Extermination : du laisser-mourir au faire-mourir – Nicolas Bonnal

Vues : 4686

Par Nicolas Bonnal

Né en 1961 à Tunis, Nicolas Bonnal étudie beaucoup, voyage plus encore et commence à publier en 1995 : Mitterrand le grand initié. Il publie ensuite aux belles lettres le Coq hérétique sur l’exception française, la première étude en français sur Tolkien et Internet novelle voie initiatique. Il publie aussi des romans (les territoires protocolaires) et un recueil de contes (les mirages de Huaraz) après une vacance de cinq ans en Amérique du sud. Il revient vivre en Andalousie, puis publie des livres sur le cinéma (le paganisme, Kubrick, Ridley Scott, sans oublier les westerns). Anarchiste réactionnaire,  proche des libertariens américains et des traditionalistes européens, Nicolas Bonnal  se réclame aussi du genre pamphlétaire (un livre sur Céline) et décidément antimoderne. Il a publié des textes sur une dizaine de sites dont France-courtoise.info, bvoltaire.fr, dedefensa.org, fr.sputniknews.com et pravdareport.com. Plusieurs de ses livres ont été traduits (russe, brésilien, ukrainien, espagnol). Son blog : nicolasbonnal.worpress.com

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Faites un don pour soutenir l’analyse stratégique indépendante

Un Think tank européen (GEAB) prévoit un milliard de morts pour cette décennie. C’est bien moins que ce qui est désiré en haut-lieu. On va y revenir.

Préparons-nous déjà à crever de froid cet hiver : nous avions le gaz russe, l’élite n’en veut pas. C’est nous qui en crèverons, pas les russes – sauf si les monstres aux manettes décident en plus une attaque nucléaire pour déquiller la population continentale. J’ai publié un livre collectif sur cet effondrement énergétique prévisible ; mais attention : il est AUSSI désiré, produit et organisé – et masqué (sic) par le totalitarisme ludique et sanitaire qui emporte les foules vers leur mort euphorique.

Émeutes dans nos îles. Oublions la résistance. Si cela bouge c’est parce qu’on commence surtout à crever de faim (une proche revient de Saint-Martin, qui me l’a confirmé) ; le pouvoir français affame les populations des DOM-TOM dont il veut se débarrasser politiquement mais aussi démographiquement. Les métropolitains suivront. Voir les propos de l’infect Lecornu à ce propos.

De plus en plus d’émeutes de la faim dans les îles tropicales, en Afrique, partout où l’on a moins à manger. Le sabotage des pipelines (Michigan) des gazoducs et des usines d’engrais par Biden et compagnie va faire venir cette famine en Europe et en Amérique du Nord l’an prochain (Mike Adams-Snyder). Ils veulent dépeupler et se rendent compte que sera facile, la populace étant trop vieille (ou trop jeune et conditionnée : syndrome Greta…), trop smart siphonnée et téléphage. On filmera le Titanic en coulant.

L’agenda de dépopulation EST accompagné par la numérisation puis la confiscation de l’argent : l’anthropophage Lagarde nous l’a assuré. La masse des veaux maintenus sous hypnose par la peur d’Omicron n’y verra que de feu. Car cette humanité a été conditionnée depuis deux générations (Soleil vert, Roller ball, Blade runner) pour se laisser exterminer. Crew is expendable, l’équipage est sacrifiable : c’était la leçon d’Alien. Attention la dépopulation a déjà commencé dans les îles françaises, dans les hôpitaux, dans les pays pauvres, au Brésil, en Afrique du Sud. Le vaccin l’accompagne et/ou la masque. Les élites criminelles sont en même temps parfaitement folles, sacrifiant leur jouet : c’est la démonstration qu’elles sont sataniques, comme leurs émissions de télé ou leurs défilés de mode couleur projet woke-LGBTQ-écolo.

Je cite de nouveau Mgr Gaume :

« Vous avez des yeux, et vous ne voyez pas ; des oreilles, et vous n’entendez pas ; une volonté, et vous ne voulez pas. Fruit du don d’entendement, le sens chrétien, ce sixième sens de l’homme baptisé, vous manque. Il manque à la plupart des hommes d’aujourd’hui et à un trop grand de nombre de femmes. Il manque aux familles, il manque à la société, il manque aux gouvernants et aux gouvernés, il manque au monde actuel. Monde de prétendues lumière et de prétendu progrès, il ne reste pour toi qu’un dernier vœu à former, c’est que l’Esprit d’intelligence te soit donné de nouveau et te montre à nu l’abîme inévitable, vers lequel te conduit à grands pas l’Esprit de ténèbres, redevenu, en punition de ton orgueil, ton guide et ton maître ».

Rauschning a parlé de danse de Saint-Guy à propos du nazisme. Cette fois elle est planétaire : tout le monde politique et administratif comme par enchantement obéit à Schwab Gates et Biden (d’où les menaces récurrentes d’extermination nucléaire contre les russes ou les chinois).

Récemment le think tank GEAB écrivait à ce sujet :

Il n’y a pas de doute que l’inconscient collectif occidental se sent menacé par une humanité trop nombreuse….Le pessimisme ambiant se nourrit à la fois du sentiment d’exaspération croissante envers les Autres mais aussi de l’horreur qui naît à la perspective des conséquences de ce sentiment, à savoir l’acceptation graduelle du laisser-mourir (social), voire du faire-mourir (géopolitique).

« Nous anticipons qu’au cours des 5 à10 prochaines années, ce sont des centaines de millions d’individus qui vont disparaître prématurément de la surface de la terre de diverses manières. Ce grand délestage humain est en germe tout autant dans l’effondrement des systèmes sociaux (évoqué ci-après) que dans les montées de tensions géopolitiques. »

On se remet à mourir de faim mais dans la grande indifférence générale (on meurt d’Omicron, pas des bombes ou de faim) :

« Insécurité alimentaire, famine :

Après avoir décliné ces 20 dernières années (largement grâce à l’éradication de la pauvreté en Chine), depuis 2016, la famine dans le monde augmente, affectant environ 10% de la population mondiale. Dès juin 2020, les Nations Unies sonnaient l’alarme, appelant à une action immédiate pour éviter à des « centaines de millions » de gens (on y est déjà !) de mourir de faim. Plus récemment, on parle de 320 millions de personnes ayant perdu accès à leurs besoins alimentaires. Les pays touchés sont le Yémen, la Syrie, l’Afghanistan, mais aussi la RD Congo, le Honduras, l’Inde, le Brésil et l’Amérique du Sud… »

Le GEAB ajoute dans son texte :

« Selon certains calculs, près de 8 millions de personnes sont mortes de faim depuis le début de l’année. A titre de comparaison, la Covid a tué 5 millions de personnes en près de 2 ans. Mais la Covid tue indistinctement tandis que la famine ne tue que les pauvres… »

Le Covid a tué beaucoup moins, le vaccin beaucoup plus, qui sert à relancer partout la maladie et la pénurie exterminatrice obligatoire. Notez que le passe vaccinal est imposé au Kenya où personne n’est vacciné ou presque : pure merveille satanique que ce monde tout de même.

Les dirigeants font ce qu’ils peuvent, ajoute l’étude sans rire :

« A titre d’exemple, le président Biden s’enorgueillit des 10 milliards qu’il a réussi à trouver pour financer un programme pluriannuel « Feed the Future » de lutte contre la faim dans le monde. 10 milliards, de qui se moque-t-on ?… Les marchés financiers brassent pendant ce temps non pas des dizaines, ni des centaines mais des milliers de milliards… à l’échelle d’ailleurs des dettes des États. Que peuvent bien faire nos politiques dans ce contexte ? »

Le futur américain n’est guère reluisant (le futur est déjà là, voyez Snyder et Mike Adams) :

« Aux États-Unis, grâce à l’aide, le nombre de personnes souffrant d’insécurité alimentaire (10,5%) n’aurait pas augmenté entre 2019 et 2020. Mais la question reste entière pour 2021, année de mise en évidence de la crise des chaînes d’approvisionnement. La population affolée vide les rayons des magasins et entasse chez elle des réserves alimentaires, aggravant le problème. Inflation, disruptions de l’approvisionnement et déserts alimentaires peuvent se combiner en vraie catastrophe humanitaire dans « le pays le plus riche du monde ».

Le futur est sympa en Europe :

« En Europe, l’insécurité alimentaire est très inégalement répartie : entre 3,5 et 20% selon les pays pour une moyenne autour de 7% malgré la richesse et les filets sociaux du continent. Et l’avenir est sombre. La presse unanime anticipe une aggravation des crises alimentaires qui est bien entendu systématiquement associée à la Crise Climatique, celle contre laquelle on ne peut rien à part réduire la population ou l’appauvrir pour pouvoir financer des avenirs technologiques hypothétiques… »

Enfin la société s’effondre :

« Grande démission, suicides, drogues…A force d’annoncer la disparition de l’emploi, les employés prennent le large. Burn-outs, suicides au travail, pression insoutenable sur des salariés à qui l’on répète qu’on n’a pas besoin d’eux, qu’on ne les garde que pour éviter de gonfler les chiffres du chômage… »

Quant aux élections…La troisième dose et la quatrième dose les remplaceront. Le pouvoir en France peut compter sur la soumission miraculeuse des froncés de souche.

En attendant ils nous couperont le courant (les russes), les comptes et les communications. Ne me demandez pas comment on s’en sortira.

Sources :

https://geab.eu/crise-humanitaire-globale-2020-2030-de-leradication-de-la-pauvrete-a-leradication-des-pauvres/?utm_source=sendinblue&utm_campaign=Crise%20humanitaire%20globale%20le%20bulletin%20GEAB%20de%20novembre%20est%20en%20ligne&utm_medium=email

http://jesusmarie.free.fr/mgr_gaume_traite_du_saint_esprit_tome_1.pdf

14 pensées sur “Extermination : du laisser-mourir au faire-mourir – Nicolas Bonnal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *