Le Terrorisme des Pipelines est le 11 septembre des Années Folles

Vues : 953

Source : reseauinternational.net – 5 octobre 2022 – Pepe escobar

https://reseauinternational.net/le-terrorisme-des-pipelines-est-le-11-septembre-des-annees-folles/

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Pour nous soutenir commandez le livre : “Globalisme et dépopulation” édité par Strategika

Il ne fait aucun doute que les historiens impartiaux classeront le discours du président russe Vladimir Poutine sur le retour des oursons – Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporijia – le 30 septembre comme un point d’inflexion marquant des Années Folles.

L’honnêteté et la clarté sous-jacentes reflètent le discours qu’il a prononcé lors de la Conférence sur la sécurité de Munich en 2007, mais cette fois-ci transcendant largement les pièges du nouveau grand jeu géopolitique. 

Il s’agissait d’un discours adressé au Sud global collectif. Dans un passage clé, Poutine a fait remarquer que « le monde est entré dans une période de transformations révolutionnaires, qui sont fondamentales par nature. De nouveaux centres de développement sont en train de se former, ils représentent la majorité ».

En faisant le lien direct entre multipolarité et renforcement de la souveraineté, il est allé jusqu’à évoquer l’émergence d’un nouveau mouvement anticolonial, version turbo du Mouvement des non-alignés des années 1960 :

« Nous avons beaucoup de personnes partageant les mêmes idées dans le monde entier, y compris en Europe et aux États-Unis, et nous sentons et voyons leur soutien. Un mouvement libérateur et anticolonial contre l’hégémonie unipolaire se développe déjà dans divers pays et sociétés. Sa subjectivité ne fera que croître. C’est cette force qui déterminera la future réalité géopolitique ».

Pourtant, la clôture du discours était entièrement consacrée à la transcendance – sur un ton spirituel. Le dernier paragraphe complet commence par « Derrière ces mots se cache un choix spirituel glorieux ».

Le post-post-modernisme commence avec ce discours. Il doit être lu avec la plus grande attention afin que ses innombrables implications puissent être saisies. Et c’est exactement ce que l’Occident ne permettra jamais de faire, avec un panier d’adjectifs dévalorisants.

Le discours est une carte routière concise qui explique comment nous en sommes arrivés à ce carrefour historique incandescent – où, pour aller au-delà de Gramsci, l’ordre ancien refuse de reconnaître sa mort tandis que le nouvel ordre est inexorablement en train de naître.

Il n’y a pas de retour en arrière possible. La principale conséquence d’un fait largement documenté – « une guerre hybride est menée contre la Russie parce qu’elle s’oppose à l’ordre mondial néocolonial » – est que la Russie se prépare à une collision totale avec l’Empire du mensonge.

Aux côtés des grandes puissances eurasiennes que sont la Chine et l’Iran. Dans ce cas, les vassaux impériaux sont au mieux des dommages collatéraux.

En outre, il est assez révélateur que le discours de Poutine ait suivi le discours du ministre indien des affaires étrangères, le Dr S. Jaishankar, soulignant le « pillage de l’Inde par la puissance coloniale » à l’Assemblée générale des Nations unies.

Le discours de Poutine et la détermination de la Russie à mener la guerre – hybride et autre – contre l’Occident collectif ont permis de dresser la macro-image.

L’image micro concerne la balançoire sur les champs de bataille en Ukraine, et même l’explosion des pipelines Nord Stream et Nord Stream 2 : une manœuvre désespérée, quelques jours avant le résultat des référendums et leur reconnaissance officielle le 30 septembre. 

Où est Oussama quand on a besoin de lui ?

Alors que les hypothèses de travail tourbillonnent sur la façon dont l’acte a été commis, certaines choses sont claires.

La Russie n’avait absolument aucune raison de détruire des milliards de dollars de l’infrastructure énergétique de Gazprom : elle pouvait toujours s’en servir comme levier, et elle pouvait tout simplement la fermer – comme elle l’a fait, à cause de la démence des sanctions – et réacheminer le gaz vers des clients asiatiques.

Une Maison-Blanche « dirigée » par un lecteur de téléprompteur sénile, embourbé dans un vide politico-économique noir, était très certainement désemparée.

Le principal suspect est une faction dévoyée de la sécurité nationale et du département d’État, qui fait partie de ce que l’on appelle dans le Beltway le Blob. Appelez-les Straussiens ou fanatiques néocons, ce sont les acteurs qui mènent une « politique » étrangère américaine dont le principe central est la destruction de la Russie – avec les « alliés » européens comme dommages collatéraux.   

Une conséquence inévitable – et certainement imprévue – est que dans ce nouveau rebondissement de la guerre des couloirs économiques, tous les paris sont ouverts : aucun pipeline ou câble sous-marin, où que ce soit dans le monde, n’est désormais à l’abri et peut devenir une proie facile en cas de représailles.

Ainsi, l’explosion des deux pipelines jumeaux – NS et NS2 – est un terrorisme des pipelines remixé du 11 septembre. Sans qu’un islamiste armé d’une kalachnikov se cache dans une grotte afghane pour porter le chapeau.

Les pertes financières impliqueront un certain nombre d’acteurs de poids. Les actionnaires de Nord Stream AG sont Gazprom (51%), Wintershall Dea AG (15,5%), PEG Infrastruktur AG, une filiale de E.ON Beteiligungen (15,5%), N.V. Nederlandse Gasunie (9%) et Engie (9%).

Il s’agit donc d’une attaque non seulement contre la Russie et l’Allemagne, mais aussi contre les grandes entreprises énergétiques européennes.

NS2 est une merveille d’ingénierie : plus de 200 000 segments de tuyaux recouverts de 6 pouces de béton, pesant chacun 22 tonnes, posés au fond de la mer Baltique.

Et juste au moment où il semblait que tout était perdu, eh bien, pas vraiment. Le thème de la merveille d’ingénierie a refait surface : les tuyaux sont si solides qu’ils n’ont pas été brisés, mais simplement perforés. Gazprom a révélé qu’il y a une chaîne intacte de NS2 qui pourrait « potentiellement » être utilisée.

L’essentiel est que la reconstruction est possible, comme l’a souligné le vice-Premier ministre russe Alexandre Novak : « Il existe des possibilités techniques pour restaurer les infrastructures, cela demande du temps et des fonds appropriés. Je suis sûr que les opportunités appropriées seront trouvées ».

Mais d’abord, la Russie veut identifier de manière concluante les auteurs de ces actes.

Henry Kissinger, mauvais perdant

L’oracle de l’establishment américain et criminel de guerre notoire, Henry Kissinger, n’a pas pu se défaire de son numéro caractéristique du Retour du mort-vivant, en déclarant que la Russie a « déjà perdu la guerre » parce que sa capacité à menacer l’Europe par des attaques conventionnelles, dont elle a joui pendant des décennies, voire des siècles, « a maintenant été dépassée de façon démontrable ».

Moscou ne « menaçait » pas l’Europe avec quoi que ce soit de conventionnel ou autre ; elle essayait de faire des affaires, et les Américains l’ont bloquée avec acharnement, recourant même au terrorisme des pipelines.

Cette victoire tactique américaine a été obtenue en sept mois seulement et n’a pratiquement rien coûté. Les résultats peuvent sembler impressionnants : L’hégémonie américaine sur l’ensemble de l’UE est désormais incontestée, la Russie ayant perdu son influence économique. Mais cela ne fera que renforcer la détermination de Moscou – comme l’a souligné le discours de Poutine – à mener jusqu’au bout la lutte contre l’Empire et ses vassaux.

Sur les champs de bataille ukrainiens, cela signifie les forcer à s’asseoir à la table des négociations aux conditions de la Russie. Et ensuite les forcer à accepter un nouvel arrangement européen d’« indivisibilité de la sécurité ».

Et dire que tout cela aurait pu être accompli par un simple coup de téléphone fin 2021, lorsque Moscou a envoyé des lettres à Washington pour proposer une discussion sérieuse. 

En fait, ce sont les États-Unis qui ont « déjà perdu la guerre » : au moins 87% du monde – dont pratiquement tout le Sud global – ont déjà conclu qu’il s’agissait d’un empire voyou et sans gouvernail.

« Perdre », à la manière de Kissinger, signifie également qu’en seulement 7 mois, la Russie a annexé 120 000 km2 – soit 22% du territoire ukrainien – qui produit près de 90% du PIB et compte plus de 5 millions de citoyens. En cours de route, les forces alliées ont pratiquement détruit l’armée ukrainienne, ce qu’elles continuent de faire 24/7, des milliards de dollars d’équipement de l’OTAN, accéléré la disparition de la plupart des économies occidentales et fait disparaître la notion d’hégémonie américaine.

En ce qui concerne le Stupidistan Débranché, l’Oscar revient au secrétaire Blinken, qui a dévoilé le jeu en disant que l’explosion des deux pipelines était une « formidable opportunité stratégique ».

Tout comme le 11 septembre était une « formidable opportunité stratégique » pour l’invasion, les bombardements, les meurtres et le pillage aveugles des terres d’Islam.

Choc et Effroi de retour

L’UE est sur la voie de la dévastation commerciale à coup sûr. Désormais, toute possibilité de commerce énergétique avec la Russie devrait être une conséquence de l’effondrement de l’OTAN et de l’UE. Cela peut arriver, mais cela prendra du temps. Et ensuite ?

L’UE ne peut pas compter sur l’Asie : c’est un continent lointain et impossible à atteindre en termes de coûts de liquéfaction et de regazéification du GNL. Tout gazoduc – du Kazakhstan, par exemple – traverserait la Russie ou viendrait de Chine via la Russie. Oubliez le Turkménistan, qui expédie déjà son gaz en Chine.

L’UE ne peut pas compter sur l’Asie occidentale. Le Turk Stream est complet. Toute la production du golfe Persique est déjà achetée. Si – et c’est un grand « si » – il y avait plus de gaz disponible, il s’agirait d’une petite quantité provenant d’Azerbaïdjan (et la Russie pourrait la perturber). L’Iran reste sanctionné par l’Empire – un fabuleux objectif personnel. L’Irak et la Syrie sont toujours pillés par les États-Unis.

Il ne reste plus que l’Afrique – où, en l’état actuel des choses, la France est expulsée sans ménagement, nation après nation. L’Italie pourrait éventuellement acheminer du gaz vers l’industrie allemande à partir de l’Algérie, de la Libye et des gisements de Chypre-Israël. Il y aura une course effrénée pour les gisements de gaz du Sahara et de l’Afrique centrale, de l’Ouganda au Sud-Soudan.

La Baltique est peut-être un lac de l’OTAN, mais la Russie pourrait facilement décider de faire des vagues, par exemple en transportant du GNL dans des barges vers les ports allemands via Kaliningrad, qui est libre de glace en hiver. Si la Lituanie tentait d’y faire obstacle, M. Kinjal pourrait régler la question en présentant sa carte de visite. La Russie pourrait également utiliser le golfe de Finlande, qui n’est pas un problème pour les énormes brise-glace russes.

Cela signifie que la Russie pourrait facilement détruire la concurrence – comme le GNL absurdement cher en provenance des États-Unis. Après tout, la distance entre Saint-Pétersbourg et Hambourg n’est que de 800 milles nautiques environ, et entre Kaliningrad et Hambourg, de 400 milles nautiques seulement.

L’ensemble de l’échiquier est sur le point d’être radicalement modifié avant l’arrivée du général Winter. Le 11 septembre a conduit au bombardement, à l’invasion et à l’occupation de l’Afghanistan. Le pipeline 9/11 conduit à un Choc et Effroi sur l’OTAN – qui aura lieu en Ukraine. Le Retour de flamme est de retour – avec une vengeance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *