Les médias sont la première cause de guerres depuis 1898

Vues : 4426

Source: leblogalupus.com – 2 avri 2022 – The Wolf

https://leblogalupus.com/2022/04/02/les-medias-sont-la-premiere-cause-de-guerres-depuis-1898/

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Faites un don pour soutenir l’analyse stratégique indépendante

En 1895, à New York, un jeune entrepreneur de 32 ans a acheté un journal en difficulté et a élaboré un plan audacieux pour le redresser.

L’industrie de la presse est impitoyable, surtout à New York. Il y a au moins 16 autres quotidiens en circulation, et la concurrence est féroce pour attirer l’attention des lecteurs.

Mais le jeune entrepreneur a une idée : faire vibrer les lecteurs avec des récits de mort, de destruction et de brutalité dans la guerre d’indépendance cubaine contre l’Espagne.

À l’époque, Cuba était une colonie espagnole, mais les forces révolutionnaires luttaient pour l’indépendance depuis plusieurs années. Peu de gens aux États-Unis s’intéressaient vraiment à Cuba. Mais le nouvel éditeur a juré de les y intéresser.

Il s’appelle William Randolph Hearst. Et son journal, le New York Morning Journal, mettait constamment Cuba sous le nez de ses lecteurs.

Leurs reportages étaient du sensationnalisme à part entière. Au début de l’année 1898, le Journal de Hearst publiait des atrocités commises par les troupes espagnoles à Cuba, dans le but d’inciter le public à soutenir l’entrée en guerre des Etats-Unis.

Le gouvernement a joué le jeu. Alors que les « crimes de guerre » n’existaient pas encore, le président américain William McKinley a fait monter la tension en accusant l’Espagne d’atrocités, déclarant dans un discours que « le code civilisé de la guerre n’a pas été respecté ».

Puis, le 15 février 1898, un navire de la marine américaine, le Maine, explose et coule dans le port de La Havane, au large de Cuba. 268 marins sont morts.

Plusieurs enquêtes ont été menées, et à ce jour, il n’y a toujours rien de concluant pour expliquer comment l’explosion a eu lieu. Il est tout à fait possible que l’explosion ait été causée par le carburant embarqué du Maine.

Mais Hearst (ainsi que de nombreux autres journaux) a sauté sur l’occasion pour publier des articles affirmant que le Maine avait été coulé par une torpille espagnole, et ils ont continué à faire campagne pour que les États-Unis entrent en guerre.

Grâce à l’efficacité de la propagande médiatique, la plupart des Américains étaient en faveur de la guerre. Les journaux avaient présenté l’Espagne comme le méchant agresseur, et son général commandant, Valeriano Weyler, était régulièrement traité de « boucher ».

Les journaux disaient aux Américains que la lutte contre l’Espagne était nécessaire… qu’il s’agissait d’une question de droiture morale – une croisade du bien contre le mal.

Ils ont finalement obtenu ce qu’ils voulaient en avril 1898 lorsque la guerre hispano-américaine a éclaté.

Il y a beaucoup de similitudes avec les médias d’aujourd’hui.

Le niveau de confiance dans les médias est déjà ridiculement bas. Il y a eu l’évidente dissimulation de l’ordinateur portable d’Hunter Biden, que la plupart des médias grand public ont même refusé de mentionner lors de l’élection présidentielle américaine de 2020.

Ensuite, il y a eu les mensonges purs et simples dans le canular de la collusion russe, pour lequel le New York Times a même reçu le « prestigieux » prix Pulitzer.

(Par coïncidence, le Pulitzer est nommé d’après Joseph Pulitzer, un éditeur de journaux qui a également fabriqué des mensonges à la fin des années 1800 et agité pour la guerre contre l’Espagne).

Ensuite, il y a le cas de Tracy Stone-Manning, nommée par Biden, qui a été nommée l’année dernière à la tête du Bureau of Land Management du gouvernement fédéral.

Stone-Manning est une ancienne éco-terroriste qui a participé à des campagnes violentes contre les travailleurs forestiers dans sa jeunesse.

Il ne s’agit pas d’une folle théorie du complot ; Mme Stone-Manning a reconnu ses torts, notamment l’envoi de menaces violentes au service fédéral des forêts des États-Unis. Elle a finalement évité les poursuites et s’est sauvée en dénonçant ses associés.

Mais une récente demande au titre de la loi sur la liberté d’accès à l’information a révélé que NBC News s’est entendue avec l’administration Biden pour ménager Tracy Stone-Manning lors de son audition de confirmation, et faire oublier son passé terroriste.

C’est assez incroyable…

Pensez au cirque médiatique qui a eu lieu il y a quelques années lorsque Brett Kavanaugh, candidat à la Cour suprême des États-Unis, a été accusé d’avoir agressé sexuellement une personne lorsqu’il était adolescent.

NBC News (et d’autres propagandistes du courant dominant) n’a pas promis d’y aller doucement avec les allégations contre le juge Kavanaugh qui remontent à plus de 30 ans.

Au contraire, ils ont sali son nom et l’ont jugé coupable.

Il convient également de noter que, pendant l’audience de confirmation de Kavanaugh, plusieurs manifestants ont pris d’assaut la capitale et ont accosté physiquement des sénateurs des États-Unis afin d’empêcher le processus de vote constitutionnel.

Pourtant, NBC News a refusé de qualifier ces manifestants de « terroristes domestiques » ou d’affirmer que la démocratie était « attaquée » parce qu’ils avaient pénétré de manière criminelle dans le Capitole.

Ce sont les mêmes médias qui ont servi de porte-parole au gouvernement pendant le COVID, justifiant la dictature de la santé publique qui s’est emparée du monde.

Ce sont les mêmes médias qui ont regardé des villes brûler en 2020 et ont déclaré que les protestations étaient « majoritairement pacifiques ».

Et, oui, ce sont les mêmes médias qui ont régulièrement poussé l’Amérique à la guerre. Ce n’était pas seulement l’Espagne en 1898.

Les États-Unis ont rejoint la guerre du Vietnam sur la base d’une escarmouche dans le golfe du Tonkin avec les Nord-Vietnamiens qui n’a jamais eu lieu. Mais l’administration Johnson et les services de renseignement ont dit que cela s’était produit, alors les médias l’ont rapporté comme un fait.

Puis il y a eu ces prétendues armes de destruction massive en Irak, que les médias ont consciencieusement rapportées sans poser de questions et qui ont contribué à pousser les États-Unis dans la guerre en 2003.

Aujourd’hui, de nombreux médias appellent à une escalade contre la Russie. Ils veulent une zone d’exclusion aérienne. Ils applaudissent la politique étrangère du président, qui souffre de démence, et le félicitent pour ses commentaires impromptus qui ne font qu’accroître les tensions.

Et surtout, ils nous gavent de la guerre en Ukraine, 24 heures sur 24, comme si c’était censé être notre priorité numéro un.

Oubliez l’économie, la hausse des prix et le dysfonctionnement de la chaîne d’approvisionnement… et oubliez les conflits partout ailleurs dans le monde. Nous sommes seulement autorisés à nous soucier de l’Ukraine et de Poutine.

Historiquement parlant, il n’est pas exagéré de penser que les médias pourraient contribuer à pousser le monde dans une guerre majeure… et une avec des ramifications nucléaires potentielles.

Ce n’est pas inévitable, mais nous en sommes plus proches aujourd’hui que jamais depuis au moins 1962 – et certainement plus proches qu’il y a une semaine.

C’est pourquoi il est plus important que jamais de se préparer à tout ce que le monde nous réserve.

Et cela signifie élaborer un plan B solide comme le roc pour être sûr de pouvoir réagir en position de force, quelle que soit la crise à venir.

Traduction de Sovereign Man par Aube Digitale

« Moins l’intelligence adhère au réel, plus elle rêve de révolution »

Société figée, intelligence idéologique, les deux phénomènes ne sont qu’en apparence contradictoires : ils font système.

Moins l’intelligence adhère au réel, plus elle rêve de révolution.

Plus la réalité parait cristallisée, plus l’intelligence voit sa mission dans la critique et le refus.

Raymond Aron – L’Opium des intellectuels (1955)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *