Ukraine, tout était écrit dans le plan de la Rand Corp.

Vues : 3800

Source : investigaction.net – 8 mars 2022 – Manlio Dinucci

https://www.investigaction.net/fr/ukraine-tout-etait-ecrit-dans-le-plan-de-la-rand-corp/

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Faites un don pour soutenir l’analyse stratégique indépendante

Utiliser l’Ukraine pour faire vaciller la Russie, ternir son image et lui infliger de lourdes sanctions économiques? C’est ce que préconisait une étude d’un influent think tank US en 2019. Spécialiste des stratégies de l’Otan, Manlio Dinucci en avait déjà parlé à l’époque. Il revient sur l’application de ce plan diabolique et la réaction russe. (IGA)


Le plan stratégique des États-Unis contre la Russie a été élaboré il y a trois ans par la Rand Corporation (il manifestoRand Corp : comment abattre la Russie, 21 mai 2019). La Rand Corporation dont le quartier-général siège à Washington, est “une organisation mondiale de recherche qui développe des solutions pour les défis politiques” : elle a une armée de 1.800 chercheurs et autres spécialistes recrutés par 50 pays, qui parlent 75 langues, distribués en bureaux et autres sièges en Amérique du Nord, Europe, Australie et Golfe Persique. Le personnel étasunien de la Rand vit et travaille dans plus de 25 pays. La Rand Corporation, qui s’auto-qualifie comme “organisation sans profit et non partisane”, est officiellement financée par le Pentagone, par l’Armée et l’Aéronautique US, par les Agences de sécurité nationale (CIA et autres), par des agences d’autres pays et de puissantes organisations non-gouvernementales. 

La Rand Corp. se vante d’avoir contribué à élaborer la stratégie qui permît aux États-Unis de sortir vainqueurs de la Guerre froide, en contraignant l’Union Soviétique à consumer ses propres ressources dans l’exténuante confrontation militaire. De ce modèle s’est inspiré le nouveau plan élaboré en 2019 : «Overextending and Unbalancing Russia», soit : contraindre l’adversaire à s’étendre excessivement pour le déstabiliser et l’abattre. Voilà les principales lignes directrices d’attaque tracées dans le plan de la Rand, sur lesquelles les États-Unis ont effectivement avancé ces dernières années.

Avant tout, stipule le plan, il faut attaquer la Russie sur son flanc le plus vulnérable, celui de son économie fortement dépendante de l’exportation de gaz et de pétrole : à cet effet on va utiliser les sanctions commerciales et financières et, en même temps, faire en sorte que l’Europe diminue l’importation de gaz russe, en le remplaçant par du gaz naturel liquéfié étasunien. Dans le domaine idéologique et informatif, il faut encourager les protestations internes et en même temps miner l’image de la Russie à l’extérieur. Dans le domaine militaire il faut opérer pour que les pays européens de l’OTAN augmentent leurs forces dans une fonction anti-russe. Les USA peuvent avoir de hautes probabilités de succès et de forts bénéfices, avec des risques modérés, en investissant majoritairement dans des bombardiers stratégiques et des missiles d’attaque à longue portée dirigés contre la Russie. Déployer en Europe de nouveaux missiles nucléaires à portée intermédiaire pointés sur la Russie leur assure de fortes probabilités de succès mais comporte aussi de grands risques. En calibrant chaque option pour obtenir l’effet désiré -conclut la Rand- la Russie finira par payer le prix le plus haut dans la confrontation avec les USA, mais ceux-ci et leurs alliés devront investir de grosses resources en les soustrayant à d’autres objectifs.

Dans le cadre de cette stratégie -prévoyait en 2019 le plan de la Rand Corporation- “fournir des aides létales à l’Ukraine, exploiter le plus grand point de vulnérabilité extérieure de la Russie, avec une aide en matériel et en conseillers militaires – fournis par les USA à l’Ukraine – attentivement calibrée afin de provoquer des coûts pour la Russie sans provoquer un conflit de large ampleur dans lequel la Russie, à cause de la proximité, aurait des avantages significatifs”. C’est justement là – dans ce que la Rand Corporation définissait comme “le plus grand point de vulnérabilité extérieure de la Russie”, exploitable en armant l’Ukraine de façon “calibrée pour augmenter les coûts pour la Russie sans provoquer un conflit beaucoup plus ample”- qu’est advenue la rupture. Prise dans l’étau politique, économique et militaire que les USA et l’OTAN resserraient de plus en plus, en ignorant les avertissements répétés et les propositions de négociations de la part de Moscou, la Russie a réagi avec l’opération militaire qui a détruit en Ukraine plus de 2.000 structures militaires réalisées et contrôlées en réalité non pas par les gouvernants de Kiev mais par les commandements USA-OTAN. L’article qui, il y a trois ans, rapportait le plan de la Rand Corporation se terminait par ces mots : «Les “options” prévues par le plan ne sont en réalité que des variantes de la même stratégie de guerre, dont le prix en termes de sacrifices et de risques est payé par nous tous”. 

Nous sommes en train de le payer maintenant, nous les peuples européens, et nous le paierons de plus en plus cher, si nous continuons à être des pions sacrifiés dans la stratégie USA-OTAN.

Source originale: Il Manifesto

Traduit de l’italien par M-A P.

2 pensées sur “Ukraine, tout était écrit dans le plan de la Rand Corp.

  • Ping :Ukraine, tout était écrit dans le plan de la Rand Corp. – Strategika | Raimanet

  • 13 mars 2022 à 19 h 11 min
    Permalink

    Etude ou pas le problème est antérieur, les problèmes en Ukraine sont les révolutions orange en 2004, puis nouveau coup d’état en 2014.
    En ce qui concerne L’application des garanties faites à Gorbatchev en 1991 non inclut dans un traité, les Russes ne devraient pas avoir de regrets car de toute façon, les USA sont l’empire du mensonge, il ne tiennent pas leurs promesses, même lorsqu’ils les signes, les Iranien avec le PGAC en savent quelques choses. Ce qui est sûr c’est que les américains ne risqueront jamais d’entrer en guerre direct avec les Russes, car ils pratiquent la politique des lâches, ne s’attaquer qu’à plus faible que soit et sans prendre de risques. Leur départ précipité de Kaboul est 46 ans plus tard un copié collé de leur fuite de Saïgon.
    Les seules guerres gagné par l’Amérique sont la guerre de sécession et sur les plateaux à Hollywood.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.