Shinzo Abe et Olof Palme, des tragédies parallèles

Vues : 2017

Source : euro-synergies.hautetfort.com – 12 juillet 2022 – Felipe Quintas

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/07/12/shinzo-abe-et-olof-palme-des-tragedies-paralleles.html#.Ys3R62O_9w0.facebook

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Faites un don pour soutenir l’analyse stratégique indépendante

L’assassinat de Shinzo Abe m’a rappelé celui de l’ancien Premier ministre suédois Olof Palme (1927-1986). Tout comme Abe l’a fait en critiquant Zelensky et en prônant un plus grand dialogue avec la Chine, même s’il avait un bilan plutôt belliqueux à l’encontre de Pékin, Palme a également déplu aux intérêts des détenteurs de la puissance occidentale.

Dans sa dernière interview, accordée à une chaîne de télévision grecque deux jours avant d’être abattu, Palme, en février 1986, interrogé sur la Communauté économique européenne (le prédécesseur de l’Union européenne et qui se préparait déjà à le devenir), a déclaré que la Suède n’avait pas l’intention d’y adhérer et qu’elle était préoccupée par la suppression de l’indépendance nationale et le degré de centralisation de l’entité.

En fait, après l’assassinat de Palme, la Suède a rapidement donné son accord pour rejoindre la Communauté économique européenne et a libéré les banques étrangères pour qu’elles entrent dans le pays, ce qui était interdit depuis le 19e siècle. Le pays s’aligne également de plus en plus au plan international sur le bloc de l’OTAN, affaiblissant la politique étrangère indépendante que Palme avait construite en envoyant des armes au Vietnam contre les États-Unis et en Palestine contre Israël et en rejetant l’embargo économique contre Cuba. L’adhésion de la Suède à l’OTAN aujourd’hui est la conséquence de ce qui a commencé en 1986.

5ecfdba383cc263df70182cf8dcee0642bcbaade.jpg

L’assassinat de Palme a symboliquement marqué la fin de l’ère sociale-démocrate en Suède et le début de sa décadence industrielle, sociale et internationale, qui l’a fait cesser d’être une référence internationale pour devenir finalement insignifiante. Tout porte à croire qu’il n’en sera pas autrement avec le Japon, s’il reste lié à la zone d’influence occidentale. L’assassinat d’Abe, comme celui de Palme, ne visait pas seulement à l’éliminer physiquement, mais à éliminer toute trace d’indépendance vis-à-vis des instances financières et militaires anglo-américaines. Le monde d’aujourd’hui est pourtant bien différent, et les chances de succès de l’empire de l’OTAN s’amenuisent.

https://www.youtube.com/embed/cp64ZTBS0Ps

L’interview complète se trouve sur le lien suivant: https://www.youtube.com/watch?v=cp64ZTBS0Ps. Palme aborde également des points intéressants qui n’ont certainement pas plu à la finance occidentale, comme la défense de l’énergie nucléaire, la nécessité de l’emploi et du développement économique et la crainte que les nouvelles technologies, si elles sont mal utilisées, n’entraînent une augmentation du chômage et une perte de liberté. Il résume bien les vues d’un vieux social-démocrate, de ceux qui aujourd’hui n’auraient plus leur place dans les hémicycles parlementaires et seraient traités de “dinosaures du jurassique” et de fascistes. 

Note de la rédaction:

En 1986, nous avions émis, dans le numéro 27 de la revue Vouloir (couverture, ci-dessus), un avis qui tranchait, à l’époque, sur les visions d’Olof Palme. On nous avait accusés de “pousser le bouchon trop loin”. De faire du “national-gauchisme” (etc.). On ne pouvait pas dire du bien de cette homme politique suédois parce que c’était un “socialiste” dans un pays dit “permissif”. C’est dire que nous sommes heureux, aujourd’hui, de lire des conclusions similaires sous la plume d’un camarade brésilien.

vou-2710.gif

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.