Négocier ou combattre – Pour qui roule Zelensky ?

Vues : 1688

Source : terreetpeuple.com – 29 juin 2022 – Irnerio seminatore

https://www.terreetpeuple.com/geopolitique-reflexion-69/4962-negocier-ou-combattre-pour-qui-roule-zelensky.html

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Faites un don pour soutenir l’analyse stratégique indépendante

Négocier ou combattre. L’appel de Zelensky à la « victoire militaire » et le remplacement du Zweck par le Ziel.

La perspective d’un conflit prolongé et l’appel à la « victoire militaire », invoqué à plusieurs reprises par Zelensky comme référent incontournable pour l’ouverture de négociations avec la Russie est identifié au succès des combats de l’armée ukrainienne contre les troupes russes, passées, après trois mois d’hostilités, au mode défensif. L’accroissement  du potentiel ukrainien, par le soutien de l’Occident, a fait passer la dialectique de l’affrontement entre forces physiques et forces morales du côté ukrainien. Dans la perspective d’une guerre prolongée la « victoire militaire » prévaut parfois sur tout espoir de paix ou sur l’achèvement des combats. Le consensus de façade au sein des Européens repose sur l’idée que seule une défaite de la Russie permettra de revenir à une stabilisation du système, car sans une défaite russe, l’ambition du Kremlin, selon cette hypothèse ne s’arrêtera pas à la conquête de l’Ukraine et pourra se poursuivre dans les pays baltes. Au fond le but principal de Moscou serait de parvenir à la rupture de la relation euro-atlantique et à l’isolement planétaire de l’empire américain. Le recours à la théorie clausewitzienne de la guerre comme acte politique fondé sur l’inconciliabilité des finalités ultimes, nous aidera à comprendre que la notion de victoire a un sens politique  et non militaire, car le but véritable de la guerre est la paix, autrement dit un certain type d’ordre politique. L’objectif de terminer une guerre doit correspondre également à l’évolution des rapports de force et à un calcul sur l’art de composer le caractère singulier de la tactique et les résultats des combats sur le terrain aux finalités générales (Zweck) de la stratégie. La substitution de la « victoire militaire – Ziel » à la paix, produirait l’autonomie de la guerre par rapport à la politique. Or, si les facteurs de la victoire sont , pour l’essentiel, le potentiel moral et le nombre des effectifs, Zelensky parie sur l’incertitude des promesses occidentales et sur le chantage d’une adhésion émotionnelle à l’Union européenne, pour réussir son pari d’un prolongement du conflit. Ce dernier ne serait favorable qu’à l’acteur dominant du système, allant au-delà  de l’intérêt national de l’Ukraïne.

ze2

Zweck, Ziel et Schwerpunkt

Après une première phase des hostilités, où le « centre de gravité- Schwerpunkt) contre lequel devaient être dirigés les coups de l’invasion russe était représenté par l’unité du camp atlantique, puis par le désarmement de l’Ukraine, le renversement local des forces, puis encore la prise de la capitale, et, pour terminer par le moral des opinions, tous ces chemins distincts du succès des armes, n’impliquaient pas nécessairement la destruction radicale du pays.  Le dénouement des combats et le compromis de paix, ne peuvent être remis à l’environnement stratégique extérieur, constitué par  l’Amérique et l’Otan, mais à la nature de l’Etat, de l’armée, du chef de guerre, qui n’est rien d’autre que des fictions administratives de la cosmopolis occidentale. L’apparence  de structures démocratiques de l’Ukraine, sans consistance historique, explique sa dépendance quasi intégrale de la puissance américaine et son aliénation extra- européenne. Or, la dissociation des deux facteurs inséparables de la « victoire », l’élément moral et l’élément physique, permet à Zelensky de faire croire que la valorisation de la « résistance » à l’envahisseur  l’autorise à poursuivre un conflit illimité et à entraîner dans son sillage l’Europe et les puissances extra-européennes, qui ont voté contre les sanctions appliquées à la Russie aux Nations- Unies. Enfin et, pour terminer, si le terme de « victoire » doit être interprété politiquement et non militairement, dans ce cas, le centre de gravité d’un conflit hégémonique doit être situé dans la zone maritime de l’Asie- Pacifique, compte tenu du système international actuel. La crise ukrainienne, qui a secouée tellement de certitudes européennes, a engendré simultanément une prise de conscience aiguë sur l’actuelle conjoncture stratégique et sur la transformation de la dimension historique du monde, de plus en plus désoccidentalisé. Zelenski poursuit cette tendance, opérant par paris risqués  et par chantages.

ze3

Clé de lecture russe du conflit

 Il confirme, par sa conception de la guerre et de la politique internationale, qu’à la base de l’invasion de l’Ukraine il y a la clé de lecture russe, que la liberté mène à l’anarchie et aux coups d’États (Maïdan) et que ceux-ci conduisent, par l’intervention de l’étranger (Amérique, Otan, UE), au démembrement de l’État russe et à une menace vitale pour son existence (missiles rapprochés). Personne, sur la scène internationale et surtout pas l’Union Européenne n’a défini un projet d’ordre européen pour demain et donc les principes de la stabilité et de la sécurité des jonctions occidentales du Heartland, car personne ne semble en mesure de définir les intentions à moyen terme de la Russie, qui se sent entourée de pays hostiles arborant les drapeaux de l’Otan. De manière générale, pour revenir à la paix, il faut établir un équilibre entre les deux composantes de l’ordre international, puissance et légitimité qui constituent l’essence même de l’art de gouverner. Les calculs du pouvoir des armes sans dimension morale, transformeraient tout désaccord en épreuve de force (H. Kissinger). Or, arrêter un conflit ou reconstruire un système international, après une épreuve historique majeure, est le défi ultime de la Grande Politique. Ceci étant dit, évaluer la signification des tendances en cours, signifie, pour l’Europe réévaluer la notion d’équilibre des forces et réduire significativement la rhétorique des valeurs, que les Occidentaux ont cherché à promouvoir, avec ambiguïté, depuis la fin du colonialisme. Défaillants sur le premier point (logique de puissance), les Européens semblent l’être aussi sur le deuxième, car la rhétorique des valeurs se situe aux deux niveaux de l’ordre international, celui de la défense des principes universels, valables pour tous, et celui de la pluralité des histoires et des cultures régionales, impliquant une diversité de régimes politiques, niées par un globalisme indifférencié.

Les tensions dans le Donbass et la « Nouvelle Guerre Froide »

Au plan historique l’explication des tensions dans le Donbass et celle de la « Nouvelle Guerre Froide », trouvent leurs raisons d’être dans les élargissements continus de l’Otan, à proximité des frontières de la Russie et dans la modification de l’équilibre global des forces entre les États-Unis, la Russie et la Chine à l’ère de la multipolarité. Ce déséquilibre se traduit par une remise en cause de la dissuasion et par la nouvelle doctrine américaine d’emploi de l’arme nucléaire à des fins tactiques, mais ayant des répercussions stratégiques d’ordre général. Le débat qu’elle suscite et les adaptations qu’elle exige, remettent en discussion la centralité de l’atome, au cœur de l’équilibre stratégique sur lequel ils reposaient.

ze4

Vassalité de l’Europe et hégémonie disputée dans l’échiquier planétaire

Il en résulte une fracturation du monde qui comporte de facteurs complémentaires d’incertitude et de multiples formes de vassalité entre les divers pays, et principalement, en Europe, entre les pays d’obédience et d’influence atlantique stricte (GB, Pays nordiques, Hollande, Belgique, Pays baltes et Pologne) et les pays du doute et de la résistance (France, Italie, Allemagne, etc) vis-à-vis du Leader de bloc. Dans l’échiquier planétaire la région des Balkans, de la Mer Noire, de la Caspienne, du plateau turc, du Golfe, de l’Iran, de l’Inde, d’Indonésie, du Japon et d’Australie fait partie des zones à hégémonie disputée et demeure sujette à l’influence grandissante de la Realpolitik chinoise (Hong-Kong et Taïwan), ce qui justifie l’interrogation  sur les buts du réarmement chinois, mais aussi américain et allemand. Pariant, sans vraiment y croire sur la « victoire » de Kiev face à Moscou, l’Amérique  entend clairement « faire saigner la  Russie » (déclaration d’Antony Blinken), en éloignant le plus possible  la perspective d’un compromis et d’une sortie de crise. Par ailleurs la vassalité de l’Europe centrale vis-à-vis de l’Amérique deviendra une nécessité politique et militaire, afin de décourager implicitement l’Allemagne, puissance régionale ou puissance globale, bientôt réarmée, de vouloir unifier demain le continent, en jouant la carte d’une nouvelle entente stratégique avec Moscou, une réédition à risque de l’Ostpolitik. Au-delà de cet horizon, l’équilibre entre les rivalités européennes se prolongera en une recherche de rapports de pouvoir constamment adaptés entre l’Europe occidentale et le reste du monde, constitué des puissances montantes du Golfe, de l’Eurasie et de l’Indo-Pacifique.

Soutiens et « facilités pour la paix », en vue du chantage de la candidature d’adhésion à l’UE

Face à la crise ukrainienne, que l’Amérique aura contribué politiquement à créer et qu’elle aura successivement alimenté en aides et soutiens divers pour un montant d’environ 43 milliards de dollars, l’Europe y a contribué, au titre de « facilités européennes pour la paix » pour un montant estimés à 13,91 milliards (selon le « Kiel Institute for the World Economy » du 18 mai dernier. Or, l’aide militaire, financière et humanitaire de 37 pays occidentaux est équivalente, depuis le début de la guerre, à 74 milliards de dollars. Un coût à part, est destiné à la reconstruction du pays, à hauteur de 750 milliards de dollars. Si on ajoute la recommandation de la Commission d’octroyer à l’Ukraine et à la Moldavie le statut officiel de candidats à l’adhésion, adoptée à la hâte, sous forme de chantage, trois conséquences sont à soumettre au débat sur  ce nouvel élargissement de l’UE, la dilution du projet européen, le déplacement de l’axe de gravité européen vers l’Est et la perspective d’attribution prépondérante à l’Ukraine des fonds de pré-adhésion et des fonds structurels et d’investissement, connectés à la politique agricole commune. En termes parlementaires, l’introduction du principe de la majorité qualifiée, fera perdre définitivement à la France et à l’Allemagne le rôle de moteurs de l’intégration et de pionniers en matière de sécurité en Europe et dans le monde. Ainsi le remodelage géopolitique du système international qui en résulte, a pour fondement la poursuite de l’hégémonie américaine et pour mode d’action l’affaiblissement conjugué de la Russie et de l’Europe. Dans ce contexte, Zelenski représente un danger pour aujourd’hui et une bombe à retardement pour demain.

Irnerio Seminatore

Bruxelles-Paris, le 29 juin 2022.

Une pensée sur “Négocier ou combattre – Pour qui roule Zelensky ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *