L’OTAN tente de s’opposer à la Russie, à la Chine, à l’Iran et à la Corée du Nord dans l’espace

Vues : 3623

Sources : breizh-info.com – 31 janvier 2022 – Lucas Leiroz

https://www.breizh-info.com/2022/01/31/178871/lotan-tente-de-sopposer-a-la-russie-a-la-chine-a-liran-et-a-la-coree-du-nord-dans-lespace/

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Faites un don pour soutenir l’analyse stratégique indépendante

Une fois de plus, l’OTAN semble chercher à s’opposer aux gouvernements non alignés par tous les moyens possibles, même dans l’espace. Dans un document récent, l’alliance militaire occidentale a lancé une nouvelle doctrine spatiale, qui vise clairement à entraver les progrès spatiaux de nations comme la Russie et la Chine. Les analystes du monde entier considèrent que ce document est inutile et sans effets positifs pour la paix mondiale, qu’il ne fait que contribuer à l’augmentation de la militarisation excessive de l’espace.

Le 17 janvier, un projet de nouvelle doctrine spatiale de l’OTAN a été lancé, qui élargit considérablement les objectifs précédents de l’alliance en matière de politique spatiale. Le nouveau document, en plus de désigner l’espace extra-atmosphérique comme un territoire du domaine opérationnel au même titre que la terre, la mer, l’air et le cyberespace, souligne la nécessité de maximiser la puissance spatiale des États membres du bloc. L’un des objectifs est de parvenir à une force compatible et interopérable entre les différents États de l’alliance, en formant une force commune capable de rivaliser dans l’ère spatiale actuelle – classée par l’OTAN comme « encombrée et compétitive ».

Selon l’OTAN, la compétitivité spatiale est devenue un problème croissant, principalement en raison de la montée en puissance des activités de la Russie, de la Chine, de l’Iran et de la Corée du Nord. Ces pays ont développé rapidement et efficacement une large gamme de satellites et d’équipements spatiaux, tant dans le domaine militaire que commercial. Ces pays étant des ennemis géopolitiques de l’OTAN, leurs activités spatiales sont considérées comme une menace croissante, ce qui a suscité des craintes quant à un éventuel incident d’attaque contre des satellites occidentaux dans l’espace. En ce sens, le nouveau document indique clairement qu’une attaque dans l’espace légitime l’invocation de l’article 5 de l’OTAN, qui affirme le droit du bloc à la légitime défense collective. Toutefois, le document ne définit pas ce qui pourrait précisément être considéré comme une attaque spatiale pour l’OTAN.

Certains analystes du monde entier ont estimé que la déclaration de l’OTAN était inutile et inefficace dans le contexte actuel de la politique spatiale internationale. En fait, cette mesure semble n’avoir été qu’une façon de déclarer que la guerre spatiale sera une priorité dans la politique de défense de l’alliance. Il n’y a pas eu d’innovations majeures avec cette nouvelle mesure de l’OTAN, juste une réaffirmation du discours sur les puissances non alignées en tant que « menaces » pour l’Occident – dans ce cas, appliqué aux satellites et engins spatiaux occidentaux dans l’espace. En outre, il est nécessaire de souligner le fait qu’en parlant de l’invocation de l’article 5 sans définir ce qui serait considéré comme une « attaque spatiale« , l’OTAN laisse le champ libre à tout mouvement indésirable d’équipement spécial par ses ennemis pour légitimer une invocation de l’article, ce qui met la paix mondiale en danger.

Cela semble être l’avis même de certains experts américains, comme le Dr Mark Gubrud, professeur de défense à l’Université de Caroline du Nord, qui déclare : « Cette déclaration de l’OTAN est inutile et inutile (…) Toute ‘attaque armée’ contre des systèmes spatiaux ferait partie d’une guerre plus vaste. S’il s’agissait vraiment de quelque chose de confiné uniquement à l’espace, comme l’éblouissement d’un satellite par un laser, on voit mal pourquoi on voudrait invoquer l’article 5 à ce sujet ».

Dans le même sens, une autre critique qui peut être faite est liée à la question de la nécessité de rendre compatible l’ensemble de la puissance spatiale de l’alliance. En voulant rendre compatibles les capacités spatiales de tous les États de l’OTAN, Washington semble créer un discours visant à légitimer l’armement indiscriminé de tous les pays du bloc. Outre le danger que cela représente pour la paix mondiale, il y a le facteur financier, étant donné que les États-Unis ont tendance à vendre des armes spatiales à des prix élevés et que les membres de l’OTAN seront contraints de les acheter en raison des exigences du bloc – en plus de la paranoïa sur une « menace spatiale » qui ne manquera pas de circuler constamment à partir de maintenant, incitant les pays occidentaux à acquérir autant d’armes spatiales que possible.

C’est également l’avis d’un autre analyste américain, le professeur Bruce Gagnon, directeur du Global Network Against Weapons and Nuclear Power in Space. Il pense que l’US Space Force veut maintenir une prééminence mondiale dans la guerre spatiale et encourage l’achat d’armes par les pays de l’OTAN afin d’acquérir des ressources qui seront investies dans l’industrie spatiale militaire. Voici quelques-uns de ses propos :

« Le document de planification de l’US Space Command stipule que les Etats-Unis vont ‘contrôler et dominer l’espace et refuser aux autres nations, si nécessaire, l’accès à l’espace (…) Au QG de l’US Space Command dans le Colorado, juste au-dessus de leur porte, ils ont un panneau qui dit ‘Maître de l’espace’ (…) Même avec toutes leurs ressources, les Etats-Unis ne peuvent pas se permettre de payer eux-mêmes leur plan de ‘Maître de l’espace’ (…). …] [Afin de maintenir leur « prééminence »], les États-Unis s’imaginent qu’ils doivent « protéger l’espace » contre les forces obscures de la Russie, de la Chine, de l’Iran et de la Corée du Nord (…) L’ »interopérabilité » garantit que tous les membres de l’OTAN achètent de nouvelles technologies spatiales coûteuses, principalement auprès de sociétés aérospatiales américaines telles que Lockheed Martin, Raytheon et autres. En outre, l’ »interopérabilité » signifie que toutes les informations spatiales, la surveillance et le ciblage passent par le système dominé par les États-Unis. En d’autres termes, les alliés de l’OTAN contribuent au financement de ces coûteux systèmes de guerre spatiale, mais le Pentagone contrôle la « pointe de la lance ».

Compte tenu de tous ces faits, il semble qu’une fois de plus les intérêts américains se superposent aux intérêts des autres pays de l’OTAN, qui seront contraints d’adopter les mesures imposées par Washington dans le cadre de l’alliance, même si cela ne correspond pas à leurs plans stratégiques. Le gouvernement américain semble lancer un nouveau discours sur ses ennemis, en les qualifiant de « menace spatiale ». Il est probable qu’à partir de maintenant, toute activité spatiale minimale de la Russie, de la Chine, de la Corée du Nord et de l’Iran sera interprétée comme une attaque contre l’Occident, justifiant des sanctions internationales.

Lucas Leiroz (Infobrics, traduction breizh-info.com)

Crédit photo : DR

Une pensée sur “L’OTAN tente de s’opposer à la Russie, à la Chine, à l’Iran et à la Corée du Nord dans l’espace

  • 21 février 2022 à 12 h 47 min
    Permalink

    les Amerloques sont des pauvres 🤡 génocidaires, fous a lies auxquels les Ruscofs vont donner une bonne lecon qu’ils ne sont pas pret d’oublier car en fait ils sont deja f*ckin 💀 militairement et finacierement parlant 🤓 да здравствует вечная россия

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.