources institutionnelles pour affronter ces challenges, c’est une combinaison des ressources publiques et privées qui est nécessaire […]. Bâtir une culture globale de sécurité et de coopération est vitale…. Les débuts d’une infrastructure globale de santé publique sont déjà en place. Les technologies de l’information et de la communication ont créé des opportunités pour des changements dans la santé publique, que les « policy-makers » (les décideurs qui initient les politiques) ouvrent la voie ou non […]. Les gouvernements peuvent créer un environnement qui le permet, et investir dans l’équité, l’accès et l’innovation.

Lorsque ce genre de document évoque le « rôle revisité » des gouvernements, il entend par là que ceux-ci désormais « n’ouvrent plus la voie ». Les décideurs traditionnels des stratégies politiques n’initient plus celles-ci, ce sont d’autres partenaires du GPPP qui s’en chargent. Les gouvernements nationaux se voient relégués à créer un « environnement propice » (« enabling environment ») pour le GPPP grâce aux impôts prélevés sur le public et à la dette croissante des gouvernements.

Les « partenaires majoritaires » qui se tiennent au sommet du GPPP sont les créanciers de cette dette. Et ce sont pour ces partenaires-là que ces prêts sont profitables. Ce sont eux également qui utilisent ces « investissements publics » — tellement mal nommés que c’en est comique — afin de créer des nouveaux marchés pour leur propre bénéfice comme pour celui des autres membres haut-placés au sein du GPPP.

Les chercheurs Kent Buse et Gill Walt nous ont proposé en 2000 une belle narration officielle du développement du concept de GPPP. D’après eux, il s’agirait d’une réaction à la désillusion croissante du projet des Nations Unies dans son ensemble, et, à côté de cela, de la prise de conscience croissante que les sociétés multinationales devenaient de plus en plus la vraie clef de la mise en œuvre des politiques. Il faut mettre cela en corrélation avec le développement du concept de « Stakeholder Capitalism », qui cependant avait déjà été popularisé une première fois dans les années 70.

Kent Buse et Gill Walt soulignent dans leur article que les GPPP sont conçues pour faciliter la participation d’une nouvelle génération d’entreprises aux grandes stratégies politiques. Ces entités auraient pris conscience de la folie de leurs pratiques de business destructrices de naguère. Ils seraient prêts à assumer la responsabilité de leurs erreurs passées et à s’amender. Ils auraient décidé d’y parvenir en devenant partenaires des gouvernements afin de résoudre les problèmes mondiaux. Ces menaces existentielles auraient été définies et circonscrites par le GPPP, avec les équipes de scientifiques, les universitaires et les économistes choisis à cet effet qu’il soutient financièrement.

Nos deux chercheurs ont relevé à cet égard un discours clef tenu lors du Forum de Davos en 1998 par Kofi Annan, secrétaire général de l’ONU. Ce discours témoigne d’un monde en transition vers un modèle de gouvernance globale basée sur le GPPP :

Les Nations Unies se sont transformées depuis que nous nous sommes rencontrés la dernière fois, ici, à Davos. L’ONU a subi un renouvellement complet que j’ai décrit comme une « révolution tranquille » […]. Une réorientation fondamentale s’est produite. Les Nations Unies autrefois ne traitaient qu’avec des gouvernements. Mais désormais nous savons que la paix et la prospérité ne peuvent être réalisées sans des partenariats qui impliquent les gouvernements, les organisations internationales, le monde des affaires et la société civile […]. Le « business » des Nations Unies impliquent les « business » du monde entiers.

Kent Buse et Gill Walt affirment que cela représente le signal de l’arrivée d’une nouvelle forme de « capitalisme global responsable ». Comme nous le verrons, ce n’est pas ainsi que les multinationales ont perçu cet accord. En effet, Kent Buse et Gill Walt reconnaissent que si le GPPP constitue une perspective tellement séduisante pour les géants mondiaux de la finance, de l’industrie, de et du commerce, c’est parce que :

La réorientation des idéologies et des tendances de la globalisation actuelle ont mis en lumière le besoin d’une gouvernance globale plus proche, ce qui est un challenge tant pour le secteur privé que pour le public. Nous proposons qu’une partie au moins du soutien apporté aux GPPP proviennent de cette reconnaissance, et d’une volonté du secteur privé de prendre part des processus de prise de décision régulatrice globale.

Le conflit d’intérêt est évident. Simplement, ils attendent de nous que nous acceptions de croire — sans poser de question — que les sociétés multinationales s’engageraient désormais à placer les causes humanitaires et environnementales avant leurs profits. À les entendre, une gouvernance globale sous l’égide du GPPP serait d’une manière ou d’une autre bénéfique pour nous tous.

Il faut un degré de naïveté hors du commun pour y accorder foi. Un grand nombre de sociétés de ces « stakeholders » ont été condamnées, ou rendues publiquement responsable, pour les crimes qu’elles ont commis — y compris des crimes de guerre. L’accord apparent qui règne au sein de la classe politique sur le fait que ces prétendus «partenaires» devraient fixer pour de bon les politiques globales, les régulations et les dépenses prioritaires pourrait sembler s’apparenter à de la crédulité infantile.

Bien entendu, cette naïveté est, en elle-même, une comédie. Comme l’ont souligné nombre d’universitaires, d’économistes, d’historiens et de chercheurs, l’influence, voire la domination, du secteur privé sur le système politique n’a cessé de s’accroitre depuis des décennies. Les élus sont depuis très longtemps les partenaires minoritaires de cet arrangement.

Avec l’arrivée des GPPP nous avons été les témoins de la naissance du processus visant à formaliser cette relation : la création d’un ordre mondial cohésif. Dès lors, les politiciens n’ont fait que suivre ce script à la lettre. Mais ce n’est pas eux qui l’ont écrit.

À cet égard, il est important de comprendre la différence entre gouvernement et gouvernance dans ce contexte globalisé. Les gouvernements revendiquent le droit, à travers quelque mandat quasi-démocratique sans doute, de fixer une politique et de décréter une législation (les lois).

Mais les prétendus démocraties représentatives occidentales — qui ne sont pas du tout des démocraties — constituent un modèle de gouvernement national où les représentatifs élus forment l’exécutif mettant en œuvre la législation. Ainsi, dans le Royaume Uni, c’est le processus parlementaire qui le réalise.

Il se peut que ce qui se rapproche le plus à l’échelon international du modèle d’un gouvernement national est l’Assemblée Générale des Nations Unies. Cette dernière possède une fragile prétention à une responsabilité démocratique. Elle peut passer des «résolutions» qui, même si elles ne lient pas les états membres, parviennent à créer des «nouveaux principes», eux-mêmes susceptibles de devenir un jour des lois internationales s’ils sont appliqués par la Cour de Justice Internationale.

Cependant, il ne s’agit nullement d’un « gouvernement » mondial. L’ONU est dépourvue de l’autorité nécessaire pour décréter une législation et introduire une loi. Ce n’est que grâce à un arrêt d’une cour que ses « principes » peuvent devenir des lois. Les gouvernements se réservent le pouvoir d’instaurer une loi à côté de la jurisprudence, et ce qu’ils légifèrent ne s’étend pas au-delà des frontières nationales. (De fait, à une plus petite échelle, la Commission européenne de Bruxelles se rapproche beaucoup plus d’une instance gouvernementale internationale n.d.t.).

À cause des relations parfois difficiles entre gouvernements nationaux, un gouvernement mondial ne serait pas du tout pratique. Entre la nature non contraignante des résolutions de l’ONU d’une part, et de l’autre la compétition internationale pour conquérir des avantages économiques ou géopolitiques, il n’y a rien qui ressemble, même de loin, à un véritable gouvernement mondial.

Et puis il y a le problème additionnel des identités nationales et culturelles qui vient s’ajouter. Aucune population de la planète n’est prête à être dirigée par un gouvernement mondial lointain et non élu. La plupart d’entre nous voulons que la classe politique soit davantage responsable devant le peuple, et non moins.

Le GPPP aimerait certainement beaucoup être à la tête d’un gouvernement mondial, mais l’imposer ouvertement par la force est au-delà de ses capacités. De ce fait, il emploie d’autres moyens, tel que la tromperie et la propagande, pour promouvoir la notion d’une« gouvernance globale ».

L’ancien conseiller, du président Carter, et co-fondateur de la Commission Trilatérale, Zbigniew Brzezinski reconnaissait qu’une telle approche serait plus facile à mettre en place. Dans son ouvrage, écrit en 1970, Between Two Ages: Americas Role In The Technetronic Era, il remarquait que :

Bien que l’objectif de façonner une communauté des nations développées soit moins ambitieux que celui d’instaurer un gouvernement mondial, le premier est beaucoup plus réaliste.

Au cours de ces trente dernières années, les GPPP ont connu divers avatars, tandis que le concept de gouvernance globale évoluait. La notion de«multistakeholder governance» élaborée par le Forum Économique Mondiale a constitué un tournant majeur : en effet, dans sa publication de 2010 Everybody’s Business: Strengthening International Cooperation in a More Interdependent World, le WEF tachait de mettre en valeur les éléments constitutifs de la forme de gouvernance globale du GPPP des « stakeholders ».

Le WEF a mis sur pied son Global Agenda Councils pour délibérer des politiques globales, puis les proposer. Celles-ci incorporent quasiment tous les aspects de notre existence. Le Forum Économique Mondial a ensuite créé en parallèle un Global Governance Body, mais pour discuter de tous les aspects de nos sociétés : depuis nos valeurs et notre économie, jusqu’à notre sécurité et notre santé publique, en passant par nos systèmes de sécurité sociale, notre consommation, notre accès à l’eau, notre sécurité alimentaire, sans oublier nos politiques face à la criminalité, nos droits, le développement soutenable et le système financier et monétaire global, rien n’a été laissé de côté.

Selon Klaus Schwab, chairman exécutif du WEF, l’objectif de la « global governance »peut se définir ainsi :

Notre but est de stimuler un processus de réflexion stratégique parmi tous les «stakeholders» à propos des différentes manières à travers lesquelles les institutions internationales et leurs traités devraient être adaptés aux défis contemporains. […] les leaders dont l’autorité s’exerce au plan mondial ont travaillé ensemble au sein du Global Agenda Councils des « multistakeholders » de manière interdisciplinaire, afin d’identifier les failles et les manques qui résident encore au cœur de la coopération internationale, et afin de formuler des propositions spécifiques pour l’améliorer. Ces discussions se sont tenues au cours des Sommets Régionaux du Forum en 2009 ainsi qu’au cours du dernier Meeting annuel du Forum en 2010 à Davos-Klosters, pendant lequel un grand nombre de ces suggestions nouvelles ont été évaluées par des ministres gouvernementaux, des CEO, des responsables d’ONG et de syndicat, des universitaires de haut rang et par d’autres membres de la communauté de Davos. Ce processus de « Global Redesign » nous a offert un laboratoire de travail informel — ou si l’on veut une place de marché — pour un grand nombre de bonnes idées de politiques comme pour un grand nombre d’opportunités de partenariat. Nous avons cherché à étendre les discussions sur la gouvernance internationale […] afin d’agir de manière plus préemptive et coordonnée face à l’éventail complet des risques qui se sont accumulés au sein du système international.

En 2010, le WEF a pris sur lui d’entamer le processus menant au« Global Redesign ». Il a défini les défis internationaux et les solutions envisagées. Fort heureusement pour le GPPP, les propositions du WEFrevenaient à davantage de contrôle et d’opportunités de partenariat pour ce dernier. Le WEF cherchait ainsi à se placer à la tête de l’expansion de la gouvernance internationale.

Ce n’est qu’un exemple, mais en 2019 le gouvernement du Royaume Uni a annoncé son partenariat avec le WEF dans le but de développer des régulations futures pour les affaires, l’économie et l’industrie. Le gouvernement de l’UK s’est engagé à soutenir un environnement régulateur mis en place par les sociétés multinationales appelées à être ensuite régulées par ces mêmes régulations qu’elles auront elles-mêmes d’abord conçues.

Le WEF ne possède nul mandat électoral d’aucune sorte. Aucun d’entre nous n’a jamais eu l’opportunité d’influencer ou même de questionner ses avis. Pourtant le WEF, de même que d’autres « stakeholders » du GPPP, travaille en partenariat avec nos gouvernements prétendument élus démocratiquement, pour réagencer la planète sur laquelle nous vivons.

Le « Stakeholder Capitalism » est au cœur du GPPP. Pour l’essentiel, il usurpe le gouvernement démocratique (et même tout gouvernement de quelque sorte que ce fut) en plaçant des sociétés multinationales au cœur des processus de prise de décision. Bien qu’ils ne tiennent leur autorité de personne d’autre qu’eux-mêmes, les leaders du GPPP avalisent leur propre interprétation moderne du droit divin des rois et règne de manière absolutiste.

Du reste, en janvier 2021, le WEF décrivait ainsi le « Stakeholder Capitalism» :

La caractéristique la plus importante du modèle « stakeholder » aujourd’hui est que les enjeux de notre système sont désormais plus clairement globaux. Ce qui était naguère considéré comme des externalités du point de vue des décisions de politique économique nationale comme des décisions individuelles des entreprises privées devra désormais être incorporé ou internalisé dans les opérations de chaque gouvernement, entreprise, communauté et individu. La planète est […] le centre du système économique global, et sa santé devrait être optimisée dans chaque décisions prises par tous les « stakeholders ».

Le GPPP supervisera tout. Chaque gouvernement, toutes les entreprises, tout ce que nous appelons nos communautés (là où nous vivons), et chacun d’entre nous individuellement. Nous ne sommes pas la priorité. La priorité c’est la planète. C’est du moins ce que le WEF prétend.

Le contrôle centralisé de l’intégralité de la planète entière, de toutes ses ressources et de tous ceux qui y vivent constitue l’ethos centrale du GPPP. Il n’est nullement besoin d’interpréter les intentions du GPPP. Il ne nous est pas nécessaire de lire entre les lignes. L’ensemble de ce programme est écrit en toute lettre dans l’introduction de l’Initiative du Great Reset prise par le WEF :

Afin d’améliorer l’état du monde, le Forum Économique Mondial a décidé de prendre l’initiative du Great Reset. La crise du Covid-19 […] est en train de changer fondamentalement le contexte traditionnel des processus de prises de décision. Les incohérences, les inadéquations et les contradictions des multiples systèmes — depuis les systèmes de santé ou les systèmes financiers jusqu’à ceux de l’énergie et de l’éducation — sont plus voyantes que jamais. Les leaders mondiaux se retrouvent, de manière historique, aujourd’hui à la croisée des chemins. Tandis que nous entrons dans une fenêtre unique d’opportunité pour donner forme à ce qui se reconstruit, cette initiative offrira des éclairages stratégiques pour aider à informer tous ceux qui déterminent le statut futur des relations globales, l’axe que suivront les économies nationales, les priorités de nos sociétés, la nature des « business model » et le management des communs globaux.

On remarquera que le WEF n’est qu’une des organisations partenaires parmi bien d’autres au sein du GPPP. Cependant, c’est le WEF qui jouit aujourd’hui peut-être du plus d’influence en terme de « public relations» au cours de la pseudo-pandémie. Contrairement aux espoirs de Kent Buse et Gill Walt, nous assistons à l’émergence d’une dictature globale du monde des affaires, et non d’une gérance attentionnée de la planète.

Le GPPP déterminera « le statut futur des relations globales, l’axe que suivront les économies nationales, les priorités de nos sociétés, la nature des « business model et le management des communs globaux ». Il n’y a aucune possibilité pour quiconque d’entre nous de participer ni dans leurs projets ni dans l’élaboration subséquente des stratégies politiques.

Le WEF propose comme modèle de « Stakeholder Capitalism » le schéma suivant : le monde des affaires est au cœur du système ; et gravitent autour, depuis le septentrion et dans le sens des aiguilles d’une montre : les actionnaires (les possédants), les créanciers, les clients, les fournisseurs, les employés, l’état et la société, l’économie…

Tandis que, en théorie, les gouvernements conservent une politique indépendante de celle du GPPP, la réalité est tout autre. Les politiques globales sont devenues à notre époque une facette essentielle de nos vies […]. Le rôle du politicien élu dans ce processus est négligeable. Ils ne servent qu’à imposer la politique du GPPP au public en même temps qu’à la lui vendre.

Peu importe qui vous élisez, la trajectoire des politiques a été fixée en amont au niveau de la gouvernance globale. Telle est la nature dictatoriale du GPPP. Et rien ne pourrait être moins démocratique…

Ian Davis

D’après la publication originale : (in-this-together.com) What Is the Global Public Private Partnership

2 pensées sur “La gouvernance mondiale du Partenariat Public-Privé Global (GPPP) et le Great Reset

  • 5 novembre 2021 à 17 h 15 min
    Permalink

    « L’ONU est dépourvue de l’autorité nécessaire pour décréter une législation et introduire une loi. Ce n’est que grâce à un arrêt d’une cour que ses « principes » peuvent devenir des lois.
    […]
    Tandis que, en théorie, les gouvernements conservent une politique indépendante de celle du GPPP, la réalité est tout autre. Les politiques globales sont devenues à notre époque une facette essentielle de nos vies […]. Le rôle du politicien élu dans ce processus est négligeable. Ils ne servent qu’à imposer la politique du GPPP au public en même temps qu’à la lui vendre.
    Peu importe qui vous élisez, la trajectoire des politiques a été fixée en amont au niveau de la gouvernance globale. Telle est la nature dictatoriale du GPPP. Et rien ne pourrait être moins démocratique… »

    Et ceci vaut dans tous les domaines, y compris en matière de « droits de l’homme » et l’ouverture de l’agenda du transhumanisme…
    http://sous-les-lambrequins.blogspot.com/2021/09/comment-une-grippette-pourrait-conduire_98.html

    Répondre
  • 7 novembre 2021 à 1 h 22 min
    Permalink

    Nous vivons dans un contexte d’imposture généralisée dans lequel le phénomène économique a définitivement « rivé le clou » au phénomène politique.
    Les États, au sens politique du terme, sont devenus des vestiges historiques que les tenanciers économiques veulent faire disparaître au plus vite, car le gouvernement mondial issue du fameux « Nouvel Ordre mondial », ne pourra voir le jour que sous les décombres de tous les États, tout empires soient-ils, à l’image de celui, américain, dont le déclin est maintenant inéluctable.
    Les institutions internationales actuelles ratifient et scellent deux réalités qui se superposent :
    En premier lieu, le « fait politique », qui suppose la représentation politique de « l’intérêt commun du groupe » a disparu au profit du « fait économique », qui suppose la prééminence des intérêts privés catégoriels des gros conglomérats économiques. Les principales institutions internationales chargées de pérenniser la mise sous tutelle des États par les multinationales sont : l’OCDE, le FMI, la Banque Mondiale, l’OMC… il faut ajouter à cette liste toutes les instances qui leur font cortège, et, en particulier, les différents centre d’arbitrage internationaux, instances juridictionnelles privées de règlement des conflits au profit exclusif des intérêts des multinationales.
    En second lieu, les institutions internationales qui se prétendent favorables à l’intérêt commun (ONU, UNESCO, OMS, TPI, etc.) sont en réalité, et structurellement, instrumentalisées par les détenteurs du pouvoir économique dominant afin de faire advenir un « nouvel ordre politique », appelé « Nouvel Ordre Mondial » qui sera la matérialisation politique, au niveau mondial, de leur domination monopolistique. Il semble inutile de préciser que ce gouvernement mondial, ploutocratique par essence, sera l’antithèse de la démocratie.
    Le contrôle des économies, aux échelles locale et internationale, par les prédateurs économiques met les États sous dépendance et leur fait perdre, de facto, leur légitimité politique, les condamnant donc ainsi à disparaître.
    Suite : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *