Le Council on Foreign Relations, l'”arme miracle” de la géopolitique atlantique

Vues : 1425

Source : euro-synergies.hautetfort.com – 23 septembre 2022 – Andrei Kosterine

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/09/23/le-council-of-foreign-relations-l-arme-miracle-de-la-geopolitique-atlantiqu.html

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Pour nous soutenir commandez le livre : “Globalisme et dépopulation” édité par Strategika

“Que vous le vouliez ou non, un gouvernement mondial sera mis en place. Si l’humanité ne l’accepte pas de son plein gré, nous devrons l’y forcer”.

James Warburg (1950)

Deux points de vue extrêmes sur les forces motrices de l’histoire existent depuis longtemps. La première est que l’histoire est soumise à des lois objectives strictes, qui dépendent peu de la volonté des rois, des présidents et, a fortiori, des simples mortels. La seule chose que l’on puisse faire est d’apprendre ces lois afin que, en en saisissant les significations et les tendances, on puisse aider l’histoire à faire son travail aussi efficacement et sans douleur que possible. Ce point de vue a été incarné de la manière la plus cohérente par le matérialisme historique.

L’autre extrême considère l’histoire comme une conspiration. Dans cette approche conspirationniste, l’histoire apparaît comme un flux continu d’intrigues, de négociations séparées, d’accords sous la table, de tentatives d’assassinat et de coups d’État. Pour le théoricien de la conspiration, “chevaucher le tigre” de l’histoire signifie créer ses propres sociétés secrètes et exposer celles de l’ennemi, tisser ses propres intrigues et déjouer celles des autres.

Les deux points de vue sont pertinents à leur manière. L’histoire a sans aucun doute des lois et des significations, qu’il est nécessaire de connaître pour agir avec elle, et non malgré elle. L’un des personnages principaux de notre récit, Allen Dulles, a déclaré qu’il est facile de confondre un homme avec des faits, mais une fois qu’il comprend les tendances, il ne peut pas être dupé” [1].

Mais il ne fait également aucun doute que les conspirations et les sociétés secrètes jouent un rôle important dans les bouleversements historiques. Les loges secrètes et les conspirations ont renversé de puissantes dynasties et fait des révolutions dans des sociétés apparemment plus prospères, inversant le cours de l’histoire à 180 degrés et faisant passer les dirigeants pour des outsiders sans espoir. L’histoire n’est pas tant un jeu d’échecs qu’un jeu de bridge, non seulement une science mais aussi l’art de se montrer plus malin que l’adversaire, en cachant les principales cartes gagnantes jusqu’au dernier moment. Toutefois, lorsqu’il s’agit d’une victoire tactique, ou lorsque l’histoire se trouve à un point de bifurcation (c’est-à-dire lorsqu’un petit impact sur le système peut entraîner des conséquences imprévisibles), le jeu se transforme en une partie de poker, où la tâche principale consiste à tromper l’adversaire. C’est dans ces moments-là qu’apparaissent les outils perfides de la conspiration.

794d4487ef7d3b2a1da84929d03a65c9.jpg

L’Occident a réussi à combiner les deux extrêmes, créant une arme véritablement miraculeuse: les think tanks. D’une part, ce sont de puissants centres de recherche et d’analyse (“universités sans étudiants”, comme on les appelait avant la Seconde Guerre mondiale). D’autre part, plus ces “usines” étaient fermées et secrètes, plus elles étaient efficaces. L’incroyable efficacité des usines à pensées était due à une combinaison astucieuse de recherche, de renseignement et d’activités subversives, ainsi qu’à une organisation en réseau rusée qui dissimulait les véritables cibles et bénéficiaires. “Les usines à pensées sont entrelacées avec la classe politique (establishment), les services de renseignement et les élites financières et industrielles de la manière la plus intime, orchestrant des interactions complexes entre différents groupes, parfois en concurrence féroce les uns avec les autres. Les usines à idées sont les cerveaux et les mains de ce que l’on appelle communément “l’État profond”” [2].

Elles constituent une puissante épine dorsale idéologique et politique de l’establishment occidental (principalement américain), sa colonne vertébrale intellectuelle et son potentiel. Selon N. A. Narochnitskaya, “ces puissants générateurs d’idéologie créent des axiomes subtils et indirects de la vision du monde pour les initiés et des stéréotypes pour les profanes ; leur vaste activité internationale supplante et complète le travail de la diplomatie et du renseignement idéologique américains. Enfin, ils sont le “sang & cerveau” des élites par lequel circule le ‘vrai savoir’, les médias identifiant magistralement les intérêts américains aux canons éthico-moraux de l’univers et traitant le demos de millions de personnes, naïvement convaincues de leur supposée ‘kratia‘” [3].

La raison d’être des think tanks: propagande, création et mise en œuvre d’idéologies, développement et contrôle du discours public et politique, endoctrinement, formation et recherche sur l’opinion publique, élaboration de politiques publiques sur un large éventail de questions (externalisation et lobbying), collecte et analyse de données, analyse et journalisme, publication de livres et de médias, service à la clientèle, formation du personnel, un havre bien rémunéré pour les politiciens, militaires et fonctionnaires à la retraite. Les “usines à penser” se trouvent au sommet de la pyramide de l’information, grâce à laquelle la véritable gouvernance a lieu.

L’ouvrage Thought Factories as an Integral Part of the Western Supersociety de Vladimir Maslov [4] fournit des données uniques sur les “usines à pensées” qui ont été déclassifiées à partir d’un ensemble de données circonstancielles. La liste contient 155 organisations, révélant leur personnel et leurs budgets. Parmi elles, des organisations aussi connues et influentes que la Fondation Carnegie, la Hoover Institution, le World Resources Institute, la Heritage Foundation, la RAND Corporation, Human Rights Watch, Freedom House, etc.

Parmi elles, à une modeste 12e place, se trouve le Council on Foreign Relations (CFR), l’un des instruments les plus puissants de la géopolitique américaine, objet de notre analyse.

Lorsque Karl Polanyi a inventé la notion de “supériorité intellectuelle pernicieuse” [5] des dirigeants du Troisième Reich sur leurs opposants comme l’une des principales raisons du succès précoce d’Hitler, il avait à l’esprit non pas tant la connaissance que la trahison visant à la destruction de l’ordre mondial existant. Exactement la même circonstance, la sinistre supériorité intellectuelle des élites occidentales, a joué un rôle important dans la victoire du libéralisme dans la lutte pour l’hégémonie mondiale. Et les outils les plus efficaces pour atteindre cette “sinistre supériorité intellectuelle” étaient et sont toujours les “think tanks”, notamment le Council on Foreign Relations.

Weapons_For_Liberty._USA_Bonds._Third_Liberty_Loan_Campaign._Boy_Scouts_of_America._Be_Prepared. _-_NARA_-_512598.jpg

La naissance du CFR

Dans le premier quart du 20ème siècle, l’Idée américaine, qui avait circulé dans l’esprit du public comme une fusion syncrétique de la Destinée manifeste de John O’Sullivan et de la doctrine isolationniste de Monroe, a subi un changement important. Les États-Unis se retrouvent embarqués dans la Première Guerre mondiale. Après la paix de Versailles, les États-Unis commencent à repenser leur place dans le système mondial. Alors que la Destinée manifeste s’était auparavant révélée par un projet stratégique visant à obtenir l’indépendance américaine vis-à-vis des puissances européennes et à établir un contrôle sur l’Amérique centrale et latine (la Doctrine Monroe proprement dite), les États-Unis se sentent désormais prêts à étendre leurs intérêts et leurs valeurs au-delà du continent américain – la complicité dans la victoire sur l’Allemagne leur offre une perspective historique. De plus, l’Angleterre, ancien empire maritime, perdait le contrôle de ses colonies sous ses yeux, laissant un important vide de pouvoir et d’influence. En revanche, l’économie américaine était en plein essor, et les États-Unis ont progressivement commencé à acheter des colonies britanniques et à y imposer leur contrôle économique et politique sous couvert d’indépendance et de démocratie. C’est ainsi que naît la Doctrine Wilson, qui remplace la Doctrine Monroe. Désormais, le monde entier devient le territoire désigné pour le contrôle stratégique américain et la diffusion des valeurs américaines (démocratie, droits de l’homme, libre entreprise) [6].

usa-ww1-chateau-thierry_orig.jpg

Dès sa fondation en 1921, le Council on Foreign Relations a été conçu comme le groupe de réflexion le plus influent pour les décisions stratégiques dans le domaine des relations internationales. Un précurseur de la création du Conseil peut être considéré comme la mise en place en 1917 par le président américain Woodrow Wilson de l’Inquiry, un groupe de recherche de 150 scientifiques qui avait été mobilisé par le proche conseiller de Woodrow Wilson, le “Colonel” Edward Mandell House, et le journaliste Walter Lippmann, qui était le sous-secrétaire américain à la Défense, pour développer une nouvelle vision du rôle mondial des États-Unis dans le monde de l’après-guerre.

220px-Colonel_Edward_M._House.jpg
Walter_Lippmann_1914.jpg

En haut, le Colonel Mandell House; en bas, le journaliste Walter Lippmann.

L’entreprise est financée par de grands banquiers américains (notamment Rockefeller, Warburg et Morgan). Le fruit immédiat de ce travail fut les Quatorze Points de Wilson, qui exposaient une nouvelle stratégie américaine pour la paix après la Première Guerre mondiale et constituaient à bien des égards une réaction au décret de paix de Lénine.

La Commission est depuis devenue le centre d’institutionnalisation de toute la tradition géopolitique anglo-saxonne et, plus généralement, occidentale, qui privilégie la “civilisation de la mer” et la perspective de sa domination planétaire. Depuis sa création, la CFR a cherché à être le centre intellectuel de la politique mondiale, une sorte de codificateur du “gouvernement mondial”, compris comme une instance de contrôle global au nom du sujet géopolitique qu’est la “civilisation de la mer”. La géopolitique allait désormais se développer principalement dans le cadre de cette organisation et de ses structures scientifiques, politiques et de renseignement associées [7].

À la fin de la Première Guerre mondiale, Wilson se rend en Europe pour assister en personne à la conférence de paix de Versailles. Il est accompagné de cinq assistants personnels, dont le colonel House, et de 23 membres de la commission d’enquête. La délégation américaine impose son modus operandi à ses partenaires: elle interdit toute discussion sur les accords de paix tant que les pays n’ont pas déterminé ce que sera cette paix. Elle fait également part de ses plans pour un monde ouvert au commerce, sans restrictions ni réglementations douanières. En fait, ces plans reflètent ce que l’on appellera plus tard la mondialisation. Il soutient également la création d’une Société des Nations, dont le but serait de prévenir les guerres. Ce plan est largement corrigé par les Européens et finalement rejeté par le Congrès américain, qui exprime ainsi sa désapprobation envers Wilson [8].

Dans le même temps, les délégations britannique et américaine décident de créer, en dehors de la Conférence de la Paix, une Académie qui réunirait les deux États. Son but serait d’institutionnaliser les activités de la Commission d’enquête, ce qui permettrait de développer et de promouvoir une stratégie atlantique commune en matière de politique étrangère. Finalement, l’Anglo-American Institute of International Relations se scinde en deux divisions indépendantes, l’une basée à New York et l’autre à Londres. La division américaine, le Council on Foreign Relations, est organisée par Elihu Root (photo, ci-dessous), secrétaire d’État sous Theodore Roosevelt (qui a sanctionné les invasions américaines de Cuba, du Honduras et de la République dominicaine et a néanmoins obtenu le prix Nobel de la paix). À la même époque, les Britanniques ont créé le Royal Institute for International Affairs (RIIA), mieux connu sous le nom de Chatham House pour son emplacement dans un ancien hôtel de maître londonien. Ils ont également créé un troisième centre pour la gouvernance mondiale, le Pacific Studies Unit, basé en Europe, mais celui-ci n’a pas connu un grand développement.

Elihu_Root,_bw_photo_portrait,_1902.jpg

Les règles de fonctionnement du CFR et de Chatham House sont les mêmes que pour tous les instituts de recherche: les participants sont encouragés à travailler sur des objectifs définis en dehors de l’organisation et sous un faux nom. Le noyau des nouvelles organisations devient une collection d’éminents banquiers, magnats de l’industrie, politiciens, généraux, avocats, scientifiques et journalistes. Parmi les premiers membres figurent David Rockefeller, John Pierpont Morgan, son avocat, le millionnaire John William Davis (premier président du Conseil), Herbert Hoover (président des États-Unis), Averell Harriman (ambassadeur des États-Unis en URSS), John Foster Dulles (secrétaire d’État sous le président Eisenhower), Allen Dulles (premier chef de la CIA, président du Conseil dans les années 1946-1950), l’avocat Paul Cravat, Paul Warburg (fondateur de la Fed), les banquiers Henry P. Davison, Mortimer Schiff, Thomas Lamont et Russell Lefingwell [9].

Les membres fondateurs et les premiers responsables de Chatham House ne sont pas moins solides : Lionel Curtis, l’homme d’État britannique Robert Cecil (prix Nobel de la paix en 1937), l’ancien ministre des Affaires étrangères Edward Grey, l’ancien Premier ministre Arthur Balfour, Lord Lothian, l’économiste John Maynard Keynes, le professeur d’Oxford Alfred Zimmerman, l’historien Arnold Toynbee [10]. La CFR était parrainée par la famille Morgan, John Rockefeller, Bernard Baruch, Jacob Schiff, Otto Kahn et Paul Warburg.

Il est intéressant de noter qu’au début, seuls les citoyens américains et britanniques pouvaient travailler au CFR et à Chatham House. La nature des deux organisations s’est développée différemment en Grande-Bretagne, tournée vers son empire, et aux États-Unis, enclins à l’isolationnisme. Ces différences se reflètent de manière éloquente dans les noms des revues qu’elles publiaient : Foreign Affairs appartenait au CFR et International Affairs à Chatham House.

h1380-23560.jpg

En 1921, Isaiah Bowman (photo, ci-dessus), un scientifique américain et président de l’American Geographical Society, devenu l’un des principaux idéologues du programme de Woodrow Wilson, prend la direction du CFR. Bowman a formulé le concept d’un “nouveau monde”, dans lequel il a décrit l’équilibre des intérêts nationaux des différents États, préférant que les États-Unis parviennent progressivement à dominer le monde. Bowman a esquissé une stratégie géopolitique pour le développement du CFR au cours des décennies suivantes : une voie graduelle vers un “gouvernement mondial” dans l’intérêt de la communauté euro-américaine, par le biais d’une implication consciente et délibérée des Etats-Unis dans les processus mondiaux, où qu’ils se produisent.

En 1922, Edwin Francis Gay (photo, ci-dessous), ancien doyen de la Harvard Business School et directeur du War Shipping Board, dirige les efforts du Council on Foreign Relations pour publier un journal qui deviendrait une source “faisant autorité” en matière de politique étrangère. Il a réuni 125.000 dollars auprès de riches membres du Council et, en septembre 1922, il a fondé la publication de Foreign Affairs, qui, en quelques années, a acquis la réputation d’être “la revue américaine de relations internationales qui fait le plus autorité” [11].

Portrait_of_Edwin_Francis_Gay.jpg

L’éminent géopoliticien britannique Halford Mackinder, qui faisait partie de la délégation britannique lors de la conclusion du traité de Versailles, commence à travailler avec le Conseil. Mackinder s’est directement confronté à Wilson et à ses partisans idéologiques lors de la préparation du traité de Versailles et a explicitement interprété la doctrine Wilson comme une prétention des États-Unis à remplir la fonction de “puissance mondiale” à l’échelle planétaire. Il reconnaît volontiers l’impérialisme anglo-saxon familier derrière l'”idéalisme” dont il était lui-même un partisan actif. Et c’est à ce moment que les deux tendances – britannique et nord-américaine – se fondent en une seule tradition géopolitique commune, communément appelée “anglo-saxonne” ou “atlantiste”. Les vues de Alfred Thayer Mahan, les développements des scientifiques américains dans le domaine de la “géographie politique” et la stratégie planétaire de domination américaine dans l’esprit de Woodrow Wilson fusionnent avec la géopolitique impériale britannique de H. Mackinder. La géopolitique impériale britannique de Mackinder et désormais une tendance commune. Mackinder publiera plus tard ses textes politiques dans Foreign Affairs, l’organe de presse du CFR. Son dernier article, “The Round Planet and the Victory of the Peace Forces”, dans lequel H. H. Mackinder publiera ses vues sur la structure politique du monde après la Seconde Guerre mondiale dans cette même revue [12].

Bien qu’il y ait trois centres de gouvernement formellement autonomes (CFR, Chatham House et Pacific Studies), ces centres collaboraient étroitement et, de plus, étaient profondément intégrés dans la structure unique de ce que l’on appelle le “Deep State”. L’État profond trouve ses origines dans la Table ronde de Lord Alfred Milner (portrait, ci-dessous), une société secrète britannique qui se préoccupait d’établir un “gouvernement mondial” sous le patronage des Rothschild. En fait, Chatham House était une extension de la Table ronde. Après la mort de Lord Milner en 1925, les références à la Table ronde sont rares, tandis que les références à la Royal Institution sont plus fréquentes. Il suffit de dire que le secrétaire de Milner était Lionel Curtis, l’un des fondateurs de Chatham House. À la même époque, aux États-Unis, la Table ronde était étroitement associée aux familles Schiff, Warburg, Guggenheim, Rockefeller et Carnegie. Certains historiens affirment explicitement que la CSM a été fondée en 1921 par la Round Table Society, ce qui représente sa réédition sur le sol américain [13].

milner.jpg

Une brève histoire à succès

Depuis la fin des années 1930, la Fondation Ford et la Fondation Rockefeller ont versé des sommes importantes au Council on Foreign Relations. En 1938, plusieurs comités de relations internationales ont été créés à travers le pays, financés par une subvention de la Fondation Carnegie. Ces comités influençaient les dirigeants locaux et façonnaient l’opinion publique afin d’assurer le soutien aux politiques du Council on Foreign Relations et servaient de “points d’écoute utiles” grâce auxquels le Council on Foreign Relations et le gouvernement américain pouvaient “sentir l’humeur du pays”.

À partir de 1939, le CFR a gagné en prestige et en influence au sein du gouvernement américain et du Département d’État lorsqu’il a créé le groupe War and Peace Studies, qui était strictement confidentiel et financé par la Fondation Rockefeller. Le secret entourant ce groupe était tel que les membres qui ne participaient pas à ses délibérations ignoraient totalement l’existence du groupe d’étude dont question. Le CFR était divisé en quatre groupes thématiques fonctionnels : économique et financier, sécurité et armement, territorial et politique. Le groupe Sécurité et armements était présidé par Allen Dulles, qui devint par la suite un personnage clé du précurseur de la CIA, l’Office of Strategic Services, fondé par l’agent britannique du MI6 William Donovan.

L’étude [11] indique que sur 502 responsables gouvernementaux interrogés entre 1945 et 1972, plus de la moitié étaient membres du Council on Foreign Relations. Sous l’administration de Dwight Eisenhower, 40 % des hauts responsables de la politique étrangère américaine étaient membres du CFR ; sous Harry Truman, 42 % des postes de haut niveau étaient occupés par des membres du CFR. Sous l’administration de John F. Kennedy, ce chiffre est passé à 51 pour cent, et sous l’administration de Lyndon Johnson, il a atteint 57 pour cent.

a8403324331c40bdae2f8ecde8701ded.jpg

Dans “Sources of Soviet Behaviour” (en général, l’anonymat ou la publication sous pseudonymes était une caractéristique du CFR et de Chatham House qui dissimulait les véritables auteurs), publié dans Foreign Affairs en 1947, George Kennan du groupe de recherche du Council on Foreign Relations a inventé le terme “containment” (endiguement). Cet essai allait avoir un impact majeur sur la politique étrangère des États-Unis pour sept futures administrations présidentielles. Harry Truman charge Kennan de rédiger la loi sur la sécurité nationale, qui devient la base de tout le système de renseignement de la nation (Comité des chefs d’état-major, CIA, Conseil de sécurité nationale). Les postes les plus élevés de ces agences secrètes sont occupés par des hommes du JIT : Allen Dulles, Dean Acheson, Charles Bowlen, Everell Harriman, Robert Lovett et John McCloy. Par conséquent, ces institutions utilisent le TJC pour empêcher le retour des politiques isolationnistes et pour mobiliser l’élite de la société en faveur du plan Marshall et de l’OTAN. En raison du nouvel intérêt suscité par le groupe, le nombre de membres passe à 1000 après la Seconde Guerre mondiale.

Dwight Eisenhower a présidé le groupe d’étude du CFR lorsqu’il était président de l’université de Columbia. Une fois devenu président des États-Unis, Eisenhower a recruté de nombreux membres du cabinet du CFR. Sa principale nomination au sein du CFR fut le secrétaire d’État John Dulles. En 1954, en réponse à l’essai de la bombe atomique par l’Union soviétique, John Dulles prononce un discours public à la Harold Pratt House de New York (le siège du CFR), dans lequel il annonce la nouvelle orientation de la politique étrangère d’Eisenhower, passant d’une simple politique d’endiguement à une confrontation indirecte. Le Conseil a ensuite convoqué une session sur “les armes nucléaires et la politique étrangère” en 1955 et a choisi Henry Kissinger, un professeur de l’Université de Harvard (et officier de renseignement à temps partiel), pour la diriger. Le groupe de travail, dirigé par Kissinger, présente la doctrine nucléaire américaine un an plus tard.

2028aea242920af8e00d9c446bf6390b.jpg

Après l’essai de la bombe atomique par la Chine en 1964, le CFR commence à préconiser des contacts (“maintenir une politique d’ouverture”) avec un nouveau membre du “club nucléaire”). Richard Nixon annonce le nouveau projet dans Foreign Affairs. En 1971, Kissinger, conseiller à la sécurité nationale (directeur du NSC de 1977 à 1981), effectue un voyage secret à Pékin pour discuter des négociations avec les dirigeants chinois (cette manœuvre diplomatique de Kissinger, utilisée par la suite à plusieurs reprises et avec succès dans les négociations au Moyen-Orient, reçoit même le nom spécial de “diplomatie de la navette”). Nixon lui-même se rend en RPC en 1972, et les relations diplomatiques entre les pays sont complètement normalisées par le secrétaire d’État de Jimmy Carter, Cyrus Vance, un autre membre du Conseil.

David Rockefeller devient président du CFR en 1970. Il ouvre l’accès aux femmes au sein du Conseil et recrute de jeunes collaborateurs. Il crée également le poste de directeur exécutif, confié à Cyrus Wines, et un Comité consultatif international, où la France est représentée par Michel Rocard et le Canada par Brien Muron. Dans le même temps, la Fondation Ford devient un sponsor du CFR, qui recrute de jeunes professeurs d’université talentueux : Zbigniew Brzezinski et Stanley Hoffman. Brzezinski (directeur du JIT de 1972 à 1977), qui devient le conseiller à la sécurité nationale du président pendant l’administration Carter, inaugure une nouvelle ère de la politique étrangère américaine.

La mise en accusation de Richard Nixon en 1974 et l’arrivée au pouvoir de Jimmy Carter marquent une révolution tranquille de l’ensemble du système politique américain. Désormais, le pouvoir le plus puissant est lui-même un instrument de la pieuvre transnationale, l'”État profond”. Au niveau institutionnel, on assiste à une concentration du pouvoir politique entre les mains du CFR et de ses nombreuses structures, tant clandestines que visibles. L’araignée, qui tisse la toile de la mondialisation à travers le monde, s’est empêtrée dans sa propre toile. Bien sûr, l’Amérique reste toujours le “centre du pouvoir” et le principal pôle qui lutte pour la domination monopolistique – mais elle n’est plus une entité géopolitique, mais plutôt un regroupement, une plate-forme, un point d’application pour les forces et les intérêts de l'”État profond”. Désormais, il n’y a même plus un soupçon d’isolationnisme: la Doctrine Monroe a été jetée comme un vieux chiffon (jusqu’à l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche). Désormais, non seulement la politique étrangère mais aussi la politique intérieure sont subordonnées aux objectifs de la mondialisation. En fait, cette dernière n’existe plus: pour “l’État profond”, les États-Unis sont une “base de départ”, un “aéroport de lancement” pour la conquête du monde entier. Et le principal obstacle est l’URSS.

La géopolitique de l’effondrement de l’URSS

Il n’est pas exagéré de dire que le renversement du régime communiste en URSS a été le principal objectif du Council on Foreign Relations tout au long du 20ème siècle. Il y a eu des contradictions et de forts désaccords au sein du CFR sur de nombreuses questions (par exemple, concernant le nazisme et le pouvoir d’Hitler en Allemagne, le Conseil a mis longtemps à développer une politique consolidée, oscillant entre “condamnation ferme” et “encouragement tacite”), mais concernant l’Union soviétique et le mouvement communiste, un consensus anticommuniste a été consolidé. Ce consensus s’est exprimé dans de nombreuses doctrines et projets, dont la plupart n’ont été rendus publics que des décennies plus tard et dont beaucoup sont encore classifiés.

La plupart d’entre nous pensent immédiatement au tristement célèbre “Plan Dulles”, sujet favori des théories de la conspiration post-soviétique. Le Plan Dulles, tel que présenté par V.A. Lisichkin et L.A. Shelepin [12], est un faux depuis longtemps démenti (il s’agit d’un monologue de Lakhnovsky tiré du roman d’Anatoly Ivanov, L’Appel éternel, publié en 1973). Cependant, les plans de destruction de l’URSS (y compris par la corruption idéologique de l’intérieur) étaient méthodiquement et systématiquement élaborés dans les entrailles du CFR, y compris avec Allen Dulles.

Dans un article anonyme de 1947, intitulé “Les sources du comportement soviétique”, le CFR critique vivement le système communiste d’organisation sociale et propose la doctrine de la “guerre froide”. L’article affirme que la société soviétique est un système totalitaire qui ne laisse aucune place aux valeurs démocratiques, que le communisme a des visées expansionnistes dans sa politique et qu’il constituera bientôt une menace encore plus grande que l’Allemagne nazie. L’article donne le feu vert au maccarthysme, une ère de persécution pour les obédiences communistes et même gauchistes. Synchroniquement à cet article, de l’autre côté de l’Atlantique, George Orwell, qui a travaillé en étroite collaboration avec les services secrets britanniques MI6, a publié la dystopie 1984, où une caricature de l’URSS de Staline est facilement repérable en Océanie. Plus tôt, en 1946, Winston Churchill a prononcé le célèbre discours de Fulton, qui a marqué le début de la guerre froide.

La doctrine de la Guerre froide a constitué la base du “Projet de Harvard sur le système social soviétique” de 1948, élaboré aux universités de Harvard et de Columbia avec la participation de la CIA et sous les auspices du CFR. Sous le couvert d’une recherche sociologique, les réfugiés soviétiques internés aux États-Unis ont été interrogés de manière intensive afin d’obtenir non seulement des informations détaillées sur tous les aspects de la vie dans l’Union soviétique moderne, mais surtout sur les caractéristiques psychologiques et les valeurs morales et idéologiques de l’homme soviétique. Le résultat fut, en 1970, la formation d’un plan pour la destruction de l’URSS dans les 15 à 20 ans.

Ce plan comprenait trois étapes principales

– la perestroïka (le démantèlement de l’idéologie soviétique ; il est significatif que des termes emblématiques tels que “perestroïka”, “glasnost” et “nouvelle pensée” aient été introduits précisément dans le cadre du projet Harvard en 1979) ;

– réformes (introduction d’éléments d’économie de marché selon un modèle néolibéral, assrti de privatisation, de destruction de l’éducation et des industries de haute technologie) ;

– l’achèvement (l’éclatement de la Russie en petits États “indépendants”, la liquidation de l’arsenal nucléaire) [13].

Étonnamment, les deux premiers points du plan ont été mis en œuvre de manière irréprochable et la Russie n’était qu’à un pas de commencer à mettre en œuvre le troisième point !

640px-Александр_Яковлев_(cropped).jpg

Il est intéressant de noter que les futurs “architectes de la perestroïka” ont été formés (recrutés ?) à l’Université de Columbia en 1958 : Alexander Yakovlev (membre du Politburo du Comité central du PCUS, chef du département de la propagande du Comité central du PCUS sous Gorbatchev – photo, ci-dessus) et Oleg Kalugin (chef du renseignement extérieur du KGB sous Gorbatchev). Et de penser aux agents d’influence parmi les “militants pro-perestroïka” (A. Bovin, F. Burlatsky, G. Arbatov, G. Shakhnazarov et autres)… Ces “pinces” et l’interception du contrôle par le biais de leviers idéologiques, économiques et de renseignement sont l’une des stratégies favorites de l’OMT [14]. Dans la grande majorité des cas, deux leviers – économique et de renseignement – sont suffisants. C’est ainsi que des régimes indésirables dans les pays du tiers-monde ont été abattus. Une particularité de la perestroïka soviétique a été la longue phase préparatoire au changement de l’idéologie dominante, menée en accord presque exact avec la doctrine de l’hégémonie d’Antonio Gramsci [15]. Les anticommunistes, quand ils en avaient besoin, n’avaient pas peur de recourir aux théories néo-marxistes.

Parallèlement au projet de Harvard, d’autres directions ont été développées. À la fin des années 1950, John Galbraith (photo, ci-dessous), membre du CFR et professeur à l’université de Harvard, a avancé le concept de convergence – la convergence des deux systèmes sociaux mondiaux. L’idée a été reprise et adoptée par le CFR, où elle a été fortement révisée : comme le concept s’inspirait de l’idéologie soviétique, la signification du terme “convergence” a changé, non pas comme une alliance d'”égaux”, mais comme l’incorporation du socialisme dans le capitalisme à la périphérie, par le biais de concessions unilatérales jusqu’au démantèlement complet du socialisme.

John_Kenneth_Galbraith_1982.jpg

Le processus de “détente” dirigé par Kissinger s’est déroulé dans le cadre du paradigme de la convergence, la ratification des accords d’Helsinki sur les droits de l’homme (qui ont forcé l’URSS à adopter des valeurs libérales-démocratiques) a eu lieu. Le Club de Rome, autre instrument de la mondialisation, a façonné l’agenda du “développement durable” depuis 1970 [16], qui a généré une vague de néo-malthusianisme et d’alarmisme écologique. C’est sur la base de l’agenda environnemental que le Club de Rome a pu établir des contacts durables avec les dirigeants soviétiques (représentés par les ardents défenseurs de la théorie de la convergence, Yuri Andropov et l’universitaire German Guishiani). Ensemble, ils ont fondé en Autriche, en 1972, l’Institut international pour l’analyse des systèmes appliqués. L’histoire ne dit pas qui des “partenaires” occidentaux a été attaché à l’institut, mais les anciens élèves soviétiques sont bien connus : Yegor Gaidar, Anatoly Chubais, Alexander Shokhin, Pyotr Aven, Andrei Nechaev et Alexei Ulyukaev. Il n’est pas difficile de deviner ce que les étudiants moins sophistiqués ont appris : ils ont suivi un cours accéléré d’économie néolibérale écrit par Friedman et Hayek, parrainé par des groupes de la CFR, et ont accepté les règles peu sophistiquées du consensus de Washington comme guide d’action.

Au milieu des années 1970, dans le contexte de la crise économique mondiale et de l’effondrement apparemment imminent du système capitaliste, le CFR a pu mobiliser ses groupes de réflexion et restructurer radicalement le modèle même du fonctionnement du capitalisme. Le premier violon de cette transformation a été joué par un autre organe du CFR, la “Commission trilatérale”, créée en 1973 pour rapprocher et coordonner les trois groupes de réflexion (CFR, Chatham House, Pacific). La commission était présidée par le président du CFR, David Rockefeller, et Brzezinski et Kissinger étaient directement impliqués dans ses activités.

En 1975, la commission a reçu le rapport “The Crisis of Democracy” de S. Huntington (USA), M. Crozier (France) et D. Watanuki (Japon), qui est devenu un terrain idéologique pour le recul des institutions démocratiques et le transfert du pouvoir en faveur de la classe mondiale de la corporatocratie et de l'”État profond” [17]. Cette transformation sera appelée plus tard la “révolution des managers”, anticipée bien avant sa mise en œuvre par le sociologue américain James Burnham dans “The Managers’ Revolution” (1941). Parallèlement, en 1975, le G6 (qui devient G7 un an plus tard après l’inclusion du Canada) est créé dans le but réel de donner une légitimité aux décisions de la Commission trilatérale (et d’autres centres de décision fermés).

Une fois au pouvoir sous Carter, le CFR applique vigoureusement les décisions de la Commission trilatérale (et même ses propres décisions). Les réformes de libéralisation préparées sous Carter sont mises en œuvre sous Reagan (surnommées “Reaganomics”), tandis que des réformes tout aussi ambitieuses sont mises en œuvre en Grande-Bretagne sous Margaret Thatcher. Le recul de la démocratie est marqué par l’éviction des mouvements de gauche du champ politique, les mesures prises contre les syndicats, l’extermination de la classe ouvrière (avec le déplacement de l’industrie vers les pays périphériques), et la concentration du pouvoir entre les mains des STN et des bureaucraties supranationales. Les assassinats politiques non seulement de gauchistes mais aussi de dirigeants indépendants deviennent presque habituels (Aldo Moro en Italie, Olof Palme en Suède, Maurice Bishop à Grenade, Indira Gandhi en Inde).

Le changement de cap implique une nette détérioration des relations entre les Etats-Unis et l’URSS. Déjà sous Carter, les Etats-Unis étaient passés d’une politique de “coexistence pacifique” à celle d’une confrontation ouverte. Avec la finesse des stratégises mises au point par Brzezinski, l’URSS est piégée en “Afghanistan” et la crise polonaise éclate presque simultanément. Reagan parle de l’URSS comme d’un “empire du mal” et utilise une désinformation habile sur les plans de la “Guerre des étoiles” pour alimenter une course aux armements et pousser l’Union soviétique à des dépenses militaires exorbitantes. En outre, les Saoudiens font s’effondrer le marché du pétrole, ce qui porte un coup dur à l’économie soviétique qui, lors du boom pétrolier des années 1970, s’était hâtivement réorientée vers le commerce du pétrole avec l’Europe.

Il est important de comprendre que le resserrement de la politique étrangère envers l’URSS n’était pas un caprice ou une autre démarcation subjective. C’était en grande partie une réponse forcée aux défis socio-économiques de l’ordre mondial établi. La crise des années 1970 était motivée par les limites de l’expansion du marché – le monde était rigidement divisé en camps capitaliste et socialiste, le socialisme récupérant progressivement les anciennes colonies les unes après les autres. La “Reaganomics”, la stimulation de la demande des consommateurs par le biais du crédit à la consommation, n’était qu’un palliatif. Il fallait donc s’attaquer radicalement au problème avant qu’il ne soit trop tard.

Aucun pays n’aurait résisté à de telles pressions, sauf Cuba. Mais en URSS, les dirigeants politiques ont été en partie infectés par les idées de convergence (ne réalisant pas que l’Occident était déjà devenu différent), et en partie démoralisés par la crise économique qui a éclaté dans le pays – et ont commencé à appliquer eux-mêmes le plan de Perestroïka (rappelez-vous le point 1 du plan de Harvard), capitulant effectivement devant l’Occident. La grande guerre froide entre l’Occident et l’URSS, qui a duré près d’un demi-siècle et a été déclenchée par le CFR, s’est terminée par une victoire complète et inconditionnelle de l’Occident et l’établissement d’un monde unipolaire.

RTX2UI47-1024x754.jpg

On a l’impression que Henry Kissinger et Zbigniew Brzezinski sont une “colombe” et un “faucon”, deux géopoliticiens diamétralement différents, l’un étant un “ami de la nouvelle Russie” et l’autre un “russophobe irréconciliable”. En fait, les similitudes entre eux sont bien plus nombreuses que les différences. La différence ne réside que dans l’approche, alors que le super-objectif des deux politiciens (qui étaient des dirigeants du CFR) est le même : la mondialisation et l’établissement de l’hégémonie américaine.

Lorsque les circonstances exigeaient “le sourire et l’approche”, le suave Kissinger est intervenu ; lorsque “la tempête et la précipitation” étaient nécessaires, le polonais intransigeant Brzezinski est intervenu. L’efficacité surprenante du CFR réside probablement aussi dans la richesse des méthodes utilisées pour influencer les objets de ses intérêts. Le jeu du “bon” et du “mauvais” enquêteur est connu depuis longtemps, mais il ne perd pas de son efficacité.

La fin de l’histoire ?

En 1991, le monde est entré dans une nouvelle ère, qui ne s’était jamais produite auparavant dans l’histoire: l’ère du monde unipolaire. L’Occident a remporté sa plus importante victoire en vainquant son ennemi de toujours, l’URSS-Russie. Et un rôle crucial dans cette victoire revient à juste titre au collectif “cardinal gris” – le Council on Foreign Relations.

small_Fukuyama1.png

“La fin de l’histoire”, a déclaré triomphalement le philosophe et membre du CFR Francis Fukuyama. En effet, c’était la fin de nombreuses histoires mises bout à bout. C’était la fin de l’URSS et du projet soviétique dans son ensemble ; c’était la fin du monde bipolaire ; il semblait aux vainqueurs que c’était la fin de toutes les civilisations, sauf la civilisation occidentale. La fin peu glorieuse de la Russie, qui était tombée aux mains du vainqueur sans combattre, semblait imminente.

Le vainqueur avait tout sauf de la pitié. L’Occident, en raison de son bonheur soudain, a perdu son sens des proportions et les restes de sa raison. Avec la cupidité et la brutalité des pionniers américains, il a pillé, saccagé et détruit. Il y avait tant de richesses, et elles étaient si accessibles, que pendant les huit années de l’administration Clinton, les États-Unis ont connu un “âge d’or” et le budget américain était dans les chiffres noirs. Et cela semblait devoir durer une éternité. Car qui pouvait désormais non seulement lever la main mais même la voix contre le Nouvel Ordre Mondial ? L’Iran ? L’Irak ? La Yougoslavie ? Le Venezuela ?

Bien sûr, il y avait quelques problèmes techniques. Le gendarme mondial et “tueur économique” [18] avait besoin d’outils pour gouverner le monde sous son contrôle. Et ils ont été créés ou rétablis à la hâte avec des pouvoirs plus larges. L’Europe a reçu la carotte et le bâton sous le contrôle de la bureaucratie bruxelloise d’origine obscure ; en économie, les finances, les tarifs et les prix sont gérés par les institutions de Bretton Woods (FMI, OMC, BERD, Banque mondiale, agences de notation, fonds d’investissement, etc.); les services de santé sont gérés par l’OMS; et l’éducation par le système de Bologne. Il va sans dire que la gestion de toutes les organisations supranationales est confiée aux “agents de Smith” – Alan Greenspan (président de la Federal Reserve Bank), Stanley Fischer (ancien directeur du FMI), Anne Krueger (actuelle directrice adjointe du FMI), James Wolfensohn (président de la Banque mondiale), Paul Volcker (gouverneur de la Fed), etc. [19]. Sur la touche, on trouve la figure inquiétante du spéculateur financier “libre penseur” George Soros, qui, sur ordre du FMI et à l’appel de son âme, effectue l’omniprésente “semence des démocraties”. Curieusement, beaucoup qualifient ce personnage de “philanthrope”.

Pour la Russie, le cas a été aggravé par le fait que la Constitution de 1993 a établi la suprématie des lois internationales sur les lois russes, c’est-à-dire un contrôle externe indirect. Dans les années 1990, cependant, la gestion externe était directe : des conseillers de l’UEE et des fonctionnaires de la CIA siégeaient dans presque tous les organes directeurs, poussant en avant les politiques souhaitées par l’Occident. En 1991-1994, à la tête du groupe de conseillers économiques de Boris Eltsine (les “Harvard Boys”) se trouvait Geoffrey Sachs, professeur à Harvard, auteur de la “thérapie de choc” et, bien sûr, membre du CFR.

01219c50-53d9-11ea-97d5-4cb59757d989.jpg
81s-m7zjAeL.jpg

Cependant, comme le dit un proverbe anglais, “rien ne reste éternellement”. En 2008, la prochaine crise mondiale a surgi de nulle part et l’hégémonie s’est effondrée (bien que les premiers avertissements soient venus en 2001, avec l’attaque des tours jumelles du WTC). Non pas que la crise ait été entièrement inattendue : l’économiste américain Nouriel Roubini (photo, ci-dessus) l’avait prédite en 2006 et les économistes russes Mikhail Khazin et Andrei Kobiakov en 2003 [20]. Cependant, l’élite occidentale a été incapable de reconnaître les véritables causes pendant près de 10 ans, traitant les symptômes plutôt que la maladie. En conséquence, la crise a frappé plus durement en 2021, enterrant presque à la fois le modèle de Bretton Woods et les espoirs de mondialisation.

Bien sûr, l’hégémonie américaine ne s’est pas effondrée après 2008, mais elle a commencé à se faner lentement, comme un galuchat. Les États-Unis se sont retrouvés à court de ressources pour maintenir l’ordre mondial qu’ils avaient établi et ils ont commencé à instaurer le chaos (la “somalisation”) partout où ils se sont arrêtés ou n’ont pas pu se maintenir : la Libye, le Moyen-Orient (notamment le Yémen, l’Irak et la Syrie), l’Afghanistan. Il est naïf de croire que le “chaos” s’est auto-entretenu. Non, il s’agissait d’une autre doctrine profondément réfléchie du CFR. Le concept de “chaos gérable” a été proposé en 1996 lors d’une conférence du Critical Complexity Institute à Santa Fe (l’un des groupes de réflexion du CFR et de RAND Corp.) par l’ancien diplomate et soviétologue Stephen Mann [21]. Mann est, entre autres, le coordinateur des “révolutions colorées” dans plusieurs pays post-soviétiques, l’ancien coprésident américain du groupe de Minsk de l’OSCE sur le Haut-Karabakh et le représentant américain pour la résolution des conflits en Eurasie. Il n’y a aucun doute : là où il y a l’homme Mann, il y a le chaos.

En 2007, la Russie a affirmé ses prétentions géopolitiques à être une puissance souveraine et un acteur géopolitique égal, ce qui a sérieusement perturbé et même irrité l’Occident. Les géopoliticiens du CFR, menés par Brzezinski, ont secoué la poussière des travaux presque oubliés d’Alfred Mahan, Halford Mackinder et Nicholas Spykman, faisant revivre les concepts de Heartland, de Rimland et de la “boucle de l’anaconda” [22]. Dans le cadre du projet Freedom House de George Soros, les géopoliticiens du CFR se sont empressés d’entourer la Russie de foyers d’incendie, les “révolutions orange” ont balayé presque toutes les républiques post-soviétiques, les bases militaires de l’OTAN sont apparues dans presque toute la périphérie de la Russie (par exemple, en Mongolie, qui est un “partenaire international” de l’OTAN depuis 2012). Les objectifs des “révolutions colorées” sont simples : retirer le pays en question de l’orbite de l’influence russe ; porter au pouvoir des gouvernements russophobes et nationalistes ; les entraîner dans l’OTAN et y placer des bases militaires.

2004-12-01T000000Z_975705735_RP5DRHYGXQAA_RTRMADP_3_UKRAINE-e1606069374521.jpg

De manière générale, il faut reconnaître que, contrairement à la théorie économique, la pensée géopolitique du CFR n’est pas restée figée, mais s’est développée de manière intensive, donnant naissance à diverses doctrines. Parmi celles-ci, citons les concepts bien connus de Francis Fukuyama de “fin de l’histoire” et de “chaos contrôlé” de Stephen Mann, le “choc des civilisations” de Samuel Huntington [23], la “lutte non violente” de Gene Sharp [24], le “réveil politique mondial” de Zbigniew Brzezinski [25] et le “soft power” de Joseph Nye [26].

En 2018, une conférence fermée s’est tenue à l’Institut de la complexité de Santa Fe, dans laquelle quatre scénarios pour l’avenir de l’humanité ont été proposés :

    – le scénario optimal (l’humanité réussit à bloquer les menaces et à aller de l’avant) ;

    – le scénario révolutionnaire (l’humanité réalise une percée technologique et atteint un nouveau niveau de développement) ;

    – le scénario de transition anthropologique (l’humanité se divise en deux groupes, où le bas et le haut représenteront deux espèces biologiques différentes) ;

    – le scénario de la catastrophe gérée [27].

Les deux premiers scénarios ont été rapidement écartés par les participants à la conférence comme étant irréalisables, d’abord à cause du niveau extrêmement bas de la volonté et des qualités intellectuelles de l’élite dirigeante moderne, et ensuite à cause de l’homme lui-même. Au cours des 100 dernières années, l’Occident a généré la personne standardisée, respectueuse des lois et incapable d’action décisive. Le troisième scénario – une “catastrophe contrôlée” – est considéré comme le plus probable. Si la catastrophe pouvait être évitée, ou si ses conséquences n’étaient pas trop fatales, un quart des participants seraient favorables à la mise en œuvre d’un schéma de “transition anthropologique”.

Une variante du deuxième scénario, élaborée par les idéologues du CFR, a été présentée en 2017 au Forum économique mondial de Davos (autre plateforme de promotion et de mise en œuvre des concepts du CFR) par son président permanent Klaus Schwab (diplômé de Harvard, foyer du personnel du CFR, disciple de Kissinger et membre de longue date du Club de Rome) – “La quatrième révolution industrielle” (4RI) [28]. Le scénario 4RI envisage une mondialisation encore plus ample de l’humanité par la numérisation totale de toutes les sphères d’activité, de la culture et de la vie quotidienne, un rôle croissant de l’intelligence artificielle (IA) dans la prise de décision, un approfondissement de l’individualisation humaine (jusqu’à la perturbation complète des contacts hors ligne), et la virtualisation de l’espace de vie par la mise en œuvre généralisée d’écosystèmes numériques. Ce scénario a été accueilli favorablement par les élites politiques mondiales : des centres 4P – “points de croissance” du nouveau paradigme technologique, agissant au-dessus des instances nationales – ont commencé à apparaître partout.

81T-L3YBJTL.jpg

Le développement et la poursuite du projet 4RI a été le scénario 2020 Great Reset du Forum de Davos lui-même et de Schwab [29], caractérisé par une franchise effrayante. Les idéologues du Great Reset n’hésitent pas à parler de “capitalisme inclusif” comme d’un avenir proche, qui conduira à l’abolition de la propriété privée, au pouvoir incontrôlé des STN et des géants du numérique, à la rupture ou à la dégradation des liens sociaux par leur virtualisation, et à l’avènement d’un “esclavage numérique” de fait dans lequel la plupart travailleront pour se nourrir (et avoir accès à Internet).

Le scénario du Great Reset était en fait une symbiose des deuxième et troisième scénarios : une transition révolutionnaire vers un nouvel ordre technologique par le biais d’une catastrophe. La catastrophe est la pandémie de COVID-19, qui a déclenché le Great Reset de tous les aspects de la vie humaine, y compris l’éthique. On peut discuter sans fin de la nature du coronavirus, mais le fait que la pandémie ait été créée par une décision volontariste est un fait indéniable. La pandémie a été annoncée… par le Forum économique de Davos lui-même, du 21 au 24 janvier 2020, et le 30 janvier, l’OMS a pris la décision de la mettre en œuvre. La “Pandémie” a été un excellent instrument pour une réorganisation profonde de la société et l’acceptation par le public des systèmes numériques de contrôle total [30]. La société se poussait elle-même volontairement et même avec enthousiasme dans un camp de concentration numérique, vers la véritable “fin de l’histoire…”.

Mais soudain, quelque chose a mal tourné. Le scénario apparemment sans faille du CFR a échoué. D’une part, l’économie mondiale a commencé à s’effondrer trop rapidement, bien avant que la numérisation ne soit achevée. Les “révolutionnaires” n’avaient plus les ressources suffisantes non seulement pour réaliser leurs plans grandioses, mais aussi pour éviter la catastrophe économique imminente. Deuxièmement, l’OMS avait été prise en flagrant délit et l’opinion publique mondiale commençait enfin à s’intéresser aux objectifs réels de la “pandémie” déclarée.

Troisièmement, et c’est peut-être le plus important, d’abord en Russie puis dans le monde entier, la “pandémie” a cédé la place à de véritables menaces, et le 24 février 2022, avec le début de l’Opération militaire spéciale en Ukraine, le monde est entré dans une nouvelle phase qui a finalement brisé tous les scénarios des globalistes. La Russie, en lançant la campagne de libération en Ukraine, a lancé un défi géopolitique à l’Occident, annonçant la fin du monde unipolaire. Par ses actions insensées, l’Occident s’est jeté dans une crise énergétique si grave que la pandémie a été amicalement oubliée : “plus de virus”.

Conclusion

Nous, Russes, avons déclaré la guerre à l’Occident, et donc au Council on Foreign Relations, qui est extrêmement puissant et qui, dans la période post-soviétique, a réussi à s’établir fermement en Russie et dans la CEI. Alors que dans les années 1990, le Conseil exerçait un contrôle direct sur la politique russe, sous Poutine, il opère de manière plus secrète et indirecte, bien que cette influence se soit considérablement affaiblie depuis l’introduction de la loi sur les agents étrangers animateurs des ONG. Néanmoins, le chiffre reste significatif. La situation est plus déprimante dans les milieux des sciences politiques, du journalisme et des relations internationales, les plus touchés par l’endoctrinement libéral [31]. À cet égard, il convient de citer en premier lieu le Valdai Club, INSOR (directeur I. Yurgens), la Higher School of Economics, MGIMO, la Liberal Mission, les fondations Carnegie, New Eurasia, le PIR Center, la Fondation Gorbatchev, la revue Russia in Global Politics (directeur F. A. Lukyanov), etc.

cover20164_eng.jpg

La revue Russia in Global Affairs a ouvertement annoncé qu’elle était une publication subsidiaire de Foreign Affairs, véhiculant directement les grands projets géopolitiques et stratégiques américains liés à l’organisation du monde global sur la base de l’unipolarité. Le comité de rédaction du journal comprenait plusieurs personnalités extrêmement influentes et de haut niveau : A.L. Adamishin, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de Russie ; A.G. Arbatov, directeur du Centre de sécurité internationale à l’IMEMO RAN ; A.D. Zhukov, premier vice-premier ministre de Russie ; S.B. Ivanov, secrétaire du Conseil de sécurité de Russie. B. Ivanov, secrétaire du Conseil de sécurité de la Russie, ministre de la Défense et premier vice-premier ministre ; S.A. Karaganov, président du présidium du Conseil pour la politique étrangère et de défense (établi en tant que branche de la CMC en Russie en 1991) ; l’académicien A.A. Kokoshin ; Ya. I. Kuzminov, recteur de l’École supérieure d’économie de l’Université nationale de recherche ; S. V. Lavrov, ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie ; V. P. Lukin, commissaire aux droits de l’homme de la Fédération de Russie ; V. A. Mau, recteur de l’Académie russe d’économie nationale et d’administration publique ; V. A. Nikonov, président de la Fondation Politika et de la Fondation du monde russe ; V. V. Pozner, président de l’Académie de télévision russe ; V. A. Ryzhkov, leader de l’opposition libérale ; A. V. Torkunov, recteur du MGIMO ; I. M. Hakamada, leader de l’opposition libérale [32]. Les membres directs de l’élite politique et économique russe à différentes époques étaient M.S. Gorbatchev, E.A. Shevardnadze et Mikhail Fridman [33].

Comme on peut le constater, l’histoire du CFR est loin d’être terminée. Elle influence toujours activement la politique mondiale. Il suffit de lire les titres des derniers articles de Foreign Affairs, “Il est temps que l’OTAN prenne la tête en Ukraine”, “La Chine passe à l’offensive”, “Personne n’a besoin de l’ordre mondial actuel”, “La folie de l’aventure Pakistan-Chine”, “Le revers de l’illusion de Poutine” et “Comment survivre à la prochaine crise du détroit de Taiwan”. L’accent est clairement mis sur la Chine et la crise de Taiwan, bien que Poutine et l’Ukraine n’aient jamais été exclus de la première page de cette revue du CFR.

Plus de 200 sociétés multinationales, banques et fondations financent actuellement le Conseil, dont : Xerox, General Motors, Bristol-Meyers Squibb, Texaco ; JPMorgan Chase, Bank of America, Bank of New York Mellon, Citigroup, Goldman Sachs, Morgan Stanley, Wells Fargo ; German Marshall Fund, McKnight Foundation, Dillion Fund, Ford Foundation, Andrew W. Mellon Foundation, Rockefeller Brothers Fund, Starr Foundation, Pew Charitable Trusts et autres. Le CFR compte environ 4200 membres, dont la plupart appartiennent à la classe dirigeante. Parmi eux figurent les présidents Joseph Biden, Bill Clinton, Jimmy Carter ; le vice-président Dick Cheney ; les secrétaires d’État Hillary Clinton, John Kerry, Condoleezza Rice, James Baker ; Richard Haass (actuel président du CSM), la secrétaire au Trésor Janet Yellen, l’agent de change George Soros, le juge de la Cour suprême Stephen Breyer, Paul Wolfowitz (président de la Banque mondiale, secrétaire adjoint à la Défense), Larry Fink (directeur de BlackRock), Lawrence A. Tisch (président du réseau Loews/CBS), Jack Welsh (président de General Electric), Thomas Johnson (président de CNN), Ann M. Fudge (membre du conseil d’administration de la Fondation Bill & Melinda Gates), Catherine Graham (chef du bureau du Washington Post/Newsweek/International Herald Tribune) ; Samuel Berger (conseiller à la sécurité nationale du président Clinton), Michael Bloomberg (maire de New York), John Deutch (ancien directeur de la CIA sous Clinton), Alan Greenspan (président de la Federal Reserve Bank), Stanley Fisher (ancien directeur du FMI), Ann Krueger (actuelle directrice adjointe du FMI), James D. Wolfensohn (président de la Banque mondiale), Paul Volcker (ancien gouverneur de la Fed), Robert Zimmer (président de l’université de Chicago), John Reed (directeur de CitiGroup) ; économistes Jeffrey Sachs, Lester Thurow, Martin Feldman et Richard Cooper ; médiateur du conflit des Balkans Richard Holbrooke ; les commentateurs politiques Paul Krugman, Ariel Cohen, Thomas Friedman, Joe Klein, Farid Zakaria, Eric Schmitt ; les astrophysiciens Carl Sagan et Steven Weinberg ; les acteurs et réalisateurs George Clooney, Angelina Jolie, Warren Beatty, Michael Douglas et d’autres [34].

Les médias les plus influents – CNN, CBS, NBC, The New York Times, The Daily Telegraph, Le Figaró, The Economist, The Wall Street Journal, Le Monde, The Washington Post, Time, Newsweek, U.S. News & World Report, Business Week, RTVE – sont tous dirigés par des personnes issues du CFR ou d’organisations apparentées dans d’autres États. Les informations et les opinions qu’ils promeuvent sont ensuite reproduites par des médias “faisant autorité” dans le monde entier, propageant ainsi le point de vue de l’hégémonie américaine.

Nous ne savons pas encore comment se terminera la nouvelle page d’histoire ouverte le 24 février. Mais ce que nous savons, c’est que l’histoire ne fait que commencer et que le monde ne sera plus jamais le même, où tout ou presque était dirigé par des “combattants” hautains et cyniquement durs.

Sources

[1] Katasonov V. Yu. “Une opération spéciale de la ‘Grande Réinitialisation’. Le ‘nouveau pétrole’ et le ‘nouvel esclavage’ “. – Le Monde des livres, 2021. – С. 13.

[2] Kosterin A. “L’État profond : le “gouvernement mondial” existe-t-il ?” // Russkaya Narodnaya Liniya.

https://ruskline.ru/news_rl/2020/12/10/glubinnoe_gosudarstvo_mirovoe_pravitelstvo_suwestvuet

[3] Narochnitskaya N. А. “‘Instituts d’analyse’ – les yeux, les oreilles et les cerveaux de l’Amérique” // Notre contemporain.

http://www.nash-sovremennik.ru/p.php?y=2004&n=3&id=2

[4] Maslov V. “Les usines à pensées comme partie intégrante de la super-société occidentale – Aftershock : What Will Be Tomorrow”

https://aftershock.news/?q=node/938638&full

[5] Polanyi K. “La grande transformation : les origines politiques et économiques de notre temps” – SPb : Aletheia, 2018. – С. 41.

[6] Douguine A. G. “La guerre des continents. Le monde moderne dans le système de coordonnées géopolitiques” – Moscou : Projet académique, 2015. – С. 48-54.

[7] Dugin A. G. “Geopolitika” – Moscou : Projet académique, 2011. – С. 90-95.

[8] “Comment le Council on Foreign Relations définit la diplomatie américaine”, Réseau Voltaire :

https://www.voltairenet.org/article129239.html

[9] Council on Foreign Relations – Antizionisme

http://antisionizm.info/Sovet-po-mezhdunarodnim-otnosheniyam-СМО-512.html

[10] Katasonov V. Yu. “Il y a 100 ans, une organisation de ‘conspiration ouverte’ – Chatham House – a surgi”, Fondation pour la culture stratégique.

https://www.fondsk.ru/news/2020/09/07/100-let-nazad-voznikla-organizacija-otkrytogo-zagovora-chatham-house-51783.html

[11] Aganin A. “Qu’est-ce que le Council on Foreign Relations ?” Zavtra.ru

https://zavtra.ru/blogs/chto_takoe_sovet_po_mezhdunarodnim_otnosheniyam

[12] Douguine A. G. “Géopolitique anglo-saxonne. Origines (McInder, Speakman, SMO)” // Katehon

https://katehon.com/ru/article/anglosaksonskaya-geopolitika-istoki-makinder-spikmen-СМО.

[13] van Helsing J. “Les sociétés secrètes et leur pouvoir au 20e siècle” // LitMir.

https://www.litmir.me/br/?b=241068&p=1.

[14] Lisichkin V. A., Shelepin L. A. ” La troisième guerre psychologique de l’information mondiale “

http://malchish.org/lib/politics/infwar.htm#a81

[15] Aganin A. “Plan Dulles, projet Harvard, projet Houston..”. Zavtra.Ru.

https://zavtra.ru/blogs/plan_dallesa_garvardskij_proekt_h_yustonskij_proekt

[16] Kosterin A. “L’État profond : le “gouvernement mondial” existe-t-il ?” Russkaya Narodnaya Liniya

https://ruskline.ru/news_rl/2020/12/10/glubinnoe_gosudarstvo_mirovoe_pravitelstvo_suwestvuet

[17] Kara-Murza S.G. “Manipulation de la conscience” – Moscou : Rodina, 2019. – С. 45-52.

[18] Kosterin A. “Le “développement durable” : un moyen d’harmonisation ou un outil de mondialisation ?” Russkaya Narodnaya Liniya

https://ruskline.ru/news_rl/2020/12/17/ustoichivoe_razvitie__sredstvo_garmonizacii_ili_instrument_globalizacii

[19] “La crise de la démocratie : Rapport de la Commission trilatérale”

[20] Perkins J. “Confessions d’un meurtrier économique” Moscou : Prétexte, 2014. – 352 с.

[21] Salbucci A. “Le Conseil des relations extérieures (CFR) – la face cachée de la mondialisation. Part I “Geopolitika.ru.

https://www.geopolitika.ru/article/sovet-po-mezhdunarodnym-otnosheniyam-СМО-skrytoe-lico-globalizacii-ch-i.

[22] Khazin M., Kobiakov A. “Le déclin de l’empire du dollar et la fin de la Pax Americana” Ripol-Classic, 2020. – 302 с.

[23] Kazakov Y. “Steven Mann – développeur de la théorie du “chaos contrôlé”” // Izba-reading room

https://www.chitalnya.ru/work/2635734

[24] Douguine A. G. “Géopolitique de la Russie” Moscou : Projet académique, 2014. – С. 469-501.

[25] Huntington S. “Le choc des civilisations” AST, 2017. – 576 с.

[26] Sharpe J. “De la dictature à la démocratie” Institut Albert Einstein.

http://www.aeinstein.org/wp-content/uploads/2013/10/FDTD_Russian.pdf

[27] Brzezinski Z. “Le choix : domination mondiale ou leadership mondial” Moscou : Relations internationales, 2010. – 262 с.

[28] Savin L. “Hard, soft and smart power in US foreign policy” Geopolitika.ru.

https://www.geopolitika.ru/article/zhestkaya-myagkaya-i-umnaya-sila-vo-vneshney-politike-ssha.

[29] Fursov A. “Les ultramondialistes réussiront-ils à imposer le Nouvel Ordre Mondial au monde ?” Zavtra.Ru

https://zavtra.ru/blogs/zhizn_i_smert_kapitalizma_4.

[30] Schwab K. “La quatrième révolution industrielle” Moscou : Eksmo, 2020. – 208 с.

[31] Katasonov V. Yu. “Reading Schwab. Le capitalisme inclusif et la grande réinitialisation. Une conspiration ouverte contre l’humanité” Monde du livre, 2021. – 320 с.

[32] Katasonov V. Y. “Coronavirus. Du virus à la dictature” Knizhnyj Mir, 2020. – 460 с.

[33] Bovdunov A. “Influence de l’idéologie américaine sur la communauté internationaliste russe” Geopolitika.ru

https://www.geopolitika.ru/article/vliyanie-amerikanskoy-ideologii-na-rossiyskoe-soobshchestvo-mezhdunarodnikov

[34] Membres du Council on Foreign Relations – Wikipédia

https://en.wikipedia.org/wiki/Members_of_the_Council_on_Foreign_Relations

2 pensées sur “Le Council on Foreign Relations, l'”arme miracle” de la géopolitique atlantique

  • 2 octobre 2022 à 10 h 07 min
    Permalink

    Très très intéressant ; mais franchement , la grande réinitialisation déclenchée par la Russie de V Poutine est plutôt bienvenue vu le modèle de société que veulent nous imposer les amerlocks , décadente et dégénérée, capable de produire des individus qui tirent dans le tas dans des écoles. Stop aux US , qui pratiquent avec le monde comme ils ont pratiqué en gros avec les amérindiens .

    Répondre
  • 2 octobre 2022 à 20 h 49 min
    Permalink

    Analyse pertinente en ces temps plus que troubles !
    Les rouages du chaos orchestré apparaissent de plus en plus clairement, sauf pour les autruches qui continuent à gober la fable de la liberté made in U.S.A…
    Nos “sauveurs” nous ont bien bernés et les masochistes de service en redemandent.
    Ce n’est pas de l’anti-américanisme primaire mais du réalisme, en géopolitique c’est chacun pour soi, on peut avoir des alliés temporaires mais il ne faut pas être naïf…
    Il serait puéril et dangereux de croire à une aide extérieure,( un Trump ou un Poutine ont d’autres chats à fouetter) c’est à nous d’ouvrir les yeux et de nous élever contre le MENSONGE qui nous étouffe, ne serait-ce qu’en partageant des informations sourcées.
    C’est une bataille de l’esprit qui se déroule !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *