Guerre : craquements au sommet

Vues : 1821

Source : yetiblog.org – 24 novembre 2021 – Pierrick Tillet

https://yetiblog.org/archives/34317

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Faites un don pour soutenir l’analyse stratégique indépendante

Malgré une situation explosive aux Antilles, Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, renonce à se rendre sur place.

La lutte paie

Dans la guerre – car c’est une véritable guerre – qui oppose désormais les résistants aux autorités des pays occidentaux, les choses ne tournent pas forcément à l’avantage de ces dernières.

En France, face à la volonté opiniâtre des résistants guadeloupéens et désormais aussi martiniquais, les autorités ont été contraintes de céder du lest :

  • levée de l’obligation vaccinale pour les pompiers et les soignants guadeloupéens ;
  • proposition d’un vaccin sans ARN aux soignants de l’île (lequel, au fait ?) ;
  • promesse de reclassement au cas par cas pour les soignants refusant malgré tout de se faire vacciner.

Après avoir demandé le retour du calme en Guadeloupe, le gouvernement fait un pas vers les grévistes : les pompiers n’auront plus besoin d’être vaccinés. #ApollineMatin pic.twitter.com/e4iS6TE27q— RMC (@RMCinfo) November 23, 2021

Le premier constat, sinon la première leçon, est que la lutte paie et que les premiers effets d’une perte de contrôle des autorités sur la situation du terrain commencent à se faire sentir. Au point que celles-ci ont préféré dépêché leur GIGN sur place, plutôt que le ministre des Outre-mer, Sébastien Cornu. En pure perte d’ailleurs si l’on en croit la poursuite opiniâtres des manifestations, comme en témoigne ce document posté ce mercredi 24 novembre à 18h53 : https://t.me/AnonymeCitoyen/2285?embed=1

Les signes qui trahissent la perte de self-control des autorités

Mais il y a plus grave pour les autorités qui donnent de plus en plus de signes d’une perte totale de self-control tout court. En témoigne le durcissement débridé d’un discours officiel qui, en France comme dans les autres pays du bloc occidental, ne recule même plus devant la menace directe contre les citoyens récalcitrants :

« Les personnes qui refusent le vaccin sont une faille dans notre système et agissent comme si la liberté était de contaminer les autres…Et donc de tuer » (Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux, France).

« À la fin de l’hiver, les Allemands seront vaccinés, guéris ou morts » (Jens Spahn, ministre de la Santé, Allemagne).

Autre signe du délitement verbal de l’élite, les déclarations de plus en plus délirantes des médecins de plateau-télé comme le Pr Gilbert Deray, bouffi de conflits d’intérêt avec Big Pharma.

Gilbert Deray déraille totalement sur France 5 : « Quand vous regardez les IRM cérébrales d’enfants qui font la Covid, ça ressemble à de l’Alzheimer. Il faut les vacciner. » Ben voyons, c’est bien connu qu’on fait des IRM du cerveau à la chaîne à des enfants asymptomatiques 🤡 pic.twitter.com/zYxcPDOQWv— ARNOULD Isabelle (@ARNOULDIsabell1) November 23, 2021

Enfin, parallèlement à cette crispation revancharde des discours et des actes, on assiste à l’inverse à un relâchement comportemental tout aussi inconsidéré, sinon incontinent. La multiplication des scènes inouies de festivités débridées tant à l’Élysée, qu’au ministère de l’Intérieur ou ci-dessous à celui des Outre-mer ne sont pas sans rappeler les orgies romaines d’avant la chute de l’empire ou les fêtes décadentes que donnaient les nazis tandis que le régime hitlérien s’effondrait. La débauche d’arrogance cache souvent un immense désarroi.

Pendant ce temps au Ministère des Outre-mer. #OutreMer pic.twitter.com/AoKM6m1zAX— Anonyme Citoyen (@AnonymeCitoyen) November 23, 2021

Une guerre que les manifestants sont en mesure de gagner

Ces menaces à peine dissimulées, cette inconscience affichée ne sont pas à prendre à la légère. Nul doute qu’elles seront hélas suivis d’effets douloureux comme on le vit au Pays-Bas avec des tirs à balles réelles contre les manifestants, et en Australie où ils viennent d’inventer des « camps de quarantaine » qui ne sont pas sans rappeler de sinistres souvenirs.

Isolé en Australie le camp de quarantaine Howard Springs est un lieu ou ils transportent des gens dans des camions de l’armée. Avec ou sans leur consentement. Vaccinés ou pas.
Pour avoir été un «contact étroit» avec une personne infectée par un virus .
https://t.co/pdExHl9R2F— R. Margot ✞ – Z (@Reine_Margot2) November 23, 2021

Pour autant, on le voit aussi, les manifestants, s’ils ne cèdent pas à la peur et aux menaces, ont de sérieux atouts à faire valoir dans la guerre qu’ils mènent contre les tyrans décadents du monde occidental. Les premières victoires obtenues et surtout les craquements perceptibles dans la forteresse capitaliste assiégée sont de bon augure pour la suite des batailles à mener.

Une pensée sur “Guerre : craquements au sommet

  • 26 novembre 2021 à 7 h 21 min
    Permalink

    On oublie trop souvent que les principes fabiens du faux repli stratégique sont à l’œuvre en permanence. Pour en être convaincu, il est nécessaire de rapporter les événements de la Guadeloupe au reste du monde. L’ego s’en trouve flatté et prend ce qui n’est qu’une intoxication pour un début de victoire.
    « L’intoxication consiste à faire croire à l’adversaire ce qu’il faudrait qu’il croie pour être toujours surpris par l’événement, de la réalité – pour avoir constamment une vue fausse de la situation -, afin qu’il mène sa guerre ou sa politique en aveugle, puis en paralytique. » Pierre Nord, L’intoxication, Fayard le Livre de Poche, 1971, pp. 23-24. Pierre Nord est le nom de plume de l’ancien colonel du renseignement militaire André Brouillard (1900 – 1985).

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *