Un groupe d’experts américains dresse la carte et le bilan d’une guerre entre les États-Unis et la Chine à propos de Taïwan

Vues : 2684

Source : zerohedge.com – Traduction : strategika.fr

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Pour nous soutenir commandez le livre : “Globalisme et dépopulation” édité par Strategika

Un groupe d’experts américains en matière de défense, installés au 5e étage d’un immeuble de Washington DC, a dressé la carte d’une guerre hypothétique entre les États-Unis et la Chine au sujet de Taïwan.

“Les résultats montrent que dans la plupart des scénarios – mais pas tous – Taïwan peut repousser une invasion”, a déclaré Mark Cancian, conseiller principal au Center for Strategic and International Studies, qui a simulé divers scénarios de guerre. “Toutefois, le coût sera très élevé pour l’infrastructure et l’économie taïwanaises et pour les forces américaines dans le Pacifique.”

Au cours des sessions qui se dérouleront jusqu’en septembre, des généraux et des officiers de marine américains à la retraite et d’anciens fonctionnaires du Pentagone se penchent comme des joueurs d’échecs sur des tables avec des analystes du groupe de réflexion du CSIS. Ils déplacent des forces représentées par des boîtes bleues et rouges et de petits carrés de bois sur des cartes du Pacifique occidental et de Taïwan. Les résultats seront rendus publics en décembre.” Bloomberg

L’hypothèse de base est que la Chine envahit Taïwan pour forcer l’unification, ce à quoi les États-Unis répondent par leur armée. Une autre hypothèse (qui est “loin d’être certaine”) est que le Japon accorderait des “droits élargis” pour l’utilisation des bases américaines sur son territoire, mais n’interviendrait pas directement à moins que le territoire japonais ne soit attaqué.

Les armes nucléaires ne font pas partie des scénarios, et les armes utilisées dans la simulation sont les plus susceptibles d’être déployées en fonction des capacités actuelles des nations impliquées.

Les nouvelles de ces simulations de jeux de guerre interviennent alors que la Chine a commencé à effectuer des tirs d’essai de missiles ces derniers jours, à la suite de la visite à Taïwan de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi (D-CA).Jusqu’à présent, 18 des 22 tours de la simulation ont abouti à ce que les missiles chinois coulent une grande partie de la flotte de surface américaine et japonaise et détruisent “des centaines d’avions au sol”, selon M. Cancian, ancien analyste du budget de la défense à la Maison Blanche et Marine américain à la retraite.

“Cependant, les contre-attaques aériennes et navales alliées martèlent la flotte amphibie et de surface chinoise exposée, et finissent par couler environ 150 navires”, ajoute-t-il.

“La raison des pertes américaines élevées est que les États-Unis ne peuvent pas mener une campagne systématique pour abattre les défenses chinoises avant de s’approcher”, poursuit M. Cancian. “Les États-Unis doivent envoyer des forces pour attaquer la flotte chinoise, notamment les navires amphibies, avant d’établir une supériorité aérienne ou maritime.”

“Pour avoir une idée de l’ampleur des pertes, dans notre dernière itération du jeu, les États-Unis ont perdu plus de 900 avions de chasse/attaque en un conflit de quatre semaines. Cela représente environ la moitié de l’inventaire de la marine et de l’armée de l’air.”

Selon les simulations, la force de missiles chinoise “est dévastatrice tant que l’inventaire dure”, ce qui rend les sous-marins américains et les bombardiers à longue portée “particulièrement importants.” Les capacités de défense de Taïwan sont également essentielles, car ses forces seraient principalement chargées de contrer les débarquements chinois en provenance du Sud.

“Le succès ou l’échec de la guerre terrestre dépend entièrement des forces taïwanaises”, a déclaré Cancian. “Dans toutes les itérations du jeu jusqu’à présent, les Chinois ont pu établir une tête de pont, mais dans la plupart des circonstances, ils ne peuvent pas l’étendre. L’attrition de leur flotte amphibie limite les forces qu’ils peuvent déployer et soutenir. Dans quelques cas, les Chinois ont pu tenir une partie de l’île mais pas conquérir l’île entière.”

“Pour les Taïwanais, les missiles antinavires sont importants, les navires de surface et les avions le sont moins”, car les navires de surface “ont du mal à survivre tant que les Chinois disposent de missiles à longue portée.”

Aucune estimation n’a été faite jusqu’à présent sur les vies perdues, ni sur l’impact économique considérable d’un tel conflit entre les États-Unis et la Chine.

Comme le fait remarquer Ray Dalio, de Bridgewater, “l’escalade entre les États-Unis et la Chine est très dangereuse”.

Malheureusement, ce qui se passe actuellement entre les États-Unis et la Chine au sujet de Taïwan suit le chemin classique vers la guerre décrit dans mon livre “Principles for Dealing with the Changing World Order”. Si les événements continuent à suivre cette voie, ce conflit aura un impact mondial bien plus important que la guerre Russie-Ukraine, car il oppose les principales superpuissances du monde, qui sont économiquement bien plus grandes et bien plus imbriquées.

Pour les raisons expliquées précédemment, la guerre Russie-Ukraine est mineure en comparaison, bien que les deux conflits soient liés et que la guerre Russie-Ukraine, comme toutes les guerres, ait des conséquences terribles. Par exemple, il faut savoir que la part de la Chine dans le commerce mondial est plus de sept fois supérieure à celle de la Russie et qu’elle représente environ 19 % de toutes les importations américaines de produits manufacturés. Imaginez que l’importation de biens en provenance de Chine et les transactions commerciales avec la Chine soient soumises aux mêmes règles que celles qui s’appliquent actuellement à la Russie. Imaginez les répercussions sur la chaîne d’approvisionnement et l’économie mondiale. Imaginez ce que seraient les sanctions contre la Chine pour le monde entier. Les chaînes d’approvisionnement s’effondreraient, l’activité économique plongerait et l’inflation s’envolerait. Et il ne s’agit là que de ce qui arriverait aux économies en cas de guerre économique, ce qui ne serait rien en comparaison de l’impact qu’aurait une guerre militaire, dont nous sommes manifestement dangereusement proches.

Pour les raisons expliquées dans mon livre, la situation qui existe actuellement entre les États-Unis et la Chine est très similaire à celle qui existait entre les puissances immédiatement avant les deux guerres mondiales et de nombreuses autres périodes d’avant-guerre. Le graphique ci-dessous présente ma jauge de conflit entre les États-Unis et la Chine depuis 2000. Comme vous pouvez le constater, l’indice de conflit entre les États-Unis et la Chine est le plus élevé jamais enregistré.

Cet indice est composé de nombreux indicateurs tels que l’évolution des dépenses, du personnel et du déploiement militaires, le sentiment de la population de chaque pays à l’égard de l’autre, l’attention accordée au conflit par les médias, etc. La combinaison des dépenses militaires et de l’attitude envers chaque pays rival a été particulièrement révélatrice. Le graphique ci-dessous montre les parts des dépenses militaires mondiales des États-Unis et de la Chine. Il sous-estime considérablement les dépenses militaires de la Chine, car une grande partie des dépenses gouvernementales qui soutiennent l’armée ne sont pas incluses dans les dépenses militaires directes. En outre, les dépenses militaires américaines couvrent le monde entier, tandis que les dépenses militaires chinoises sont davantage axées sur la région. Des parties bien informées me disent que la Chine a une supériorité militaire significative autour de Taïwan.

Le graphique ci-dessous présente les données d’un récent sondage Gallop et montre que 80 % des Américains ont désormais une opinion défavorable de la Chine, ce qui correspond à l’opinion des Américains sur la Russie (et constitue une augmentation significative au cours des dernières années).

Pour mettre en perspective le niveau actuel de conflit entre la Chine et les États-Unis, le tableau ci-dessous compare la lecture actuelle de la jauge de conflit États-Unis-Chine aux lectures passées d’autres grands conflits. Comme le montre le tableau, la lecture actuelle pour les États-Unis et la Chine se situe à près de 1,2 écart-type au-dessus de la moyenne, ce qui correspond à une lecture dans le haut de la fourchette des conflits majeurs. Bien que cela traduise un niveau et un risque élevés de conflit, il ne faut pas en déduire qu’une aggravation est à venir. Parfois, ces moments d’intensification des conflits sont suivis d’un recul de la guerre. Par exemple, la période qui a précédé la crise des missiles de Cuba a donné lieu à un indice relativement élevé de 0,9, mais la sagesse l’a emporté et un désastre potentiel a été évité.

Il existe de nombreuses autres mesures qui traduisent l’évolution de la situation et qui sont expliquées dans mon livre. Je n’ai pas la place de vous les montrer ici, mais je continuerai à les tracer avec les analogies historiques que j’ai décrites dans le livre. Je les utiliserai pour brosser un tableau aussi précis que possible de ce qui se passe et le replacer dans un contexte historique. Le tracé des points parlera de lui-même quant à la voie que nous suivons.

Pour ce qui est de ce qui se passe actuellement, les Chinois répondent à la visite de Nancy Pelosi en coupant la plupart des relations et en démontrant qu’ils peuvent contrôler militairement la zone entourant Taïwan, ce qui implique que la Chine pourrait couper Taïwan du reste du monde. Imaginez cela et ses implications, par exemple, imaginez que les puces à semi-conducteurs ne puissent pas sortir de Taïwan. La Chine affiche également sa puissance militaire et franchit des lignes de démarcation qui n’avaient jamais été franchies auparavant, se rapprochant ainsi de Taïwan. [7]

La visite de Pelosi a été perçue par la Chine comme une démarche en faveur de l’indépendance de Taïwan plutôt que d’une Chine unique dont Taïwan ferait partie, et elle met essentiellement les États-Unis au défi de l’empêcher de faire ce qu’elle fait. La question est de savoir si les États-Unis répondront par une autre escalade qui entraînera une autre réponse chinoise, dans le cadre de l’accélération classique du tit-for-tat vers la guerre, ou si les deux parties prendront du recul.

Pour vous faire une idée du passé et des forces qui poussent les États-Unis et la Chine à évoluer vers la guerre (c’est-à-dire le grand cycle), je vous suggère de lire le chapitre 13 “Relations et guerres entre les États-Unis et la Chine”. Je vous suggère de prêter une attention particulière à mon explication des précédentes crises du détroit de Taïwan et aux raisons pour lesquelles j’ai dit que je m’inquiéterais si nous avions une “quatrième crise de Taïwan”, qui est la crise que nous vivons actuellement. Pour comprendre ce qui se passe, vous devez comprendre ces éléments.

Comme je l’ai résumé à la page 455 de ce chapitre, dans la section “Le risque d’une guerre inutile” : “Les guerres stupides se produisent souvent à la suite d’un conflit. Les guerres stupides sont souvent le résultat d’un processus d’escalade de type “tit-for-tat” dans lequel il est plus important de répondre aux actions, même minimes, d’un adversaire que d’être perçu comme faible, surtout lorsque les deux parties ne comprennent pas vraiment les motivations de l’autre partie. L’histoire nous montre que c’est surtout un problème pour les empires en déclin, qui ont tendance à se battre plus qu’il n’est logique parce que toute retraite est considérée comme une défaite. Prenez la question de Taïwan. Même si le fait que les États-Unis se battent pour défendre Taïwan semble illogique, ne pas combattre une attaque chinoise sur Taïwan peut être perçu comme une grande perte de stature et de pouvoir sur les autres pays qui ne soutiendront pas les États-Unis s’ils ne se battent pas et ne gagnent pas pour leurs alliés. En outre, de telles défaites peuvent faire paraître les dirigeants faibles aux yeux de leur propre peuple, ce qui peut leur coûter le soutien politique dont ils ont besoin pour rester au pouvoir. Et, bien sûr, les erreurs de calcul dues à des malentendus lorsque les conflits se déroulent rapidement sont dangereuses. Toutes ces dynamiques créent de fortes tendances à l’accélération des guerres, même si ces guerres mutuellement destructrices sont bien pires que la coopération et la concurrence par des moyens plus pacifiques. Il existe également un risque que la rhétorique mensongère et émotionnelle s’installe aux États-Unis et en Chine, créant ainsi une atmosphère propice à l’escalade.

Bien que la puissance des forces à l’origine du grand cycle expliqué dans “Principes pour faire face à l’évolution de l’ordre mondial” puisse être écrasante, les gens ont encore des choix qui affecteront les résultats. Ce conflit est encore un conflit militaire de faible intensité (que j’appelle un conflit militaire de catégorie 2) parce que 1) il n’a pas encore donné lieu à un échange de sang entre les deux camps principaux, c’est-à-dire les Chinois et/ou les Américains, et 2) il ne se déroule pas sur la patrie de l’un ou l’autre pays (bien que les Chinois disent que Taïwan fait partie de leur patrie même si elle ne fait pas partie de la Chine continentale). Si l’un ou l’autre de ces éléments devait changer, ce serait le prochain grand pas vers une guerre totale inimaginable, que je considère toujours comme improbable.

Une bonne chose est que les personnes sensées des deux côtés ont peur de la guerre, même si elles ne veulent pas en avoir l’air. Une mauvaise chose est que certaines personnes des deux côtés veulent intensifier le combat parce que ne pas le faire face à la provocation serait perçu comme un signe de faiblesse. Cette dynamique qui consiste à faire monter les enchères pour éviter de donner l’impression de reculer s’est avérée très dangereuse tout au long de l’histoire. Nous avons vu de nombreux cas historiques qui ont conduit à des guerres terribles parce qu’aucun des deux camps ne voulait reculer et très peu de cas où des personnes sensées ont reculé devant la perspective d’une destruction inacceptable.

J’espère que l’escalade de la Chine ne conduira pas à la prochaine escalade américaine qui conduira à la prochaine escalade chinoise qui, malgré le fort désir des personnes sensées des deux côtés d’éviter la guerre, conduira à une guerre. Mais l’espoir n’est pas une stratégie. Je vais donc essayer d’être aussi réaliste que possible, de naviguer en conséquence et de bien communiquer avec vous.

3 pensées sur “Un groupe d’experts américains dresse la carte et le bilan d’une guerre entre les États-Unis et la Chine à propos de Taïwan

  • 10 août 2022 à 18 h 36 min
    Permalink

    Quand on connait la listes des “succes” militaires,des uniens a chaque intervention,depuis les années 70,…Avec ce genre de previsionistes, militaires de bureaux,on est plus trop etonné.. LOL LOL

    Répondre
  • 11 août 2022 à 0 h 50 min
    Permalink

    Ces imbéciles tiennent vraiment à mettre la planète à feu et à sang.

    Répondre
  • 13 août 2022 à 2 h 15 min
    Permalink

    La destruction est de mise pour ressusciter le Capital. L’hégémon états-unien n’est plus en bonne posture pour gagner une guerre à moins d’initier l’utilisation de l’arme nucléaire (suicide) parce qu’elle fera des dommages massifs de part et d’autre, abaissera significativement les populations particulièrement ”concernées” pour avancer rapidement vers une réinitialisation qui sera en bonne posture pour mettre à la marge le rôle du gueux dans l’équation des derniers temps…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.