Du Maïdan à la guerre : huit ans de coup d’État illégal en Ukraine – résultats et conséquences

Vues : 7842

Note Strategika : ce texte est important pour comprendre la manière dont l’État ukrainien a été substantiellement transformé depuis le coup d’État de l’Euro-Maïdan et comment il est devenu une menace stratégique vitale pour la Russie.

Le 21 février 2022, une table ronde sur le thème “Huit ans du coup d’État illégal en Ukraine : résultats et conséquences” s’est tenue au sein de la Chambre publique de la Fédération de Russie. C’est exactement ce jour-là, il y a huit ans, que le président légitime de l’Ukraine, Viktor Ianoukovitch, a été contraint de fuir Kiev, en même temps que le retrait des forces de l’ordre de la capitale ukrainienne.

Il convient de noter que la discussion entre les murs de la Chambre publique russe s’est tenue simultanément à la réunion du Conseil de sécurité russe, et que les mêmes questions ont été soulevées et les mêmes points de discussion ont été exposés.

La table ronde a été ouverte et modérée par Maxim Grigoriev, directeur de la Fondation pour la recherche sur la démocratie, qui a commencé son discours en résumant les huit années qui se sont écoulées depuis le coup d’État armé illégal à Kiev.

“Les résultats politiques de l’Euromaïdan sont encore plus tristes que les résultats économiques, a-t-il déclaré. – Il s’agit notamment de crimes de guerre : le bombardement délibéré de femmes et d’enfants à Donbass. Nous voyons ce qui se passe en Ukraine : la lutte contre les dissidents, lorsque ceux qui ne partagent pas les vues des dirigeants du pays sont tués, saisis et enlevés. C’est aussi la lutte contre les chaînes de télévision, y compris celles de l’opposition ukrainienne et les partis politiques. Des “escadrons de la mort” opèrent ouvertement en Ukraine – Azov, Secteur droit* (ces structures sont reconnues comme extrémistes et interdites en Russie), etc. Ces personnes tuent des dissidents en Ukraine même et dans le Donbass. Et ils sont formés par les mêmes instructeurs qui ont formé les escadrons de la mort en Amérique latine.”

Puis un invité français, Emmanuel Leroy, le Président de l’Institut 1717 Pour une nouvelle Union franco-russe, a pris la parole. Il a expliqué d’emblée qu’il s’exprimerait en français, car l’anglais est la langue de l’OTAN.

“Il y a une guerre culturelle en cours, a-t-il déclaré. – Dans le Grand jeu qui se poursuit en ce début de XXIème siècle entre l’Occident anglo-saxon et la Russie, nous sommes arrivés à un point de bascule où apparemment l’Ouest a atteint son point culminant et a même probablement déjà entamé sa chute comme on a pu l’observer en Irak, en Syrie et dernièrement en Afghanistan, sans même parler de son effondrement civilisationnel et moral tel qu’on peut le voir aujourd’hui en Europe et aux USA.”.

Il est convaincu que la poursuite du conflit tel qu’il se déroule en Ukraine et dans d’autres pays de l’ex-URSS n’est pas accidentelle.

“Il s’agit d’une lutte fondamentale où s’affrontent deux conceptions du monde : L’Occident incarnant le renversement du monde – The Great Reset comme on dit à Davos – contre la Russie défendant le monde de la Tradition et des valeurs immémoriales de l’humanité. Il ne faudrait pas croire pour autant que cette guerre de conquête de l’Occident a commencé avec la chute de l’URSS en 1991 quand on a vu un par un, tomber dans les filets de l’OTAN, tous les pays constituant le flanc Nord et Ouest du Rimland de l’Eurasie.”, a-t-il expliqué, notant que militairement, la Russie a connu un redressement impressionnant.

Selon M. Leroy, si elle ne l’avait pas fait, l’OTAN aurait déjà lancé une attaque ouverte contre la Fédération de Russie.

“Mais en ce qui concerne la guerre culturelle, l’Occident continue de pénétrer la conscience de la jeunesse russe”, a-t-il ajouté, se disant confiant que dans ce domaine aussi, il y aura un succès aussi grand que dans le domaine militaire dans un avenir proche.

George Pierce, le commentateur politique, journaliste et blogueur américain, s’est exprimé à son tour sur l’état réel des choses dans son pays.

“Il y a des millions de travailleurs américains qui sont gouvernés contre leurs propres valeurs et leurs meilleurs intérêts. Ces fantasmes idéologiques peuvent être décrits comme un nouveau colonialisme fondé sur la tromperie. La concurrence est éliminée, les ressources sont prises aux gens sans paiement. Même la main-d’œuvre est maintenue dans un état où elle n’a d’autre choix que de travailler pour un salaire inférieur au salaire de survie, sans aucun engagement de la part des employeurs. Ce plan doit à terme être mis en œuvre dans le monde entier. L’Ukraine devrait être un prototype”, a-t-il déclaré.

Selon M. Pierce, le meilleur plan pour l’avenir consiste à “décrire une architecture sociale qui soutiendra le contrôle et la surveillance locaux de tous les médias, de la police, du pouvoir économique et politique”.

“Les rudiments de ce système alternatif ne peuvent être organisés qu’après avoir inspiré une nouvelle vision à une classe moyenne fatiguée, confuse et gravement affaiblie. Une nouvelle « ville brillante sur la colline ». Une cité du pouvoir politique local qui protège la dignité des communautés organiques autonomes. Une ville brillante d’un nouveau monde multipolaire”, a-t-il conclu.

John Mark Dougan, observateur politique, journaliste, blogueur, ancien officier de l’armée américaine qui a été contraint de fuir les Etats-Unis, a fait état du déclin de la démocratie dans son pays.

“Les États-Unis entretiennent une relation symbiotique avec l’Ukraine. Des politiciens américains corrompus donnent l’argent des contribuables locaux à des politiciens ukrainiens tout aussi corrompus qui permettent aux États-Unis de voler l’Ukraine. En outre, ce n’est un secret pour personne qu’au moins 14 laboratoires biologiques américains ont été créés, où des expériences sont menées sur des Ukrainiens”, a-t-il déclaré.

Selon M. Dougan, dans la situation de la guerre dans le Donbass, les États-Unis et l’OTAN se comportent comme des vautours.

“Ils se nourrissent des restes de ce qui reste après avoir fomenté le conflit. Ils sont responsables à la fois du déclenchement du conflit et du manque d’eau pour l’éteindre”, a-t-il déclaré.

Le rapporteur est convaincu qu’une grande partie de la responsabilité incombe également aux dirigeants ukrainiens.

“Les actions des autorités locales ont conduit le pays au désastre. Et la grande question est de savoir si l’Ukraine survivra en tant qu’État. L’Ukraine est devenue une monnaie d’échange dans le jeu géopolitique américain sur la scène mondiale. Même les députés de la Verkhovna Rada ont déjà admis que l’Ukraine a vendu sa souveraineté à FMI “, a conclu Dougan.

Valeriy Korovine, directeur du Centre d’études géopolitiques, a rappelé : c’est en ce moment qu’a lieu une grande réunion du Conseil de sécurité russe, où la question de la reconnaissance de l’indépendance de la République populaire de Donetsk (RPD) et de la République populaire de Lougansk (RPL) est examinée.

“A l’heure actuelle, il est évident, tant pour les représentants des autorités que pour la communauté des experts, que le problème ne peut plus être résolu ni par la voie diplomatique ni par des négociations, précisément parce que l’Ukraine a été saisie par l’Occident par un coup d’État”, a-t-il expliqué. – L’Ukraine ne peut avoir la neutralité que sous le contrôle stratégique de la Russie, qui a créé ce pays, lui a donné sa souveraineté et l’a maintenu après l’effondrement de l’URSS. “

Selon Korovine, le statut d’État de l’Ukraine est entièrement la volonté de la Russie. C’était une zone tampon créée à nos frais après notre retrait d’Europe de l’Est.

“Elle n’aurait pas été nécessaire si des troupes russes s’étaient tenues à Berlin-Est”, a-t-il déclaré avec confiance. – Alors l’Ukraine aurait été loin derrière. Mais parce que nous nous sommes retirés volontairement, en tenant notre parole que l’OTAN n’avancerait pas vers l’est, une zone tampon a disparu entre l’Occident et la Russie. Nous avons créé une telle zone tampon, c’était l’Ukraine, qui séparait la Russie et l’Occident de la guerre. Qu’a fait l’Occident ? Il l’a absorbé ! Nous voyons la malice de l’Occident envers la Russie. Il ne faut pas se faire d’illusions sur la possibilité de projets positifs de la part de l’Occident !”

Korovinе a déclaré que ce qui se passait contre les habitants du Donbass était un pur génocide. Ils n’ont pas la possibilité de conserver le droit d’être Russes tout en faisant partie de l’Ukraine. Soit ils doivent quitter le territoire, soit il y aura un génocide. Il m’a fallu huit ans pour comprendre cela…

Poursuivant son rapport, le directeur du Centre a posé la question suivante : avons-nous besoin de l’État ukrainien aujourd’hui ?

“Nous l’avons soutenu, nous l’avons subventionné en lui fournissant du gaz, etc., et maintenant pourquoi en avons-nous besoin s’il est dirigé contre nous ? L’État ukrainien n’a plus aucune valeur ni signification pour nous. Ce n’est plus une zone tampon. L’Ukraine est dirigée contre nous. Un génocide de Russes a lieu là-bas”, a déclaré M. Korovine.

L’orateur est convaincu qu’au cours de ces minutes, lors d’une réunion du Conseil de sécurité russe, on a décidé non seulement du sort du Donbass, mais aussi de celui de l’ensemble de l’Ukraine.

“Ce trou noir doit être éliminé, est-il convaincu. – Il n’existe aucun scénario positif pour l’Ukraine de la part de l’Occident ou du moins de ses propres autorités. Ce malentendu doit être supprimé de la carte politique de l’Europe. Et nous sommes au centre de la prise de décision. “

La guerre dans le Donbass, qui n’a pas reconnu les résultats du coup d’État illégal de Kiev, a commencé en avril 2014. Le 11 mai de la même année, des référendums ont été organisés dans la RPD et la RPL, dont les principales questions étaient, respectivement, “Soutenez-vous l’acte d’indépendance de l’État de la République populaire de Donetsk ?” et “Soutenez-vous l’acte d’indépendance de l’État de la République populaire de Lougansk ?”. À l’époque, les républiques populaires contrôlaient un peu plus de territoire qu’aujourd’hui.

Une majorité absolue des résidents de la RPD et de la RPL ont participé aux référendums, dont la quasi-totalité a répondu “oui” aux questions posées.

La guerre était déjà en cours à ce moment-là. Il y a eu une tragédie dans la Maison des syndicats à Odessa et de violents combats à Slaviansk. Les combats dans le Donbass se poursuivent à ce jour. Depuis près de huit ans maintenant, des experts et des personnalités en Russie, en RPD, en RPL et dans l’espace post-soviétique affirment avec assurance que cette situation n’a pas de solution non militaire et que les républiques ont besoin de la reconnaissance de la Russie.

Le 21 février 2022, le Conseil de sécurité russe, présidé par Vladimir Poutine, a soutenu à l’unanimité la reconnaissance de l’indépendance de la RPD et de la RPL. Ce jour-là, les chefs de la RPD et de la RPL, Denis Pouchiline et Leonid Pasetchnik ont adressé une demande aux dirigeants russes. La reconnaissance a été annoncée le même jour. Dans le même temps, on a appris que les forces armées russes aideraient les républiques à assurer la sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *