La Commission européenne veut autoriser la surveillance par identification biométrique en temps réel dans certaines circonstances

Vues : 1115

Source: anguillesousroche.com – 15 octobre 2022

https://www.anguillesousroche.com/technologie/la-commission-europeenne-veut-autoriser-la-surveillance-par-identification-biometrique-en-temps-reel-dans-certaines-circonstances/

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Pour nous soutenir commandez le livre : “Globalisme et dépopulation” édité par Strategika

Problèmes de confidentialité.

La proposition de loi européenne sur l’intelligence artificielle (IA), rédigée par la Commission européenne, a été mise en lumière pour la première fois la semaine dernière lors d’un débat « politique » au Parlement européen (PE).

Et selon les rapports, ce débat s’est enflammé sur des questions telles que la surveillance biométrique, notamment la reconnaissance faciale, et la portée même du projet dans sa forme actuelle.

La stratégie des rapporteurs de l’acte – un social-démocrate et un libéral – dont le travail consiste à le présenter au nom de la Commission, était de se concentrer d’abord sur les aspects administratifs et techniques, ostensiblement pour le rendre plus acceptable aux députés européens.

Cela a fonctionné, écrit Euractiv, avec des solutions de compromis trouvées pour certaines procédures administratives, normes et certificats – mais la partie politique de la discussion, qui porte sur le véritable objectif et la nature de la loi, ne se déroule pas aussi bien.

Alors que la Commission européenne (CE) souhaite rendre possible la surveillance de l’identification biométrique en temps réel dans certaines circonstances, les défenseurs de la vie privée craignent qu’il ne s’agisse d’une pente glissante qui finisse par légitimer ce type de surveillance.

Pour l’instant, la CE souhaite exempter de l’interdiction de la surveillance biométrique en temps réel les cas d’enlèvement où les victimes doivent être identifiées, ou les activités visant à prévenir les attaques terroristes.

Mais ceux qui s’inquiètent de ce que l’avenir nous réserve pensent qu’une fois que les exceptions commenceront à être ajoutées, il n’y aura pas de véritable moyen de contenir la tendance avant qu’elle n’aboutisse à une surenchère gouvernementale.

Pour l’instant, et à en juger par les déclarations de fonctionnaires anonymes du Parlement européen, une réglementation plus stricte est privilégiée, la plupart des membres du Parlement européen étant actuellement favorables à l’interdiction des technologies de reconnaissance faciale dans les propriétés privées.

En ce qui concerne le champ d’application de la loi, une exemption a été proposée pour couvrir les pays hors de l’Union européenne et les organisations internationales où l’IA est utilisée pour la « coopération politique internationale ».

Une autre question qui a surgi au cours du débat était de savoir comment couvrir le champ d’application de la loi sur l’IA en matière de sécurité nationale. Deux options sont actuellement envisagées, et le choix pourrait s’avérer décisif pour que la loi limite la reconnaissance faciale de quelque manière que ce soit lorsqu’il s’agit de sécurité nationale.

Lire aussi : Le Parlement européen approuve la surveillance massive des communications privées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *