Le président de Climate Intelligence (CLINTEL) déclare qu’il n’y a pas d’urgence climatique

Vues : 3060

Source : anguillesousroche.com – 30 octobre 2022

https://www.anguillesousroche.com/changement-climatique/le-president-de-climate-intelligence-clintel-declare-quil-ny-a-pas-durgence-climatique/

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Pour nous soutenir commandez le livre : “Globalisme et dépopulation” édité par Strategika

CLINTEL est une fondation indépendante qui vise à communiquer au grand public, de manière objective et transparente, les faits disponibles sur le changement climatique et la politique climatique, ainsi que les faits qui se transforment en hypothèses et en prédictions.

Le point de vue de CLINTEL peut être simplement résumé comme suit : Il n’y a pas d’urgence climatique.

Au cours des dernières décennies, le public a été inondé d’articles alarmistes l’avertissant que les températures mondiales allaient atteindre des niveaux catastrophiques.

Les alarmistes climatiques ont délibérément semé la panique en exigeant que nous « agissions maintenant » car « le temps presse ».

Ils affirment que la cause de cette catastrophe imminente est l’augmentation de la quantité de CO2 produite par les activités humaines. La solution, disent-ils, est la politique d’émission « nette zéro ».

Expose-news rapporte : Des milliers de scientifiques ne sont pas d’accord. Au 1er octobre 2022, plus de 1 400 scientifiques du monde entier ont signé la « Déclaration mondiale sur le climat » qui commence par : « La science du climat devrait être moins politique, tandis que les politiques climatiques devraient être plus scientifiques. »

CLINTEL a appelé à un débat scientifique ouvert, mais le Forum économique mondial, par exemple, choisit d’ignorer la science du climat et de suivre les politiques climatiques avec son idéologie « net zéro » aux conséquences catastrophiques.

En plus d’être le fondateur et le président de CLINTEL, Guus Berkhout est professeur émérite de géophysique et membre de l’Académie royale des arts et des sciences des Pays-Bas (KNAW). Dans son message au monde ci-dessous, Berkhout explique pourquoi il y a une si grande différence entre le récit effrayant des activistes climatiques et le message optimiste des climatologues qui pensent qu’il n’y a pas d’urgence climatique.

Un message de Guus Berkhout, président de CLINTEL : il n’y a pas d’urgence climatique

Au cours des dernières décennies, le public a été inondé d’histoires alarmistes, lui disant que les températures mondiales allaient atteindre des niveaux catastrophiques.

Les activistes climatiques affirment que la cause de ce malheur imminent est la quantité croissante de CO2 produite par les activités humaines. La solution proposée est la politique dite d’émission nette zéro, qui vise à ramener les émissions humaines nettes de CO2 aux niveaux de l’ère préindustrielle de la fin des années 1700.

Ces militants affirment également que les gens devraient paniquer, et que le temps presse : « Sachez qu’il est minuit moins cinq, il faut agir sans tarder ! » Plusieurs milliers de scientifiques ne sont pas d’accord ; plus de 1400 sont signataires de CLINTEL.

Dans ses nombreux discours de « dernier avertissement », Antonio Guterres fait référence à des simulations informatiques, et non au monde réel. Greta Thunberg a témoigné devant le Congrès américain qu’il n’y avait « aucune science » derrière son commentaire « panique ». Cette information ne peut être trouvée dans les médias.

Alors pourquoi y a-t-il une si grande différence entre le récit effrayant des activistes climatiques et le message optimiste des climatologues, qui estiment qu’il n’y a pas d’urgence climatique ? Avant de poursuivre votre lecture, regardez notre message « Consensus meet CLINTEL » :

Peu de citoyens savent que toutes les prédictions climatiques effrayantes ont été générées par des modèles informatiques. Et nous savons par expérience, dans de nombreux autres domaines complexes, à quel point les modèles informatiques peuvent être trompeurs.

Pensez, par exemple, aux nombreuses prédictions erronées des modèles économiques ou aux graves erreurs commises récemment dans la modélisation des pandémies. Les résultats des modèles informatiques dépendent entièrement des hypothèses formulées par les modélisateurs. Au cours des 50 dernières années, les prédictions des modèles climatiques concernant le réchauffement de la planète et ses effets désastreux se sont toutes révélées erronées. Dans la communauté des ingénieurs, on les qualifierait d’inutiles.

https://t.co/ZRbHAxfIM0

— David Dobsky (@dobsky33) October 29, 2022

“Le réchauffement climatique dû à l’homme est une idéologie, pas une science, l’effet du CO2 atmosphérique sur le climat est insignifiant. La température contrôle l’émission de CO2, le changement climatique est entièrement naturel et causé principalement par le Soleil.” pic.twitter.com/BTBjC1knVt

— Ξlpis (@Elpis_R) October 28, 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *