L’Europe suspendue entre l’être et le non-être : est-ce une patrie commune ou un cadavre atlantique ?

Vues : 3851

Source: euro-synergies.hautetfort.com -12 mars 2022 – Luigi Tedeschi

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/03/11/l-europe-suspendue-entre-l-etre-et-le-non-etre-est-ce-une-pa-6370792.html#.Yiy-nG8pG54.linkedin

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Faites un don pour soutenir l’analyse stratégique indépendante

L’avènement du multilatéralisme dans la géopolitique mondiale place l’Europe devant un dilemme existentiel entre: être une patrie commune ou ne pas être un cadavre atlantique. L’histoire impose parfois des choix cruciaux et inéluctables.

La nécessaire neutralité de l’Ukraine

La guerre en Ukraine a des origines lointaines. Elle est le résultat de tensions de longue date qui ont explosé en raison de l’ineptie européenne et de la politique expansionniste de l’OTAN, qui ont empêché l’existence d’un équilibre stable entre la Russie et l’Occident. Avec l’effondrement de l’URSS et l’indépendance des républiques d’Europe de l’Est qui faisaient déjà partie de l’ancien empire soviétique, la logique de partition déjà éprouvée à Versailles en 1919 avec le démembrement des empires centraux s’est reproduite. L’Europe était en fait fragmentée en de nombreux États, souvent artificiels, et de nombreux peuples, très différents sinon hostiles les uns aux autres, étaient contraints de vivre ensemble. Comme on le sait, Versailles a jeté les bases de la Seconde Guerre mondiale.

L’ouest de l’Ukraine est peuplé de catholiques ukrainophones qui veulent être intégrés à l’Europe, tandis que l’est est habité par une population majoritairement orthodoxe et russophone qui s’identifie à la Russie. Pour Kissinger, l’indépendance de l’Ukraine était un facteur d’instabilité politique potentielle. Soljénitsyne, qui considérait que l’Ukraine faisait partie intégrante de l’histoire et de l’identité russes, s’y opposait. Une réconciliation pacifique entre les deux âmes de l’Ukraine s’est avérée impossible, en raison de l’expansion progressive de l’OTAN à l’est, qui envisageait l’intégration de l’Ukraine à l’Ouest en hostilité ouverte avec la Russie, qui, elle, voyait sa sécurité menacée. Le coup d’État pro-occidental de Maidan en 2014 en est une preuve objective.

Il était possible de parvenir à un équilibre géopolitique qui empêcherait cette guerre d’éclater : la médiation européenne aurait pu favoriser l’entrée de l’Ukraine dans l’UE, à condition qu’elle ne rejoigne pas l’OTAN. Une telle perspective aurait impliqué une rupture entre l’Europe et l’Alliance atlantique. Mais l’Europe n’est pas une entité géopolitique indépendante ; au contraire, elle ne trouve son unité que dans le contexte atlantique.

En effet, l’Ukraine est déjà associée à l’UE depuis 2017 et a bénéficié d’un financement européen de plus de 5 milliards, en plus des 1,2 milliard déboursés récemment. Par ailleurs, les accords de Minsk de 2014 (jamais respectés par l’Ukraine), entre la Russie et l’Ukraine, qui prévoyaient l’autonomie des républiques russophones du Donbass, ramenées à la souveraineté ukrainienne, ont été signés sous les auspices de l’OCDE. Afin d’éviter un conflit russo-ukrainien, l’Europe pourrait exiger que la partie ukrainienne les respecte. Mais l’Europe a brillé par son ignorance coupable.

Cette guerre entraînera une redéfinition des frontières entre l’Occident et la Russie, évoquant un retour au rideau de fer qui a marqué l’époque de la guerre froide. Mais les similitudes sont plus apparentes que réelles. Pendant la guerre froide, deux puissances mondiales, les États-Unis et l’URSS, se sont affrontées en tant que systèmes idéologiques, politiques et économiques alternatifs, entre lesquels les affrontements (jamais directs) alternaient avec les négociations. Aujourd’hui, les États-Unis et la Russie sont tous deux des puissances capitalistes. Les Américains ne reconnaissent pas le statut de puissance mondiale de la Russie et ne concluent donc pas d’accords avec Poutine, qui n’est pas considéré comme un partenaire égal. Avec la dissolution de l’URSS et la dissolution du Pacte de Varsovie, l’OTAN, en tant qu’alliance de défense de l’Occident contre la menace soviétique, aurait également dû être liquidée. L’expansion dans les pays d’Europe de l’Est et les guerres “humanitaires” menées par l’OTAN sur une période de 30 ans ont réfuté la nature défensive de l’Alliance atlantique. Il faut également considérer que l’OTAN a été fondée en 1949, tandis que le Pacte de Varsovie a vu le jour en 1955. Donc, entre les États-Unis et l’URSS, qui a dû se défendre contre qui ? La nature agressive de l’OTAN n’était-elle pas génétique ?

Cette guerre aurait pu être évitée si la nécessaire neutralité de l’Ukraine avait été reconnue. La stabilité et la sécurité de la région ne peuvent être garanties que par la neutralité ukrainienne, comme l’a observé Henry Kissinger : “Trop souvent, la question ukrainienne se présente comme une épreuve de force : l’Ukraine choisit-elle de rejoindre l’Est ou l’Ouest ? Mais si l’objectif de l’Ukraine est de survivre et de prospérer, elle ne peut être l’avant-poste de deux factions qui se combattent – elle doit être un pont.” Kissinger, en 2014, était également un prophète facile lorsqu’il a déclaré qu’en l’absence d’une politique de réconciliation, “la dérive vers le conflit va s’accélérer, et à ce rythme, elle se produira assez rapidement”. 

L’Amérique, une puissance en crise entre pacifisme et russophobie

Cette guerre a éclaté parce qu’elle a été déclenchée par le désir de la Russie de sauvegarder sa sécurité et de contrer l’avancée de l’OTAN à l’est et par le désir des États-Unis d’éradiquer toute relation entre l’Europe et la Russie et de réaffirmer ainsi leur domination sur l’Europe elle-même. Les États-Unis ont en fait facilité l’invasion russe en déclarant leur réticence à s’engager dans une intervention militaire directe et en refusant tout accord avec Poutine. L’Amérique de Biden est pacifiste. Les divisions au sein de la société américaine ont eu pour effet de paralyser la politique étrangère américaine. L’aile libérale de la côte américaine ne veut pas la guerre pour des raisons pacifistes-idéologiques, pas plus que la population intérieure, patriotique par nature mais désormais fatiguée et désabusée par la succession des défaites américaines dans le monde.

L’Occident veut donc contrer la Russie avec l’arme des sanctions. Avec l’éviction de la Russie du système de paiement rapide et l’embargo économique, elle veut provoquer l’implosion financière de la Russie, avec le défaut de paiement russe associé. Mais la Russie est déjà sous le coup de sanctions depuis 2014. L’arme des sanctions provoque nécessairement des représailles et s’est toujours révélée inefficace. Au contraire, les sanctions politiques renforcent la cohésion interne des nations et encouragent la production de biens pour remplacer les produits étrangers qui ne sont plus importés. En outre, la Russie a été bien équipée au fil des ans pour faire face à de telles éventualités. Devenue économiquement vulnérable lors de la crise de 2014, la Russie a adopté ses propres contre-mesures. Depuis 2016, l’économie russe a enregistré une croissance annuelle du PIB de plus de 4 %, augmenté ses réserves de 631 milliards de dollars, principalement en devises autres que le dollar, contre une dette de 350 milliards de dollars, augmenté ses réserves d’or de 196 %, réalisé d’importants investissements dans le numérique, et le commerce avec la Chine s’élève désormais à 140 milliards de dollars, avec l’objectif d’atteindre 200 milliards de dollars.

Les sanctions ont évidemment aussi un impact majeur sur l’Occident, étant donné l’interdépendance des marchés mondiaux. L’Europe dépend du gaz russe pour 40 % de ses besoins et, puisque les approvisionnements de Gazprom ont été exclus des sanctions, paradoxalement, l’UE finance indirectement les dépenses militaires russes pour l’invasion de l’Ukraine avec les revenus de l’énergie. Alors que la bourse russe a été fermée pour cause de baisse excessive et que le rouble est à son plus bas niveau historique, les marchés européens ont enregistré des pertes de plus de 20 % depuis janvier. Standard & Poor’s a rétrogradé la dette publique de la Russie au statut de “junk”, mais cette dette ne représente que 20 % du PIB. La crise énergétique, avec des prix du gaz et du pétrole à des niveaux records et une inflation galopante, ainsi que la hausse des prix des matières premières, causent des dommages importants à l’économie européenne. Par le biais de sanctions, l’Occident veut amener la Russie à faire défaut, mais toute implosion russe impliquerait aussitôt l’Europe, étant donné l’exposition du système bancaire européen à la Russie (l’Italie seule est exposée pour plus de 25 milliards), et le blocage des flux commerciaux avec la Russie elle-même. Pour l’Europe, les dommages causés par les mesures de sanction sont encore incalculables.

L’expansion progressive de l’OTAN en Eurasie occidentale est conforme à une stratégie américaine bien connue, poursuivie depuis 1991. La pénétration de l’Atlantisme en Eurasie entraînerait la déstabilisation de la Russie. Les guerres qui ont déjà éclaté en Géorgie et en Tchétchénie, ainsi que la révolution colorée en Ukraine, sont des événements fonctionnels à une stratégie globale : la décomposition de la Russie en de nombreux petits États et leur insertion dans le contexte de l’OTAN, avec l’exploitation indiscriminée de leurs ressources, sous l’égide de la domination américaine.

L’objectif est de reproduire en Russie la stratégie qui a conduit à la fragmentation de l’ex-Yougoslavie (qui a également été expérimentée sans succès au Moyen-Orient). Mais quelqu’un a-t-il prévenu Biden et son équipe que la Russie n’est pas comparable à la Yougoslavie ? Le défaut de paiement et la déstabilisation économique de la Russie devraient être suivis d’une déstabilisation politique, avec la défenestration de Poutine par un complot ourdi par les oligarques russes sanctionnés. Mais les États-Unis, qui ont été incapables de faire tomber Saddam, Assad ou Milosevic, pourront-ils un jour faire tomber Poutine et avec lui tout l’appareil politique et militaire russe ?

À l’ONU, la résolution condamnant la Russie, outre l’unité des talibans européens pro-OTAN et son approbation par 141 voix, a enregistré 35 abstentions et 5 voix contre. Parmi les abstentions figurent la Chine, l’Inde, l’ensemble du monde islamique (à l’exception du Qatar et du Koweït), l’Afrique du Sud, le Brésil, le Mexique et le Congo. Il est donc nécessaire de réfléchir à l’importance économique et géopolitique de ces pays (qui, par ailleurs, détiennent une grande partie des matières premières mondiales et représentent la moitié de la population mondiale). La Turquie elle-même n’appliquera pas de sanctions à la Russie et Israël s’est déclaré prêt à jouer un rôle de médiateur dans le conflit : les intérêts d’Israël ne coïncident manifestement pas toujours avec ceux des Américains. Le front abstentionniste est donc hostile à l’Occident et constitue une démonstration tangible que la Russie n’est nullement isolée dans le contexte géopolitique mondial. La politique de l’Occident américain est inspirée par une profonde russophobie, qui conduira à l’isolement de l’Occident lui-même et à sa réduction géopolitique.

La politique expansive de l’OTAN a favorisé la création d’un partenariat russo-chinois qui pourrait devenir stratégique. La Chine a adopté une politique d’attention prudente dans le conflit russo-ukrainien. La Chine est le premier partenaire commercial de l’Ukraine, mais il faut surtout noter que 90 % du commerce de l’Europe avec la Chine passe par la Russie et l’Asie centrale. Cette guerre pourrait être un coup mortel pour l’économie européenne. Mais le plus important est que l’intensification des relations économiques et politiques de la Chine, de l’Inde et du monde islamique avec la Russie entraînerait une contraction drastique de la zone dollar, qui a jusqu’à présent dominé le commerce mondial. Et, à cet égard, on peut s’interroger : mais l’euro n’a-t-il pas été créé comme monnaie alternative au dollar afin de libérer l’Europe de la tyrannie financière américaine ? Cependant, des changements systémiques dans l’économie mondiale nous attendent.

L’Europe sortira-t-elle de son hibernation historique ?

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, avec les accords de Yalta et de Potsdam, l’Europe est divisée en deux zones d’influence : l’américaine à l’ouest et la soviétique à l’est. Alors que l’Europe de l’Est a souffert de l’occupation soviétique et de ses régimes totalitaires, l’Europe occidentale a accepté la domination américaine avec un large consentement. Le régime pro-américain de souveraineté limitée a ensuite été étendu, après 1989, aux pays de l’ancien bloc soviétique et s’est étendu à l’UE elle-même, au point de déterminer une identification parfaite entre l’Europe et l’OTAN.

L’Europe a ainsi renoncé à son indépendance et à un rôle puissant dans le contexte géopolitique mondial. Le statut de l’Europe est comparable à celui d’un colonialisme consentant, c’est-à-dire un groupe de pays économiquement avancés, à la prospérité généralisée, mais politiquement aseptisés, culturellement américanistes, dépourvus de pouvoir de décision et de responsabilité en matière de défense et de politique internationale, délégués aux États-Unis. Ce statut colonial, perpétué jusqu’à ce jour, a représenté la sortie de l’Europe de l’histoire.

Ce modèle socio-politique, qui a présidé à la fondation de l’UE elle-même, trouve sa pleine réalisation en Allemagne, qui, en vertu de sa suprématie économique continentale, l’a imposé à l’ensemble de l’Europe. Depuis 70 ans, l’Allemagne vit dans la dimension de la post-histoire. Le diplomate allemand Thomas Bagger a effectivement déclaré que “la fin de l’histoire était une idée américaine, mais une réalité allemande”. Dans un article paru dans Limes, Ulrike Franke affirme que, pour la génération des millennials allemands, l’histoire est un récit d’événements passés, et non un processus dynamique en constante évolution. L’oubli de la mémoire historique a condamné les nouvelles générations à vivre dans une dimension existentielle absorbée par l’éternel présent. Il s’agit d’une dimension nihiliste, qui implique l’impossibilité de concevoir des réalités historiques et des horizons futurs comme des alternatives à celle-ci. Le progrès, le bien-être, le cosmopolitisme libéral pacifiste et le marché mondial sont les traits distinctifs d’un modèle économique et social occidental post-historique, qui a néanmoins généré dans la génération post-1989 l’idée de vivre dans le meilleur des mondes possibles.

Ulrike Franke dit : “Et la fin de l’histoire a pris notre avenir. Après tout, nous savions tous comment cela allait se terminer. La politique est devenue ennuyeuse – une activité administrative plutôt qu’une compétition idéologique. Et cela peut aussi nous aider à comprendre pourquoi tous les partis allemands prétendent toujours être du centre. Il semble qu’il ne soit pas nécessaire de penser stratégiquement à l’avenir. Une telle vision ahistorique de la réalité a été transmise à l’ensemble de l’Europe, qui est devenue un continent dépourvu de toute identité culturelle et sans aucune perspective d’avenir”.

L’avènement de la post-histoire est lié à une époque où la souveraineté politique de l’Europe était dévolue au protectorat atlantique. L’UE elle-même a été créée en tant qu’organe supranational intégré à l’OTAN à l’extérieur et en tant que structure financière qui a établi un système économique d’extrême compétitivité entre les États à l’intérieur. L’UE n’a pas favorisé le développement et l’émancipation, mais a créé un système de domination économique de l’Allemagne et de ses satellites dans lequel la croissance allemande s’est accompagnée d’une dépression dans les pays du sud. Mais aujourd’hui, l’Europe est confrontée à un ordre géopolitique considérablement modifié. Les États-Unis poursuivent des objectifs qui ne sont pas compatibles, voire conflictuels, avec l’Europe.

Les États-Unis, qui se sont engagés à contenir la Russie et la Chine, n’ont plus l’intention de soutenir les dépenses militaires pour la défense des pays européens, qui sont tenus de consacrer 2 % de leur PIB à l’armement. L’objectif géopolitique poursuivi par les Américains n’est en fait pas la défense de l’Ukraine contre l’invasion russe, mais la restauration de leur domination politique absolue dans l’espace européen, en rompant les relations entre l’Europe et la Russie et en interrompant les flux commerciaux entre l’Europe et la Chine. Une Europe, dévastée par la crise économique provoquée par l’urgence énergétique et réduite dans son rôle de puissance économique dans le monde (surtout en ce qui concerne ses exportations vers les USA), pourrait être réduite à une condition de subordination totale aux USA. Les États-Unis pourraient alors imposer à l’Europe un traité de libre-échange transatlantique capricieux, semblable au tristement célèbre TTIP.

Le retrait américain d’Afghanistan a entraîné un changement substantiel de la stratégie géopolitique américaine. La politique étrangère de Biden, dans la continuité de celle d’Obama et de Trump, n’envisage pas d’interventions militaires dans le monde, sauf si les intérêts américains sont directement menacés. Par conséquent, des déploiements politico-militaires de dimension continentale ont été mis en place pour sauvegarder les zones d’influence de l’Amérique dans le monde. Dans le cadre de cette nouvelle stratégie géopolitique américaine, à travers le pacte abrahamique, la nouvelle OTAN du Moyen-Orient a été établie, dirigée par Israël et avec la participation de nombreux pays arabes. Et aussi l’AUKUS, qui est une alliance militaire dans la zone Indo-Pacifique qui vise à contenir la puissance chinoise. La décision de l’Allemagne d’allouer 100 milliards d’euros aux dépenses d’armement doit être interprétée de la même manière. Jusqu’à hier, le réarmement allemand aurait suscité l’inquiétude de tout l’Occident. L’Europe, sous la direction de l’Allemagne, devrait devenir une puissance continentale au sein de l’OTAN dans une fonction anti-russe. Mais il semble hautement improbable que la société allemande accepte de mourir pour l’Ukraine, comme la société japonaise le ferait pour Taïwan.

La phase post-historique de l’Europe touche donc à sa fin. Une perpétuation de l’hibernation historique de l’Europe est inconcevable. Nous devons occuper une place dans une histoire en constante évolution, sinon l’histoire elle-même s’occupera de nous, c’est-à-dire que d’autres décideront pour nous en fonction de leurs propres intérêts. Et dans notre cas, ce seront les Américains qui décideront.

L’Europe à la croisée des chemins entre multilatéralisme et abandon de l’histoire

Le conflit entre Poutine et l’Occident a pris la dimension d’une opposition d’époque de nature historico-idéologique. Depuis la crise de 2014, la réaction de Poutine au tournant pro-occidental en Ukraine a été interprétée par le courant dominant officiel comme la renaissance d’une conception de la politique du XIXe siècle, qui a été reproposée à travers la résurrection du nationalisme russe comme une réaction à une Russie assiégée et visant à défendre ses frontières et à sauvegarder son indépendance nationale. Ces concepts étaient considérés par l’intelligentsia libérale comme relégués à des époques historiques dépassées. Poutine est donc considéré comme un leader anti-historique.

Cependant, nous voyons dans le conflit ukrainien une opposition géopolitique et un affrontement idéologique, qui avaient déjà émergé dans l’histoire récente. L’Occident est dominé par un système néolibéral et une culture postmoderne qui postulent l’individualisme absolu, les droits de l’homme, la primauté de l’économie sur la politique, l’éradication des cultures identitaires et la dissolution des États. Ainsi, le conflit entre l’Occident et la Russie, selon l’idéologie libérale, est interprété comme le choc entre liberté et répression, progrès et réaction, démocratie et autocratie, laïcité et obscurantisme.

L’émergence de nouvelles puissances continentales telles que la Russie, la Chine, l’Inde, l’Iran et d’autres puissances mineures, qui revendiquent au contraire leur propre identité nationale, la valeur de la patrie en tant que destin commun des peuples, leurs racines historiques et culturelles, a mis en évidence depuis longtemps le déclin de l’idéologie libérale comme seul canon d’interprétation de la réalité dans une clé post-historique, individualiste et progressiste. La défense des droits de l’homme et l’imposition du système libéral-démocratique au niveau mondial constituent donc les valeurs en vertu desquelles l’Occident revendique sa suprématie morale dans le monde. Ces principes constituent la légitimation idéologique du “Nouvel Ordre Mondial”. Les conflits qui ont eu lieu au cours des dernières décennies démentent les hypothèses idéologiques sur lesquelles repose le “Nouvel Ordre”.  C’est ce que dit Alberto Negri dans son article dans “Il Manifesto” du 13/02/2022 : “Cette fois, l’atlantisme est nu. Comme le roi” : “Quel “ordre” libéral les États-Unis et l’OTAN préconisent-ils? Celle qui a incité Washington à utiliser les djihadistes contre l’URSS dans les années 1980? Celle de l’Afghanistan 2021? L'”ordre” de l’intervention fabriquée en Irak en 2003? L'”ordre” de la guerre en Libye en 2011, dont les désastres sont encore sous nos yeux?

L'”ordre” américain qui nous a valu des attaques en Europe et des millions de migrants traités comme des objets et repoussés dans le désespoir, tout en nous privant des ressources énergétiques de nos voisins? L'”ordre” de la Turquie, un pays de l’OTAN utile pour massacrer les Kurdes sous le sultan Erdogan? L'”ordre” qui réduit au silence et efface les Palestiniens?

Les Américains et les atlantistes s’arrogent le droit de décider de ce qui est bon et de ce qui est mauvais, s’accrochant à des principes d’autodétermination des peuples qu’ils sont les premiers à violer.

Prenez la Syrie : pendant des années, Washington et Bruxelles ont déclaré que “Assad devait partir”, mais pour le déstabiliser, ils ont encouragé Erdogan à envoyer des milliers d’égorgeurs djihadistes de l’autre côté de la frontière. Ils ont demandé à la Syrie de rompre ses liens avec l’Iran, puis la Russie, alliée historique de Damas, est intervenue.

Que voulait l’Occident, peut-être le bien des Syriens, toujours maintenus sous un embargo dramatique? Que voulaient les Américains de l’Afghanistan? Pour se venger du 11 septembre 2001, comme Biden l’a lui-même admis? Eh bien, après avoir tué Ben Laden, ils auraient pu partir, mais ils sont restés et ont tué plus de civils que les talibans, à qui ils ont rendu le pays, et maintenant ils se vengent sur la population en gelant les fonds afghans et en entravant l’acheminement de l’aide humanitaire.

L’unilatéralisme américain a généré de nouveaux conflits dans le monde entier entre les États dominés par le néolibéralisme et les États dominés par la souveraineté, entre les gagnants et les perdants de la mondialisation, entre l’Occident post-moderniste et l’Orient traditionaliste. Ce conflit irréductible est également présent au sein de la société occidentale. Les classes dominantes sont idéologiquement libérales et mondialistes, les classes subalternes revendiquent les valeurs communautaires, l’État-providence, les cultures identitaires.

Le monde occidental s’est révélé anti-historique dans la mesure où il n’a pas su comprendre l’esprit de notre époque, dans laquelle un nouvel ordre multipolaire émerge dans la géopolitique mondiale. Et c’est la cause du déclin progressif de l’unilatéralisme américain.

Nous sommes au seuil d’un tournant historique, annoncé prophétiquement par Alexandre Douguine dans son ouvrage La quatrième théorie politique: “La seule alternative plausible, aujourd’hui, se trouve dans le contexte d’un monde multipolaire. Le multipolarisme peut garantir à chaque pays et civilisation de la planète le droit et la liberté de développer son propre potentiel, de s’organiser intérieurement selon l’identité de sa culture et de son peuple, de fournir une base acceptable pour un système de relations internationales justes et équilibrées entre les nations du monde. La multipolarité doit être fondée sur le principe d’équité entre les différentes organisations politiques, sociales et économiques des diverses nations. Le progrès technologique et l’ouverture croissante doivent favoriser le dialogue entre les peuples et les nations et leur prospérité, mais ne doivent pas pour autant mettre en péril leur identité. Les différences entre les civilisations ne doivent pas nécessairement culminer dans un affrontement inévitable – contrairement à ce que pensent de manière simpliste certains auteurs américains. Le dialogue – ou plutôt le polylogue – est une possibilité réaliste que nous devrions tous explorer.

L’avènement du multilatéralisme dans la géopolitique mondiale place l’Europe devant un dilemme existentiel entre être une patrie commune ou ne pas être un cadavre atlantique. L’histoire impose parfois des choix cruciaux et inéluctables. 

Source originale: Italicum & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/l-europa-sospesa-tra-essere-e-non-essere-e-una-patria-comune-o-un-cadavere-atlantico

2 pensées sur “L’Europe suspendue entre l’être et le non-être : est-ce une patrie commune ou un cadavre atlantique ?

  • 14 mars 2022 à 17 h 00 min
    Permalink

    Les occidentaux, en particulier les français me font penser à l’âne de Buridan, lequel se voit offrir un seau d’eau et un seau d’avoine en même temps. Mais, ayant faim et soif à la fois, et ne sachant par quel seau commencer, l’âne se laisse mourir. Les français me font penser à cet âne là. Certes l’analogie peut paraître gratuite, mais Baudelaire avait opéré la même comparaison dans un de ses poèmes. Dans son recueil Spleen de Paris, un bourgeois salue une vieille mule pour “féliciter” la défaite des français face à la Prusse.

    En bon existentialiste, Camus rappelle dans “La chute” qu’on a tous besoin d’esclaves: celui qui n’a pas sa femme a au moins ses enfants, celui n’a pas d’enfants a au moins son chien… Rappelez-vous, ce chien laid et moche dans “L’étranger”, et maltraité par son maitre. Puis vient le jour où le chien meurt. Alors le maitre perd son souffre douleur et tombe extrêmement malheureux. Entre divorce et garde des enfants, sans oublier la garde du chien, l’occident en est rendu là. Toujours ce principe Hégélien qui régit, et consiste à mettre sa vie en jeu pour affirmer sa liberté.

    Depuis peu, heureusement, un nouveau monde se dessine sous nos yeux. Hélas sans que nous puissions y prendre part. L’occident tel un veau se vautre dans son champ de trèfle en regardant passer le train. Pour ne citer qu’un lecteur dans un article de Réseau International: “C’est un nouveau monde. Désormais la Russie et la Chine créeront la réalité, et nous occidentaux n’auront plus qu’à étudier cette réalité. Et pendant que nous étudieront cette nouvelle réalité, ils en recréeront une autre qu’il ne nous restera plus qu’à étudier de nouveau.”. Ça en dit long… La Russie et la Chine auront le monde multipolaire, mais sans les occidentaux.

    Ayant introduit ce commentaire avec Baudelaire, je conclurai avec Baudelaire: Demandons-nous si, dans son poème, l’étranger qu’il dépeint, finalement, ça n’est pas nous? Hier, l’autre, l’étranger nous élevait. Il nous rendait plus humain. Aujourd’hui, ne sommes nous point étranger de notre propre nation? C’est à dire moins humain que nous devrions l’être, relayé au rang d’alter ego en somme. Au cours de son voyage aux Etats-Unis, Rachmaninov déclara: “Je me sens comme un fantôme marchant dans un monde qui lui serait devenu étranger”.

    Or je songe à cet étranger qui n’a ni frère, ni soeur, ni amis, ni patrie, la patrie restant la seule chose à aimer quand on n’a plus rien… Je songe à cet étranger qui cherche la beauté, qui haït l’or et les dieux, ces dieux si loin de nous que la beauté même leur échappe (pour faire référence à Epicure dans sa lettre à Ménécée)… L’occident, hier phare et fidèle à lui-meme, devenu étranger à lui-même… Mais l’occident qui aime les nuages qui passent, les merveilleux nuages….

    L’Europe patrie commune? Autant dire que le travail s’annonce colossal!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *