Exposé sur l’analyse des documents relatifs aux activités militaires et biologiques américaines en Ukraine

Vues : 2436

Source : fr.mil.ru – 4 août 2022

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Pour nous soutenir commandez le livre : “Globalisme et dépopulation” édité par Strategika

Le ministère de la Défense de la Fédération de Russie continue d’analyser les activités militaires et biologiques des États-Unis et de leurs alliés en Ukraine et ailleurs dans le monde à la lumière des nouvelles informations obtenues dans les territoires libérés.

Les travaux se poursuivent sur l’étude d’échantillons biologiques provenant de soldats ukrainiens qui ont volontairement déposé les armes. Comme nous l’avons indiqué précédemment, de fortes concentrations d’antibiotiques ont été trouvées dans leur sang, ainsi que des marqueurs immunologiques indiquant une exposition au syndrome rénal et aux agents pathogènes du Nil occidental, qui étaient étudiés par le Pentagone dans le cadre des projets ukrainiens UP-4 et UP-8.

Il convient d’accorder une attention particulière à la découverte de stupéfiants, notamment des opioïdes tels que la méthadone, la codepsine, le codeterp, ainsi que des substances de type éphédrine: t-phedrine et tri-phedrine, sur des positions abandonnées par le personnel militaire ukrainien.

La méthadone, drogue de synthèse, est utilisée dans le traitement de la toxicomanie comme traitement de substitution.

Rappelons qu’en Allemagne nazie, pendant la Seconde Guerre mondiale, notamment entre 1943 et 1945, des comprimés de pervitine, un dérivé de l’amphétamine, étaient administrés aux soldats afin de réduire la tension psycho-émotionnelle.

Le médicament a également été utilisé en masse par les troupes américaines pendant les guerres de Corée et du Vietnam.

L’un des effets secondaires de ces drogues addictives est principalement l’agressivité excessive, ce qui explique l’extrême brutalité dont font preuve certains militaires ukrainiens à l’encontre des civils et le bombardement des villes du Donbas.

Compte tenu des informations disponibles sur l’utilisation de stimulants puissants par le personnel de l’AFU, nous examinons les échantillons entrants pour détecter la présence de cette classe de composés. Leurs traces restent longtemps dans les organes et les tissus humains (par exemple, jusqu’à six mois dans les cheveux).

Les résultats des analyses seront remis à la commission d’enquête et utilisés comme preuves dans les enquêtes sur les crimes de guerre commis par le régime de Kiev.

Il y a quelques semaines, lors d’une opération militaire spéciale, le village de Rubezhnoe, dans la République populaire de Lougansk, a été libéré. Des documents ont été trouvés dans le laboratoire du centre médical “Pharmbiotest” situé sur Pochaevskaya, 9 confirmant que des recherches étaient menées en Ukraine depuis plusieurs années pour le compte de ce que l’on appelle “Big Pharma”. Des essais cliniques de médicaments non enregistrés aux effets secondaires potentiellement graves ont été réalisés sur des habitants.

Nous avons examiné les locaux du centre chargé des essais cliniques de médicaments sur des volontaires. Ils ont trouvé des preuves que les clients occidentaux visitaient régulièrement “Pharmbiotest” et avaient accès à toutes les étapes du processus de recherche. Pour faciliter leur travail, les inscriptions sur les équipements, les noms des salles et la documentation de travail ont été dupliqués en anglais.

Pour éviter les risques de réputation et les frais juridiques en cas d’échec des essais de nouveaux médicaments, des entreprises américaines et européennes ont réalisé des essais cliniques sur des citoyens ukrainiens. La rémunération des volontaires était minime et les décès pouvaient facilement être dissimulés. Il n’y a pas eu non plus d’inspections ou de contrôles sérieux de la part des autorités locales.

Cela est conforme au concept occidental de délocalisation des recherches les plus controversées au niveau international. En Ukraine, le personnel militaire, les citoyens à faibles revenus et l’une des catégories les plus vulnérables de la population, les patients des hôpitaux psychiatriques, ont été utilisés à cette fin.

Nous continuons à analyser le matériel documentaire découvert dans le laboratoire de la colonie de Rubezhnoe.

Nous avons déjà informé que plus de 16 000 échantillons biologiques, y compris  de sang et de sérum, ont été prélevés en Ukraine et envoyés aux États-Unis, en Géorgie et dans des pays européens.

Dans le contexte de l’assurance donnée par l’administration américaine que les informations génétiques obtenues des citoyens ukrainiens seront utilisées “…exclusivement à des fins pacifiques…”, je voudrais citer une déclaration de Jason Crowe, de la commission du renseignement de la Chambre des représentants des États-Unis, lors de la conférence sur la sécurité nord-américaine en juillet.

M. Crowe a mis en garde les Américains contre les dangers de donner leur ADN à des sociétés privées pour des tests car : “… il est possible que les résultats des tests soient vendus à des tiers… et que les informations obtenues soient utilisées pour développer des armes biologiques ciblant des groupes spécifiques… ou des individus.”

Compte tenu de l’intérêt de l’administration américaine pour l’étude d’agents biologiques “étroitement ciblés”, ces déclarations obligent à jeter un regard neuf sur les causes de la nouvelle pandémie de coronavirus et sur le rôle des biologistes de l’armée américaine dans l’émergence et la propagation de l’agent infectieux COVID-19.

En mai 2022, Jeffrey Saks – expert de premier plan de la revue médicale respectée “Lancet” et professeur à l’université de Columbia, principale institution universitaire en matière de biosécurité mondiale, a déclaré lors d’une conférence en Espagne que “…le coronavirus a été créé artificiellement et il est très probable qu’il ait été créé grâce aux avancées américaines en matière de biotechnologie…”.

Selon nos experts, cela se traduit par une variabilité non caractéristique des génovariants à l’origine des différents pics d’incidence des coronavirus, des différences significatives en termes de létalité et de contagiosité, une répartition géographique inégale et la nature imprévisible du processus épidémique dans son ensemble. Il semble que, malgré les efforts déployés pour contenir et isoler la maladie, la pandémie soit alimentée artificiellement par l’introduction de nouvelles variantes du virus dans une région particulière.

Nous réfléchissons à la possibilité que l’Agence américaine pour le développement international (USAID) soit impliquée dans l’émergence d’un nouveau coronavirus. Depuis 2009, l’agence finance le programme “Predict”, qui a permis d’étudier de nouvelles espèces de coronavirus en capturant des chauves-souris porteuses de ces virus. L’un des contractants du projet était “Metabiota”, une société connue pour ses activités militaro-biologiques en Ukraine.

De manière caractéristique, en 2019 – avant l’apparition des premiers cas de COVID-19 – l’Institut américain de Johns Hopkins a organisé un exercice appelé “Event-201”, qui s’est exercé à gérer une épidémie d’un coronavirus jusqu’alors inconnu, qui, selon la légende de l’exercice, se transmettait des chauves-souris aux humains via un hôte intermédiaire, le porc. C’est ainsi que le virus de la “grippe espagnole”, qui a coûté la vie de dizaines de millions de personnes, est devenu pandémique.

La mise en œuvre du scénario de COVID-19 et la réduction d’urgence par l’USAID du programme “Predict” en 2019 suggèrent la nature délibérée de la pandémie et l’implication des États-Unis dans son émergence.

Lors d’une opération militaire spéciale, des documents ont été saisis montrant que l’USAID et son principal contractant, “Labyrinthe Ukraine”, participent au programme d’armes biologiques de l’armée américaine depuis 2019.

Notez la lettre du chef du département sanitaire et épidémiologique des forces armées ukrainiennes à la directrice de “Labyrinthe Ukraine”, Karen Saylors. Dans ce document, le commandement des forces armées ukrainiennes se déclare prêt à coopérer avec l’USAID pour administrer des vaccins au personnel militaire et pour collecter, traiter et transmettre des informations présentant un intérêt pour la partie américaine.

Le choix de l’Agence américaine pour le développement international pour coordonner les travaux pourrait avoir été motivé par les préoccupations croissantes de la Russie concernant les activités des laboratoires biologiques ukrainiens, une tentative de “se mettre à l’abri du dange” établissement de la défense américaine et d’éviter les accusations de développement d’armes biologiques.

Il a été établi que “Labyrinthe Ukraine” est une division de la société américaine “Labyrinth Global Health”, et que ses fondateurs sont d’anciens employés de “Metabiota”, un contractant clé du Pentagone dans le domaine militaro-biologique.

 “Labyrinthe Ukraine a participé aux projets UP-9 et UP-10, qui étudiaient la propagation de la peste porcine africaine en Ukraine et en Europe de l’Est.

Je tiens à souligner que dans le cadre du programme de réduction des menaces biologiques du ministère américain de la défense, l’un des domaines de recherche de “Labyrinth Global Health” a été l’étude des coronavirus et du virus de la variole du singe.

Le 23 juillet, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré l’épidémie de variole du singe comme une urgence sanitaire internationale. À ce jour, la maladie a été signalée dans 76 pays, avec plus de 26 000 cas.

Nous constatons donc une tendance claire: les agents infectieux qui tombent dans la zone d’intérêt du Pentagone deviennent ensuite des pandémies, dont les bénéficiaires sont les entreprises pharmaceutiques américaines et leurs mécènes, les dirigeants du parti démocrate américain.

Nous avons déjà documenté l’utilisation d’armes biologiques par les États-Unis à Cuba. Il s’agissait de la propagation délibérée de la dengue, de la peste porcine africaine et de cultures économiquement importantes sur l’île. Je voudrais donner un autre exemple tiré du dossier de la biologie militaire américaine.

En 1997, le gouvernement cubain a porté à l’attention de la communauté mondiale le fait que les États-Unis avaient violé les exigences de la Convention sur les armes biologiques et à toxines. L’accusation se fondait sur le témoignage d’un pilote cubain qui avait enregistré la pulvérisation, à partir d’un avion américain, d’un agent biologique de quarantaine, le thrips des palmiers, susceptible d’endommager l’une des principales industries agricoles de Cuba.

Bien qu’il ait été possible d’initier une réunion extraordinaire des États parties à la CIAB sur cette question, l’incident n’a pas fait l’objet d’une enquête en raison de l’absence d’un mécanisme de vérification de la Convention, que la Fédération de Russie a insisté pour établir.

Cette impunité a contribué à l’utilisation continue de la technologie des armes biologiques par Washington en Amérique latine, y compris l’assassinat de politiciens indésirables.

Le 18 juillet 2022, le président de la République du Venezuela, Nicolas Maduro, a déclaré publiquement l’implication des États-Unis dans l’assassinat de l’ancien chef d’État Hugo Chávez.

Selon les informations dont dispose le Venezuela, les services de renseignement américains travaillent depuis 2002 sur les moyens possibles d’éliminer le dirigeant vénézuélien, qui a mené une politique anti-américaine active. De nombreuses tentatives d’assassinat impliquant des membres de l’ambassade des États-Unis à Caracas ont été découvertes et déjouées.

En violation du droit international, les États-Unis ont participé au développement de médicaments qui, lorsqu’ils sont administrés à court terme, provoquent des maladies chroniques et développent diverses formes de cancer. Selon la partie vénézuélienne, un médicament similaire a été utilisé pour empoisonner Chávez par Claudia Díaz, un membre de l’entourage présidentiel. Elle a fui le Venezuela avec l’aide des services de renseignement américains et a ensuite été renvoyée aux États-Unis pour éviter toute publicité éventuelle sur les détails de sa coopération avec les services de renseignement américains.

Le lien de causalité entre la mort du dirigeant vénézuélien et le développement d’armes biologiques est confirmé par les preuves médico-légales et le témoignage des médecins cubains qui ont traité Chavez sur l’évolution atypique de la maladie et sa résistance à l’utilisation de médicaments.

Grâce à une opération militaire spéciale, les menaces que représentent les bio-objets américains ont attiré l’attention de nombreuses organisations internationales et gouvernementales.

Des manifestations de masse contre les biolaboratoires financés par le Pentagone ont eu lieu dans un certain nombre de pays du monde. Les organisations de la société civile de l’Union économique eurasienne ont adopté une résolution visant à fermer ces biosites.

Dans ce contexte, nous constatons déjà un changement dans l’approche du travail de l’armée américaine dans le domaine biologique dans d’autres pays. Par exemple, les États dans lesquels les États-Unis mènent des recherches à double objectif ont été invités à signer une déclaration collective de coopération avec les États-Unis dans le seul but de “… renforcer la sécurité sanitaire mondiale et réduire l’impact des maladies infectieuses sur les populations…”. C’est le mot “global” et le reste du texte qui attirent l’attention : “dirigé par les États-Unis”.

Toutefois, des fonds supplémentaires seront disponibles par le biais du programme de réduction des risques biologiques pour les pays fidèles à l’initiative américaine.

Le Ministre de la Défense de la Fédération de Russie continuera à analyser les preuves documentaires de la mise en œuvre du programme américain d’armes biologiques en Ukraine et vous tiendra informé des résultats.

3 pensées sur “Exposé sur l’analyse des documents relatifs aux activités militaires et biologiques américaines en Ukraine

  • 10 août 2022 à 17 h 23 min
    Permalink

    Il n’y a rien de nouveau sous le soleil du grand Satan, je rappel que la conquête de l’Amérique du nord ne c’est pas faite uniquement par les armes mais essentiellement avec certaines compagnies américaines du XIXe siècle répandent le virus de la variole pour exterminer les Amérindiens; Des couvertures infectées issues des hospices, étaient offertes aux tribus et un mois plus tard, des mercenaires venaient finir le travail.

    Répondre
  • Ping :Exposé sur l’analyse des documents relatifs aux activités militaires et biologiques am éricaines en Ukraine | Raimanet

  • 11 août 2022 à 22 h 01 min
    Permalink

    Robert Kadlec, colonel de l’armée de l’air, a été nommé à la tête de la branche biowarfare (sous un euphémisme) par Bush fils, puis vice ministre de la santé par DJ Trump (pendant la crise du Covid). Il a ouvertement prôné l’utilisation d’armes bactériologiques. C’est lui qui a organisé des simulations pré-covid curieusement prophétiques.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *